Le «Tour de Gaule» du président de la République : Macron dans le Lot

Le chef de l’État a entamé mercredi un véritable tour de Gaule à la Goscinny et Uderzo dans le petit village de Saint-Cirq-Lapopie (Lot). Il a choisi «l'un des plus beaux villages» de France pour entamer son périple destiné à «prendre le pouls» du pays à la sortie de la crise sanitaire et avant le grand saut dans la dernière année de son mandat. Celle de l’élection présidentielle. Après Saint-Cirq-Lapopie, le président de la République s’est rendu, pour la deuxième étape, à Martel.

1.«Est-ce qu’il faut rendre [la vaccination] obligatoire ? A ce stade je ne crois pas» (Emmanuel Macron à Martel, jeudi 3 juin 2021)

 «Est-ce que vous avez pu vous faire vacciner?» demande Emmanuel Macron à une habitante de Saint-Cirq-Lapopie, car c’est le préalable au retour à la vie normale. D’ailleurs, le président de la République profite de son déplacement pour annoncer l’ouverture de la vaccination aux adolescents. «Tout cela nous permet d’envisager les prochaines semaines et les prochains mois.» Déjà, les contaminations repartent à la hausse dans plusieurs départements du pays. «Je reste extrêmement concentré sur le volet sanitaire»

«Est-ce qu’il faut rendre [la vaccination] obligatoire ? A ce stade je ne crois pas», a affirmé le président de la République au cours de sa discussion avec des retraités à Martel. «Pour les Françaises et les Français quand quelque chose est obligatoire ça déploie des anticorps. Les gens quand on leur laisse la liberté, on les convainc. Si on leur dit ‘c’est obligatoire’, ils vont dire ‘ouh la, qu’est-ce qu’il nous fait ?’ Donc je crois que l’adhésion monte», a estimé le chef de l’Etat.

Pour que la France ne fasse pas partie «des pays qui vont sortir de la crise en se repliant», le président de la République appelle à être «collectivement vigilants à ne pas avoir une vision catastrophiste».  «Je ne peux pas gérer l’été en pente douce», a conclu le chef de l’Etat.

2.«Je n’ai (…) pas de plan de réformes dans la poche» (Emmanuel Macron à Saint-Cirq-Lapopie, mercredi 2 juin 2021)

Emmanuel Macron le jure pour la poursuite de la modernisation du pays à son arrivée à Saint-Cirq-Lapopie: «Je n’ai pas d’idées cachées et pas de plan de réformes dans la poche.» Et, de toute façon, «on ne procède pas à une réforme du pays comme on administre une potion». L’heure est grave pourtant, et pas seulement à cause des conséquences de la crise sanitaire. «Nous sommes à un moment où nous préparons les dix prochaines années», met en garde le président de la République en évoquant la montée en puissance de la Chine et la lutte contre le réchauffement climatique.

Interrogé sur une relance de la réforme des retraites, suspendue depuis mars 2020, il a estimé devant la presse à Martel, qu’il s’agit là d’ «une question que nous devons collectivement nous poser. Je ne pense pas que la réforme qui était initialement envisagée puisse être reprise en l’état». La priorité du gouvernement est «la reprise d’activité» après la crise mais aussi «de voir comment la solidité de nos finances publiques est assurée» a précisé Emmanuel Macron.

3.«On m’a dit “le Président des riches“, je m’en fous» (Emmanuel Macron à Martel, jeudi 3 juin 2021)

La période des grandes vacances est cruciale pour relancer la relance du pays. «Nous avons beaucoup de secteurs qui sont en train de redémarrer et qui vont réembaucher», prévoit le chef de l’Etat. «Il faut poursuivre autant que possible la stratégie du “quoi qu’il en coûte”», explique le président, à Saint-Cirq-Lapopie, avant d’annoncer un nouveau plan «de reconquête et de réinvention» pour l’hôtellerie et la restauration.

Emmanuel Macron a par ailleurs défendu son choix de ne pas augmenter les impôts des plus riches lors de l’étape de Martel. «Est-ce qu’on peut massivement taper les gros (contribuables), idée qu’on adore chez nous ? On peut le faire, mais les gros s’en vont!», a-t-il affirmé. «On m’a dit “le Président des riches“, je m’en fous».

4.«Serez-vous candidat en 2022?» (Emmanuel Macron à Martel, jeudi 3 juin 2021)

«Serez-vous candidat en 2022?», Emmanuel Macron répond qu’il «est trop tôt pour le dire», affirmant sa détermination à «faire les choses jusqu’à la fin». «Je vais devoir prendre des décisions, certaines sur la relance, d’autres difficiles» pour que la dernière année du quinquennat soit «une année utile», a déclaré sans plus de précisions le président de la République. 

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

23 Shares:
4 commentaires
  1. Il a déjà dit en décembre 2020 qu’il allait prendre des décisions difficiles. Cela pue de plus en plus. Je lance les paris, ponction de 30% sur tous les comptes, courants ou d’épargne?

  2. Et bla, et bla, et bla… comme d’hab’.

    S’il dit que la vaccination ne sera pas obligatoire, on peut gager qu’elle le sera « incessamment sous peu »,

    Que le plan des retraites n’est pas d’actualité, attendons-nous à le voir renaître dès la rentrée,

    Qu’il est trop tôt pour déclarer sa candidature… alors pourquoi ce tour de France.

    Une seule chose crédible : il se fout d’être « le président des riches »… l’art et la manière de ne pas démentir ce qu’il est.

    On commence à savoir décrypter le verbiage macronesque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer