🎖Réforme des retraites : le point sur ce qui risque bien d’exploser à nos figures

La réforme des retraites aura-t-elle lieu ? Depuis plusieurs semaines, une sourde bataille fait rage au sein de l'exécutif entre ceux qui prônent son report au prochain quinquennat, et ceux qui plaident pour sa mise en place dès maintenant. Entre ces deux camps, le rapport de force est incertain. Mais l'Union Européenne devrait imposer un minimum de décisions destinées à juguler les déficits publics avant 2022. En revanche, ces arbitrage
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de ce contenu.
2 Shares:
3 commentaires
  1. La réforme de la retraite avec la mise en place d’un régime commun et une très longue période de transition négociée pour les nombreux régimes de retraite dit spéciaux revenait à faire financer longtemps les coûteux avantages du secteur public et para public par la caisse à peu près à l’équilibre du régime général (salariés du privé) et les caisses de retraite complémentaires des salariés et des professions libérales qui disposaient d’une bonne réserve du fait d’une bonne gestion paritaire.

    Maintenant que la crise fait revoir les grandes ambitions réformatrices d’un président obsédé par le rôle de l’état et anti libéral contrairement à ce que disent ses comptenteurs de gauche, voici venu le temps de faire payer la facture par les retraités, par le biais d’une désindexation générale des pensions, voir une diminution de celles-ci évoquée par les plus fanatiques.

    Qu’importent le déficit permanent de l’état malgré les taux d’imposition et les taxes sur les classes moyennes sans équivalent ailleurs, on préfère taper dans les dépenses de la sécurité sociale et des caisses de retraite. Peu importe que le déficit de la sécurité sociale soit beau plus limité, alors que de gros efforts ont été fait depuis 20 ans dans ce domaine. Peu importe si le déficit actuel du à la chute des cotisations des entreprises du fait du covid 19 va se résorber automatiquement quand les activités reprendront, alors que le déficit de l’état continuera à filer après. Peu importe si les hôpitaux publics français dont les charges de gestion (frais indirects hors médical) représentent le double de la moyenne des hôpitaux européens font supporter cette surcharge par la sécurité sociale. Peu importe également que la sécurité sociale supporte maintenant le coût de la réduction des charges sociales, par décision du gouvernement suite au passage autoritaire aux 35 heures (lois Aubry 1 et 2). Peu importe enfin que les régimes des retraites des salariés soient considérés par les employeurs eux-mêmes comme des compléments de salaire justifiés par un niveau des salaires plus faible en France, avec un niveau de productivité du travail plus élevé par rapport aux autres pays européens. De ce fait les entreprises privées payent volontiers les charges sociales pour les retraites, qui garantissent un différé de salaire pour les salariés. Les entreprises sont beaucoup plus hostiles aux taxes sur la production fixes qu’elles voudraient voir baisser de manière plus importante et aux cotisations qui ont pour objet le financement de politiques qui n’ont rien à voir avec les salariés, comme par exemple le financement des allocations familiales (politique natalité) qu’ils voudraient voir transférées sur le budget de l’état.

    Le président et le gouvernement savent tout cela. Ils savent faire la différence entre l’état, la sécurité sociale et les caisses de retraite. Dignes successeurs des présidents et gouvernements précédents, ils savent utiliser la sécurité sociale pour financer leurs programmes et les dépenses de l’état, grâce au contrôle de son budget par le parlement qui a été imposé il y a plus de 20 ans, en asseyant l’état sur paritarisme et en l’écrasant sous son poids. Depuis 20 ans les comptes de la sécurité sociale se sont dégradés comme par hasard. Ils feront pareil demain avec les caisses de retraite complémentaires. En attendant ils vont faire porter l’effort du redressement des finances sur les retraités, plutôt que sur le secteur public, qui a la préférence des hauts fonctionnaires qui nous gouvernent.

    A un vieille dame qui l’interrogeait sur sa faible pension de retraite lors d’un déplacement du président dans une ville du nord de la France en 2018, le président avait répondu que le fait d’avoir cotisé ne lui donnait pas de droit à la retraite, qu’elle dépendait de la situation économique du pays (confondant au passage droit et soutenabilité). On a vu depuis qu’aux agents du service public était accordé un droit à la retraite supérieur à celui du privé, sans effort de financement (les cotisations sont très inférieures dans le cas des régimes spéciaux, les entreprises publiques abondant ces régimes pour des montants énormes avec l’aide de l’état, dans le cas des fonctionnaires les retraites sont payés par l’état, hors budget). Et il leur est accordé de plus un régime spécial dans le traitement de la réforme des retraites, exonérant les agents du secteur public des efforts et des effets de la convergence sur plusieurs dizaines d’années. Tout est dit.

  2. Bravo pour ce résumé exhaustif !
    La Grèce est un bon exemple d’inflexion d’un système à bout de souffle et dont les réformes à marché forcée ont été conduites par un gouvernement socialiste, un paradoxe mais demain en France il pourrait bien être conduit par un gouvernement autoritaire et répressif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer