Restaurants clandestins : une odeur nauséabonde de Vichy

Les restaurants clandestins sont devenus la nouvelle tocade de l'opinion publique et des medias. Après la chasse aux oeufs de Pâques, la chasse aux bouclards qui se cachent derrière des devantures sages mais où turbinent les fourneaux. Des milliers de contraventions semblent avoir été dressées en France pour les clients pris sur le fait, et des centaines de mise en examen et de gardes à vue pour les restaurateurs accusés d'ouverture illégale. Et surtout... des dénonciations anonymes qui puent Vichy. Pas l'eau pétillante, le régime défunt.

Dans la foulée de l’affaire Chalençon, qui a joué avec le feu en laissant entendre aux journalistes de M6 qu’il organisait des dîners clandestins au Palais Vivienne avec des ministres, la chasse aux restaurants clandestins est ouverte. Et, pire que la chasse à la glue, elle donne lieu à des scènes de dénonciations anonymes qui donnent la nausée, façon Vichy 1942.

Vague de répression contre les restaurants clandestins

Plus un jour ne se passe sans que des arrestations et des gardes à vue n’aient lieu dans des restaurants clandestins. 

Samedi, 110 personnes ont été verbalisées dans un restaurant clandestin du XIXè arrondissement. Les policiers y sont intervenus à la demande des voisins qui se plaignaient de tapage nocturne. Dans le IIè arrondissement, rue Montorgueil, des clients se sont rebellés contre une intervention de police. Au total, plus de 1.000 personnes auraient été verbalisées à Paris. Et 300 restaurant clandestins découverts. 

Une question juridique majeure

Problème: qu’est-ce qu’un restaurant clandestin ? Après la sidération de l’affaire Chalençon, les adeptes du restaurant clandestin reforme les lignes. Qu’il s’agisse de Brice Hortefeux, qui reconnaît fréquenter des déjeuners clandestins, ou de Christophe Leroy, qui en a organisé, la ligne est la même, et se tient : ces déjeuners ou dîners se passent dans des appartements privés à moins de six personnes autour de la table. C’est donc parfaitement légal. 

On attend la réponse des juges sur ces points, mais il n’est pas impossible que l’accusation de déjeuners clandestins tombe rapidement. 

Une ambiance nauséabonde en mode Vichy

D’ici là, la lie la plus rance de la France enfermiste se passe le mot pour dénoncer anonymement tous ceux qui pourraient contrevenir à la loi. On retiendra par exemple ces propos de policiers rapportés par Le Point :

Les policiers peuvent également compter sur les dénonciations des riverains. Face caméra, un passant conseille à un policier en surveillance d’« aller dans le XXe arrondissement », citant même le restaurant concerné. De nombreuses plaintes pour tapages nocturnes ont été déposées par des riverains excédés du bruit généré par ces dîners illégaux.

Le confinement fonctionne comme une occupation sans Allemands. Il permet de revenir à la bonne vieille tradition de la dénonciation de son voisin. C’est beau, la protection des citoyens par l’Etat.

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

123 Shares:
19 commentaires
  1. Eric, les dénonciations anonymes ou pas (et la jalousie ) existent depuis que le monde est monde ! Avant, pendant et après VICHY !
    Alors pourquoi faire systématiquement, comme beaucoup de commentateurs sur les réseaux sociaux, une fixation sur “la période VICHY” ?
    Le régime actuel, et le peuple de ce “pays” qui l’a engendré (peuple coupable et “victime” qui récolte ce qu’il a semé et n’a en définitive que ce qu’il mérite !), me font plus penser à l’URSS (Staline), la CHINE, la RDA, la ROUMANIE (de Ceaucescu) ! D’ailleurs MICRONCESCU est sur la bonne voie !
    Décidément le service de propagande et de lobotomisation – “l’éducation (inter)nationale”- du SYSTEME a fait son oeuvre sur beaucoup depuis 1945 !

