Le Japon prend partie pour l’ivermectine dans la lutte contre le COVID-19

Le Japon a jeté un sérieux pavé dans la mare et pris parti officiellement pour un traitement du COVID 19 à l'ivermectine. Nous avons beau être protégés du reste du monde par le mur de propagande des médias subventionnés et de l'injonction gouvernementale permanente, il n'a pas fallu quinze jours pour que nous apprenions qu'un des médecins les plus respectés du pays, le Docteur Haruo Ozaki, avait déclaré publiquement qu'il fallait avoir recours à l'ivermectine dans la palette des traitements administrés pour lutter contre le SARS-Cov2. De quoi flanquer par terre toute l'argumentation des autorités sanitaires occidentales.

Le Dr Haruo Ozaki est le président de l’Association médicale métropolitaine de Tokyo. Il est connu pour avoir tenu des propos très durs quant à l’organisation des précautions sanitaires durant les Jeux Olympiques. Aussi sa prise de position, le 13 août 2021, en faveur de l’utilisation de l’ivermectine, équivaut à une recommandation officielle. Le Japon est confronté à une recrudescence des infections dans le pays, a expliqué le Dr Ozaki lors d’une conférence de presse dont la vidéo avec des sous-titres se trouve ci-dessus. Et c’est pour cette raison qu’il a appelé à la généralisation de l’utilisation de l’Ivermectine par les médecins généralistes.

Frappantes leçons données par l'Afrique

L’une des raisons pour lesquelles le médecin japonais recommande l’ivermectine se trouve sur la carte reproduite ci-dessus, produite à l’Université Johns Hopkins. Nous l’avons copiée du compte twitter de Robert Malone, l’un des inventeurs des vaccins à ARN messager, lui-même très critique du manque d’esprit scientifique des gouvernements et des autorités de santé qui ne veulent pas voir les problèmes que posent des vaccins encore en phase expérimentale. Malone, parce que c’est un vrai scientifique, n’a aucun problème à reconnaître que le nombre de morts du Covid est bien plus bas dans les pays qui utilisent l’ivermectine. 

Et le Dr. Ozaki d’expliquer, l’ors de sa conférence de presse: “En Afrique, nous avons comparé les pays qui prescrivent l’Ivermectine avec ceux qui n’en prescrivaient pas… Dans les pays qui donnent de l’Ivermectine, le nombre de cas est de 134,4 pour 100 000 et le nombre de décès est de 2,2 pour 100 000. Dans les pays qui n’utilisent pas l’Ivermectine, le nombre de cas est de 950,6 et le nombre de décès est de 29,3.”

Pendant une épidémie, la priorité est...de soigner !

Le Dr. Ozaki a continué, le 13 août dernier, en déclarant: “Bien sûr, on ne peut pas conclure que l’Ivermectine est efficace uniquement sur la base de ces chiffres mais quand on a tous ces éléments on ne peut pas dire que l’Ivermectine n’est absolument pas efficace, en tout cas pas moi. Nous pouvons faire d’autres études mais nous sommes dans une situation de crise. En ce qui concerne l’utilisation de l’Ivermectine, il est évidemment nécessaire d’obtenir le consentement éclairé des patients et je pense que nous sommes dans une situation où nous pouvons nous permettre de leur donner ce traitement.” 

Rendez-vous compte, un médecin en situation de responsabilité, et qui ose affirmer que la priorité est de soigner !  Le journaliste Robert Harneis, commentant cette conférence de presse, conclut ironiquement: ” Face à l’évidence du Dr Ozaki, il sera désormais très difficile pour les obscurantistes anti-traitements précoces en France ou en Angleterre de continuer à laisser mourir des gens alors que l’existence de médicaments pour les sauver a été clairement démontrée par une source médicale indéniablement réputée.”

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1K Shares:
3 commentaires
    1. Aucune chance, l’ajustice fera comme d’hab, elle condamnera avec du sursis toute cette faune rance ce qui aurait envoyé un citoyen lambda directement en préventive, puis en taule.

  1. “il sera désormais très difficile pour les obscurantistes anti-traitements précoces en France ou en Angleterre”
     
    C’est douteux, vu que pause-caca et au-cul-les-Véran jouent vraisemblablement leur avenir (médical ou NWO ?) sur le clystère et l’auweis de la seringue jaune.
     
    Ils iront donc jusqu’au bout et mentiront de plus belle – ce qui, pour nous, ne changera strictement rien, TV et radio étant dorénavant complètement muettes;) – pour vendre la camelote de leurs copains de pfalzar-fion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer