11 avril 2021

3 thoughts on “Olivier Galland : L’écologie politique nous amène-t-elle sur la route de la servitude?

  1. Exact, et on sait déjà ce que ça donne . Il n’y a rien de bon a attendre de guignols qui préfère la nature à l’homme, surtout lorsqu’ils en font une religion .

  2. Bof,

    L’idée que le communisme rejette le développement individuel est déjà hérétique. Mais encore une fois il s’agit d’une méconnaissance de ce qu’est la Marxisme et le communisme qui ici comme bien souvent est confondu avec Stalinisme).

    Il est certain par contre que l’écologisme est une idée totalitaire qui place une idéologie centrée sur une représentation très biaisée de la nature comme faisant primauté sur l’humain.

    Mais croire qu’il est possible d’allier libéralisme (capitalisme n’est que la face financière du libéralisme) et respect des ressources et donc de l’environnement est aussi une hérésie. En effet le libéralisme se fonde non sur l’individu (l’excuse de Hayek) mais sur l’égoïsme et la maximalisation du profit personnel. La maximalisation du profit ne pouvant, par essence, que se faire par l’exploitation de la nature et d’autrui sans limite. L’écologie (au sens respect de l’environnent et gestion des ressources naturelles), la fraternité dans la collaboration à l’épanouissent de tous (socialisme au sens premier) et le respect de l’état de droit et de la fiscalité sont antinomiques, par essence, à toute maximalisation égoïste du profit. Les problèmes environnementaux sont issus directement de l’idéologie libérale, Il s’agit donc non pas de faire la guerre au nom de la nature contre l’humain (environnementalisme) mais bien de lutter contre le libéralisme et toutes ces dérives au fondement même de cette idéologie.

    Par ailleurs croire que le libéralisme n’est qu’un aménagement du réel est absolument fallacieux. Le libéralisme est une idéologie qui a profondément transformé la réalité. Toute autre idéologie peut faire pareil. Ce qui a, c’est que le libéralisme a permis de non seulement conserver un ordre social de domination mais aussi le renforcer.
    Par ailleurs, Hayek, lui-même avec la Société du Mont Pèlerin, voulait changer la société et pas seulement la réformer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.