Sécession, manuel d’auto-défense contre la caste

Faire sécession ou le manuel d'auto-défense contre la caste devrait être mon prochain livre à paraître à l'automne aux éditions Culture & Racines. Il s'agira d'un ouvrage à la fois théorique et terre-à-terre sur la meilleure façon de se soustraire à la domination et au contrôle de la caste managériale au pouvoir. J'en réalise un synopsis sous forme de vidéos. N'hésitez pas à le nourrir ou l'orienter par vos commentaires et vos remarques !

La sécession est probablement l’une des plus vieilles techniques de contestation et de désobéissance civile connue. Elle était pratiquée sous la haute Antiquité par le peuple de Rome, qui se retirait sur son Aventin, pour obtenir du patriciat, de l’élite, la reconnaissance de ses droits politiques et sociaux. Dans la société de la surveillance de masse qui s’annonce, la sécession revêtira des formes très particulières, puisqu’elle sera fondamentalement numérique. 

N’hésitez pas à me laisser de longs commentaires pour nourrir ce livre, dont j’ai posé les grands axes avec vous, mais qui doit encore s’étoffer et prendre forme. 

L’objectif est que sa rédaction soit achevée à la fin du mois d’août. 

Je produirai plusieurs vidéos cette semaine, un peu longues, pour en exposer les arguments. Merci de le “martyriser” pour l’améliorer. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

46 Shares:
23 commentaires
  1. La sécession, c’est une idée sympa, mais quel pouvoir va laisser faire ? Il va se raidir, venir chercher les sécessionnistes.

    Les révolutions sont toujours provoquées par les contre-révolutions.

    Le pouvoir sclérosé devient paranoïaque, combat des ennemis imaginaires, ne sait plus que réprimer, de plus en plus férocement, et finit par se créer de vrais ennemis, qui le renversent.

    Toute ressemblance …

  2. Cher Monsieur,
    Merci pour vos contributions.
    Vous aviez éveillé ma curiosité à l’occasion de votre coup de gueule au début de cette crise (mars 2020), et je vous suis avec intérêt depuis.
    Loin d’être déconnecté de ce monde (prépa, grande école, ayant travaillé dans des PME, comme dans des groupes privés en tant que dirigeant…) je suis pourtant, à 46 ans, sur le chemin de la sécession depuis quasiment 20 ans, avec il est vrai une accélération de ce processus depuis un an.
    Votre thème me tire donc un sourire bienveillant, mais il y a, outre les sujets que vous mentionnez, bien d’autres points à aborder, qui me semblent relever au moins de la même urgence : indépendance des soins (sécession yc. sécu ?), alimentaire, énergétique, organisation sociale etc.
    La “caste” nous y pousse déjà concernant l’hôpital, puisque se met en place une rupture d’égalité face aux soins, induite par le pass sanitaire.
    Par ailleurs, je vous rejoins totalement sur la révolution comme “piège à cons” dont nous pouvons faire l’économie.
    En revanche, il serait intéressant que vous précisiez la définition et les contours (limites) que vous donnez à la notion de sécession que vous avez à l’esprit. En effet, cela peut nous amener très loin, notamment à des réflexions sur le monde d’après (régime, constitution, droit, institutions, refonte du système de représentation, capital, économie, etc…).
    Pour développer tout cela, compris vos points – « tracking », indépendance financière & culturelle, et plus globalement refus de la dépendance économique liée aux systèmes actuels, il me faudrait au moins l’espace d’un petit mémo.
    C’est la première fois que je prends la plume de cette manière, me contentant ordinairement de faire sécession par mes actes : le sujet est donc d’important pour moi.
    A votre disposition pour alimenter plus avant vos réflexions si vous le souhaitez.

  3. Dynamique de la sécession
    Par le haut :
    Agiter le peuple avant de s’en servir
    « Révolution française »
    Le Brexit n’est advenu que parce qu’une partie de la caste anglaise l’a soutenu (avec ses médias)
    Par le bas
    Importance des médias alternatifs
    Recherche d’une autonomie individuel = abandon du politique (ce qui est favorable à la caste)
    N’est possible qu’autant que le pouvoir le tolère
    La loi sur le séparatisme est déjà une réponse à la tentation sécessionniste.

  4. La sécession des États du Sud aux États-unis unis a tout de même conduit à une guerre sanglante…
    Dans le cas présent, il ne s’agit ni de territoires, ni d’États, mais d”individus dispersés sur tout un territoire, à qui on dénie pour certains, le droit de travailler et donc privés ressources pour ceux qui ne souhaitent pas se vacciner, il s’agit donc d’organiser une vie difficile dans un contexte d’absence d’argent …
    La sécession consisterait à faire grève, et comme c’est déjà le cas pour les écoles de refuser d’y mettre ses enfants tant que les centres de vaccination sont placés dans et à proximité de ces écoles afin d’y vacciner les enfants sans l’accord des parents.

  5. Je ne suis pas une intellectuelle, plutôt une pragmatique. Je vous suis depuis la crise corona, en relayant souvent vos analyses via mes propres canaux. Ma spécialité est la nutrition (hédoniste libertaire s’il faut la qualifier).
    La “caste” mondiale est en train de procéder à un hold-up sur les ressources alimentaires, au vu et au su de tout le monde. Le récent sommet alimentaire de l’ONU est illustratif: la plupart des comités ont été infiltrés par des faux-nez des multinationales, qui font passer ce qu’ils veulent.
    J’ai soulevé quelques pistes dans les brouillons de mon livre “Qui a machiné le boeuf bashing ((Un regard sérieux sur le rodéo médiatique antiviande) -> https://www.taty.be/Bash/

    L’objectif: mettre fin à l’élevage tradi d’ici 2030-2035 (les objectifs tacites sont autres, vous vous en doutez).
    Envisagez-vous cette part d’autodéfense dans votre manuel de sécession? Qui ne sera pas qu’à l’intention des entrepreneurs, j’imagine?

  6. La sécession est une idée séduisante. Sa mise en oeuvre plus compliquée. Les banlieues sont des lieux inaccessibles aux forces de l’ordre et ses habitants souvent armés et violents mais nous sommes dispersés sur tout le territoire et plutôt pacifiques.
    Par ailleurs, comment accéder à l’indépendance financière lorsqu’on est un ou une retraité âgé qui n’a plus suffisamment la niaque pour monter son entreprise ?

  7. Bonjour*
    seccession il y a eu des grêves dans le groupe Korian qui a concerné des maisons de retraite suite à des actes d’hommes désinhibés par leur sénilité mentale sur des résidentes ….. le personnel n’en pouvait plus. Certaines grèves ont durée 3 semaines.
    La police est allée remettre en main propre au domicile des salariés en grève, dont avec des agents portants une mitraillette en bandoulière, pour contraintre les salariés a assurer leur fonction dans les ehpad concernées.
    Or pour faire cessassion à la contrainte qui peut être assumée par le pouvoir je pense qu’il ne soit pas interdit de découcher chez un copain même lors d’une grêve.
    Si les personnes concernées se disent je dors chez toi es tu d’accord ? aucune écoute ne pourra définir qui est chez qui, d’où une paralysie possible par les grévistes qui sont épuissés par le pourrissement de leur mouvement et la culpabilisant des personnelles restant.
    Là en quelques jours les personnelles qui n’y croient pas seront épuisées en quelques jours et en arret maladie très rapidement d’où la paralysies inévitable. Pour un hopital cela peut être très rapidement je ne pense pas que le personnel qui agissent ainsi ne seraient pas poursuivable judiciairement.

  8. Bonjour*
    seccession Il y a eu des grèves dans le groupe Korian qui a concerné des maisons de retraite suite à des actes d’hommes désinhibés par leur sénilité mentale sur des résidentes ….. le personnel n’en pouvait plus. Certaines grèves ont durée 3 semaines. c’étaient il y a 6 ans environ
    La police est allée remettre en main propre aux domiciles des salariés en grève, dont avec des agents portants une mitraillette en bandoulière, pour contraindre les salariés à assurer leur fonction dans les ehpad concernées.
    Or pour faire cessation à la contrainte qui peut être assumée par le pouvoir, je pense qu’il ne soit pas interdit de découcher chez un copain même lors d’une grève.
    Si les personnes concernées se disent “je dors chez toi es tu d’accord ?” Aucune écoute ne pourra définir, qui est chez qui, d’où une paralysie possible par les grévistes qui sont généralement épuisés par le pourrissement de leur mouvement et la culpabilisation des personnelles restant.
    Là en quelques jours les personnelles qui n’y croient pas, seront épuisées et, en arret maladie d’où la paralysies inévitable. Pour un hôpital cela peut être très rapide et fort brutal pour l’encadrement qui suit les directives du pouvoir. je ne pense pas que le personnel qui agissent ainsi seraient poursuivable judiciairement.

  9. Je vous donne une idée mais peut-être y avez vous penser déjà. Le plus grand talon d’achille de cette société de contrôle numérique c’est dans un premier temps le désabonnement total de toutes les plateformes existantes : Intagram, Facebook , Messenger, Tweeter, Whatsapp etc.Il faudrait des désabonnements collectifs de masse et simultanés pour bien les faire plonger. Si cela ne suffit pas c’est se départir de ses téléphones à écran et de ne prendre qu’un petit téléphone classique pour juste téléphoner. Si cela se faisait en masse ils sont dans la merde. Nous vivions très bien avant sans tout cela. Rien n’empêcherait de garder son PC maison pour faire ses déclarations habituelles etc….Ils nout ont piégé en nous connectant les uns aux autres par ces outils de malheur. Les gens ne peuvent plus s’en passer. Un jour il faudra faire le choix de les débrancher pour se débrancher de la toxicité de ces élites.

  10. Tout d’abord un grand merci pour vos publications, analyses et conseils salutaires.

    Je me lance donc modestement ici dans l’apport de pistes de réflexion pour votre livre et j’enrichi le commentaire que j’ai déjà posté sur votre vidéo YouTube :

    PAS DE SÉCESSION POSSIBLE LE VENTRE VIDE

    Je suis travailleur indépendant, mais je me préoccupe plus généralement des questions d’autonomie (décider) et d’indépendance (capacités d’action). Et il me semble qu’il y a un sujet pouvant paraître trivial mais qui constitue un espèce d’angle mort, ce sont les risques de rupture de chaines d’approvisionnement alimentaires (vous avez d’ailleurs cité le jardin de Voltaire dans votre vidéo, dont j’ignore s’il était nourricier !).

    Il n’y a que 2 à 3 jours de stocks alimentaires dans les magasins. L’approvisionnement repose sur des chaines logistiques et informationnelles complexes, fragiles et mondialisées, en flux tendu, soumis à des risques majeurs (cyberattaques, grèves, blocages, pénuries de carburants, et d’autres matières premières, vous en avez parlé dans votre vidéo).

    Ce qui est fou, c’est que les territoires, en France, même ruraux et avec des terroirs diversifiés, n’ont pas d’autonomie alimentaire, importent ce qu’ils mangent et exportent majoritairement des matières premières agricoles souvent impropres à la consommation humaine… Je cite mes sources dans plusieurs billets que j’ai écrit sur le sujet, notamment dans celui-ci : https://www.pierre-lannes.fr/reve-brises-de-colonies-martiennes-et-retour-a-la-realite-securiser-alimentation-locale-sur-terre/

    Encore plus fou : il n’y a pas de stock alimentaire stratégique, ni de plans de secours (en ce sens, les autorités ont une grave responsabilité. On ne peut pas assurer pas les fonctions régaliennes de protection des populations avec le ventre vide).

    Il me semble que même avec une certaine autonomie financière, d’esprit, nous prenons de gros risques à ne pas prendre en considération ce risque majeur dans le projet de sécession qui sous-tend une autonomie y compris alimentaire (c’est la base de la pyramide de Maslow). Et il y a des stratégies à développer pour cela.

  11. Bonjour.
    Pour votre livre j’irais m’inspirer par le livre la gouvernance par les nombres de Alain Supiot. Ou plus rapide peut être voir ses vidéo au collège de France dispo en replay sur France Culture. Suive le 5 et 6 ème cours ( et plus si affinités).
    Sinon bien sûr, mais probablement l’aurez vous déjà lu, la servitude volontaire de la boetie. Enfin les travaux de bernard stiegler se sont très riches pour mettre en perspective les choses. Not talent vis à vis de la prolétarisation de l’ensemble des classes sociales. Voir ses livres dont la Ste automatique ou ses vidéo sur YT. Exemple : https://youtu.be/9TELhiw8Xxs
    Mais il y en a bien d’autres. Enjoy!

  12. Je rajoute que la logistique alimentaire en flux tendu et la logistique en général reposent sur le pétrole pas cher qui est le seul moyen de mobilité longue et que nous importons dans sa totalité

  13. Mes premières réflexions, qu’il convient très certainement de poursuivre Faire sécession implique 2 notions principales: être autonome et indépendant.
    Ces 2 nécessités peuvent paraître identiques, mais on peut cependant les distinguer:
    – Autonome signifie avant tout être gouverné par ces propres lois, ce qui peut se traduire au niveau des individus par être fidèle à ses principes (encore faut-il en avoir) et donc ne pas transiger même sous la menace. Cela ne signifie pas refuser les règles communes qui en général se déduisent des principes partagés dans une communauté (groupe, communauté, nation…), forgés au cours d’une histoire donc chacun se nourri, et donc admis par les individus qui la compose comme les siens.
    La première étape est donc de définir les principes sur lesquels on ne peut transiger.
    Pour être envisageable cette autonomie nécessite d’être indépendant, et cette indépendance s’applique à un certain nombre de domaines:
    – indépendance financière avec 2 axes: revenus et disponibilité des réserves
    – indépendance alimentaire
    – indépendance sociale et affective
    – indépendance sanitaire (soins, traitements…)
    – …
    Ces domaines sont à compléter, néanmoins ceux cités sont certainement essentiels et primordiaux.
    De ce fait un état des lieux préliminaire s’impose et en fonction des cas les solutions peuvent diverger.
    Par exemple, l’expatriation nécessite souvent indépendance financière mais peut s’avérer incompatible avec une dépendance affective et/ou sociale.

    J’en suis là de mon analyse, mais vos apports et ceux d’autres doivent me permettre de progresser.

  14. Mr Verhaeghe,
    La sécession nécessite à minima un territoire un minimum homogène et quelques ressources locales et mobilisables. La guerre de sécession américaine ou le Brexit avaient l’échelle d’opposition pour envisager de la réaliser. Le problème en France est que les possibles sécessionnistes sont dispersés sur tout le territoire, “cernés” par de multiples enclaves qui sont soit opposées à ces visées (type les centres urbains) soit sont a-territorialisés pour cause de non destinée commune, choisie et assumée (les zones de non-droits, les ghettos culturels, les zombies…). A ceci s’ajoute que les moyens à mobiliser (hormis un bon calibre et des conserves pour un individu seul) sont détenus par des anywhere qui les ont déjà soit mis à l’abri soit vendu, auquel cas ce seront les “propriétaires” qui mobiliseront des ressources extérieures à notre pays pour faire valoir leurs droits. Egalement, malgré leur faible nombre et leur sous-équipement, les forces policières et militaires sont majoritairement légalistes (et les premiers à recevoir leurs moyens de subsistance) et ne suivront pas. Enfin, à la différence des conflits anciens, une bonne part des moyens utiles pour faire sécession sont numériques donc inexistants si on vous bloque votre accès. Moyens numériques en général doublés par essence par la surveillance intrinsèque des risques, ie vous dans un cas de soupçon social. Bref, sauf à envisager de s’adosser à une frontière naturelle, nettoyer lentement le terrain pour le rendre homogène “sécession compatible”, dévoyer une partie des moyens de subsistance (alimentaire, énergétique, industrielle…) sans faire de remous et tenter de faire corps avec des individus qui ont probablement autant d’idées que vous, mais pas les mêmes, pour faire avancer ce concept de sécession, je ne vois pas bien comment y arriver de nos jours. En survivalisme, l’échelle d’un village est le niveau max d’organisation de résistance, même s’il peut y avoir de multiples entités. Cela ne suffit pas pour aboutir à une sécession ferme et définitive, capable de résister à ceux qui ont tout à perdre à ces velléités et qui de fait seront forts désagréables si on leur pique leur jouet ou que l’on fait trop de bruit. Je crains qu’à l’instar du 1% de citoyens de la résistance française de la seconde guerre mondiale en France, il faille passer par une sorte de terrorisme. Cela tombe bien, Vigipirate n’est là que temporairement, 26 ans seulement. En attendant le boycott massif peut donner des résultats.

  15. Le système repose a mon sens sur deux mensonges.
    Le premier est la citoyenneté. Le citoyen a des droits et des devoirs. De plus en plus le droit devient un droit à la sécurité contre des devoirs qui deviennent de plus en plus tyranniques. La citoyenneté impose aussi sa propre moralité : il faut être un bon citoyen (d’où le crédit social) qui va dans le sens du bien commun (le fourre tout qui consiste surtout dans le bien de la caste dominante)
    Le 2eme mensonge est le système d’identification de la population. qui en fait une entité juridique affiliée à un Etat : la personne physique travaille tandis que c’est l’entité juridique qui encaisse et possède et ce, tant que l’Etat dont elle dépend est d’accord pour cela. Je simplifie peut être un peu trop. Mais au final ce sont ces 2 systèmes combinés qui assurent un contrôle.
    Ce n’est pas un hasard si Bel gates travaille à ID2020, un système d’identification numerique de la population mondiale.

  16. Bonsoir Eric.
    Il y a un sujet sécessionniste fondamental auquel personne ne pense. Je ne vous le donnerai point ici, ayant l’intention de le développer par ailleurs. Je ne peux que vous dire que celui-ci fera l’unanimité en même temps que le désespoir du système, qui est en fait basé sur mon sujet, depuis de nombreuses années. C’est un sujet mondial qu’il nous faut , ici, en France ouvrir et imposer. Pouvez vous me contacter que nous en discutions autour d’une Côte Rôtie ou d’un Condrieu lors d’une de vos Lyonnaiseries.

    Dans la même veine de la sécession, une petite idée que je compte bien mettre en place lors du crack boom hue, qui va survenir tôt ou tard, est le simple retour aux monnaies argent françaises démonétisées, que sont les semeuses. Il y en a pas mal encore et chaque français en a connaissance. Il me semble qu’elles seront un bon support monétaire quotidien de substitution temporaire quand Neuneuro ne sera plus.
    Je reviendrai pour plus de sécession sous peu.

  17. Ha oui,
    Concernant l’autonomie alimentaire, 2 noms à connaitre si besoin de se renseigner: – La brigade DICRIM, qui officie sur les territoires pour sensibiliser aux risques majeurs, dont la pénurie alimentaire
    – François Rouillay, homme inspirant si il en est, spécialiste et tête chercheuse en permaculture et en techniques pour permettre l’autonomie alimentaire.
    De plus, les différents points qui constituent et cadrent les principes de la permaculture, pour créer un cercle vertueux sont tout autant un programme politique humaniste pour les hommes, pouvant servir de repère lors des processus de sécession. A étudier de près.

  18. J’ai écrit hier un long commentaire sur Alice Pazalmar et sa sécession, qui n’apparaît pas. Non validé ou non reçu?(pas sure qu’il ait bien été envoyé car je n’avais pas le visuel pré-validation du message).
    Bien à vous

  19. Bonjour
    Ce que nous construisons localement:
    un collectif organisé en société avec tous les corps de métier pour vivre et survivre.
    Bien sûr, la priorité sera la nourriture, ensuite la santé, la sécurité, une justice, une monnaie d’échange, une production d’énergie, …
    La seule chose qui sera difficile à trouver est un système de communication à longue distance . Sans internet ou le téléphone, ce sera un problème.
    Nous ne faisons pas une contre-société, ni ne faisons sécession, nous construisons une société parallèle. Il faut dépasser l’opposition primaire au système, mais être en capacité de s’y opposer si besoin.
    En attendant, nous avons les moyens de gêner l’instauration de cette tyrannie. On ne peut prendre ni l’elysée ni les préfectures par la force, mais on peut devenir des moustiques sur les adeptes de la secte lrem.
    Mais peut on prendre l’élysée par les urnes? C’est possible si nous arrivons à construire tout un réseau de collectifs n’ayant qu’un objectif: prendre le pouvoir pour instaurer une démocratie.
    cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer