Comment le Great Reset décime les petits commerces américains…

Les petits commerces américains souffrent beaucoup plus que la propagande pro-Biden ne le laisse penser en France. 34% d'entre eux ont fermé leurs portes en un et un trimestre. Le Great Reset se met donc en place... avec les craintes d'une reprise en K, c'est-à-dire d'une apogée du commerce en ligne et d'une destruction massive de l'ancienne économie. C'est bien l'objectif recherché par la pensée ambiante, favorable au Big Government et à une remise à plat des économies mondiales. Avec une javellisation active de la concurrence "émiettée", comme on dit à Bercy.

Vus de la bidenomania française (ah ! un président américain qui augmente les impôts !), les États-Unis sont devenus un paradis sur terre depuis la défaite de Donald Trump. Mais, de l’aveu même des soutiens démocrates, la situation est un peu plus compliquée qu’il n’y paraît. C’est sur le site du Forum de Davos, pourtant partisan d’un Great Reset qui diminuerait fortement le nombre de petites entreprises, que nous en trouvons la meilleure description. 

34% des petits commerces américains ont fermé…

Alors que les Français entendent à longueur de journée que la campagne de vaccination massive menée par Biden permet un retour à la vie normale outre-Atlantique, la réalité « ressentie au sol » est un peu différente. De nombreux pans de l’économie américaine sont en effet impactés par les mesures de « protection » qui restent en vigueur de façon très variable selon les territoires. Ainsi, selon les chiffres pbuliés par le Forum de Davos, 34% des petits commerces ont fermé depuis le début du coronavirus. 

Voilà un très beau chiffre qui montre l’efficacité des mesures de restriction adoptées depuis le début de la pandémie. Personne ne sait combien de vies ces mesures ont permis de sauver, mais tout le monde peut savoir combien d’entreprises ont disparu à cause d’elles.

Pour mémoire, près de la moitié de la main-d’oeuvre américaine est employée dans ces entreprises. 

 In fact, 99.9% of all businesses in the U.S. qualify as small businesses, collectively employing almost half (47.3%) of the nation’s private workforce.

Ce n’est donc pas une vaine opération que de supprimer un tiers de la main d’oeuvre de ce secteur. Cela représente tout de même 15% de la population employée condamnée au chômage. 

Des secteurs particulièrement sinistrés

Tous les commerces ne sont évidemment pas frappés de la même façon. Le tourisme et les restaurants ont, comme en Europe, beaucoup souffert. Ce tableau résume assez bien la situation: 

Les secteurs culturels et les hôtels et restaurants, on le voit, ont vu leur chiffre d’affaires baisser de 52% en un an. Une telle curée ne passe évidemment pas inaperçue. Elle correspond au demeurant aux prévisions du Great Reset de Schwab et Malleret

Dans la pratique, le choix de confiner largement les populations a produit un effet largement destructeur sur le tissu des petites entreprises. Seules les grandes chaînes (notamment dans la restauration ou la culture) ont pu passer le cap de ce moment difficile. 

Et en France ?

Ces éléments propres aux USA posent la question des dégâts causés en France par la crise au sein des TPE et des PME. On le sait, dans notre pays, les faillites de petites entreprises ont pour l’instant chuté de plus de 36% en un an. Mais cette baisse s’explique par la prolifération de prêts garantis par l’Etat, qui ont zombifié temporairement l’économie française. 

Dans la pratique, alors que les faillites sont tombées à l’étiage historique de 31.000 en 2020, on s’attend à une montée en flèche à 150.000 faillites en 2021, soit une multiplication par 5 ! Les dégâts de la crise devraient donc être considérables, une fois que les aides de l’Etat disparaîtront. 

La France ne devrait donc pas échapper au grand remplacement des petits commerces (particulièrement dans l’hôtellerie, la restauration et le tourisme) par les établissements, franchisés ou non, des grandes chaînes mondialisées. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires

  1. On va bientôt s’en apercevoir. L’été va être une belle révélation, juste avant les licenciements pendant le creux, le reconfinement sans aides et avec le pass sanitaire pour « doper » la sortie des pépettes des français, lol. Le tiercé gagnant quoi…

  2. Le rachat du Parvis de Notre Dame par des groupes de l’agro alimentaire était prévu depuis bien longtemps.
    Source perso et non internet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.