ūüéĖL’√©pargnant face au coupable aveuglement de Bercy : que doit-il faire ?

Maintenant qu'il est parfaitement acté que ni Bercy, ni le ministre en charge de ce département, ne sont capables de voir la réalité économique avec des yeux lucides, que doit faire l'épargnant qui veut éviter d'être le dindon de la farce politique qui se joue en ce moment ? Nous proposons ici quelques grandes pistes pour éviter la "chyprisation" si prévisible de nos comptes en banque pour rembourser, au titre de la solidarité, la gabegie qui se grave, jour après jour, dans le marbre politique.

Nous l’avons dit par ailleurs, et depuis plusieurs jours, et m√™me depuis plusieurs semaines, la r√©forme des retraites est le noeud gordien des pr√©l√®vements sociaux de demain : plus nous tardons √† r√©duire les d√©ficits (en repoussant, sous une forme ou une autre, l’√Ęge de d√©part) des r√©gimes sociaux, plus nous nous exposons √† une violente crise de la dette dont les √©pargnants seront les premi√®res victimes. Mais, face √† l’inertie des pouvoirs publics qui laissent d√©river dangereusement une situation de moins en moins contr√īlable, quelles sont les mesures prophylactiques √† prendre de toute urgence ?

Mettre sous surveillance les actifs financiers

La premi√®re mesure √† prendre est… une prise de conscience. Depuis la crise de 2008, les banques n’ont jamais “nettoy√©” leurs actifs toxiques, et la sph√®re financi√®re nourrit en permanence des bulles sp√©culatives, notamment sur les productions dits complexes, que les pouvoirs publics prot√®gent par une r√©gulation cibl√©e. Concr√®tement, ce charabia signifie que les r√®gles prudentielles applicables aux banques sont r√©guli√®rement assouplies depuis 2008 pour √©viter des faillites, alors qu’un grand nombre de nos banques m√©riteraient de dispara√ģtre.¬†

Au demeurant, la BCE ne pense pas autrement, puisque, depuis plusieurs mois, ses responsables r√©p√®tent √† l’envi que la crise bancaire se r√®glera par des fusions et des absorptions.¬†

Il faut donc avoir conscience que les actifs financiers sont tous menacés par une crise systémique, dont la survenue est prédite ou en tout cas pressentie par la BCE elle-même. 

Face √† cette r√©alit√© factuelle, nous restons donc persuad√© que, d’une mani√®re g√©n√©rale, le placement boursier (m√™me s’il a attir√© de nombreux particuliers en 2020) reste plus risqu√© que jamais, et le bon sens est de s’en tenir √©loign√©. Par un ph√©nom√®ne de contagion bien connu appel√© panique boursi√®re, il risque en effet de r√©server, en 2021, de tr√®s mauvaises surprises.¬†

L’assurance-vie et la crise de la dette publique

Dans la sph√®re financi√®re, on marquera une m√©fiance toute particuli√®re vis-√†-vis des dettes souveraines, qui risquent, dans les deux ans √† venir, de se trouver dans la temp√™te des surendettements √©tatiques. Il y aurait long √† dire sur le sujet, mais on retiendra surtout les √©vidences sur cette question : la crise du COVID oblige les Etats √† s’endetter massivement, au point qu’Angela Merkel a demand√© l’abandon de la r√®gle d’or pendant plusieurs ann√©es.¬†

Donc, si m√™me l’Allemagne en arrive √† ne plus pouvoir g√©rer sa dette…¬†

Tout le probl√®me des √©pargnants fran√ßais tient √† cette particularit√© appel√©e assurance-vie : ce dispositif d’√©pargne prosp√®re essentiellement gr√Ęce √† la dette publique, qui farcit les portefeuilles des √©pargnants. L’Etat s’est longtemps financ√© gr√Ęce √† l’assurance-vie, et, de fa√ßon privil√©gi√©e, par l’interm√©diaire d’achats d√©fiscalis√©s propos√©s par les assureurs au titre de ses contrats dont les Fran√ßais sont friands.¬†

M√™me si, aujourd’hui, la BCE a pris le relais des √©pargnants fran√ßais en achetant massivement la dette des Etats pour √©viter une envol√©e des taux, il n’en reste pas moins que l’assurance-vie fran√ßaise demeure un pilier de l’achat de dettes en France. Le tableau ci-dessous le rappelle :

En cas de d√©faut de l’Etat, on mesure les d√©g√Ęts qui seraient caus√©s sur le patrimoine financier des m√©nages. Et pourtant ce d√©faut, au moins partiel, est annonc√© !

