Méprisé par la caste française, Boris Johnson lui donne une leçon d’efficacité

En dehors de Donald Trump, Boris Johnson est probablement l'homme politique étranger qui a suscité le plus de mépris et de railleries de la part de la caste française au pouvoir. Beaucoup avaient annoncé le naufrage complet de la Grande-Bretagne une fois survenu. Et oh ! miracle, non seulement les Anglais ont un vaccin à eux, mais ils ont désormais vacciné tous leurs plus de 50 ans. Sacré naufrage ! On adorerait que la France dirigée une caste hautaine et incompétente connaisse le même...

Boris Johnson est en train de donner une sacrée leçon d’efficacité à la caste française qui le méprise ouvertement depuis l’adoption du Brexit en Grande-Bretagne. Alors que le Premier Ministre britannique a été, de ce côté-ci de la Manche, couvert de tous les noms d’oiseaux pour décrire sa politique, il vient tout de même d’annoncer que son pays venait de tenir ses objectifs ambitieux en matière de vaccination. Sacrée prouesse qui permet aux Anglais de se déconfiner quand nos lumineux européistes amis de la civilisation sont désormais dépassés par la situation sanitaire. 

Boris Johnson, un idiot populiste, menteur et fascisant ?

On pourrait de façon drôlatique faire un relevé des inepties méprisantes que la caste au pouvoir en France a débitées sur le compte du Premier Ministre britannique. 

Par exemple, quelques semaines avant le premier confinement, le 31 décembre 2019, Libération osait titrer : “Boris Johnson est-il vraiment un homme bête ?” L’article expliquait pour l’essentiel que ce n’est pas parce que Boris Johnson est élu par des idiots qu’il est idiot lui-même. 

On relira aussi utilement un éditorial paru le 12 juin 2019 dans le torchon de Xavier Niel, Le Monde, où l’on pouvait lire ceci :

C’est cet homme-là qui prétend aujourd’hui prendre la barre du paquebot Britannia en détresse. Rivalisant de populisme avec l’extrême droite de Nigel Farage, qui prospère sur la colère suscitée par l’impasse du Brexit, Boris Johnson jure qu’avec lui le pays sera sorti de l’UE d’ici au 31 octobre, même sans accord avec Bruxelles. La catastrophe économique consécutive à un « no deal » ne lui fait pas peur. Sa rhétorique chauvine promet aux Britanniques un avenir radieux et « mondial » une fois qu’ils seront délivrés du carcan européen.

L’éditorial listait les innombrables mensonges populistes de l’actuel Premier Ministre grand-breton. 

Boris Johnson donne une leçon à la caste

À la mi-décembre, le brillant écrivain Bruno Le Maire, avait commis, occupé ce jour-là à être ministre de l’économie de la sixième puissance du monde, cette phrase inoubliable : 

«Les grands perdants du Brexit, ce seront les Britanniques. La nation qui ressortira affaiblie du Brexit, c’est la Grande-Bretagne»

Il est vrai que le Brexit était supposé exposer la Grande-Bretagne aux sept plaies d’Egypte. 

Résultat : le même Boris Johnsona annoncé le déconfinement progressif de la Grande-Bretagne il y a quinze jours. Accessoirement, la Grande-Bretagne dispose de son propre vaccin, et a atteint à la mi-avril ses objectifs de vaccination des plus de 50 ans et des personnes fragiles. La France en est encore à ouvrir péniblement la vaccination aux plus de 55 ans…

Il faudrait que Bruno Le Maire nous montre en quoi les Britanniques sortent affaiblis et perdants du Brexit…

Le déni de la caste continue en France

Malgré ces évidences sur les erreurs grotesques, coupables, dangereuses, de diagnostic et d’évaluation par la caste qui nous dirige, les mensonges et les dénis continuent. 

Non seulement le gouvernement semble désormais dépassé par la montée en puissance de l’épidémie en France, mais les ratés de la vaccination sont évoqués sur le mode du Calliméro. Ainsi, le ministre des Affaires Européennes Clément Beaune, qui sort du cabinet d’Emmanuel Macron, dénonce les duperies d’AstraZeneca :

 «(Les Britanniques) ont besoin maintenant de doses qui sont produites en Europe, y compris d’AstraZeneca. On leur a dit très clairement : si vous ne nous livrez pas, on ne vous livre pas. C’est un principe simple d’une Europe qui n’est pas naïve»

Dans la pratique, la France ne dispose pas assez de doses de vaccins pour vacciner sa propre population, très largement parce qu’elle a fait le choix d’abandonner sa souveraineté sanitaire, et de s’en remettre à l’Union Européenne pour régler la question. 

Malgré les évidents ratés de cette stratégie, le déni continue, dans la bouche même de Clément Beaune :

 «On a été moins innovant, on a financé moins et moins vite le développement final des vaccins que les Américains. Mais (…) on a bien fait d’avoir cette logique européenne»

On a tout raté, mais on a quand même fait les bons choix. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

24 Shares:
12 commentaires
  1. Héhé, il est très possible que les gens aient vraiment compris à quels emmanchés ils ont affaire cette fois, parce que je ne sais pas pour les autres chaînes (ça fait des miyons d’années que je n’ai pas regardé un “journal” TV), mais sur CNews, dans l’heure des pro 2 (2000-2100), ils ont pris un malin plaisir à passer une bonne paire de minutes filmées outre-manche qui montrent les gens au bistrot parce qu’ils ont justement été ré-ouverts aujourd’hui, lundi.
     
    C’est simple, ça dure 2-3 minutes, mais c’est percutant comme un train de marchandise à fond les ballons quand on n’a même pas pu prendre un jawa sur un zinc depuis des mois : des terrasses littéralement noires de monde, des verres de bière pleins et vides en pagaille sur toutes les tables, des gens en train de discuter sans masques, bref, une journée de printemps _normale_ – et ça, ça va faire très très mal, parce que ceux qui l’ont vu vont se faire un plaisir de le raconter avec force détails aux autres.
     
    Comme le dit si bien monsieur Riri dans sa dernière vidéo, ceux qui tentent de diriger ce pays sont des burnes et pas qu’en informatique, car là, la comparaison est non-seulement terrible pour ces imbéciles venus du XVIIème siècle, mais si elle ne donne pas des idées de frexit à beaucoup, c’est qu’il n’y a vraiment plus rien à en tirer sur quelque sujet que ce soit.
     
    Pour ceux que ça intéresse, il y a en sus une excellente vidéo d’une discussion entre André Bercoff et François Garçon ( son site : http://www.francois-garcon.com ) sur YT ( https://www.youtube.com/watch?v=49JcjDclZ6M ) où FG met en parallèle la france et son pays, la Suisse (l’avis du taulier sur ça serait de très bon aloi;)
     
    L’un des points qu’il aborde est très intéressant, car au détour de la conversation, il explique que les non-élus de l’ue sont toujours dans leurs petits souliers quand une votation Suisse importante a eu lieu – sans doute parce que ça leur rappelle qu’ils n’ont aucune légitimité…
     
    C’est, IMHO, à méditer plus que sérieusement, car ses propositions et son argumentation sont exemplaires et je n’y ai pas encore trouvé de faille(s).

  2. Ce qui est fallacieux est de faire croire au monde entier que c’est grace à la vaccination que la vie normale peut reprendre alors que :
    – ces “vaccins” ont été insuffisamment testés et que les protocoles de test ont été allégés pour accélérer leur mise sur le marché
    – les seules analyses communiquées sont celles des laboratoires connus pour ne pas être transparents
    – les contrats passés par ces laboratoires avec l’UE sont opaques, notamment en terme de responsabilité
    – ces “vaccins” sont toujours en cours d’expérimentation sur une population cobaye qui n’en n’a aucunement conscience
    – les effets secondaires à long termes ne sont pas encores connus
    – les effets secondaires à court terme commencent à être identifiés mais sont balayés d’un revers de main par des personnes qui veulent nous faire croire que la seule solution est le vaccin. A noter que l’on parle beaucoup de l’Astra Zeneca mais que les autres ne sont pas mieux, voire pires. Il y a une véritable omerta sur le sujet.

    L’apparition de variants et la vaccination de masse sont-elles une coincidence ? Afrique du Sud, Angleterre, Brésil ?

    Ce que que l’on doit reprocher à ce gouvernement français ?
    – la fermeture des lits d’hopitaux qui malgré cette épidémie se poursuit
    – la prescription (non médicale) de rester chez soi en cas de symptome et de prendre du doliprane sans possibilité de voir son médecin traitant
    – l’absence de conseils de prévention pour renforcer ses défenses immunitaires. Nous avons beaucoup à apprendre des médecines asiatiques sur ce sujet.
    – l’interdiction faite aux médecins de prescrire des molécules connues depuis longtemps et dont les effets secondaires sont bien identifiés et auraient pu éviter à des personnes une aggravation des symptomes et une hospitalisation, voire le décès (les médecins qui ont choisis quand même de prescrire n’ont pas eu de patients hospitalisés)
    – la chasse aux sorcières opérée contre certains médecins par le conseil de l’ordre et les médias
    – des avis rendus par un conseil scientifique opaque (pertinence des personnes choisies pour ce conseil scientifique ?)
    – des mesures absurdes non fondées scientifiquement (confinement, port du masque, couvre feu…)

    1. Très bonne analyse, merci à vous. A nouveau le vaccin est l’arbre qui cache la forêt. Espérons qu’il ne fasse pas trop de dégâts.

    2. Au lieu de faire de la théorie, regarder les courbes par âge. On voit clairement l’effet de la vaccination sur les personnes âgés qui sont la seule population un tant soit peu vacciné en France. C’est pour cela qu’en ce moment les décès n’explosent pas alors que le nombre de cas explose. Les courbes anglaise, israélienne et américaines vont aussi dans ce sens avec des taux de vaccination sans comparaison. Les effets secondaires, les magouilles commerciales et politiques, etc sont un autre débat qui ne remet pas en cause l’efficacité des vaccins. Ces débats sont aussi très importants mais il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

      1. Hem, le rédac’chef de The Lancet a repris tous les chiffres communiqués par Fiontech/Pfalzar et en a tiré les conclusions mathématiques suivantes : au lieu des 94% d’efficacité annoncés, sur les deux groupes témoins, l’efficacité en question est respectivement de : 29% et 19% – a slight discrepancy, really ???

        1. Il est certain que maintenant que le vaccin a été injecté à des millions de personnes, il ne faut surtout pas regardé les résultats positifs évidents mais pinailler sur le résultats des études cliniques de l’année dernière … Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage. Le problème est que les anti-vaccins trouveront tous les raisonnements fallacieux du monde pour nier leurs effets positifs.

          1. “Quand on veut tuer son chien …” , exact, n’est ce pas d’ailleurs ce que vous tentez, maladroitement d’ailleurs, de faire? Il n’y a pas besoin d’être anti-vaccin pour refuser de servir de cobaye, il suffit d’avoir trois neurones en état de marche et d’avoir compris que le refus des traitements qui ont donné les meilleurs résultats partout où ils ont été utilisés depuis le début ne peut pas être un hasard . A qui profite le crime? L’UE qui utilise l’épidémie pour essayer d’annexer la santé qui est du domaine des états? Les labos qui ne demandent pas mieux que de rembourser les coûts de recherche engagés depuis 30 ans en vain pour un vaccin contre les coronavirus? Les corrompus qui justifient les montagnes de fric qui leur sont versés depuis des années? Sans doute un peu de tout ça auquel on peut ajouter pour certains l’idéologie, le goût du pouvoir et de multiples autres paramètres . Alors, vous voyez, votre moraline à deux balles et ce qui se cache derrière….Pour votre gouverne, je serais le premier à me faire vacciner si je pouvais penser qu’un vaccin efficace contre une bestiole aux mutation permanentes et imprévisible pouvait avoir été trouvé en 6-9 mois pile-poil au bon moment, au point même que l’on ait jugé inutile de lui faire passer les étapes indispensables en ce qui concerne aussi bien son efficacité que sa sécutité .

  3. Je suis entièrement d’accord avec Nanou, et je rajouterai qu’il faut regarder les courbes des décès sur wordometer des pays qui ont beaucoup vacciné (Israël, GB par ex.) et on voit qu’il y a une augmentation du nombre de décès au début de la vaccination par rapport à l’épidémie précédente sans vaccin et on revient au même niveau avec ou sans vaccin donc pour l’instant on ne peut rien conclure. Le Portugal ou la Tchéquie font aussi bien depuis l’utilisation de l’Ivermectine d’après les courbes sur wordometer en vaccinant peu.

  4. Le plus amusant est que dès janvier, les britanniques ont décidé d’augmenter le temps entre les deux doses afin de vacciner le plus de monde possible, le plus tôt possible. Bien entendu, cela a été “haro sur le baudet”. Ce choix était complétement aberrant, non scientifique et horriblement dangereux pour tous nos experts politiques y compris l’épidémiologiste en chef de l’Elysée. Ledrian critiquait ce choix encore les précédentes semaines. M&ais les résultats sont là et l’épidémie s’effondre chez eux alors qu’elle explose chez nous.

    Donc on en arrive timidement, avec nos trois mois habituels de retard a adopté leur stratégie. Mais attention, pas avec 12 semaines d’écart, juste 5 ou 6 semaines, histoire de garder la face et de ne pas faire de mea culpa. Aucun erreur n’est jamais faite par nos dirigeants.

    Le plus drole est qu’en regardant les connées sur les EHPAD, on voit bien que ce changement de stratégie date de mars et pas d’avril … Donc ils ont commencé à le faire mais sans le dire pour ne pas se dédire. Leur honneur est plus importante que la vie des français pour eux.

  5. Johnson vient d’expliquer à sa population que :

    “The reduction in hospitalisations, deaths and infections has not been achieved by the vaccination programme.
    “It’s the lockdown that has been overwhelmingly important in delivering this improvement in the pandemic”.

    et lui conseille donc de s’amuser, mais pas trop, car l’heure est toujours grave.

    Ce n’est pas fini….

  6. Juste un ou deux bémols à propos de la “vaccination” : produits “arrivés récemment sur le marché” quasiment aucun recul, par rapport à des vaccins avérés, sur leur efficacité et nocivité et à combien est monté le nombre de décès consécutifs aux injections?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer