ūüéĖDividendes : Axa d√©fie le r√©gulateur europ√©en

Axa a annonc√© hier maintenir la distribution d’un dividende, mais diminu√© de moiti√© pour tenir compte des appels √† la prudence lanc√©s par l’ACPR. Le r√©gulateur europ√©en a maintenu le m√™me jour sa demande aux assureurs de suspendre les distributions de dividendes, en pr√©vision de risques futurs li√©s √† la pand√©mie. Ces contradictions illustrent la crainte d’une crise syst√©mique dans le secteur.¬†

Axa va donc finalement distribuer un dividende, apr√®s avoir suspendu sa d√©cision il y a deux mois. Mais ce dividende sera diminu√© de moiti√© pour tenir compte des appels √† la prudence lanc√©s par l’ACPR, √† 0,73 euro par action contre 1,43 euro pr√©vu initialement. Toutefois, si les conditions de march√© et r√©glementaires s‚Äôav√®rent plus favorables au quatri√®me trimestre, le conseil d‚Äôadministration envisagera de proposer un versement compl√©mentaire aux actionnaires pouvant aller jusqu‚Äô√† 0,70 euro par action, pr√©cise Axa.

La valorisation boursi√®re d’Axa en jeu

La d√©cision prise par Axa intervient dans un contexte mouvement√©, pour ne pas dire chaotique. L’assureur est fortement attaqu√© pour n’avoir pas indemnis√© les pertes d’exploitation de certains de ses clients, pour un montant inconnu √† ce stade. Chaque jour, des restaurateurs annoncent leur intention de saisir la justice sur cette question, apr√®s la victoire du d√©sormais c√©l√®bre Manigold, propri√©taire du Rostang au tribunal de commerce de Paris.¬†

Sur l’ensemble de la crise du coronavirus, Axa d√©clare √† ce stade un impact de pr√®s de 1,5 milliard, dont 300 millions au titre des mesures de solidarit√©. Malgr√© ces √©l√©ments d’inqui√©tude, Axa fait une d√©monstration de force en maintenant une premi√®re distribution de dividende en juin, et en provisionnant un second versement √† l’automne.¬†

Pour l’entreprise, l’enjeu est √©videmment de pr√©server sa capitalisation boursi√®re face √† une √©ventuelle pr√©dation √©trang√®re, en particulier am√©ricaine. Il faut dire que le titre √©tait tomb√© sous les 15‚ā¨ en avril, apr√®s avoir r√©guli√®rement flirt√© avec les 25‚ā¨ (les initi√©s savent que les “march√©s” ont r√©guli√®rement reproch√© √† Henri de Castries de ne pas mieux valoriser l’action).¬†

L’annonce d’un versement en juin a permis au titre de revenir vers les 20‚ā¨.

Axa, un enjeu de patriotisme économique

Si peu d’analystes sont aujourd’hui capables d’expliquer pr√©cis√©ment l’exposition d’Axa au risque d’OPA hostile venue de l’√©tranger, il n’en demeure pas moins que la distribution de dividendes par l’assureur est un sujet corn√©lien pour l’ex√©cutif. D’une part, tout le monde a bien not√© que distribuer des dividendes est l’incarnation du mal, d√©sormais. D’autre part, l’un des leaders mondiaux de l’assurance comme Axa doit bien tenir compte de la concurrence capitalistique mondialis√©e pour survivre. Les discussions avec Generali que nous √©voquons par ailleurs en sont la preuve.¬†

Pour l’√Čtat, Axa est forc√©ment un interlocuteur particulier, et privil√©gi√©, qui serait, dit-on, le premier d√©tenteur de dette fran√ßaise, par l’interm√©diaire notamment des en-cours de l’assurance-vie. Et c’est bien toute la difficult√© aujourd’hui du gouvernement : une mesure qui f√Ęcherait les assureurs “syst√©miques”, et surtout les √©pargnants des assureurs syst√©miques, pourrait avoir des cons√©quences imm√©diates sur la capacit√© d’emprunt de l’√Čtat. Voil√† une donn√©e √† bien m√©diter.¬†

À lire aussi

Chomsky et les causes profondes de la guerre en Ukraine, par Jean Goychman

La soumission imbécile du Français, par Nicolas Bonnal

Origine du Sars Cov-2 : Pourquoi Shi Zheng Li (Chine) et Ralph Baric (USA) ont façonné un virus chimère ?

L’Union Europ√©enne a trahi le “plus jamais Sarajevo!” qui √©tait sa raison d’√™tre. A quoi sert-elle d√©sormais? .

Artemisia annua : cette plante peut-elle réellement sauver des vies ?

L’industrie pharmaceutique veut pr√©server ses profits sur les vaccins

Christian Estrosi annonce le retour du passe vaccinal

Emmanuel Macron sera-t-il le fossoyeur de la diplomatie française?

De l’effondrement de la Russie comme cl√© de l’histoire universelle – par Nicolas Bonnal

COVID : Pourquoi n’y -a-t-il pas d’étude sur la mortalité des vaccinés versus non vaccinés ?

Le régulateur européen fait gloups !

On peut donc imaginer que, face aux grands coups de moulinet dans l’air donn√©s par notre impayable Bruno Le Maire national, Axa ait trouv√© quelques arguments pour convaincre ses interlocuteurs de faire preuve de compr√©hension vis-√†-vis de ses actionnaires soucieux de pr√©server un petit dividende. Cette distribution est-elle raisonnable ? Il en existe trois lectures. La premi√®re dit qu’Axa est assez solide pour verser des dividendes et pour faire face √† ses obligations vis-√†-vis de ses assur√©s frapp√©s par les diff√©rents sinistres de l’ann√©e. La deuxi√®me dit qu’Axa n’est pas assez solide pour faire face √† ces sinistres, mais qu’Axa parie sur une aide de l’√Čtat en cas de probl√®me, selon le principe du “too big to fail”. La troisi√®me dit que les actionnaires ne se posent pas vraiment la question de la viabilit√© de l’entreprise et pratique le “advienne qui pourra”.

C’est peut-√™tre sous le jour de ces deux derni√®res lectures qu’il faut comprendre la prise de position du r√©gulateur europ√©en, appelant les assureurs √† suspendre les versements de dividendes cette ann√©e. En tout cas, il est √©vident qu’Axa s’affranchit des recommandations europ√©ennes dans le secteur.¬†

Régulateur français contre régulateur européen

On rel√®vera dans cette op√©ration l’√©vidente contradiction entre le r√©gulateur europ√©en (AEAPP) et le r√©gulateur fran√ßais (ACPR). Alors que le r√©gulateur europ√©en consid√®re que les sinistres dus au coronavirus n’ont pas encore montr√© toute leur √©tendue, le r√©gulateur fran√ßais appelle √† une prudence moindre.¬†

Deux points sont ici à noter précieusement.

Le premier est que le r√©gulateur europ√©en n’exclut pas des difficult√©s majeures pour le secteur dans le courant de l’ann√©e. C’est une donn√©e importante √† prendre en compte, pas seulement pour la France mais pour l’ensemble de l’Union. C’est toujours bon √† savoir, m√™me si cette crainte porte sur u risque et non une certitude…

Le deuxi√®me point est que le r√©gulateur fran√ßais se montre convaincu qu’Axa sera √©pargn√© par le ph√©nom√®ne. Mais l’histoire ne nous dit pas encore si cette relative s√©r√©nit√© tient √† la vraie bonne sant√© d’Axa, ou √† la conviction que l’√Čtat interviendra quoiqu’il arrive pour sauver la situation.¬†

Dans tous les cas, voil√† encore un secteur o√Ļ la France, qui adore donner des le√ßons d’Europe, ne joue pas vraiment le jeu europ√©en.¬†

Le management tient-il personnellement à cette distribution ?

Les esprits malicieux rappelleront que la d√©tention r√©elle d’Axa est un myst√®re aussi insondable que les profondeurs du Loch Ness. Il y a quelques ann√©es, un d√©l√©gu√© syndical de l’entreprise, tr√®s bien inform√©, s’√©tait r√©pandu dans des couloirs (apr√®s une soir√©e un peu trop arros√©e de bi√®re belge) sur les confidences qu’Henri de Castries lui avaient faites. Le patron d’Axa (mais c’√©tait il y a longtemps) avait d√Ľ vendre un paquet d’actions pour payer son imp√īt sur le revenu…

De l√† √† penser que le versement de dividendes de l’entreprise est indispensable pour des dirigeants d’Axa puisse boucler leurs fins de mois, il n’y a qu’un pas. Il faudrait leur poser la question…

19 Shares:
1 commentaire
  1. Le deal retenu par AXA me semble √™tre tout √† fait raisonnable. Pris entre le marteau et l’enclume comme souvent dans notre pays, le tout amplifi√© par une inculture populaire de nos institutions comme du fonctionnement de l’entreprise en g√©n√©ral, les entreprises cot√©es de dimension internationale ne peuvent faire l’impasse sur ce juste retour de la prise de risques de leurs investisseurs, qu’ils soient particuliers ou institutionnels. Quant √† l’ACPR dont les attitudes ont √©t√© pour le moins √©quivoques pendant la crise Covid et notamment sur le dossier Perte d’Exploitation du CIC, la r√©action de cet organe sens√© superviser les entreprises financi√®res et qui a pris une position aussi ferme que technocratique sur la distribution de dividendes semble bien √©loign√©e de sa mission premi√®re de protection des assur√©s. Sans investisseurs, que deviendraient nos compagnies… et leurs assur√©s ? Bravo √† AXA pour ce courage politiquement incorrect, vu de notre beau pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer