🎖Hydroxychloroquine, masques : les manquements accablants de JĂ©rĂŽme Salomon apparaissent

Que ce soit sur l’hydroxychloroquine ou sur les masques FFP2 (ou autres d’ailleurs) l’audition de JĂ©rĂŽme Salomon, dont nous rapportons ici les moments les plus significatifs, le 16 juin Ă  l’AssemblĂ©e Nationale a surtout mis en Ă©vidence les manquements personnels du directeur gĂ©nĂ©ral de la SantĂ©. Qui ne semble exprimer, malgrĂ© les demandes rĂ©pĂ©tĂ©es des dĂ©putĂ©s, aucun regret sur les nombreux ratĂ©s de l’État. Cette culture du dĂ©ni, typique des Ă©lites, pose un vrai problĂšme dĂ©mocratique. 

Que ce soit sur l’hydroxychloroquine ou sur les masques, ou encore sur les tests, JĂ©rĂŽme Salomon a rĂ©pondu aux dĂ©putĂ©s membres de la Commission d’enquĂȘte parlementaire prĂ©sidĂ©e par l’ex-socialiste (devenue LREM) Brigitte Bourguignon, et dont Éric Ciotti est le rapporteur (trĂšs bon dans l’exercice, au demeurant), avec une langue de bois affligeante qui a Ă©puisĂ© la reprĂ©sentation nationale. Trop peu de questions ont trouvĂ© des rĂ©ponses. Cet exercice d’esquive est emblĂ©matique du mĂ©pris de la haute fonction publique pour la dĂ©mocratie. 

JĂ©rĂŽme Salomon, incarnation et porte-parole de la technostructure

Tout au long des 4h30 d’audition par la commission parlementaire, JĂ©rĂŽme Salomon ne s’est pas dĂ©parti une seule fois de son style de haut fonctionnaire : technique, neutre, froid, sans opinion personnelle assumĂ©e, retranchĂ© en permanence derriĂšre des considĂ©rations en apparence objective, mais soigneusement triĂ©es pour perdre l’auditeur et l’induire dans un flou artistique Ă  l’avantage du locuteur. 

On notera que si le directeur gĂ©nĂ©ral de la santĂ© a adressĂ© des pensĂ©es (mais pas des regrets) aux victimes du coronavirus, il a surtout rendu hommage Ă  la poignĂ©e de hauts fonctionnaires de la cellule de crise, qu’il a trouvĂ©s trĂšs Ă  l’Ă©coute du terrain, trĂšs efficaces, et particuliĂšrement exemplaires. On a cru rĂȘver. 

Mais le ton Ă©tait donnĂ© : Salomon est venu dire tout le bien de son action, et tout le bien de l’action de son administration, sans exprimer de regrets, ni de remords, ni de remarque nĂ©gative explicite sur les diffĂ©rents dĂ©sastres qui ont Ă©maillĂ© ces trois ou quatre mois de pandĂ©mie virulente. Il Ă©tait lĂ  pour rendre justice aux technocrates injustement attaquĂ©s par de mauvais coucheurs. Pour le reste, il a systĂ©matiquement refusĂ© de donner une opinion personnelle. Comme si faire l’apologie d’une administration dĂ©faillante n’Ă©tait pas un dĂ©ni personnel apportĂ© aux Ă©vidences qui ont exaspĂ©rĂ© les citoyens au service desquels il devrait se situer. 

Comment Éric Ciotti a ferrĂ© le poisson

Ces esquives permanentes, pointĂ©es avec agacement par de nombreux dĂ©putĂ©s de tous les partis (LREM comprise) n’ont finalement rien pu contre l’obstination courtoise d’Éric Ciotti qui a, avec beaucoup d’habiletĂ©, replacĂ© JĂ©rĂŽme Salomon devant ses contradictions. En revenant aux faits, Ciotti a fait dire Ă  JĂ©rĂŽme Salomon qu’il avait effectivement pris note de la recommandation des experts rĂ©unis par SantĂ© Publique France en 2019 de porter le stock Ă  1 milliard de masques. Il a fait reconnaĂźtre Ă  JĂ©rĂŽme Salomon qu’entre octobre 2018 et fĂ©vrier 2020, aucune commande de masques n’Ă©tait intervenue, alors mĂȘme que, en octobre 2018, une expertise portant sur l’Ă©tat des 700 millions de masques restant en stock a conduit Ă  la destruction de ceux-ci. 

C’est Ă  peine si JĂ©rĂŽme Salomon, en janvier 2020, a estimĂ© les besoins en masques pour les soignants Ă  1 million, chiffre ridiculement bas…

L’obstination de Ciotti Ă  mettre Salomon devant ses contradictions a permis de faire apparaĂźtre les faiblesses d’un directeur gĂ©nĂ©ral trĂšs beau parleur, mais dont les qualitĂ©s managĂ©riales et dĂ©cisionnelles ont tardĂ© Ă  se manifester…

Une responsabilité écrasante de JérÎme Salomon dans le désastre ?

Sur la seule affaire des masques, qui est au coeur de l’exaspĂ©ration des Français dans la gestion de la crise, la commission parlementaire n’a pas permis d’apporter la preuve indiscutable de l’hostilitĂ© personnelle de JĂ©rĂŽme Salomon Ă  un Ă©quipement large de la population. Mais on a bien senti que l’idĂ©e de doter tous les Français de masques, comme le recommandaient les experts de SantĂ© Publique France, ne le ravissait pas non plus. 

Surtout, Salomon n’est pas parvenu Ă  donner des raisons satisfaisantes Ă  son indiffĂ©rence manifeste pour la constitution recommandĂ©e officiellement par SantĂ© Publique France de la constitution d’un stock d’1 milliard de masques. Il a beaucoup argumentĂ© sur le principe d’un stock tournant de quelques centaines de millions de masques. Mais personne n’avait entendu jusqu’ici parler de cette doctrine, et le directeur gĂ©nĂ©ral de la santĂ© n’est guĂšre parvenu Ă  convaincre les dĂ©putĂ©s qu’elle Ă©tait partagĂ©e par d’autres dĂ©cideurs que lui-mĂȘme. 

De lĂ  Ă  penser que Salomon a pris tout seul dans son coin l’initiative de modifier la doctrine collective de la France arrĂȘtĂ©e depuis plusieurs annĂ©es… il n’y a qu’un pas. 

Salomon a cherché à embourber la représentation nationale

Le plus gĂȘnant, dans les images de l’audition parlementaire, tient au sentiment que ce haut fonctionnaire a cherchĂ© Ă  se soustraire au contrĂŽle dĂ©mocratique en Ă©ludant les questions qui l’embarrassaient. On retiendra par exemple que Jean-Christophe Lagarde, dĂ©putĂ© UDI, lui a demandĂ© s’il avait, en 2016, informĂ© Marisol Touraine (dont il Ă©tait conseiller) aussi bien qu’Emmanuel Macron Ă  qui il avait envoyĂ© une note sur l’imprĂ©paration de la France face aux pandĂ©mies. Cette question de la loyautĂ© d’un conseiller de cabinet vis-Ă -vis de sa ministre n’Ă©tait pas inintĂ©ressante. La rĂ©ponse de Salomon est restĂ©e vaseuse et floue. 

Plus globalement, les dĂ©putĂ©s ont rĂ©guliĂšrement demandĂ© au directeur gĂ©nĂ©ral de la SantĂ© d’exprimer ses opinions personnelles sur les dossiers. L’intĂ©ressĂ© a systĂ©matiquement esquivĂ© les demandes, comme s’il Ă©tait une machine, ou un simple exĂ©cutant appliquant sans marge de manoeuvre des procĂ©dures scientifiques. 

Ce manque de sincĂ©ritĂ© dans son rĂŽle exact n’a pas jouĂ© en sa faveur. Il devrait ĂȘtre auditionnĂ© une nouvelle fois. 

Une caricature du haut fonctionnaire

Le seul fait que le directeur gĂ©nĂ©ral de la santĂ© ait, en permanence, plaidĂ© qu’il n’avait pas d’opinion personnelle et qu’il avait parfaitement fait son travail se comprend au regard des contraintes imposĂ©es par les procĂ©dures pĂ©nales engagĂ©es contre lui. Il peut difficilement reconnaĂźtre aujourd’hui des torts qui ne manqueront pas d’ĂȘtre rappelĂ©s devant les juges d’instruction. 

Il n’en reste pas moins que, au-delĂ  de cette circonstance, les Français qui ont regardĂ© l’audition parlementaire ont dĂ©couvert ce qu’Ă©tait un haut fonctionnaire dans toute sa splendeur. DerriĂšre le parfait phrasĂ© du bourgeois Ă©duquĂ©, ils ont senti une personnalitĂ© capable de conserver jusqu’au bout la langue de bois, produisant de façon spontanĂ©e des contre-vĂ©ritĂ©s sans broncher, et contestant des Ă©vidences indiscutables. Salomon a en rĂ©alitĂ© livrĂ© une guerre de mots : il a refusĂ© de dire les choses qui n’entraient pas dans son story-telling. 

Et c’est cette capacitĂ© Ă  escamoter la rĂ©alitĂ© qui gĂȘne qui se trouvera sans doute au coeur des dĂ©bats Ă  venir. 

About Post Author

98 Shares:
4 commentaires
  1. Un Ă©narque, un x et en gros tout Ă©lĂšve sortant d’une grande Ă©cole ont en gĂ©nĂ©ral autant de chances de dire la vĂ©ritĂ© et donc se comporter autrement qu’en prĂ©dateur vis Ă  vis n’est ce pas des blaireaux que nous sommes que de voir le pape baiser avec une chauve-souris…

    1. Il y a ceux qui sont dans la ligne du parti et … les autres ! Et il est vrai que si vous n’ĂȘtes pas dans la premiĂšre votre “carriĂšre” risque d’ĂȘtre … “freinĂ©e” !

  2. Ces hauts fonctionnaires sont non seulement des incompĂ©tents, mais des nuisibles. Le PrĂ©sident doit (devrait, mais quand on copine avec) mettre 90% de ces engeances hors de l’administration et fermer dĂ©finitivement l’ENA et Sciences PO. Il doit confier les rĂȘnes aux acteurs de terrains (on l’a trĂšs bien vu, avec ce Covid, ce sont eux qui ont sauvĂ© la France, malgrĂ© les fautes lourdes (ils sont responsables de milliers de morts) de ces hauts fonctionnaires, ces sachant/disant qui en fait ne savaient rien et se permettaient de prendre de haut ceux qui Ă©taient utiles, eux, et qui servaient Ă  quelque chose (Monsieur Salomon en est l’exemple caricatural) : ce qui veut dire : Les Maires agissent, le Conseil RĂ©gional organise et gĂšre, le MinistĂšre impulse, aide, contrĂŽle, le PrĂ©sident orchestre (on abandonne une direction verticale pour une orientation horizontale : une vraie rĂ©gionalisation et une authentique dĂ©mocratie). Le SĂ©nat reste, l’AssemblĂ©e Nationale disparait (c’est la fin des Partis : que nous amĂšnent-ils ? Rien ! Incapables de s’entendre, perpĂ©tuellement Ă  la lutte pour des intĂ©rĂȘts privĂ©s ou partisans, ayant fait de la politique une rente viagĂšre (40 ans payĂ©s par la contribuable comme Ă©lus : Monsieur Hollande en a Ă©tĂ© la caricature, tout ça pour ça : un fiasco : les autres n’ont guĂšre fait mieux), une captation du pouvoir Ă  leur profit, un pays dont ses citoyens paient le plus d’impĂŽts et taxes au monde, des rĂ©sultats catastrophiques d’une dĂ©liquescence, d’une dĂ©bĂącle Ă  peine croyable, passant dans tous les secteurs rĂ©galiens des 3 premiĂšres places du temps du PrĂ©sident Pompidou Ă  la 20Ăšme place et plus, 40 ans plus tard, et, cerise sur le gĂąteau, une dette de 2400 milliards d’euros avant Covid ! Eh bien ! Si vous pensez toujours que les Ă©lus de l’AssemblĂ©e Nationale, et, accessoirement, ceux qui ont Ă©tĂ© amenĂ©s Ă  diriger la France, sont d’une utilitĂ© majeure, je vous rends ma plume ! Cordialement, d’un homme de 80 ans qui essaye de rĂ©flĂ©chir et de voir clair, et, bon courage Ă  ceux qui vont devoir se traĂźner le dit fardeau sur leurs Ă©paules et surtout changer de paradigme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez Ă©galement aimer