Une taxe sur l'héritage dès le premier euro ? C'est l'idée émise par Laurent Berger pour financer la "dépendance", le nouveau risque que le gouvernement envisage de couvrir par la sécurité sociale. Avant même le discours très annoncé du Président de la République le 14 juillet, tout laisse donc penser que les classes moyennes seraient encore plus pressurées dans le monde d'après que dans le monde d'avant. Une taxe sur l'héritage au premier euro... Telle est l'idée avancer par Laurent Berger pour financer la dépendance, c'est-à-dire, concrètement les EHPAD en mal de ressources. Il faut faire attention à cette proposition qui risque de marquer les esprits gouvernementaux pour longtemps, d'autant qu'elle rejoint d'autres propositions déjà faites en ce sens ces dernières semaines. Une taxe sur l'héritage au premier euro, bien sûr... Depuis plusieurs semaines, Laurent Berger déroule consciencieusement ses propositions de taxation en tous sens pour éviter de diminuer les dépenses publiques. On ne sera donc pas surpris par les propos qu'il vient de tenir dans les Échos, où il propose que le financement de la dépendance, la nouvelle branche de la sécurité sociale que le gouvernement veut créer, se fasse par une taxe sur l'héritage dès le premier euro. Finis, donc, les abattements à 150.000€. Dès la transmission d'un livret A de 5.000€ péniblement accumulés par la grand-mère sur ses vieux jours, l'État ponctionnerait 500, 1.000,
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de ce contenu.