Sécession : nos nouveaux partenariats pour faciliter l’exode urbain et l’expatriation

La sécession devient inévitable pour tous ceux qui refusent d'être les victimes expiatoires de la mondialisation. Mais comment la pratiquer concrètement ? Dans le livre que je publie par épisodes sur le Courrier (et qui sera publié par Culture & Racines en format papier), je tente de vous donner le cadre général de ce que peut être la sécession politique. Mais pour répondre aux nombreuses questions de nos lecteurs sur le sujet, nous lançons des séries de conseils pratiques sur l'exode urbain et l'expatriation. Ces conseils seront payants : la rédaction du Courrier a besoin de moyens pour rester indépendante.

Le Courrier des Stratèges a donc décidé de lancer des partenariats pour faciliter votre sécession, qu’il s’agisse d’un exode urbain pour éviter d’être prisonnier d’une métropole liberticide et sous blocus dans les mois à venir, ou d’une expatriation en bonne et due forme. 

Ces partenariats, réservés à nos abonnés, viseront à vous aider concrètement dans votre réflexion et votre démarche, depuis ses balbutiements jusqu’à l’installation concrète dans un nouveau lieu. 

Nous réserverons ces conseils à nos abonnés parce qu’ils prennent du temps à réunir. Redisons-le, la presse indépendante n’a pas de prix, mais elle a un coût. 

Si vous souhaitez, vous aussi, donnez des conseils sur la sécession, contactez-nous sur le fil Telegram de Rester libre ! (coordonnées ci-dessous). 

Nous commençons les conseils dès aujourd’hui. 

Si vous adhérez à l’idée de sécession politique, n’hésitez pas à rejoindre l’association Rester libre ! dont c’est l’objet. 

Encore + de confidentiels et d'impertinence ?

Le fil Telegram de Rester libre ! est fait pour ça

Rejoignez la sécession !

Vous en avez assez de subir cette mascarade ? Vous voulez entrer sereinement en résistance contre cette dictature ? Déjà plus de 5.000 membres...

Les dossiers d'Aventin

Retrouvez les dossiers de référence de Laurent Aventin sur le COVID et la vaccination, pour enfin être informé clairement et avec rigueur sur la situation
ESSENTIEL
26 Shares:
5 commentaires
  1. Bonjour tout le monde!

    C’est très bien tout ça, mais ici à la campagne à 7kms de la côte Bretonne, en raison de l’exode urbain, le prix de l’immobillier a explosé.
    Il y a même des gens qui achètent sans même venir visiter…

    Dans ces conditions, nous les locaux ne pouvons plus acheter, du neuf ou de l’ancien, parce que les citadins achètent tout plus cher que nous pouvons.
    Je ne parle même pas des Allemands et des autres.

    Nous les locaux nous faisons évincer de notre propre territoire… Alors qu’il y a des villes et des villages morts parce que remplis de résidences secondaires… Les villes et villages sont vides volets fermés 11 mois sur 12…
    Je précise que je suis paysan et que je produit des fruits (arbo) et légumes en bio avec 3 enfants de 3, 5 et 7 ans… Suis locataire parce que mon métier me donne au max 12000€ de chiffre d’affaire alors que je travaille 6 jours sur 7 avec 2 semaines de vacances par an… (et on dit que les fruits et légumes bios sont chers).

    Alors permettez moi de ne pas cautionner ce genre d’aide, et je suis loin d’être le seul dans cette situation. et la tension monte en zone rurale, et il commence à y avoir des méfaits et malveillances, en raison de la frustration de la population locale

    Je sais que tout ça est un résumé un peu simplificateur, hein, mais c’est pourtant la réalité.
    Il y a des gens qui achètent des maions avec grand terrain 400 000€ sans toilettes, sol en terre battue élec des années 50 pas d’isolation… Bla bla. Qui valent réellement 100 000… parce que seuls les murs en pierre et la charpente sont valables. Et qu’il y en a à pour peu près autant en travaux pour tout mettre aux normes de confort actuel.

    AAARGGHHH!

    Je préfererais qu’on aide les citadins à assumer et améliorer leurs choix.

  2. Bonjour Crevette ( et tous du Courrier des Stratèges)

    Ce que vous dites, Crevette, je l’ai connu il y a près de 50 ans en Ardèche du sud, à la différence que c’était des résidents secondaires belges et hollandais qui raflaient les habitations potentiellement achetables par les locaux, les jeunes surtout qui voulaient fonder une famille par exemple, et ce qui produisait un ensemble immobilier de maison fermées 11 mois par an dans les villages, y compris les plus reculés.

    Depuis 8 ans, je vis dans un village de Vendée (après avoir quitté une ville périphérique du Havre) sans difficultés d’adaptation mais arrivé ici en toute humilité vis à vis des habitants “traditionnels”.
    Tout n’est pas rose, les quelques conflits mineurs avec mon entourage sont en fait avec des immigrés comme moi, venus d’ailleurs. La qualité de vie n’en est pas affectée, donc tout va bien.

    Le village ici dans le sud Vendée s’est enrichi d’une bonne centaine de nouveaux arrivants (effet CoVid bien sûr), dont des jeunes enfants et ados, ce qui baisse un tantinet la moyenne d’âge des habitants, ce qui est plutôt intéressant. Je ne sais pas si ces nouveaux arrivants (mais je le souhaite) s’intéresseront aux traditions locales et se comporteront comme des vendéens à part entière sans pour autant oublier leurs origines : Mè, j’sieu normand et j’en sieu fié et un petit peu vendéen du Marais Poitevin aussi.

    En résumé, il faut un peu de bonne volonté de la part de tout le monde et il est possible de pouvoir vivre tertous (en normand ou vendéen) en harmonie.

    Votre argument concernant l’amélioration de vie des citadins est impératif à prendre en considération car tous les citadins n’ont pas l’envie et les possibilités de quitter la ville pour la campagne.

    Bonne continuation et bravo pour votre réponse à cet article intéressant.

    Répondre moderated
  3. Merci Gilbert, ça console un peu!

    Je tiens à préciser que des (ex) parisiens ont acheté 550 000 € l’ex prieuré jouxtant une chapelle à 100m de ma ferme…
    Que de toute façon, je n’aurais pu m’offrir…

    Et bien ils sont adorables, ne nous ont jamis pris de haut, et traités avec respect.
    On prends l’apéro ensemble et on s’entraide…

    🙂

  4. Bonjour à tous,

    L’expatriation est une option que je considère mais LA question est pour aller où ? Car les visées mondialistes sont globales
    Quels pays sont assez puissants et indépendant pour résister ?
    Il y a bien certains pays comme la Russie et la Chine mais je n’ai pas vraiment envie d’y vivre !
    Les pays d’Afrique ne résisteront pas longtemps à mon avis et il y a des risques politiques et de crises alimentaires.

    Quels sont vos avis ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer