2 mars 2021

15 thoughts on “Kouchner, Pulvar : la fin du linge sale en famille

    1. Ils sont surreprésentés dans tous les domaines. Qu’on le veuille ou non, nous vivons au pays des socialo 🇫🇷 Après 40 ans de socialo partout de la naissance au cercueil, pas moyen d’y échapper: socialo ou socialo mais 50 nuances de socialo. Qui n’est pas socialo de Lutte Ouvière à LR compris? Résultat 80% des inscrits votent socialo aux zélexions socialo. Parcours fléché, pourquoi se compliquer la vie?

      1. Ce qui ne m’empêche pas de trouver choquant que des gens qui ont fermé leur clapet quand il fallait l’ouvrir viennent aujourd’hui se répandre en étalant leurs états d’âme . De toute évidence le courage est à géométrie variable pour certains . Hurler avec les loups est beaucoup plus facile que d’affronter la meute et ce n’est guère glorieux .

        1. Ils y viennent contraints et forcés par la jeune génération qui veut laver plus blanc. Alors ils pratiquent le double standard classique à gÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔche: gazouillis 🐤 larmoyant quand vous êtes pris le pantalon baissé, les poches pleines de billets volés; 2 minutes plus tard c’est pardonné, on repart à pointer du doigt 👉👇☝️👈 et brailler 📣📣📣📣 les nouveautés suprémacistes de gÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔche, la main sur le cœur.

        2. Je suis d’accord, ceux qui savaient et n’ont rien dit ni fait sont carrément les adjoints des acteurs de ces saloperies et, à ce titre sont coupables quel que soit leur âge : « qui ne dit la vérité quand il la sait, se fait le complice des menteurs et des voleurs » : j’ajoute des violeurs ; aucun n’a porté secours à ces jeunes blessés, salis pour la vie, par contre les auteurs des saloperies ont continué de bien vivre, prospérer, blatérer leur science sur la valetaille ébahie de tant de « science ». Les sanglots de la Pulvar « qui savait qu’elle ne savait pas » (il faut le faire !) ne sont que dégoulinures morveuses.

          1. Vous avez bien raison.
            A vouloir échapper aux éclaboussures de merde familiale, d’une gauche colorée qu’elle a certainement exploitée jusqu’au tréfonds pour parvenir, prise au piège elle sacrifie son étendard précédent pour garder le cul au chaud dans la fange parisienne progressiste.
            S’exposer ainsi, comme le dit Eric, en vomissant son géniteur, précédent étendard, me fait penser à la Chine de Xi qui dénonçait ses parents au père Mao, pour survivre. On en est là. Pas d’honneur! Ni avant, ni après!

  1. Je suis OK avec les commentaires ci-dessus.
    J’y ajoute juste une petite réflexion. Si au loin de s’appeler Audrey Pulvar elle s’appelait Christine Dupont (je ne vise personne en particulier), pas une ligne dans le plus petit media.
    Alors bon, c’est inacceptable si c’est vrai mais franchement ça ne me concerne pas. Je préfère me battre pour toutes les Christine Dupont du monde, dans le silence et le respect de la victime.

    1. D’accord avec vous mais Christine Dupont ne mouille pas sa petite culotte lorsqu’on lui donne une importance qu’elle sait ne pas avoir contrairement à ces raclures aussi prétentieuses qu’inutiles

  2. Curieusement, il ne s agit que de gauchistes’ qui se sont pendant 50 ans drapés dans la morale socialiste, dédaignants tout ce qui pouvait toucher la droite, nous faisant la morale, nous imposant leurs idées

    C est écœurant, de voir que tous ces hommes ont profité sans vergogne, des idées de mai 68 de liberté, pour avoir des pratiques sexuelles incestueuses ou déplacées se croyant tout permis. Ils ont profité de tout, des ors de la République, de l écoute des medias, des journaux à leur solde.

    A oui elle est belle la gauche , de Strauss Kahn a Duhamel, qu elle honte

  3. je vous félicite tous pour la justesse de vos commentaires, dûment orthographiés et sans vocables méprisables, en tous cas de nature à se faire virer du forum. j’ai encore entendu ce matin, sur « France sphincter » une histoire à vomir d’une femme ayant été abusée étant enfant, et non protégée malgré les signalements du milieu scolaire, les voisinages et d’autres, il faut que tout cela soit repris de manière forte, que les responsables finissent en taule et soit privés, à titre de dédommagement de tous leurs biens qui viendront en réparation pour les victimes : les citoyens ne doivent pas financer par leurs impôts les manquements de la justice qu’ils paient déjà, et les dédommagements. Naturellement, ceux de la justice, des arcanes sociales et autres diverses organisations qui n’ont rien fait, doivent aussi contribuer sur leurs biens propres, à la réparation en tant que responsables. Je veux aussi, que les frais de détention : nourriture, soins soient à la charge des familles des détenus.

  4. En effet, ce déballage des perversions intimes de quelques personnages publics en arrière plan de la saga covidienne à tout d’une opération #metoo et d’un jeu de miroirs sans tain.
    Ce ne sont plus les journaux à scandale qui « révèlent » les travers des pipeules mais les pipeules eux-mêmes qui dénoncent par le truchement des médias officiels des crimes sexuels prescrits, s’érigeant soit en victime soit en procureur et prenant le public à la fois comme témoin et comme juge.
    Pourtant, les acteurs présents sur la scène médiatique interprètent chacun un rôle. Certains prennent « la figure » du père érigé en bourreau, d’autres incarnent la mère complice à la fois sourde, muette et aveugle. Le décor est la cellule familiale présentée comme le lieu de tous les vices.
    En fait ce spectacle obscène montre l’étape ultime de la dissolution des liens familiaux et la fin de la trinité naturelle.
    Les grands-parents qui ont pris leur (dernier) repas à la cuisine à Noël ne jouent même pas les figurants.
    Cette tragédie inaugure l’avènement de l’enfant de la république (ou de l’enfant public) débarrassé de sa filiation naturelle et de la protection de ses parents.
    Est-ce cela un enfant transhumain ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.