On recommandera donc de se tenir √† l’√©cart de l’assurance-vie, tant que la question du “jubil√©”, c’est-√†-dire de l’annulation de la dette, ne sera pas r√©gl√©e.¬†

Gare à la chyprisation des comptes en banque

Certains √©pargnants ont la tentation de laisser leur argent sommeiller sur des comptes liquides ou bancaires en attendant d’y voir plus clair. C’est un r√©flexe l√©gitime, parce qu’il est simple et facile et, au fond, protecteur.¬†

Mais il faut toujours se rappeler que les Etats membres de l’Union ne couvrent les d√©p√īts qu’√† hauteur de 100.000‚ā¨. Au-del√† de cette somme (qui n’est pas anodine), il y a tout lieu de craindre la “chyprisation”, c’est-√†-dire la confiscation au moins partielle par l’Etat des sommes laiss√©es sur des comptes priv√©s.¬†

Sans recourir √† ces extr√©mit√©s, on remarquera cependant que, dans cette p√©riode de taux n√©gatif, la tentation des banques consiste √† pr√©lever des frais grandissants sur la simple d√©tention des liquidit√©s, que ce soit en compte courant ou en √©pargne r√©glement√©e. Dans la pratique, cela revient √† payer pour disposer de l’argent qu’on a gagn√©. Il s’agit l√† d’une anomalie qui ne pourra durer √©ternellement.¬†

Donc l√† encore, on √©vitera d’engraisser les sur-effectifs des banques en les payant pour conserver notre argent.

L’immobilier, un pis-aller

Dans cette effervescence toxique du secteur financier, l’investissement immobilier constitue une int√©ressante valeur-refuge, dans la mesure o√Ļ l’achat d’un bien immobilier garantit une valeur d’usage m√™me en cas de krach. Mais il faut l√† aussi avoir conscience que l’inflation cach√©e de ces derni√®res ann√©es s’est beaucoup port√©e sur les biens immobiliers. Les prix de ceux-ci, en France, ont donc atteint des seuils tr√®s √©lev√©s et il est difficile d’imaginer que la progression des prix est infinie.¬†

On peut m√™me raisonnablement penser que, dans les ann√©es √† venir, la pente de l’immobilier sera plut√īt descendante. L’exemple de Paris, frapp√©e de plein fouet par l’interruption du tourisme de masse, en est particuli√®rement illustratif. Paris retrouvera-t-elle la croissance exponentielle de ses prix immobiliers dans les ann√©es √† venir ? On a un doute.¬†

Les cours de l’or ont beaucoup mont√©

Autre solution : acheter de l’or. Le graphique ci-dessous r√©capitule l’√©volution des cours du lingot depuis 2000:

On le voit, les cours de l’or depuis vingt ans (correspondant grosso modo √† la mise en place de l’euro) ont beaucoup augment√©. Cette hausse a particuli√®rement concern√© la p√©riode allant de 2006 √† 2014, puis la p√©riode qui a commenc√© en 2019. Le lingot d’or flirte d√©sormais avec les 50.000‚ā¨. Ceux qui ont achet√© un lingot √† 10.000‚ā¨ en 2005 ont donc fait une bonne affaire en l’esp√®ce de 15 ans.¬†

Cette hausse rapide incite √† se montrer mod√©r√© quand aux perspectives de l’or, qui demeure un placement tr√®s sp√©culatif. Intuitivement, on penche plut√īt vers l’id√©e que l’instabilit√© qui s’annonce plaide plut√īt en faveur d’une nouvelle flamb√©e dans les ann√©es √† venir. Mais il faut bien retenir que les cours ont d’ores et d√©j√† franchi des caps historiques.¬†

Tous ceux qui auraient un doute sur cette évolution consulteront ce graphique, lui aussi tiré du site france-inflation :

Le graphique parle de lui-même.

L’expatriation, une solution √† m√©diter

Reste que, face aux menaces qui s’annoncent, et face √† l’ingratitude de l’assur√© ou de l’assist√© social qui compte sur l’Etat (c’est-√†-dire sur l’√©pargnant) pour l’aider √† franchir sans encombre une crise qui n’a aucun impact sur le niveau de vie de plusieurs millions de fonctionnaires, l’un des r√©flexes les plus sains et les plus salvateurs pour ce pays reste de s’expatrier le temps qu’il faut, en rendant visite √† des pays o√Ļ la raison est mieux pr√©serv√©e. Dans le monde, tous les pays ne sont pas dirig√©s par une caste qui fait croire aux citoyens, pour garder le pouvoir, que l’on peut tout avoir sans effort.¬†

Nous récapitulerons dans les prochains jours nos premières recherches sur le sujet, en faisant la synthèse des pays à la fiscalité la  plus favorable. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

10 Shares:
1 commentaire
  1. act√© est un f√Ęcheux anglicisme que l’on voir d√©sormais mis √† toutes les sauces par les unijambistes de la pens√©e…

    Il faut dire “Maintenant qu’il est parfaitement √©tabli que ni Bercy,”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer