ūüéĖLa mort programm√©e de l’assurance-vie en euros

Depuis la baisse des taux directeurs des banques centrales, et tout spécialement de la banque centrale européenne, la rémunération des fonds en euros de l'assurance-vie est devenue un sujet particulièrement sensible et épuisant pour tous les assureurs. Il faut en effet racler les fonds de tiroir pour rémunérer une épargne placée dans des valeurs dont le prix baisse mécaniquement. Les assureurs ont obtenu l'an dernier un assouplissement des règles de provisionnement pour ces fonds... Mais l'écrasante baisse de rentabilité de ces placements laisse entrevoir un abandon progressif de leur commercialisation. Voilà une donnée à bien prendre en compte pour se lancer dans un placement pour son épargne.

L’assurance-vie en euros a-t-elle v√©cu ? Plusieurs √©v√©nements cette semaine obligent √† se poser cette question, tout en restant dans la nuance bien entendu. Mais des √©volutions se dessinent, qui m√©ritent d’√™tre bien comprises avant de se lancer dans un placement de ce genre.¬†

L’assurance-vie en euros est devenue une mauvaise affaire

L’assurance-vie en euros est une mauvaise affaire pour tout le monde depuis que la Banque Centrale Europ√©enne a baiss√© ses taux directeurs. On comprend bien pourquoi cette politique lanc√©e en son temps par Mario Draghi, alors Pr√©sident de la banque, devenu Premier Ministre en Italie depuis cette √©poque, s’est mise en place… L’objectif officiel √©tait de relancer l’inflation. La vraie raison √©tait de permettre aux Etats d√©pensiers comme l’Italie de financer leurs immenses besoins √† bas prix.¬†

Ce faisant, la r√©mun√©ration des fonds en euros n’a cess√© de baisser. C’est une mauvaise nouvelle pour les √©pargnants qui ne d√©gagent gu√®re plus de 1,50% de rentabilit√© de leurs actifs lorsqu’ils sont bien plac√©s. C’est aussi une mauvaise nouvelle pour les assureurs-vie qui doivent r√©ussir des miracles pour r√©mun√©rer leurs clients dans un univers aussi hostile.¬†

Premiers ajustements en 2020

Face √† l’obligation, pour les assureurs, de respecter des normes strictes en mati√®re de solvabilit√©, Bruno Le Maire a consenti √† un geste majeur l’an dernier. Il a adapt√© la r√©glementation applicable, dans des conditions discutables que nous avons √©voqu√©es √† l’√©poque, pour desserrer l’√©treinte prudentielle qui mena√ßait les ratios r√©glementaires des assureurs.¬†

Mais il s’agissait d’une solution de courte dur√©e, et 2021 fleurit de mesures qui, sans le dire, annoncent la fin d’une √©poque.¬†

La faible rentabilité des fonds en euros

Dans la pratique, aucun assureur n’est parvenu √† r√©ellement r√©mun√©rer ses contrats au-dessus de 1,70%, avec une moyenne qui se situe plut√īt autour de 1,5%. Beaucoup resteront donc sur leur faim face √† ces ann√©es maigres, et beaucoup auront la tentation de racheter leur contrat pour regarder ailleurs.¬†

S’agissant de l’assurance-vie, il faut toujours bien se souvenir que les avantages fiscaux ne valent que pour une dur√©e de placement sup√©rieure √† 8 ans, et qu’une sortie anticip√©e peut donc co√Ľter assez cher √† l’√©pargnant press√© ou imprudent. Ces circonstances obligent donc √† r√©fl√©chir √† deux fois avant de s’engager dans “l’√©pargne pr√©f√©r√©e des Fran√ßais” selon l’expression traditionnelle.¬†

Les assureurs-vie poussent aux fonds en euros

Progressivement, les assureurs-vie jettent d’ailleurs l’√©ponge et ralentissent la commercialisation de produits dont la garantie de capital co√Ľte de plus en plus cher √† couvrir en fonds propres. D’o√Ļ l’id√©e de commercialiser plut√īt des fonds dits “euro-croissance”, qui comportent obligatoirement des placements boursiers et dont le capital n’est garanti qu’√† une √©ch√©ance donn√©e.¬†

Sans surprise, ces fonds invent√©s sous Hollande et r√©form√©s par Bruno Le Maire ont connu jusqu’ici un faible succ√®s. Il faut en effet attendre longtemps avant d’esp√©rer pouvoir en sortir sans garantie de r√©mun√©ration de son √©pargne… Par les temps qui courent, cela fait beaucoup d’inconnues.¬†

Malgr√© ces inconv√©nients, la CNP a √©t√© la premi√®re √† annoncer cette ann√©e qu’elle misait d√©sormais sur ces fonds pour attirer les √©pargnants. Il s’agit d’une tendance de march√© qui devrait s’imposer √† l’ensemble des acteurs de la place √† br√®ve √©ch√©ance.¬†

Faut-il parier sur l’euro-croissance ?

L’euro-croissance fut beaucoup pouss√©e √† l’√©poque par une d√©put√©e socialiste qui avait oeuvr√© au minist√®re des Finances avant son mandat. Son principe √©tait simple : il s’agissait d’obliger les √©pargnants √† prendre un peu de risque en apportant de l’argent √† la bourse ou aux entreprises, mais pas trop. Les avantages fiscaux et les garanties de capital ne se d√©clenchaient donc qu’au bout d’une certaine dur√©e choisie √† l’avance.¬†

Toute l’ambigu√Įt√© de l’assurance-vie √† la fran√ßaise est l√† : elle laisse miroiter une r√©mun√©ration sans risque, alors que l’√©conomie fran√ßaise ne permet plus d’enrichir les Fran√ßais par l’√©pargne. Face aux risques d’inflation et de d√©flagration boursi√®re qui guettent, s’engager dans la seringue d’un placement sur au moins huit ans, sans taux garanties, est devenu une gageure.¬†

Aujourd’hui, des placements avec une valeur d’usage garantie (comme l’immobilier) paraissent plus sages.¬†

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

1 Shares:
1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer