[PAYANT] Face à la chienlit Macron, comment préparer son expatriation ?

L'expatriation, beaucoup y songent par précaution, pour éviter les dégâts de la chienlit Macron, qui a connu un nouveau rebondissement le 12 juillet 2021, avec une mesure insane de discrimination et de clivage entre vaccinés et non-vaccinés. Mais la question n'est pas facile à aborder ni à résoudre. Réussir son expatriation n'est pas donné à tout le monde et suppose souvent une longue préparation éclairée. Voici les conseils d'Yves Laisné, spécialiste du sujet, pour bien s'expatrier...

L’expatriation est une tentation qui se répand en France, face à l’instabilité politique et financière entretenue par Emmanuel Macron. Beaucoup y songent. Encore faut-il la préparer sérieusement pour qu’elle ne tourne pas au fiasco. 

S’expatrier ? Mais encore ?

L’expatriation peut prendre plusieurs formes. Il peut s’agir d’une expatriation “complète”, avec toute sa famille, et d’un départ “à temps plein” vers un pays étranger. Il peut aussi s’agir d’une expatriation professionnelle sans émigration réelle des personnes. 

Pour choisir entre ces différentes formules, il faut longuement peser le pour et le contre entre différents critères de choix qui ne coulent pas de source. Yves Laisné nous donne sur ce sujet ses précieux conseils pour ne pas glisser vers un fiasco complet. 

Quel pays choisir pour son expatriation ?

L’une des clés de la réussite en matière d’expatriation tient évidemment au choix du pays où l’on s’expatrie. Dans tous les cas, il faut retenir un pays juridiquement sûr, où la justice n’est pas véreuse au point de valider une mise en difficulté des expatriés. 

Sur ce point, chacun est maître de sa décision, mais Yves Laisné recommande de choisir les pays anglo-saxons ou germaniques. Rappelons que nous avons déjà abordé ce point au printemps dans nos colonnes

Expatriation et fiscalité

Un point important concernant l’expatriation consiste à bien comprendre les règles du jeu fiscal que vous devrez jouer. Chaque type d’expatriation appelle son régime fiscal spécifique. Dans tous les cas, attention à la tentation de la fraude, qui peut se révéler particulièrement redoutable lorsque le fisc la sanctionne. 

Suivez attentivement les conseils d’Yves Laisné sur ce point, et ne manquez pas la deuxième série de tutoriels, consacrés à la défaisance transfrontalière et à la transmission universelle de patrimoine, qui seront publiés cette semaine. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

24 Shares:
4 commentaires
  1. J’ai fait le grand saut il y a 15 ans. Je suis venue m’installer au Québec. Après toutes ces années, l’herbe n’est pas plus verte ici qu’en France. Et c’est pire avec la pandémie. Il est très difficile de s’éloigner de ses racines, ses parents, son cercle d’amis. Et à un moment ou à un autre, le mal du pays se fait sentir. Et ce mal-là, il ne faut pas le négliger. Même bien préparé – nous avons mis 1 an avant de faire le grand saut pour avoir tous les papiers et autres – il faut s’attendre à des imprévus de taille. Ça se surmonte, mais il faut avaler les morceaux ! D’ailleurs, la plupart des Français repartent du Québec en moins de 2 ans. Trop dur de s’y faire. Bref, une belle aventure humaine qui fait beaucoup grandir, qui donne beaucoup d’adrénaline et de soucis ! Il faut le faire pour soi, par pour fuir une pandémie ou un gouvernement. C’est mon avis en tout cas.

  2. Quelle chienlit Macron?
    Allez écrire et critiquer le président de beaucoup d’autres pays du monde soit disant libre et vous verrez que l’on est bien libre dans notre pays. Aucun autres Pays n’a aidé autant ses ressortissants et entreprises ces dernières années. Personne n’était préparé à ce qui nous est arrivé….. Francois Hollande était il plus compétent, surement pas; l’expatriation est t’elle le remède à tous nos mots ?
    30 ans d’expatriation pour de grandes compagnies Française. Mon appris que le travail paie. Mais qu’il faut mettre les bouchées doubles. Beaucoup moins d’avantages. La différence salariale loin de ce que l’on imagine. La retraite misérable….. Il y a des personnes qui réussissent encore en France. L’expatriation une aventure humaine, qui vous ouvre aux autres civilisation et vous montre aussi que notre pays offre beaucoup d’avantage et que c’est notre peuple qui se méprend sur sort soi disant misérable. nous sommes le pays des anti-tous. Il n’y a pas de masque on pleure, il y des vaccins on pleure, On est libre de voter ou ne pas voter et pour qui l’on veut, on pleure. En France on est heureux et chanceux mais on ne le sait pas. Toujours à ce demander ce que l’on à pas.

  3. Je travaille avec la Russie et je suis en train d’y organiser mon expatriation. La situation de la France est désespérante pour un entrepreneur courageux, dans les secteurs qui n’ont connu aucune aide financière alors que, pour mon métier d’accompagnement à l’export, les frontières se refermaient et que la folie covid de la France détruit, jour après jour, son image. Reste les relations humaines et la confiance depuis longtemps établie, pour garder la tête hors de l’eau. Réinventer son métier et trouver des solutions, alors que la mauvaise foi gouvernementale s’emplifie, le pataugeage général fait rage et… que l’on compte nos morts. Et que l’on n’a malheureusement pas fini de les compter. Un ami de 58 ans mort du covid fin mars 2020 car laissé sans soins. La fille d’une amie – 20 ans – qui vient de décéder des suites de la vaccination, et alors que les médecins parlent “d’un mauvais concours de circonstances” (cette jeune fille était en pleine santé, la médecine français prétend qu’il n’y a pas de lien entre l’injection et le décès, quelques jours plus tard… L’horreur pour la famille qui est effondrée. Elle s’était pliée à l’injection pour pouvoir travailler). Je suis heureuse de m’expatrier dans un pays où on laisse le choix aux gens : se vacciner, ou pas. Et où l’on soigne sans porter de jugement sur qui que ce soit. Et l’on soigne depuis le début à l’ivermectine. 40 % de la mortalité française, à population égale… J’ai attendu 18 mois pour que les frontières se réouvrent et je suis partie en 48 heures. Des semaines que j’attendais ce feu vert, pour l’instant provisoire.
    Je vous confirme que l’on s’habitue très bien à reprendre une vie normale, pleine de bon sens. Pour ma part, je pense créer une société de conseil en Russie, ce qui me permettra de bien mieux m’en sortir qu’en France, car la taxation est bien moindre (7%…). D’autre part, je serai heureuse de ne rien rembourser de la dette contractée par les incompétents notoires qui nous dirigent et qui ont généreusement distribué l’argent que nous n’avons pas, endettant le pays d’une façon scandaleuse. Je passe sur l’ambiance délétère insufflée par tous les médias français. Et lorsque l’on est sorti de ce marasme, on se rend encore plus compte des grosses ficelles qui sont agitées par nos très chers gouvernants, pour nous mener à la perte… économiquement et socialement.
    Pour moi, c’est du passé. Je respire, je revis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer

Pour un moratoire sur la suspension de traitement des soignants non-vaccinés

La suspension de salaires pour les soignants non-vaccinés est le pire recul social depuis la Libération. Arrêtons ce traitement indigne de nos premiers de corvée. Tout de suite ! Signez la pétition.