🎖ExclusivitĂ©: la feuille de route de la “pause migratoire” sur laquelle travaille Michel Barnier

A la veille du premier tour des élections régionales, on peut faire un constat simple: la France se rallie de plus en plus ouvertement et majoritairement à une politique de "droite". Ce numéro 9 des "Droites de Husson" vous raconte: (1) comment l'Armée sert plus que jamais de séismographe de l'opinion. - (2) combien l'état-major de LR panique devant la poussée du RN dans les sondages - (3) comment à l'Elysée on se réjouit de la perspective d'une candidature Zemmour - (4) Surtout, nous avons une exclusivité pour vous: la feuille de route de la "pause migratoire" sur laquelle Michel Barnier , qui espÚre bien s'imposer comme le candidat de centre-droit capable de rassembler la galaxie LR mais, surtout, de représenter un élément d'allternative aux duel annoncé Macron-Le Pen, fait plancher des juristes

Départ du Général Lecointre: pour ne pas avoir à servir Marine Le Pen?

La correspondante de la Frankfurter Allgemeine Zeitung Ă  Paris pense pouvoir affirmer que le GĂ©nĂ©ral Lecointre a dĂ©missionnĂ© parce qu’il n’aurait pas voulu ĂȘtre le Chef d’Etat-major des ArmĂ©es de Madame le Pen. Ce n’est pas la premiĂšre fois qu’un mĂ©dia Ă©tranger prend peu de gants pour affirmer la dĂ©sormais possible Ă©lection la prĂ©sidente du Rassemblement National. 

En rĂ©alitĂ©, le lien Ă©tabli entre une dĂ©mission en juin 2021 et le rĂ©sultat trĂšs incertain d’un scrutin qui se dĂ©roulera en avril et mai 2022, est peu probant. Selon les informations que j’ai pu recueillir dans les milieux militaires et auprĂšs du gouvernement, il y a plusieurs facteurs dĂ©clenchants Ă  la dĂ©mission: l’annonce mal prĂ©parĂ©e de la fin de l’OpĂ©ration Barkhane; on a beau avoir voulu servir la macronie comme le GĂ©nĂ©ral Lecointre, l’amateurisme prĂ©sidentiel n’en finit pas de surprendre; surtout quand il apparaĂźt qu’un moindre engagement en Afrique pourrait signifier l’envoi d’unitĂ©s dans le cadre d’opĂ©rations de l’OTAN, par exemple en Ukraine, sans que l’Etat-major ait Ă©tĂ© vĂ©ritablement consultĂ©. 

Mais le facteur dĂ©clenchant le plus profond est personnel. Le GĂ©nĂ©ral Lecointre  a Ă©tĂ© surpris par la vague d’adhĂ©sion Ă  peine dissimulĂ©e de l’armĂ©e d’active aux tribunes parues sur Place d’Armes et dans Valeurs Actuelles. Plus intimement, il a Ă©tĂ© blessĂ© par la publication et le contenu d’une lettre que son auteur, l’aumĂŽnier militaire Richard Kalka, avait d’abord gardĂ©e confidentielle et dans laquelle il reprochait au CEMA d’avoir engagĂ© des sanctions contre des signataires des tribunes: “il y a deux catĂ©gories de chef et deux sortes de solitude. Le premier est pendu au cĂąble du tĂ©lĂ©phone et attend les directives venant d’en haut. Quelles que soient ces directives, il les accepte sans broncher, car il ne pense qu’à son avancement. Le second se met devant Dieu et sa conscience, et dĂ©cide”. 

En fait, ces informations, qui nuancent l’avis de la correspondance de la FAZ, nous ramĂšnent paradoxalement Ă  son constat: la France est travaillĂ©e en profondeur par un mouvement de plaques tectoniques. Et l’armĂ©e continue Ă  servir de sĂ©ismographe. 

L’opinion française glisse Ă  droite

Panique chez LR en PACA....et ailleurs en France

Chez LR, c’est panique Ă  bord en rĂ©gion PACA. Les sondages se suivent et se ressemblent, pour indiquer une probable victoire de Thierry Mariani: le dernier sondage OpinionWay pour CNews  donne Ă  la liste RN emmenĂ©e par l’ancien Ministre des Transports de Nicolas Sarkozy, 43% au 1er tour et de 47 Ă  53% au second tour selon qu’il y a triangulaire ou non. Eh bien, pour mieux souligner son impuissance, des proches de Renaud Muselier n’ont rien trouvĂ© de mieux Ă  faire que de dĂ©poser un recours contre Thierry Mariani, lui reprochant de ne pas ĂȘtre vĂ©ritablement domiciliĂ© Ă  Avignon. Recours rejetĂ© mais qui dit bien l’inconsistance de LR. Et l’incapacitĂ© de ce parti Ă  tirer les leçons du passĂ© rĂ©cent. Lorsque François Fillon avait gagnĂ© la primaire de la droite, c’est de l’intĂ©rieur de LR que sont parties les accusation contre l’ancien Premier ministre, qui ont finalement fait rater de peu Ă  ce dernier le second tour de la prĂ©sidentielle. 

On comprend l’effet de panique. Comme Eric Verhaeghe le soulignait dans Le Courrier des StratĂšges dĂšs lundi 14 juin: ” Il semble Ă  peu prĂšs acquis que le parti de Marine Le Pen dĂ©crochera au moins deux rĂ©gions : la Provence et le Grand-Est, et qu’il en a prĂ©emptĂ© deux autres : la Bourgogne et le Centre-Val-de-Loire. Toute la question est dĂ©sormais de savoir si ces sondages reflĂštent fidĂšlement la rĂ©alitĂ©, ou s’ils minorent l’inclination des Français pour un parti encore qualifiĂ© d’extrĂȘme-droite.” Ce n’est pas seulement en rĂ©gion PACA que la visite de Marine Le Pen, venue soutenir la liste RN a Ă©tĂ© un gros succĂšs. La prĂ©sidente du Rassemblement National a visitĂ© onze rĂ©gions depuis un mois.  Au fond, le comportement de LR sert la prĂ©sidente du Rassemblement National: la peur d’ĂȘtre Ă  droite et la tentation macronienne de la direction des RĂ©publicains lui permet de ne pas beaucoup se fatiguer quand elle fait campagne. Elle excelle dans le rĂŽle de “rentiĂšre du populisme”.   

Eric Zemmour: une candidature qui réjouit à l'Elysée

Il y a bien un candidat, non dĂ©clarĂ©, qui donne des maux de tĂȘte Ă  Marine Le Pen: il s’agit d’Eric Zemmour.  “MĂȘme pas peur!”  a dĂ©clarĂ© la prĂ©sidente du Rassemblement National Ă  un mĂ©dia de La RĂ©union:  “Sur le plan Ă©lectoral, je ne le crains pas car je ne crois pas du tout qu’Éric Zemmour soit susceptible d’attirer des Ă©lecteurs qui voteraient pour moi »; elle n’a pas tort, sauf qu’elle pose le problĂšme Ă  l’envers. Si Eric Zemmour  ne chasse pas sur les mĂȘmes terres Ă©lectorales – Ă  premiĂšre vue – que la prĂ©sidente du Rassemblement National, en revanche, elle pourrait souligner l’utilitĂ© de l’Ă©crivain-dĂ©batteur, au cas oĂč il serait candidat, pour lui permettre d’obtenir une confortable majoritĂ©. Or, Marine Le Pen est obsĂ©dĂ©e par le recentrage de son image: « La seule crainte que je peux avoir, c’est que les propos qui sont souvent trĂšs radicaux, et que je ne partage pas avec Éric Zemmour, puissent ĂȘtre assimilĂ©s aux miens, c’est-Ă -dire que mon projet soit victime d’une caricature au regard des propositions qui ne seraient pas les miennes“.  Ce n’est pas le moindre des paradoxes de cette campagne de 2022: l’opinion française glisse toujours plus Ă  droite quand Marine Le Pen essaie de se recentrer pour ĂȘtre acceptĂ©e par l’establishment.  

En fait, Marine Le Pen a des raisons d’ĂȘtre plus nerveuse quelle ne veut bien le dire au cas oĂč apparaĂźtrait une vraie candidature de droite, mordant sur un Ă©lectorat urbain et diplĂŽmĂ© qui lui manque. Une Ă©tude IFOP sur le potentiel Ă©lectoral d’Eric Zemmour publiĂ©e ce vendredi 18 juin montre une rĂ©elle progression dans l’Ă©lectorat: en octobre 2015, 12% des Français se dĂ©claraient susceptibles de voter pour lui s’il Ă©tait candidat; en fĂ©vrier 2021c’Ă©tait 13%; et ce sont Ă  prĂ©sent 18%, selon un Ă©chantillon de Français interrogĂ©s les 15 et 16 juin. Il ne s’agit bien entendu que d’un potentiel; et un sondage publiĂ© par Le Point le 17 juin 2021 donne 5,5 points d’intention de vote. Mais Eric Zemmour atteindrait, selon l’IFOP, 21% de sympathie dans l’Ă©lectorat qui a votĂ© François Fillon et 2017 et 38% dans celui de Marine Le Pen Ă  l’Ă©poque. Quand on regarde de plus prĂšs les rĂ©sultats, on s’aperçoit qu’Eric Zemmour attire de façon relativement homogĂšne quels que soient la catĂ©gorie d’Ăąge(avec une forte progression chez les 18-24 ans), le type de profession (avec une pointe Ă  31% chez les dirigeants d’entreprise), le niveau de diplĂŽme. Mais, point inquiĂ©tant pour Marine Le Pen, le soutien pour Zemmour monte au fur et Ă  mesure que le revenu baisse.  

Selon nos informations, on s’est doublement dĂ©lectĂ©, Ă  l’ElysĂ©e, des sondages concernant Eric Zemmour.  Ce qu’on y craint par dessus tout, c’est l’Ă©mergence d’une candidature de la galaxie LR capable de dĂ©passer 20%. Eric Zemmour a l’avantage de prendre des voix Ă  un candidat LR qui essaierait de s’installer Ă  droite, exactement comme Nicolas Dupont-Aignan, en 2017, avait empĂȘchĂ© François Fillon d’ĂȘtre au second tour. Et puis s’il prend aussi des voix Ă  Marine Le Pen, c’est coup double ! 

Emmanuel Macron regrettera-t-il bientÎt de ne pas avoir soutenu Michel Barnier pour la présidence de la Commission Européenne?

Emmanuel Macron va-t-il bientĂŽt regretter de ne pas avoir secondĂ© l’ambition de Michel Barnier, en 2019, lorsque ce dernier espĂ©rait pouvoir ĂȘtre Ă©lu Ă  la prĂ©sidence de la Commission EuropĂ©enne? On se rappelle que le prĂ©sident français prĂ©fĂ©ra soutenir, dans un premier temps, la Danoise Margrethe Vestager puis s’Ă©tait ralliĂ©e Ă  l’Allemande Ursula von der Leyen. Une des consĂ©quences, pour le prĂ©sident français, c’est le retour dans la politique nationale du chef de file de la nĂ©gociation du Brexit pour l’UE. Comme nous l’avons indiquĂ© dans les Ă©ditions prĂ©cĂ©dentes des “Droites de Husson”, Michel Barnier mĂšne une intelligente campagne de terrain. Il a le soutien d’un certain nombre de dĂ©cideurs Ă©conomiques qui ne souhaitent plus soutenir Emmanuel Macron, ne croient pas Ă  l’Ă©mergence de Xavier Bertrand, mĂȘme en cas de victoire de ce dernier aux Ă©lections rĂ©gionales, et veulent Ă  tout prix Ă©viter une “guerre des quinquas”  dans la galaxie de centre-droit (Bertrand, PĂ©cresse et le presque quinqua Wauquiez) 

Tous ceux qui militent pour Barnier sont bien conscients que l’homme est peu connu de l’opinion. Il n’a plus Ă©tĂ© ministre depuis dix ans et les mĂ©dias français rapportent peu ce qui se passe Ă  Bruxelles. Mais on peut aussi en faire un atout: l’homme n’est pas usĂ© par les luttes d’appareil.  Et puis, surtout, lorsque se posera la question de remettre le couvert pour cinq ans de chaos macronien ou de faire le saut dans l’inconnu du vote Marine Le Pen, la question de la compĂ©tence et du respect qu’Ă©prouvent les autres dirigeants europĂ©ens ne seront-elles pas un atout pour l’homme qui raconte la nĂ©gociation du Brexit dans un livre qui lui sert de prĂ©texte Ă  parcourir la France?

Barnier lui-mĂȘme, qui fait patiemment campagne sur le terrain –  je conseille de suivre son fil twitter – sait qu’il a peu de temps pour percer. Il doit s’imposer Ă  la rentrĂ©e, avant que LR fasse procĂ©der Ă  des sondages pour choisir son candidat.  C’est pourquoi, d’une part, il plaide inlassablement le rassemblement de sa famille politique – comme dans Le Figaro, cette semaine; et d’autre part,  il travaille activement Ă  Ă©tayer l’idĂ©e qu’il a lancĂ©e au mois de mai: celle d’une “pause migratoire”. 

Scoop: la feuille de route de la "pause migratoire" Ă  laquelle travaille Michel Barnier

Michel Barnier raconte ouvertement dans Le Figaro qu’il a confiĂ© Ă  Daniel Fasquelle, maire du Touquet, de travailler sur la notion de pause migratoire. On apprĂ©ciera l’humour consistant Ă  aller chercher l’Ă©dile en chef  d’une ville oĂč le couple Macron possĂšde une rĂ©sidence ! Mais l’essentiel est ailleurs. Le Courrier des StratĂšges a connaissance des premiĂšres Ă©tapes de la rĂ©flexion juridique. Nous avons en particulier pu lire une note rĂ©digĂ©e par un conseiller d’Etat et qui expose trĂšs clairement la mĂ©thode qui pourrait ĂȘtre suivie. 

La note insiste d’emblĂ©e sur la radicalitĂ© de la mĂ©thode Ă  employer, prĂŽnant “l’adoption d’une loi constitutionnelle autonome (de rang constitutionnel, mais ne s’inscrivant pas dans le texte de la Constitution de 58) et provisoire disposant quelque chose comme : « La loi fixe toutes mesures utiles pour que, au cours des annĂ©es 2023 Ă  2028, le nombre d’étrangers en provenance des pays autres que ceux de l’Organisation de coopĂ©ration et de dĂ©veloppement Ă©conomique n’augmente pas annuellement en France dans une proportion supĂ©rieure Ă  X %. Dans ce cadre, elle peut notamment dĂ©terminer, par origine gĂ©ographique, le nombre maximal d’étrangers autorisĂ©s Ă  entrer sur le territoire, au cours de chacune de ces annĂ©es, en vue de rĂ©sider en France. Au cours de cette pĂ©riode :

  • Les lois et rĂšglements relatifs Ă  l’entrĂ©e et au sĂ©jour des Ă©trangers ne peuvent ĂȘtre ni dĂ©clarĂ©s contraires Ă  la Constitution, ni censurĂ©s ou Ă©cartĂ©s par une juridiction française au titre des engagements internationaux de la France ;
  • Les mesures individuelles prises en application de ces lois et rĂšglements ne peuvent faire l’objet que de recours administratifs gracieux ou hiĂ©rarchiques»

L’auteur de la note constate ensuite sobrement: “Eu Ă©gard aux considĂ©rables implications d’un tel texte et au renversement radical qu’il opĂšre entre souverainetĂ© populaire et gouvernement des juges, sa ratification par rĂ©fĂ©rendum s’impose” Et, ajoute-t-il un peu plus loin: il faudra faire preuve “d’audace diplomatique”: “car le moratoire entre en collision avec de multiples engagements europĂ©ens et internationaux (Convention de GenĂšve, directives europĂ©ennes, Schengen, accords bilatĂ©raux). Il faudra accompagner le moratoire de renĂ©gociations (directive retour, accords bilatĂ©raux) et de dĂ©nonciations d’accords. Il faudra relancer les initiatives sur la frontiĂšre extĂ©rieure. Le pilier europĂ©en, s’il peut ĂȘtre obtenu, ne devra pas faire attendre le pilier français. Et s’il ne peut l’ĂȘtre, le blocage justifie l’action nationale unilatĂ©rale. Il faudra aussi assumer la dĂ©sapprobation ou les sanctions des instances de l’Union et des deux cours europĂ©ennes”.

Selon nos informations, d’autres juristes consultĂ©s sont allĂ©s dans le mĂȘme sens que l’auteur de la note que nous citons. L’un d’eux nous a confiĂ©: “Au lieu de parler de « pause migratoire », qui renvoie immĂ©diatement Ă  la question suivante : que fait-on aprĂšs la « pause » ? Reprend-t-on comme avant ?, il faudrait parler de changement profond de la politique migratoire. C’est pour cela qu’il faut passer par le rĂ©fĂ©rendum et une loi constitutionnelle. Il faut une Charte de rĂ©gulation de l’Immigration comme il y a une Charte de l’environnement“. 

Il est trop tĂŽt pour dire si Michel Barnier peut ĂȘtre l’homme de la situation. En tout cas, face Ă  une opinion qui glisse toujours plus Ă  droite du fait de l’aggravation des attaques contre  l’identitĂ©, et Ă  la souverainetĂ© de la France, Michel Barnier pourrait bien ĂȘtre celui qui explique Ă  l’opinion: “Marine Le Pen parle beaucoup mais elle ne propose pas de chemin acceptable par nos partenaires europĂ©ens. Je les connais et je me fais fort de les convaincre”.  Bien entendu, nombreux seront ceux qui pensent que cela revient Ă  faire le coup de Sarkozy en 2007 et qu’on ne les y reprendra pas deux fois. 

Ce que nous sommes en mesure de citer dans nos colonnes n’est qu’une Ă©bauche. Pour prendre date et voir si la “pause migratoire” peut devenir, d’ici quelques mois, plus qu’un slogan Ă©lectoral. 

Abonnez-vous Ă  notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers Ă  connaĂźtre les 1001 secrets des droites françaises Ă  l'approche des Ă©lections prĂ©sidentielles. La lecture intĂ©grale de cette lettre est comprise dans l'abonnement Ă  9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialitĂ© pour plus d’informations.

9 Shares:
6 commentaires
  1. La victoire du RN serait une bonne chose. N’a t on pas perdu assez de temps avec de fausses alternances pour se fader barnier en Gauleiter dĂ©signĂ© par l’ue allemande? Les Ripoux ça suffit. La candidature de barnier est la meilleure justification Ă  la candidature d’Éric Zemmour: il fera barrage au loser gaspilleur de voix.

  2. bonjour
    Je vous invite Ă  vous rapprocher de ValĂ©rie Bugault (stratĂ©gika)qui explique comment le pouvoir financier mondial(arnaque de la dette ) Ă  pris le pouvoir sur l’ensemble des politiques ,ce qui explique ce que nous vivons actuellement (la mise en esclavage et la dĂ©population des peuples sous couvert de grippe organisĂ©e avec interdiction aux mĂ©decins d’exercer et de prescrire le traitement qui va bien (ivermectine ) avec une presse aux ordres des mĂȘmes, qui fait de la propagande Ă  longueur de journĂ©e , Ă  ce titre il est urgent que nous reprenions toutes nos souverainetĂ©s(humains et peuples de façon Ă  ce que nous ne soyons plus la caution de la SA France , ce qui permet de nous dĂ©pouiller de nos annĂ©es de labeur au profit des 1% qui gĂšre l’arnaque ) et que les peuples puissent Ă  travers le RIC ou autres solutions remettre ces politiques plus ou moins corrompus au chĂŽmage ………….un grand chantier ! de gestion du bien commun est Ă  mettre en place avec des hommes et des femmes non polluĂ©s par des annĂ©es de duperies , tromperies ,l’heure est de mettre fin aux turpitudes…………;

  3. Je ne reviens pas sur ma position concernant la candidature de Zemmour. Pour moi ce serait une erreur tant pour lui que pour ses « suiveurs ».

    Quant Ă  Barnier
 pourquoi pas ?…

    Il n’a pas pris part aux querelles internes des LR, fait peu parler de lui mais n’en a pas moins la tĂȘte bien faite.

    1. Comme si tous les Barnier de la terre n’Ă©taient pas ceux qui tuaient la France depuis Giscard …

      Evidemment, l’extrĂȘme mollesse fait toujours bander (si je puis me permettre cette image contradictoire) les bourgeois, qui prĂ©servent ainsi leurs intĂ©rĂȘts de classe au dĂ©triment de la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez Ă©galement aimer