    1. La jalousie est humaine mais la délation c’est bien autre chose.
      La période de Vichy reste en effet une référence historique traumatisante et toujours en mémoire pour les familles qui ont connu des grand pères des oncles des cousins déportés pour résistance et ascendance juive..

    2. Oui, Micronescu est de la lignée de Ceausescu, moi, je ne souhaite qu’une chose, c’est qu’il finisse comme lui. Même s’il n’est que la marionnette de certains, il n’en demeure pas moins qu’au nom du fric, et au détriment du peuple, il a accepté de l’être

  2. Bonjour,

    Des déjeuners ou dîners dans des appartements privés à moins de six personnes autour de la table, ce n’est pas interdit mais quid quand les convives deviennent des clients qui paient…?
    Oui, les plaintes des voisins ont un côté délation déplaisant mais la moindre des choses quand on décide de contourner les règles est de rester discret.
    Ces restaurants et autres soirées qui génèrent beaucoup de bruit, entrainent des nuisances et créent du mécontentement, c’est déjà le cas quand tout est autorisé…
    Plutôt que de revenir sans cesse sur Vichy et culpabiliser les “délateurs”, pourquoi ne pas demander haut et fort la réouverture des établissements en question en toute légalité…?

    1. Intéressant, quelqu’un dont le pseudo est : “libresechanges” parle de “délateurs” entre guillemets…
       
      Quand ça éructe comme un p’tit troll de Lareyne, que ça emploie la nov’langue de Lareyne et que ça rejette la responsabilité sur les usagers plutôt que sur les organisateurs, c’est que c’est un p’tit troll de Lareyne…

  3. J’y vois surtout la surmediatisation du phénomène de manière à atténuer le scandale à venir du palais Vivienne. En faisant croire que TOUS les Français sont déjà allés dans un restaurant clandestin, comment le reprocher aux élites qui nous gouvernent. Grossier…

  4. «La classe politique avait enfin trouvé le moyen d’en finir avec la médiatisation des affaires : en les démultipliant à l’infini. Un scandale isolé choque et crée de l’émoi ; des centaines lassent le public et émoussent sa sensibilité. C’est une manière de défense psychologique bien connue : on minore, on dédramatise, on s’adapte à la dégradation de la situation pour ne pas devenir dingo. On se dit : “Bah, après tout, c’est comme ça.” Sans ce mécanisme, la sécurité des hommes politiques ne serait plus assurée nulle part sur le territoire et les citoyens se bousculeraient pour aller balancer des grenades à l’Assemblée nationale.»
    Olivier Maulin. La fête est finie.

    Et pendant ce temps là la destruction programmée de la France se poursuit et on ne parle pas ou plus des sujets qui fâchent !

    1. @PAS DUPE >destruction programmée de la France …
      Pas tant que ça : une réduction drastique des besoins en main d’œuvre “de chair et de sueur” est évoquée depuis plusieurs décennies, annoncée “haut et clair” lors de Davos-2018 :
      http://www3.weforum.org/docs/WEF_Future_of_Jobs_2018.pdf
      et la covide est une aubaine pour que personne ne s’aperçoive de rien : “c’est pas ma faute ! c’est la covide” … parce que “ça” aurait fait descendre du monde dans la rue contre les acteurs économiques qui assument totalement de laisser autant de monde “sur le carreau”, tout en augmentant leurs profits … Avec, semble-t-il, les conseil de l’auteur de ce blog dont le relent néolibéral indispose ma narine délicate ! Professionnels de “l’optimisation fiscale”, y disent …

      Quand à “Vichy” : c’est exactement le reflet de l’époque : l’occupant nazi festoyait avec les élites de la collaboration, quand l’ensemble du peuple français PERDAIT 30% DE SA MASSE CORPORELLE ! ça bouffe comme un porc “le bosch” !

    2. >destruction programmée de la France …

      Pas tant que ça, et pas que de la France : une réduction drastique des besoins en main d’œuvre “de chair et de sueur” est évoquée depuis plusieurs décennies, annoncée “haut et clair” lors de Davos-2018 : l’industrialisation 4.0
      voir : www3.weforum.org/docs/WEF_Future_of_Jobs_2018.pdf c’est très détaillé, pays par pays, secteur par secteur, qualifications … exhaustif, et pas très long à parcourir.

      Ainsi la covide est une aubaine : un écran de fumée autant qu’un accélérateur du processus de mutation des sociétés, aussi une incitation à investir dans les techs … et personne ne s’apercevra de rien : “c’est pas ma faute ! c’est la covide” … parce que “ça”, ça aurait fait descendre du monde dans la rue contre les acteurs économiques qui assument totalement de laisser autant de monde “sur le carreau”, tout en augmentant leurs profits … Avec, semble-t-il, les conseil de professionnels de “l’optimisation fiscale” … on est bien là ou il faut ! Dans ce rapport du WEF, ils évoquent bien la création de “nouveaux emplois ” : tu les vois déjà sur leurs vélos, manifester contre UBER et “bebert”, les “nouveaux esclaves” …

      Quand à “Vichy” : c’est exactement le reflet de l’époque : l’occupant nazi festoyait sans limite avec les élites collaborationnistes, quand l’ensemble du peuple français PERDAIT 30% DE SA MASSE CORPORELLE ! Ça se gave toujours comme un porc “un occupant” … quelle que soit la langue maternelle dans laquelle chantent ses troupes … et ça fini presque toujours par rentrer chez soi, la queue entre entre les jambes … entre temps : que de souffrances pour rémunérer vos sicav !

  5. Je ne comprends pas bien cet article : “ces déjeuners ou dîners se passent dans des appartements privés à moins de six personnes autour de la table. C’est donc parfaitement légal”
    S’agissait-il pour ces 300 verbalisés de déjeuners privés ou de restaurants clandestins ?
    Pour les dîners ok ça se passe après le couvre-feu donc illégal sauf s’ils couchent sur place. Autre point : ces repas étaient-ils payants même en privé ? E les convives étaient-ils à moins de 10 kms (à vol d’oiseau !) de leur domicile ?…
    La vie est bien compliquée aujourd’hui !
    Respectons la loi et les gestes barrières mais ne nous privons pas pour autant d’un moment convivial à la maison en famille ou entre amis à 4 ou 6 personnes un midi. Sinon la vie ne vaut plus d’être vécue…

  6. Le souci c’est que le premier restaurant étoilé clandestin de Paris, c’est l’Elysée … On a bien vu que toutes les réunions de travail ont été remplacés par des diners avec le président. Les pauvres chéris, il faut bien qu’ils mangent … Pas de sandwich pour eux. Et cela doit être pareil avec les cuisines de Matignon, de l’Assemblée et du Sénat … Je sens que derrière tout cela se cache encore des choses connus des gens bien introduits mais que le quidam normal ne comprend pas en lisant les journaux.

    Mais au final, ce genre de polémique arrange bien le gouvernement. Cela va dans le sens de son absence de mea culpa puisque c’est la faute des français qui ne respectent pas les consignes. Et quand on se dénonce entre nous, on les laissent tranquilles. Cela va constituer d’ailleurs un vivier facile pour faire tomber les concurrents aux élections si jamais l’un d’entre eux a participé à tout cela !

  7. À cet égard, on peut reformuler la blague de Coluche :
    – Qu’est-ce que le bonheur en france ?
    – C’est quand la MÉMA (Milice des Éborgneurs et des Mains Arrachées) sonne chez toi à 19 heures passées et te demande : “Chalençon, c’est bien ici ?”
    – Et que toi, tu réponds : “Non, c’est au 4ème.”
     
    De tous temps, les délateurs ont prospéré dans ce pays, notamment à cause d’un mélange de peur (un peu) et d’envie (énormément – l’exemple venant d’en haut dans le cas de ce dernier défaut) – nous sommes donc effectivement revenus 80 ans en arrière, pratiquement dans tous les secteurs, et ça n’est pas joli joli.
    De plus, il n’y aura cette fois-ci aucun plan Marshall pour nous tirer de la merde dans laquelle les débiles profonds, quel que soit leur bord poliotique, nous ont délibérément plongé.
     
    Si l’on essaye de voir le bon côté des choses, ce qui devient de plus en plus dur, ça n’est pas si négatif que ça, puisque ça ne fait que renforcer la conviction que ce pays est foutu et qu’il est maintenant temps d’aller voir ailleurs, là où l’herbe pousse encore… en claquant définitivement la porte derrière soi.

  8. Au risque de passer pour un emmerdeur je voudrais quand même dire que le vrai problème est soigneusement caché, avec la poussière, sous le tapis . Toutes vos réactions, que je partage plus ou moins (oui, la délation est une tare due à la peur et/ou la jalousie) occultent le fond du sujet . Il y a maintenant plusieurs jours que ce cinéma dure, qui ce demande pourquoi, ou ce qu’il est destiné à faire oublier? Rentrer dans le jeu de l’écume agitée par les larbins de la Pravda en restant au niveau de l’émotif ne sert qu’à provoquer des fractures supplémentaires dans une société qui n’en a pas besoin . C’est aussi accepter implicitement la résidence surveillée que nous impose cette clique de voyous, sans aucune justification scientifique et toutes les crétineries qui l’accompagnent . Macron, Merkel et de nombreux autres chefs d’etats ont reçu, mi février, un courrier mettant en garde l’ensemble des politiques de santé mises en place depuis le début de ce grand barnum . Si nous refusons de céder aux dictats de nos clowns gouvernementaux, ils sont cuits . C’est donc la réaction inverse à celle que les médias essaient de mettre en place que nous devons avoir . Laisser les délateurs et autres collabos de côté et soutenir ceux qui disent “merde à Vauban” . Ce sera la seule façon de tirer profit de la pitoyable attitude de ceux qui sont tombés dans la psychose collective qui entretient toutes ces imbécilités . Tant que la peur n’aura pas changé de camp rien ne changera, ce n’est certainement pas dans l’intérêt de cette brochette de salopard qui savent très bien qu’ils risquent de gros problèmes s’ils n’ont pas le temps de mettre en place la totalité de leurs pare- avant que la mascarade ne touche à son terme Il sera toujours temps après de régler les comptes en instance, pour eux comme leurs complices volontaires ou pas .

  9. Je suis bien d’accord avec vous, le sujet des restaurants clandestins occupe les citoyens alors que le problème de cette épidémie organisée est bien plus grave et destructeur des fondations de notre pays. Et en s’intéressant à ce sujet plus qu’il n’est souhaitable on fait le jeu de ceux qui nous sont sensés gouverner le pays. Mettre le focus sur ce que dénoncent les lanceurs d’alerte ou les gardiens de l’humanité comme ils veulent s’appeler maintenant, me paraît être bien plus porteur d’espoir pour ceux qui ne croient pas à la pantomime sanitaire,,,,

  10. Je comprends maintenant pourquoi Macron parle tout le temps “des heures les plus sombres de notre histoire”. Il rêve d’y revenir!

    @Jiff le plan Marshall a surtout enrichi les Américains…

    1. Oui et non, parce que redémarrer sans aurait pris pas mal d’années en plus – pour rappel, c’est _après_ la libération que les temps, notamment de rationnement alimentaire, ont été les plus durs, pas pendant la guerre.

  11. C’est de la foutaise cette histoire de tapage nocturne.
    Impossible de dire si les riverains mentionnent réellement cet argument lorsqu’ils dénoncent, ou si c’est la police qui invoque malhonnêtement avoir été appelée pour tapage.
    Quoiqu’il en soit, c’est forcément bidon parce qu’on ne voit absolument pas pourquoi il y aurait plus de tapage lorsque les restaurants sont clandestins qu’en période normale où ils ouvraient normalement. C’est forcément impossible : il y a forcément moins de bruit dans les restaurants en ce moment que quand leur ouverture est légale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer