🎖Quelques conseils pour limiter les risques de contrôle fiscal personnel

Le contrôle fiscal a battu des records en 2019. Il aurait rapporté 11 milliards €, soit 30% de plus que l’année précédente. Officiellement, cette performance est due à “l’intelligence artificielle” (en réalité du data mining, c’est-à-dire de la collecte de données en masse) qu’utilisent désormais les services fiscaux pour cibler les contribuables à contrôler. Dans la pratique, cette intelligence artificielle consiste surtout à arpenter les réseaux sociaux pour déceler d’éventuelles discordances entre les revenus déclarés et votre niveau de vie. Voici quelques conseils pour déjouer la vigilance des gabelous. 

Le contrôle fiscal en France est à la pointe du progrès… puisque, selon le ministère des Comptes Publics, il opère de façon de plus en plus fructueuse grâce au “data mining” dont le déploiement n’était pourtant autorisé en loi de finances qu’à partir de 2020. Mais son utilisation a d’ores et déjà permis de collecter au moins 2 milliards supplémentaires en quelques mois. Ces innovations ne sont pas sans risque pour tous les adeptes des réseaux sociaux qui ont un peu d’argent à déclarer. 

Contrôle fiscal et data mining…

Dans la pratique, le data mining est simple : il consiste à chercher automatiquement et massivement sur Internet les données concernant chaque contribuable. Pour être franc, personne n’a vérifié à quel niveau de modernité cette technique était arrivée. Mais, depuis la loi de finances 2020, le fisc est légalement fondé à vous traquer sur les réseaux sociaux pour “cibler” les éventuelles discordances entre vos déclarations de revenus et votre train de vie. 

Les moyens privilégiés pour effectuer ces contrôles reposent sur l’analyse de vos photos sur Facebook ou sur Instagram, bien entendu. Si vous affichez six ou sept voyages de rêve dans l’année, à l’autre bout du monde, dans des hôtels de rêve, alors que vous avez déclaré 15.000 € de revenus, vous risquez d’éveiller quelques soupçons…

Mais la puissance du data-mining vient surtout de sa capacité à synthétiser des données issues de plusieurs réseaux sociaux. Si, sur Facebook, vous posez devant une bouteille de Vosne-Romanée hors de prix, si, sur Instagram, vous affichez des photos de votre maison à Saint-Martin, et si, sur Twitter, vous relayez des publicités pour Ferrari, vous risquez aussi d’étonner quelques inspecteurs bienveillants…

Assez logiquement, vous vous exposez alors au risque d’une petite vérification de derrière les fagots, qui aura la particularité de cibler ces moments privilégiés et de leur chercher des explications plausibles. 

Conseil n°1 : la discrétion est la mère de toutes les vertus

Pour éviter ces moments compliqués où un inspecteur des impôts vous demande comment on peut se payer une Maserati flambant neuve avec les revenus que vous déclarez… surtout si vous exercez une profession qui brasse de l’argent liquide, respectez une première règle : soyez discret sur les réseaux sociaux. 

Ainsi, même si l’envie vous mord les doigts d’afficher sur vos Facebook, dans un défi avec vos copains, les photos des meilleures bouteilles de Bordeaux de votre cave, contentez-vous de ne publier que des photos de bouteilles à moins de 10 € ou, en tout cas, de ne publier qu’exceptionnellement des photos de bouteilles prestigieuses. Et si, durant vos vacances aux Seychelles ou en Grèce, vous avez fait une excursion d’une heure sur un voilier de luxe, évitez de publier des photos de cet instant pour faire croire que toutes vos vacances se sont passées sur un bateau de rêve. 

Le data-mining nous condamne à appliquer le dicton : pour vivre heureux, vivons cachés… La surveillance de l’État est désormais partout. 

Conseil n°2 : le pseudonyme peut avoir du bon…

Si vous voulez vraiment montrer à vos amis et vos connaissances que vous avez réussi dans la vie, ou les faire pâlir d’envie sur vos vacances au Mexique dans des hôtels de grand luxe, ne semez pas derrière vous des cailloux de petit Poucet. Compliquez la tâche de mise en concordance de vos différents comptes en recourant aux pseudonymes. Et surtout, spécialisez vos contenus selon les comptes. 

Sous votre nom, réservez les photos avec vos visages et associez-les à des représentations conformes à vos revenus connus du fisc. Par exemple, si vous avez déclaré 30.000€, postez-y vos photos de vacances dans la Creuse et quelques photos de votre escapade annuelle à Euro Disney, les mains chargées de hamburgers achetés à la va-vite. Et sous un pseudonyme, concentrez les photos de votre Ferrari, de votre villa de luxe aux Baléares non déclarée, et de vos vacances aux Maldives dans un palace. Prenez soin de ne pas publier de photos de votre visage sur ce compte pseudonymisé… au cas où le data-mining intégrerait un logiciel de reconnaissance du visage !

Conseil n°3 : méfiez-vous des sites de voyage

Une erreur de débutant serait de ne pas englober dans les données collectables les avis que vous laissez sur les sites de voyage. Il faut y faire très attention. 

Ainsi, si vous aimez laisser des commentaires sur Tripadvisor, vous prêtez le flanc à l’attaque. En effet, là encore, si vos revenus déclarés ne concordent pas avec un profil de globe-trotter, vos avis sur les restaurants de Bangkok, puis de Shangaï, puis de Melbourne, puis de Buenos-Aires, puis de New-York, publiés la même année, et certifiant que vous y êtes passé à quelques semaines d’intervalle, risquent de semer le trouble. Surtout si vous y décrivez votre goût prononcé pour le foie de gras, la truffe et le caviar !

Là encore, ayez bien conscience que toute trace laissée sur Internet et signée de votre nom ou de votre visage peut se retourner méchamment contre vous. Quand vous publiez un avis, ayez donc à l’esprit qu’il est susceptible d’être lu par votre inspecteur des impôts et compris non sous l’angle de vos qualités gustatives, mais de votre potentiel fiscal déclaré. 

Conseil n°4 : méfiez-vous des forums

Dans la conscientisation des traces numériques que vous laissez derrière vous, n’oubliez surtout pas que vos contributions sur des forums peuvent également être consultées de façon très indiscrète par les services fiscaux. L’erreur la plus grossière consisterait donc à signer une contribution sur forum d’épargnants ou de contribuables dévoilant vos avoirs en Suisse ou suggérant leur existence. Mais laisser des traces trop visibles sur d’éventuels revenus que vous n’auriez pas déclarés peut également vous desservir. 

À titre d’exemple, si vous êtes coiffeur et que vous demandez sur un site professionnel de coiffeur comment gérer d’importants flux de clientèle, ou d’importantes commandes de matière première, vérifiez bien que le chiffre d’affaires déclaré au fisc pour votre salon n’est pas celui d’un désert de la Creuse. Sinon, vous pouvez là encore éveiller l’attention…

About Post Author

1 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer