Vaccin Johnson & Johnson : ce que dit vraiment l’avis de l’EMA

L'EMA (agence européenne du médicament) a rendu son verdict hier sur l'utilisation du vaccin Johnson & Johnson dans l'Union Européenne. Et cet avis mérite d'être lu attentivement, puisqu'il reconnaît un risque de thrombose , particulièrement chez les femmes de moins de 60 ans. L'EMA précise que les mêmes risques existent pour le vaccin AstraZeneca. L'Agence considère ces risques comme "très rares". Elle donne des conseils pour identifier la survenue du risque en cas d'injection.

Très attendue, la décision de l’EMA (Agence Européenne du Médicament) sur le vaccin Johnson & Johnson est tombée hier. Elle mérite d’être lue attentivement, car elle nuance fortement les avis simplistes qui sont donnés sur ce sujet. Elle tranche en même temps la question du vaccin AstraZeneca, logé à la même enseigne. 

L’EMA reconnaît un lien entre vaccin et thrombose

Sur le fond, l’EMA reconnaît sans ambage le lien entre des cas de thrombose et l’injection du vaccin. 

PRAC noted that the blood clots occurred mostly at unusual sites such as in veins in the brain (cerebral venous sinus thrombosis, CVST) and the abdomen (splanchnic vein thrombosis) and in arteries, together with low levels of blood platelets and sometimes bleeding. The cases reviewed were very similar to the cases that occurred with the COVID-19 vaccine developed by AstraZeneca, Vaxzevria.

(Le PRAC a noté que les caillots sanguins se produisaient principalement à des sites inhabituels tels que dans les veines du cerveau (thrombose du sinus veineux cérébral, CVST) et de l’abdomen (thrombose veineuse splanchnique) et dans les artères, ainsi que de faibles taux de plaquettes sanguines et parfois des saignements. Les cas examinés étaient très similaires aux cas survenus avec le vaccin COVID-19 développé par AstraZeneca, Vaxzevria.)

Le PRAC est le comité de pharmacovigilance de l’EMA. Il tranche techniquement les questions. On notera que, à ce stade, 8 cas sur 7 millions d’injections se sont présentés aux Etats-Unis, ce qui est un risque infinitésimal. 

Le PRAC note que ce risque concerne essentiellement des femmes de moins de 60 ans, et surviennent trois semaines après la vaccination. 

Comment identifier l’imminence d’une thrombose ?

L’EMA a par ailleurs précisé les symptômes qui doivent inquiéter en cas de réaction à l’injection. 

Les personnes doivent consulter d’urgence un médecin si elles présentent l’un des symptômes suivants dans les trois semaines suivant la vaccination avec le vaccin COVID-19 Janssen:
– Essoufflement
– Douleur thoracique
– Gonflement des jambes
– Douleur abdominale (ventre) persistante
– Symptômes neurologiques, tels que maux de tête sévères et persistants ou vision trouble
– Pétéchies au-delà du site d’injection.

Il semblerait que ces symptômes soient favorisés chez les personnes qui ont un déficit de plaquettes. 

Johnson & Johnson, soutien de campagne pour Biden

Cet avis de l’EMA a le mérite d’être moins “délayé” que celui rendu sur le vaccin AstraZeneca, dont le PRAC reconnaît qu’il pose les mêmes problèmes d’effets secondaires. Si l’Europe a besoin du vaccin Johnson & Johnson pour accélérer ses campagnes de vaccination, on notera qu’elle ménage moins le groupe américain que le groupe français (qu’elle menace de ne plus utiliser comme fournisseur, par ailleurs). 

Nous avons déjà signalé que le président de Johnson & Johnson a fait partie de l’équipe resserrée de “conseillers” de Biden pendant la campagne électorale, comme Bernard Arnault lui-même, et que Biden ne s’est pas montré ingrat avec ce soutien en lui commandant 200 millions de doses de son vaccin. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

110 Shares:
8 commentaires
  1. En liminaire, toujours un excellent choix des photos d’illustration, nous sommes à une époque ou la plupart des nanas ont des culs comme des couscoussières, un peu comme la Schiappa qui, et c’est le plus remarquable, fait partie de ces furies castratrices alors même que leur physique leur offre la garantie absolue de leur tranquillité en terme de harcèlement.
    Bah, les thromboses ce ne serait pas si grave en fait, ou ça l’est, ou pas, bref ça patauge sévère, ça change de discours toutes les 5 minutes, blanc un jour, noir le lendemain. Comme tout le reste quoi.
    Toujours est-il, vaccin ou pas, les masques c’est pour tout le monde.
    Le prochain épisode Covid (version vague 5 ou 6) va être rigolo quand les gens vaccinés se verront de nouveau contaminés et terminer en réa. Là on va rire !
    Cette psychose s’arrêtera lorsque l’argent ne tombera plus du ciel, et il est à craindre que ce ne soit pas pour tout de suite.

    1. Pour continuer dans le même registre, j’ajoute que les couscoussiers comme les culs de na-nas de la même facture sont très prisés par les magrébins et les sub-sahariens.
      Il va donc sans dire que la Schiappa et le cul qui va avec ne lui offre pas de garantie absolue de tranquillité en termes de harcèlement, surtout si elle décide de se balader à la Goutte d’Or.

  2. Sans même parler des vaccins et de leur utilité tout à fait discutable, ça ne choque personne qu’il existe une agence européenne du médicament quand la santé est du ressort des états et qu’ils ont déjà tout ce qu’il faut à leur niveau . Le grignotage continu, ces gros cons se foutent que personne, à part les abrutis mondialistes, ne puisse vouloir d’une UE qui se mêle de ce qui n’est pas de son ressort . A part l’oligarchie personne n’a besoin d’une UERSS et surtout personne n’a de raison de la financer, il y a assez de couches au mille-feuille chez nous pour ne pas en rajouter une d’autant qu’elle n’a aucune légitimité démocratique . Il est quand même hallucinant de voir que plus n a besoin d’horizontalité, plus les parasites s’accrochent à la verticalité pour défendre et si possible augmenter leurs privilèges .

  3. On a relevé peu de cas de thrombose…mais il serait étonnant que le phénomène soit binaire…soit rien soit thrombose…il pourrait avoir des cas de début athérosclérose dû aux vaccins…mais les conséquences ne se voient que dans le temps…il faut être joueur de poker pour vacciner des gens bien portant alors ques les études ont été bâclées et qu’on ne connaît pas leur efficacité réelle en plus…il est quand même très inquiétant de voir que les données brutes des essais cliniques sont un secret industriel…donc non communiqué aux agences de santé qui prennent les décisions …on se demande bien sur quoi…elles n’ont droit qu’aux données que les labos pharmaceutiques veulent bien leur transmettre…il y a tout un processus qui doit être modifié pour la sécureté des gens. C’est exactement la même chose pour les pesticices ou les produits chimiques. Cela manque cruellement de transparence….

    1. Vous évoquez un «joueur de Poker ». L’image est plaisante mais inexacte : s’il perd, le joueur de poker ne perd pas sa mise, mais celle du vacciné.😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer