Témoignage audio de Martinique : la métropole organise-t-elle une coupable pénurie de traitements ?

La Martinique fait-elle l'objet d'une politique dangereusement punitive, pénalement répréhensible, destinée à empêcher les soins en faveur des malades réticents à la vaccination ? Nous publions aujourd'hui un témoignage citoyen sur le situation réelle de l'île qui ne manque pas de soulever de nombreuses questions. La métropole cherche-t-elle à augmenter délibérément le nombre de morts pour punir les habitants de refuser massivement la vaccination ? Dans tous les cas, il est désormais indispensable que les pouvoirs publics répondent aux lourdes accusations qui sont lancées.

Les accusations lancées dans cet extrait sonore sont, pour certaines, très graves, et méritent un plus ample approfondissement. On notera toutefois que, selon les chiffres bien connus du ministère de la santé, la Martinique connaît historiquement des sureffectifs dans ses hôpitaux, à commencer par l’hôpital de Fort-de-France. Les besoins de la Martinique ne sont donc pas humains mais probablement matériels. 

Selon les informations répétées sur place, l’ivermectine y est effectivement en rupture de stock. Les stocks des pharmacies ont-ils réellement été confisqués par les autorités et sont-ils en souffrance dans les sous-sols de l’hôpital ? Si tel était le cas, il s’agirait effectivement d’une stratégie mortifère destinée à “punir” les habitants en mettant leur vie en danger. 

Sur la question de l’oxygène, on notera ici les explications données par le responsable de la réanimation de l’hôpital, invoquant notamment la multiplication par 6 des besoins en oxygène dans les hôpitaux, proportion trop forte pour la seule usine de la Martinique. 

Sur les décès, il est un fait que la Martinique se situe à un niveau encore très inférieur à la moyenne métropolitaine. On retiendra néanmoins que l’épidémie aurait tué 150 personnes au mois d’août, ce qui est un chiffre important pour l’île. 

Chacun aura tout loisir de se forger sa propre opinion sur la situation en confrontant les chiffres. Mais une chose est certaine : la possible raréfaction des traitements soulève une difficulté majeure sur la “perte de chance” des patients locaux. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

316 Shares:
8 commentaires
  1. Mais enfin cette réquisition (ahurissante) par la gendarmerie a dû se faire à la suite d’un arrêté préfectoral, d’une réquisition du Procureur de la République, que sais-je? bref sur la foi d’une décision administrative dont on peut aisément trouver la copie. Sinon c’est un épisode inédit des “Gendarmes de Saint-Tropez”. Trouver cette décision et la publier, ça devrait faire du bruit, non? Ou suis-je trop décidément trop naïf?

  2. Le RAID a bien été envoyé à Kaboul pour “traiter” avec les talibans. Le RAID est la Police Nationale, rien à faire en Afghanistan. A quoi sert le COS?
    Ceci pour dire que Quand on voit ce qu’on voit, que l’on entend ce qu’on entend et que l’on sait ce que qu’on sait, on a raison de penser ce qu’on pense (P. Dac).
    Les Antilles est un terrain d’essai pour la suite métropolitaine.

  3. Oui
    les Dom Tom, brouillon d’essai pour la métropole
    appel pour ces gens
    demandez l’indépendance
    demandez de quitter la France qui vous spolie depuis 2 siècles

    1. Svp cessez de demander l’indépendance à la place des domiens, nous sommes français et nous nous battons depuis assez longtemps pour notre pays pour ne plus avoir à justifier notre appartenance. Les problèmes d’ici, comme quasiment partout dans le monde, sont de nature politique : corruption, copinage, pantouflage, démagogie, manque de vision… Nous n’échappons pas à la règle, mais sur un petit territoire c’est juste plus visible.
      La France perdrait beaucoup géopolitiquement et nous nous retrouverons bien vite comme Haïti, avec les gouvernants que nous avons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer