ūüéĖMacron veut relancer le bonus des banquiers qui prennent des risques

Le bonus des banquiers est actuellement encadr√© par des dispositions contraignantes de l’Union Europ√©enne pour √©viter les d√©rives connues en 2008 : prise de risque inconsid√©r√©e qui rapportent des sommes colossales en cas de succ√®s, et qui sont financ√©es par le contribuable en cas d’√©chec. La France demande √† ses partenaires d’assouplir cette r√©glementation… Tout un symbole.¬†

Le bonus des banquiers revient sur la table des revendications fran√ßaises dans l’Union. C’est ce qui ressort d’un document que Reuters a consult√©. En l’esp√®ce, il s’agit d’un courrier commun de Bruno Le Maire et de son homologue allemand √† leurs partenaires europ√©ens pour les exhorter √† assouplir les r√®gles bancaires. Parmi ces r√®gles figurent celles qui encadrent les bonus des banquiers…

Bonus des banquiers et Union bancaire

Nous √©voquions la semaine derni√®re le passage pr√©cipit√© de Bruno Le Maire √† Berlin, en marge de l’Eurogroupe. Nous rappelions que l’empressement fran√ßais √† d√©terrer le dossier de l’Union bancaire √©tait une fa√ßon √©loquente de manifester l’angoisse des pouvoirs publics vis-√†-vis des d√©sordres bancaires que m√™me les dirigeants de la BCE annoncent depuis plusieurs mois.¬†

On en sait plus, d√©sormais, sur les discussions que les deux ministres ont eues en coulisse. Elles ont essentiellement port√© sur l’assouplissement des r√®gles prudentielles applicables aux banques, h√©rit√©es de la crise de 2008. Et parmi ces r√®gles, les ministres fran√ßais et allemands (ils sont deux, Outre-Rhin) ont cibl√© l’encadrement des bonus dans les “petites banques”, sujet √©trange dont on attend de voir s’il recouvre ou non les banques d’affaires.¬†

En tout cas, on comprend que les banquiers n’ont pas perdu de temps pour marchander pied √† pied leur soutien √† l’√©conomie en difficult√©.¬†

H2O et Natixis

Nous avons r√©cemment relat√© les malheurs d’H2O, le fonds d’investissement financ√© par Natixis, qui s’est vu intimer l’ordre par l’AMF de suspendre toute activit√© sur plusieurs compartiments. Tout indique que ce genre “d’incidents” pourrait se multiplier dans les semaines √† venir. Pour l’instant, tout le monde fait bonne figure et d√©clare sa confiance dans une reprise √©conomique foudroyante. Mais l’avenir dira si ce traditionnel optimisme des √©lites fran√ßaises se justifie ou non…

Le pr√©texte de l’acc√®s au cr√©dit

L’argument utilis√© pour justifier cet assouplissement ne manque pas de surprendre : les r√®gles prudentielles √©touffent les banques et les d√©couragent de financer l’√©conomie en difficult√©. Autant cet argument s’entend sur les fonds propres, o√Ļ l’attribution de cr√©dit cr√©e m√©caniquement un besoin en fonds propres co√Ľteux pour les banques, autant il est myst√©rieux sur les bonus : certains banquiers refusent-ils d’accorder des cr√©dits √† des entreprises en difficult√© sous pr√©texte qu’ils ne sont pas r√©mun√©r√©s en cons√©quence ?¬†

Ce point m√©riterait d’√™tre √©clairci… car il sert de justification √† une mesure discr√®te dont on imagine mal l’impact et l’ampleur √† ce stade.¬†

La crainte d’une panne dans le cr√©dit aux entreprises

Sur le fond, ces demandes √©mises dans la plus grande des discr√©tions relaient une crainte majeure des pouvoirs publics : que le financement de la reprise ne soit compromis par de trop importantes exigences prudentielles dans le secteur bancaire. De fait, l’octroi de cr√©dits oblige les banques √† provisionner des sommes en cas de faillite de l’emprunteur.¬†

C’est sur ce segment que la France et l’Allemagne proposent une d√©cote de 65% des fonds propres √† provisionner en cas de cr√©dit accord√© √† une entreprises solide. Sur le papier, le raisonnement fait bien. Toute la difficult√© est √©videmment de savoir si la crise va laisser debout des entreprises solides, qui ne pr√©senteront pas de risque syst√©mique pour les banques qui leur pr√™tent de l’argent. Et l√†, on a un doute, et un vrai.¬†

De l√† √† penser que cet assouplissement fait le lit de crises futures, il n’y a qu’un pas que nous franchissons all√®grement.¬†

Attention aux marchés financiers

Nos lecteurs savent que nous mettons r√©guli√®rement en garde sur les effets trompeurs des “4 sorci√®res” sur les march√©s financiers. Nous rappelons que nous avons annonc√© une tenue “correcte” des march√©s jusqu’aux 4 sorci√®res de septembre, et un mois d’octobre tr√®s compliqu√©. Nous maintenons cette pr√©vision.¬†

Les banques n’en finissent pas d’√™tre aid√©es

Nos lecteurs se souviennent que les banques (et les assurances) n’en sont pas √† leur coup d’essai en mati√®re d’assouplissement prudentiel. D√©j√†, en d√©but d’ann√©e, avant le confinement, Bercy avait adopt√© une mesure favorable aux assureurs-vie. Durant le confinement, les banques avaient d√©j√† b√©n√©fici√© d’une premi√®re intervention favorable de l’Union.

Ce qui transpara√ģt dans cette obsession de r√©duire les amortisseurs mis en place apr√®s la crise de 2008, c’est √©videmment l’impossibilit√© pour les banques de respecter les r√®gles de prudence n√©cessaires pour conjurer un nouvel √©pisode boursier d√©sagr√©able. Or, √† force de r√©duire le co√Ľt du risque, les gouvernements de l’Union vont in√©vitablement nourrir une nouvelle course aux actifs pourris, qui a d’ailleurs d√©j√† commenc√©.¬†

La position allemande et française revient à dire que le financement de la reprise passe par des prises de risque, déléguées aux banques, qui pourraient bien mal se terminer. 

Le secteur bancaire n’est pas sorti d’affaire

Redisons-le, donc, les banques europ√©ennes continuent √† prendre des risques inconsid√©r√©s, et sont loin d’avoir c√©d√© ou purg√© tous leurs actifs toxiques. Le cas de la Deutsche Bank est embl√©matique de ce point de vue. Et toute difficult√© majeure au sein de la Deutsche Bank aurait des r√©percussions imm√©diates sur l’ensemble du syst√®me bancaire et financier mondial.¬†

24 Shares:
1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer