La gifle de Damien : la République à la recherche de la personne sacrée du Président

La gifle de Damien Tarel à Emmanuel Macron a donné lieu à un fonctionnement exemplaire de la justice : comparution immédiate du prévenu, puis condamnation à 18 mois de prison, dont 4 fermes, avec mandat de dépôt. Il ya bien longtemps qu'une gifle n'avait pas donné lieu à un traitement aussi sévère. Ce traitement n'est pas sans rappelé le procès de Damiens, de 1757, où Louis XV reçut un coup de poignard, et où le condamné fut condamé au supplice pour resacraliser la personne du roi. Nous venons sans doute d'assister à un procès dont la logique appartient plus à l'Ancien Régime, avec la volonté d'une justice "publique", qu'à l'époque contemporaine.

La comparution immédiate de Damien Tarel, hier, a permis de livrer quelques éléments d’explication sur l’auteur de la gifle qui a fait le tour du monde. Ce procès très attendu a débouché sur une condamnation à de la prison ferme, comme le souhaitait une large part du tribunal médiatique. 

La gifle de Damien enfin expliquée

Les propos tenus par le prévenu durant son audience ont livré leur part de vérité

Il s’est dirigé vers moi. Quand j’ai vu ce regard sympathique et menteur qui voulait faire de moi un potentiel électeur, ça a suscité du dégoûtJe pense que j’aurais eu du mal à rentrer chez moi la tête haute en ayant juste serré la main d’Emmanuel Macron.

On ne pouvait pas mieux exprimer la désacralisation de la personne présidentielle que nous évoquions dans nos colonnes. Tarel considère que le Président incarne la « déchéance » de la France et évoque le « sentiment d’injustice » que lui inspire le Président de la République. 

Refus de la banalisation et resacralisation

Le réquisitoire du Parquet dans ce dossier explique largement le sens de la sentence.

La société française n’a pas intérêt à banaliser ce type de passages à l’acte violent.

Le fait que la presse étrangère relaie largement l’événement est évoqué comme une circonstance aggravante. 

Le Parquet ne cache pas l’esprit dans lequel il appelle à la sanction : alors que, chaque jour, les tribunaux relaxent ou peinent à sanctionner des auteurs de violence, l’atteinte à la personne présidentielle justifie une réaction forte de la société tout entière. Nous sommes bien ici à la recherche d’une resacralisation du chef de l’Etat. 

Faire un exemple faute de pouvoir moraliser la société ?

Damien Tarel a échappé aux horribles supplices auxquels Damiens fut condamné en 1757 (pour avoir blessé le roi avec une arme blanche) :

mené et conduit dans un tombereau, nu, en chemise, tenant une torche de cire ardente du poids de deux livres puis, dans le dit tombereau, à la place de Grève, et sur un échafaud qui y sera dressé, tenaillé aux mamelles, bras, cuisses et gras des jambes, sa main droite tenant en icelle le couteau dont il a commis le dit régicide, brûlée au feu de soufre, et sur les endroits où il sera tenaillé, jeté du plomb fondu, de l’huile bouillante, de la poix résine brûlante, de la cire et soufre fondus et ensuite son corps tiré et démembré à quatre chevaux et ses membres et corps consumés au feu, réduits en cendres et ses cendres jetées au vent

Mais l’identité des noms fait sourire et pose la question du sens de la prison et de l’exposition médiatique du prévenu. De même que la sentence infligée à Damiens visait à faire un exemple public dans une société où la justice ne servait pas à « corriger » mais à châtier pour dissuader les autres criminels de commettre leurs crimes, on peut se demander si cette charge spectaculaire n’a pas dominé le procès de Damien Tarel. 

D’une certaine façon, nous n’étions pas loin du procès d’un régicide. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

8 Commentaires

  1. Disons que, en regardant la photo jointe d’Ursula von der Leyen sur un article connexe d’Edouard Husson sur le Courrier des Stratèges, on assiste à un grand mélange des genres entre l’Europe et la France. Et le macronisme criminel qui dirige la France actuellement, condamné à plusieurs reprises par Amnesty International et la Commission européenne des droits de l’homme, puis sérieusement inquiété par les dossiers à charge accumulés par l’avocat allemand Reiner Fuellmich dans la gestion covid calamiteuse et criminelle dans ses injonctions contradictoires et ses interdictions de soin, met un nuage de fumée supplémentaire en ajoutant le symbole de l’Ancien Régime dans une procédure qu’on n’applique même plus aux criminels mahométans qui sont réunis en une armée en France, dont la quasi relaxe pour le meurtrier avec barbarie de Sarah Alimi.

    En gros, on sanctionne très sévèrement d’indignité nationale Charles Martel et on bénit de Dieu Abd al-Rahman.

    Ne pave-t-on pas ainsi symboliquement le Pavé des Martyrs d’une façon encore plus favorable pour que les armées du prophète s’enfoncent encore plus facilement dans le territoire ? La réponse est dans la question.

    D’un côté, nous avons objectivement une UE organisation supra nationale qui n’a plus rien à envier à l’URSS dans la suppression des libertés publiques garanties par la DUDH et la Constitution française de 1958. Avec des relents nettement nazis quand il s’agit de vacciner les populations européennes, puis les enfants de force sous l’accusation de viol avec circonstances aggravantes chez le mineur que constituerait cette obligation « médicale » condamnée par les Articles 16 à 16-9 du Code Civil si elle était généralisée.

    D’une autre main, un régime conspué comme l’était celui de l’Ancien Régime dans sa phase terminale et qui ne tient que par un fil qui n’est pas celui de la légitimité, organise spectacles hollywoodiens de propagande et de désinformation sous la houlette de l’agence MacKinsey, conseillère de la CIA et condamnée lourdement à 573 millions de $ aux USA dans la Crise des Opiacés, le tout avec la force frappe médiatique des amis du régime.

    https://www.lefigaro.fr/societes/crise-des-opiaces-mckinsey-paie-573-millions-de-dollars-pour-solder-des-poursuites-20210204

    Nul n’est besoin de rappeler qui plus est la soumission totale de l’actuel détenteur du titre élyséen à ses maîtres de Davos, du Dolder Club ou BIG PHARMA, pour finir aux GAFAMs et au vaccinateur en chef de Grand Reich mondial davosien, ces derniers qui l’aident à corseter et censurer les libertés d’expression du peuple français protégées par l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme apposée en préambule de la Constitution française de 1958.

    On pourra donc considérer que la punition « exemplaire » infligée à Damien Tarel – qui n’a pas franchement l’air d’un méchant taré mais plutôt d’un doux illuminé amoureux de la France et de ses spectacles Sons et Lumières typiques, sinon le Président de la République serait déjà mort des coups porté par son assaillant – est une nouvelle fleur du gourou de la Macronie en faveur de l’Accord de Munich en cours avec les puissances pétrolières du Golfe – à qui on aura vendu sous Hollande-Macron un laboratoire P4 identique à celui de Wuhan, tout va bien au Royaume de France ! – quand l’onction présidentielle se porte en parallèle avec une affection sincère, non surjouée celle-là, vers le joueur de l’Equipe de France de Football qui est en attente de jugement pour chantage à la sextape et tentative d’extorsion de fonds sur la personne du très catholique franco-ibère Mathieu Valbuena.

    Après l’accolade gay-friendly avec les repris de justice antillais…
    Tout est dit.

    Pétain.
    Collaboration avec l’ennemi.
    Condamnation exemplaire à la limite du bagne des Résistants.
    Ne manque plus que la piqûre vaccinale ARNm obligatoire pour ce « terrifiant terroriste d’extrême droite qui menace les fondements de la Nation française », afin de le menguele-stériliser et empêcher ainsi sa reproduction avec gente femelle de même engeance indigène.

    « Mes chers petits immigrés, venez, vous êtes les bienvenus et reproduisez vous en masse, il faut grand remplacer cette nauséabonde population autochtone décidément trop à droite et réactionnaire ! »

    Le Pacte de Marrakech dans sa manifestation judiciaire la plus primaire.

    En 1945, après avoir honteusement participé aux Rafles et aux condamnations des Résistants, la justice française prenant acte d’un changement de pouvoir ou de paradigme idéologique à la tête de l’Etat français, se mit comme un seul homme à ratisser aussi large chez les anciens collabos des nazis, retournant ainsi sa veste à 180°… On a la justice et le pouvoir que le peuple – pétainiste à 85% en 1940 – mérite.

    On ne demande désormais pas moins à l’Histoire de France afin que l’actuel Président de la République soit jugé sous peu à la Libération du territoire pour ses actes criminel contre la Nation et le Peuple français depuis 10 ans, moult charges à l’appui.

    Cotisons-nous pour Damien, un futur pouvoir le redressera dans son honneur pour faits de Résistance exemplaires face à l’ignominie. De la même manière que Charles De Gaulle vit sa condamnation à mort par contumace annulée dès la Libération, ses droits civiques rétablis, ses accusateurs déchus, emprisonnés, condamnés à mort après le Tribunal de Nuremberg.

    L’Histoire bégaie.

    • Une différence – et de taille tout de même – entre le régime nazi et la macronie : le premier voulait une race aryenne pure et la seconde veut au contraire détruire notre peuple, son identité et sa culture, en nous métissant et en nous remplaçant.

      • Certes. Je ne compare pas la macronie au nazisme, mais la macronie au pétainisme, idéologiquement, sociologiquement.

        Deux preuves :
        – Macron est disciple de Paul Ricoeur, pétainiste ayant accepté des invitations à des conférences nazies organisées à Munich en 1939 ;
        – l’ENA et la suite de l’École d’Uriage et a été mise en place par Maurice Thorez, déserteur qui a passé la guerre à Moscou, membre du KGB et protégé par le Politburo, qui, une fois devenu Ministre le la Fonction Publique du CNR, n’obéissait qu’à Staline ;

        On retrouve les mêmes fondamentaux chez Macron :
        – qui n’obéit plus au peuple Français son seul employeur légitime devant la Constitution ;
        – qui obéit au Dolder Club et aux GAFAMs ;
        – qui préfère assassiner des Français en ne les soignant pas plutôt que de voir ses financements de campagne électorale 2022 par BIG PHARMA s’évaporer ;

        Après, c’est vous qui voyez devant l’urne électorale, car même Hitler est arrivé au pouvoir démocratiquement, c’est ce qui les rapproche !

  2. Il fallait sanctionner « pour l’exemple » mais il est amusant de voir combien vite le geste a été jugé et puni quand tant de cas, autrement plus graves, attendent de l’être (quand ils le sont) durant des années.

    Justice non seulement à deux voies mais à deux vitesses.

    Quant à la « désacralisation » et la « resacralisation »… le président s’est largement chargé de la première sans qu’il fût besoin d’une gifle et ne parviendra certainement pas à la seconde même au prix d’une condamnation.

    Le roi est nu depuis longtemps !

  3. Merci François SERVENIÈRE de nous avoir éclairé sur les multitudes trahisons à la France que son plus mauvais représentant politique actuel accumule depuis son élection par « effraction ».

    • Cette effraction devrait donner lieu à enquête.
      Demandons un re-comptage du premier tour de 2017, et pourquoi Jean Lassalle à perdu 4 millions de voix entre le résultats provisoire de 20h45 publiés par Sud Ouest et les résultats finaux.

  4. « alors que, chaque jour, les tribunaux relaxent ou peinent à sanctionner des auteurs de violence, »
     
    Hier, dans le show de P.Praud, un début d’explication a été donné et même si les juges font souvent n’importe quoi, ils sont quand même tenus par la loi Stricto Sensu, sans possibilité réelle d’interprétation (heureusement… oupas, ça dépend des cas), or cette loi dit que les grosses sanctions sont réservées aux « incivilités » qui entraînent au moins 8 jours d’ITT. Comme l’a fait remarquer un intervenant avocat : « les gens qui ont pondus ça n’ont jamais du avoir un seul jour d’ITT dans leur vie, sinon ce délai aurait été 1 jour ou même pas du tout d’ITT ». Par ailleurs, les juges sont aussi tenus par l’accumulation de débilités sans nom, tel les lois taubira ou beloubet, qui minimisent au maximum les responsabilités, même dans les cas les plus graves, par théologie débile (pléonasme macht in frankreich.)
     
    Loin de moi d’exonérer les 80% de juges qui seraient certainement mieux replacés comme scribouillards ailleurs dans l’administration (ou mieux, virés), mais c’est pour dire que les choses ne sont vraiment pas conformes aux apparences – et comme on ne nous donne jamais aucune explication, c’est exclusivement sur leur tête que nous tapons, alors que le politocard se prend en fait la part du lion en matière d’irresponsabilité dans toutes les inepties que nous constatons chaque jour.
     
    Il est d’ailleurs notable que la loi beloubet ait été promulguée au tout début du règne de pause-caca, ce qui en dit très long sur la mentalité sous-jacente du noyau dur de Lareyne par ailleurs bien incapable de mener ce pays sur la bonne voie…
     
    Maintenant, ce qui a aussi été évoqué, c’est qu’un sans papiers ayant agressé un juge s’est vu expulsé manu militari, comme quoi, le deux poids, deux mesures, ils savent faire et qu’ils sont également plus égaux que les autres devant la loi… surtout quand ils sont con-cernés.
     
    Faire la part des choses pour se forger une opinion charpentée est difficile quand on n’a pas toutes les infos sous le coude :/

  5. La scénographie de la tapette du 8 juin est parfaite. De Macron qui se dirige mielleusement le sourire aux lèvres droit au but vers Damien et lui prend le bras, à la condamnation immédiate et exemplaire de ce dernier à 4 mois d’incarcération. La dernière énigme est le montant du cachet des acteurs. Car deux jours avant, le 6 juin, Mélenchon avait pointé des attentats et « événements gravissimes » précédant les élections.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.