sam. Mai 30th, 2020

Union Européenne : le marché très intéressé que l’Allemagne signe avec Macron

L’Allemagne et la France viennent de proposer un plan à 500 milliards € pour aider les États-Membres en difficulté. Angela Merkel a même ajouté que l’État-Nation n’avait pas d’avenir en Europe sous sa forme actuelle. Le plan prévoit un emprunt européen. Mais l’Allemagne devrait obtenir des compensations à long terme que nous avons déjà évoquées. 

En apparence, l’Allemagne et la France signent un projet de plan qui fait faire un immense bond en avant à une Europe en panne. Alors que, depuis plusieurs semaines, les Conseils européens se succèdent sans parvenir à se mettre d’accord sur un plan de relance européenne, le couple franco-allemand donne le sentiment d’avoir vaincu la difficulté en proposant un accord qui dégagerait, en plus des 500 milliards déjà apportés par la Commission Européenne avec différents fonds de tiroir, 500 milliards supplémentaires pour la relance de l’activité, spécialement dans les pays en difficulté. 

Pour Emmanuel Macron, l’opération donne le sentiment qu’il a convaincu Angela Merkel d’entrer dans une logique d’intégration européenne dont il était demandeur depuis longtemps, et que celle-ci contestait profondément. Pour l’Allemagne, qui occupera la présidence de l’Union à compter du 1er juillet, ce plan sera incontestablement une façon d’asseoir définitivement sa suprématie incontestable sur l’Union Européenne, alors que la Grande-Bretagne sort désormais des effectifs. 

Des subventions, pas des prêts

Notons d’abord que les 500 milliards annoncés seront des subventions directes à des projets montés dans les pays les plus touchés par la crise. L’Allemagne apportera 27% de la somme totale (alors que son industrie bénéficie de 50% des aides d’État déclarées à la Commission). En choisissant de précéder le mouvement de contestation contre son égoïsme plutôt que de l’attendre, Angela Merkel préserve donc ses intérêts fondamentaux, puisque l’Allemagne apportera environ 40 milliards € par an pendant trois ans à la solidarité européenne. 

La France aurait préféré des versements directs de ces sommes aux États demandeurs. Mais l’Allemagne, qui a cédé sur le principe de la subvention et non du prêt, a obtenu que celles-ci bénéficient à des projets ciblés. 

En outre, ces sommes seront apportées à partir d’emprunts de la Commission dont les modalités restent à définir. La France a donc obtenu que l’Allemagne mette le doigt dans un mécanisme de dettes européennes. 

Approbation à l’unanimité

Reste que l’Allemagne a inséré un sérieux tempérament dans cette opération. L’accord subordonne son entrée en vigueur à une adoption à l’unanimité par les Parlements des États-Membres. C’est la méthode la plus lourde et la plus lente pour adopter un accord. C’est aussi la plus dangereuse, car il va falloir convaincre quelques radins de premier ordre comme les Bataves, les Danois ou les Autrichiens, de mettre la main au portefeuille. 

Tout porte à croire que Macron et la bande des dépensiers entament ici un périple entre le parcours du légionnaire et le chemin de croix, dont l’issue est bien incertaine à ce stade. 

À lire aussi

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

🎖Héritage taxé au premier euro : le « patron » d’Orange est publiquement pour

Selon la CPME, 86% des entreprises ont utilisé le chômage partiel

Étude du Lancet sur l’hydroxychloroquine : partout dans le monde (sauf en France), des officiels doutent de son sérieux

Chômage : la catastrophe économique a commencé, et elle sidère…

🎖Démission de Macron : que faut-il penser de la folle rumeur ?

🎖Pertes d’exploitation : la série noire continue pour Axa

Hydroxychloroquine : Raoult mis à l’index et banni par la noblesse et le clergé républicains

🎖Les dépenses publiques dépasseront les 75% du PIB cette année

🎖Perte d’exploitation : vers une taxe spéciale pour faire payer les assureurs ?

Future renégociation des traités

Mais surtout, cet ensemble s’accompagne d’une promesse non gravée dans le marbre formulée par Angela Merkel : la renégociation des traités, qui devrait valider une intégration budgétaire renforcée dans l’Union. Nous avons évoqué ce point pour nos lecteurs la semaine dernière, qui ont bénéficié des informations de la presse allemande passées inaperçues en France. Nous en avons même évoqué les dessous…

Dans la pratique, la chancelière répond à l’arrêt de la cour de Karlsruhe, qui avait considéré que la politique de la BCE outrepassait les traités et nuisait à la souveraineté allemande. Contrairement à ce que certains éditorialistes français mal informés ont annoncé toute la semaine, Merkel ne s’est pas laissée cornériser par cet arrêt : elle a décidé de le dépasser en modifiant les traités… et en autorisant ainsi, à terme, une politique budgétaire plus offensive, qui rendra les interventions de la BCE beaucoup moins sensibles. 

Protection de l’industrie allemande

Pour quelle raison l’Allemagne, et singulièrement Angela Merkel, se sont-elles subitement converties à la solidarité, après des décennies de bougonneries avaricieuses ? Nous l’avons expliqué la semaine dernière : Merkel anticipe un durcissement des règles environnementales en Europe dans « le monde d’après ». Ce durcissement pénalisera l’industrie allemande et remettra en cause le modèle rhéno-prussien de développement. 

Pour éviter cet écueil douloureux, Merkel échangera donc le joujou dont rêve Macron – le budget européen – contre des règles environnementales favorables pour l’industrie allemande. Autrement dit, pour l’Europe du Sud devienne un immense camp de vacances, l’Allemagne obtiendra une forme de protectionnisme industriel contemporain qui tuera tous ses concurrents. 

En soi, cette logique où les pays du sud de l’Europe deviendront les sous-traitants de l’Allemagne et ses salariés bénéficiant de larges congés payés devrait pleinement satisfaire les Français, qui sont d’ores et déjà des pratiquants fidèles de cette religion, même si de temps à autre ils grognent sur la pénurie de masques ou de vaccins que cette division internationale du travail cause en cas de pandémie. 

Renforcement de la suprématie industrielle allemande

Il ne faut donc pas se méprendre sur le sens du tournant opéré par la diplomatie allemande en Europe. En apparence, Merkel met un genou à terre en lâchant 500 milliards pour les plus pauvres, et singulièrement pour l’Italie. Sur le fond, elle vendra chèrement cette concession dont elle prend l’initiative, en asphyxiant progressivement l’industrie italienne, mais aussi l’industrie française ou espagnole, ou ce qu’il en reste. 

D’ici à 2030, l’Allemagne obtiendra que, en échange de sa générosité à 100 milliards, les Italiens, les Espagnols, les Français, doivent respecter des normes environnementales et des quota de production de CO2 beaucoup plus contraignants que l’industrie allemande. 

Mais de cette distorsion de concurrence, quelle cigale française se souciera vraiment ? L’Allemagne paiera

9 thoughts on “Union Européenne : le marché très intéressé que l’Allemagne signe avec Macron

  1. Franchement, là j’ai un peu de mal à imaginer un système où les pays les plus riches et pollueurs subiraient les contraintes environnementales les moins exigeantes… et donc où les pauvres seraient doublement sanctionnés, même si c’est déjà la logique des taux d’intérêts plus élevés pour les moins fortunés… Ce serait de loin le meilleur moyen pour installer les écologistes au pouvoir, dans tous les pays, et au parlement Européen !

    1. Il est vrai que j’ai aussi difficile à imaginer une Europe à deux vitesses en matière de respect des normes environnementales. Ce qui est clair est qu’Angela Merkel sauve d’abord les marchés de l’Allemagne, France y comprise qui est indéniablement un des pays du Sud en détresse. N’en déplaise à Jupiter la France va très mal et n’a jamais eu la rigueur des pays du Nord. De belles envolées lyriques qui fatiguent tout le monde sauf lui car il aime s’entendre , oui.

      1. Une Europe écologique à 2 vitesses ? Un premier exemple, le nouveau mécanisme de financement des énergies renouvelables est proposé en consultation par la Commission Européenne jusqu’au 3 juin ( détails en anglais seulement …).
        https://ec.europa.eu/info/law/better-regulation/have-your-say/initiatives/12369-Union-renewable-Financing-mechanism
        Il permettra à un pays de financer des équipements de production d’énergie renouvelable dans un autre pays de l’union et de compter 80% de la production dans ses propres objectifs.
        Les éoliennes financées par les allemands en Grèce ou en Espagne compteraient dans les objectifs renouvelables allemands.

  2. Tout ça rappelle la proposition de Jean Monnet de réaliser l’union entre la France et l’Angleterre le 17 juin 40. Il es fréquent que, dans l’urgence d’un cataclysme imminent, on fasse ce genre d’annonces. A propos, Mme MERKEL va-t-elle reconduire son mandat?

  3. De Gaulle disait « Les États n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts » Au moment ou Jupiter a la possibilité de prendre la main, il s’allonge. Car Merkel, tremble devant le risque de l’explosion de la zone Euro. Si celle-ci disparaît, les créances des pays du sud, qui forment en grande partie l’excédent budgétaire Allemand, ne pourra pas être soldé, ce qui entraînerait la faillite de l’Allemagne. L’occasion pour Macron de faire fléchir l’Allemagne, et d’imposer une autre vision sur ce couple Franco Allemand, « qui n’a jamais existé que dans les médiats Français. » Comme ce garçon ne connait pas son histoire, ce n’est pas dans l’Aisne qu’il devait déposer une gerbe, mais à l’Île d’Yeu sur la tombe du maréchal. Bienvenu à Yannick Jadot vendu par Merkel, afin de remplacer Emmenuel Macron vendu par Attali. Bref, la finance garde la main.

    1. On est allé de Charybde en Scylla depuis Mitterrand puis Chirac, il ne manque plus que des « écologistes » au pouvoir. Tout pour contrer le R.N. et pourquoi? Vaut il mieux une greta, psychiatrique, envoyée là par les démons Soros, Minc, Attali, etc… Pour mieux asservir les peuples qui commençaient à manifester leur ras le bol avec nos gilets jaunes? N’oublions pas que ces écolos sont des pantins idéologues sans notion de réalités politiques ni de connaissances culturelles. Ce n’est pas avec des utopistes que nous reprendrons possession de notre pays. L’écologie est une façon naturelle des respects que nous nous devons ainsi qu’à la nature et au juste équilibre impératif du « vivre ».

  4. Ce n’est pas fini, nous sommes entre le marteau et l’enclume pendant 3 mois. Il faut absolument s’opposer à la décision de la Cour de KARLSRUE. Elle est la voix souveraine de l’Allemagne en Europe et contre les autres états qui, eux, nous, ne sont plus souverains. Nous ne pouvons accepter la proposition de Merkel sans prendre le risque de s’agenouiller encore devant la suprématie allemande. Mais, contrer cette cour serait positif dans un temps long. Ce serait revenir aux fondamentaux des états. C’est à dire revenir à l’Etat souverain que les politiques ont abandonné contre la volonté et l’intérêt des peuples.
    « Il faut à la force, pour tenir son rang, un certain caractère », écrivait le général de Gaulle. On peut l’écrire aussi dans le désordre : « Il faut au caractère, pour tenir son rang, une certaine force. » Qui fait défaut cruellement, dans d’innombrables strates de notre société.
    « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux », avait écrit La Boétie. Alors, à quand le retour du peuple dans l’arène politique ?

  5. les conneries de De Gaulle nous mène où nous sommes. Mais où sommes nous, sinon dans une merde que nous avons nous-mêmes organisée. Les allemands sortiront grand vainqueur et nous à nouveau grand vaincus : c’est normal nous voulons bien vivre, les allemands veulent construire une industrie puissante !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter