La Commission Européenne prépare un transfert complet de souveraineté en matière de médicaments

En matière de médicaments et de souveraineté des Etats-membres de l'Union, la Commission Européenne ne perd pas de temps. Alors que tous les pays de l'Union vivent une période trouble faite de vaccination plus ou moins obligatoire et de traitements précoces interdits, la Commission entreprend de finaliser l'Union du médicament et de dessaisir encore un peu plus les Etats-membres de toute autonomie dans ce domaine. Une précipitation qui interroge une fois de plus sur l'influence de l'industrie du médicament dans la décision multilatérale européenne.

En matière de médicaments, la Commission Européenne ne veut plus prendre le risque de voir la décision lui échapper. Elle a donc fait fissa pour préparer les mécanismes de recentralisation qui lui permettront d’imposer son diktat à tous les Etat-membres sans qu’aucun d’entre eux ne puisse se soustraire à ses choix. Tel est le sens de la consultation lancée aujourd’hui sous le titre :

Union européenne de la santé: Vers une réforme de la législation pharmaceutique de l’UE

Ce moment d’anthologie administrative mérite une attention particulière, car il annonce le désaisissement total des Etats-membres en matière de médicaments, le transfert définitif de souveraineté vers la Commission dans ce domaine. 

L’Union Européenne de la pharmacie…

Voici quels éléments de langage la Commission distille pour justifier son projet : 

Aujourd’hui, dans le cadre de ses travaux visant à créer un cadre réglementaire du secteur pharmaceutique à l’épreuve du temps et résistant aux crises, la Commission a publié une consultation publique sur la révision de la législation pharmaceutique de l’UE.

Cette phrase en apparence anodine est essentielle. Elle souligne que la Commission souhaite définitivement changer les règles du jeu avec Big Pharma, et mettre en place une Union pharmaceutique. Désormais, les règles dans ce domaine ne doivent plus être nationales (ce qu’elles ne sont déjà plus pour l’essentiel), mais multilatérales. Le processus est désormais enclenché pour atteindre cet objectif, sous des dehors bien entendu parés des plus beaux attributs de la construction communautaire, grâce à laquelle 1.000 ans de paix et de prospérité nous attendent. 

Les champs d’action de la Commission

Pour comprendre le mode opératoire de la Commission, il faut lire attentivement les axes de travail annoncés par la consultation : 

Cette consultation publique lancée aujourd’hui porte notamment sur:

  • l’efficacité de la législation pharmaceutique de l’UE;
  • les besoins médicaux non satisfaits;
  • les incitations à l’innovation;
  • la résistance aux antimicrobiens;
  • l’adaptation à l’avenir du cadre réglementaire applicable aux nouveaux produits;
  • l’amélioration de l’accès aux médicaments;
  • la compétitivité des marchés européens pour garantir des médicaments abordables;
  • la réaffectation de médicaments;
  • la sécurité de l’approvisionnement en médicaments;
  • la qualité et la fabrication des médicaments;
  • les défis environnementaux;

Cette énumération en apparence bien technocratique, bien aseptisée, comporte une perle qui doit être signalée. Elle prévoit que la politique européenne doit intégrer un volet de “réaffectation des médicaments” et de “sécurité de l’approvisionnement”. Il faut décoder ce que ces expressions veulent dire : d’une part, ce sera désormais à l’Union et non plus aux Etats-membres de veiller à éviter des pénuries de médicaments. D’autre part, des médicaments pourront être “réaffectés”, c’est-à-dire envoyés dans tel pays plutôt que dans tel autre. 

Bref, les compétences de la Commission Européenne seront très élargies, et lui donneront le pouvoir de confisquer un médicament dans un pays donné pour le distribuer dans un autre…

Voilà un point à bien méditer qu’évidemment personne n’a souhaité expliquer aux peuples concernés. Rappelons qu’en France Emmanuel Macron a fait croire qu’il visait une souveraineté française en matière de médicaments il y a un peu plus d’un an. Vérité en 2020, erreur en 2021.

Une gestion de crise désormais européenne

Pour le reste, cette consultation ne cache pas son objectif actuel : élever la gestion de crise au niveau communautaire, et en déposséder les Etats. 

la stratégie pharmaceutique adoptée en novembre 2020 comprend un programme ambitieux d’actions législatives et non législatives à lancer au cours des prochaines années et poursuit quatre objectifs principaux:

  • garantir l’accès des patients à des médicaments abordables et répondre aux besoins médicaux non satisfaits (par exemple dans les domaines de la résistance aux antimicrobiens, du cancer, des maladies rares);
  • soutenir la compétitivité, l’innovation et la durabilité de l’industrie pharmaceutique de l’UE et le développement de médicaments de qualité, sûrs, efficaces et plus respectueux de l’environnement;
  • Améliorer les mécanismes de préparation et de réaction aux crises et aborder la question de la sécurité d’approvisionnement;
  • Faire entendre la voix de l’Union dans le monde, en promouvant des normes d’un niveau élevé de qualité, d’efficacité et de sécurité.

On comprend ici que la stratégie européenne se décline, sans le dire clairement, autour de quelques objectifs directement issus de la crise du COVID. Ainsi, son ambition, pour la traduire en termes actuels, est de permettre à chaque pays d’avoir accès à un vaccin développé avec le soutien financier de l’Union, sans risquer de voir une autre puissance préempter les doses produites sur le continent, et pouvoir tenir la dragée haute aux Américains sur ce sujet. 

On nous avait vendu une souveraineté française, on hérite d’un transfert de souveraineté vers l’Europe. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

549 Shares:
11 commentaires
  1. Les français viennent d’avoir un échantillon de connerie crasse au front de bœuf avec la “gestion” de la soi-disant “crise sanitaire” par les poliotiques et les parasites, mais là, tout va passer au stade industriel, à commencer par la corruption…
     
    En con-séquence, on peut d’ores et déjà prédire une fuite massive des chercheurs vers notamment les USA, comme s’il n’y avait pas déjà assez avec la fuite des cerveaux et celle des futurs entrepreneurs. Ce pays est maintenant définitivement foutu.

  2. Bonjour,
    “la réaffectation de médicaments;”
    Pour moi “réaffectation” veut dire utiliser pour une autre raison que celui préconisée.eg plaquenil pour covid au lieu palud. C’est pas clair.

  3. En terme de politique générale en Europe, la Commission Européenne n’existe plus. Il n’y a plus que les Etats comme la France qui leur obéissent. Et pour une raison simple, si notre pays désobéit à la dite Commission ou plutôt à son Politburo de membres non élus, l’UE n’existe plus de fait car elle en est son deuxième contributeur après l’Allemagne. Depuis que le troisième contributeur UK s’est barré, la Commission Européenne et l’UE sont comme un tabouret à 3 pieds dont on en aurait enlevé un. Le tabouret ne tient plus debout que par un déséquilibre permanent qui va le faire choir sous peu. Peu importe en fait la Commission et ses Commissaires et leurs technocrates corrompus, pourris et immoraux jusqu’à l’os, on ne restaure pas une ruine percluse de mérule… Par contre, il faudra éviter de sacrifier le bébé avec l’eau du bain. Après cette chute attendue, et hautement désirable pour les Peuples, il faudra sauvegarder l’Assemblée Européenne (dialogue de base, échanges de points de vue, votes), le Conseil de l’Europe (multilatéralisme évident et marché unique) et l’Euro (le moyen de ce marché unique et son miracle anti inflationniste).

    Certains ont oublié les frasques inflationnistes de l’Europe dans les années précédant le Serpent Monétaire… Je l’ai connu étant jeune quand d’une année sur l’autre, quand il fallait voyager d’un pays à l’autre, les taux de change étaient de véritables sauts à l’élastique ! Aujourd’hui, cette stabilité facilite et fait la richesse du continent et de ses échanges – mais à harmoniser petit à petit, non de manière technocratique, pour éviter les dumpings de toutes sortes – car le Marché Européen est avant tout le premier marché au monde, biens et services, très loin devant toutes les autres sphères commerciales intégrées, Asie et Amériques.

    Posons-nous encore et encore la question. Pourquoi la Chine a-t-elle attaqué l’Europe avec son virus ? C’est factuel “suntzuesquement” parlant sauf pour les aveugles qui ne verront jamais plus loin que leurs certitudes académiques – ces dernières qui ne répondent qu’aux règles de bienséances claniques de la même manière que les médecins de Molière… La raison en est simple et est résumée dans la dernière phrase du paragraphe précédent. L’étude de la géopolitique nous a enseigné qu’il fallait toujours regarder plus loin que le bout de son nez et des apparences… et aussi se méfier des relations diplomatiques dont les contours hallucinogènes auront tout fait pour étourdir les plus vaillants négociateurs. La relation internationale est un miroir déformant, un cinéma de pacotille où les petits fours au caviar, le champagne à flot, les spectacles flamboyants et les cadeaux mirifiques hébètent (rendent idiots) les participants.

    1. “sous des dehors bien entendu parés des plus beaux attributs de la construction communautaire, grâce à laquelle 1.000 ans de paix et de prospérité nous attendent”

      J’ai déjà entendu la même chanson dans les projets millénaristes des sectes du Reich et de l’URSS… Dites-moi, elles ont duré combien de temps avant de s’écrouler ? Je n’ai strictement aucun doute sur le fait que l’entreprise d’intégration politique qu’est l’UE n’aura pas plus de pérennité que les précédentes tentatives d’intégration… Elle ne s’y emploie d’ailleurs pas autrement puisque on est passé sous l’ère covid à la coercition administrative puis Criminelle Contre l’Humanité… C’est un marqueur indéniable de la bête ! Comme disait l’autre con « la bête de l’événement »…

      Décidément, le Siècle des Lumières est bien loin, car ceux qui nous “dirigent” n’en sont vraiment plus !

      1. C’est la raison pour laquelle je précise qu’il faut garder l’Euro et se garder des dangers des dumpings, causes de ce que vous démontrez… L’Euro est idéal dans un marché où “toutes choses sont égales par ailleurs”. Le chemin sera long, mais le retour à nos monnaies nationales ancestrales serait bien pire. L’unité territoriale de la zone $ comme de la zone £ sterling ont fait la richesse des USA et de UK. Les stabilités juridique et monétaire sont les mères de l’économie de marché, le saviez-vous ? Bien entendu, l’instabilité monétaire, les dumpings de toutes sortes, profitent aux mafias et aux boursicoteurs, aux détournements massifs du système par les collecteurs d’impôts et leurs ennemis, les principaux bailleurs de fond des impôts ! Les premiers augmentent les impôts pour résoudre la chute inexorable de la rentabilité fiscale (un tonneau des danaïdes), les deuxièmes fuient le système trop contraignant en s’externalisant massivement vers les pays pratiquant les dumpings ! Le système de la monnaie unique n’est pas coupable, c’est le manque d’harmonisation des différences qui l’est. Certains proposent le Frexit à raison, mais ils oublient d’induire le système vers la préférence du Conseil de l’Europe, qui lui sera naturellement bien plus garant de souveraineté nationale et des peuples que l’odieuse, illégitime et fasciste Commission Européenne…

        La culpabilité de la faillite du système européen intégré est peut-être alors à chercher plutôt dans l’intégration politique forcée de territoires trop éloignés des normes des pays signataires du Traité de Rome… On a peut-être rêvé trop grand !

  4. Eric Verghaeghe, sur le fond votre analyse est parfaite. Mais elle omet un détail, les élections à venir en France. La seule question qui reste est : “trafiquées ou non comme aux USA ? Le Peuple sera-t-il constitutionnellement toujours souverain ?

    Si oui : les Français vont dégager le macronisme et son guignol de foire – c’est l’arrivée d’un néo trumpisme attendu par nombre de nos concitoyens – les médias et les milliardaires luttant contre ce “fléau” selon eux.

    Si non : le guignol de foire est réélu – c’est le bidenisme attendu par les élites corrompues – les médias et les milliardaires vont se frotter les mains autour du juteux pactole. Pourquoi dire “le bidenisme” (prévaricateur, corrompu, spoliateur, sans vision, contracyclique, racialiste et concussionnaire) ? Un diminutif est notoirement plus approprié en terme politique : “le bide”.

    Si l’on se fie au juste précédent historique des USA, il peut y avoir dans le futur très proche :
    1_ une réaction populaire forte malgré les sondages trafiqués par les médias, mars-avril 2022 ;
    2_ une nouvelle lutte des classes suite à l’élection prévisible du champion du Peuple -1789 et ses dérives ;
    3_ une organisation du chaos par la caste politico-médiatique, la caste européenne ses financiers internationaux ;
    4_ une reprise en main musclée par la caste qui se termine dans le chaos car la base ne cautionne plus ses crimes et excès ;
    5_ un écroulement massif du système pourri en bout de course ;

    Il y a crise de l’impôt, crise monétaire, crise budgétaire : de tous temps, ce sont des mèches explosives. Quand elles sont rassemblées dans une même phase, elles additionnent leurs effets.

  5. Comment lire dans le marc de café de notre époque ? Il y a tellement de fumée autour de nous, émis volontairement pour aveugler l’ennemi des élites, Le Peuple – cf. “La Révolte des élites et la trahison de la démocratie” de Christopher Lasch. Certes, comme vous le faites sans relâche Eric, faire des recensions apocalyptiques des exactions de la Commission Européenne est important. Vos articles sont des balises dans ce brouillard.

    J’ai une autre approche. Je me fie à mon vécu de jeune adulte de 30 ans lors de l’écroulement de l’URSS, alors que mon adolescence a été ponctuée politiquement et médiatiquement par les remugles agressifs de ce système concentrationnaire, dont la Commission Européenne et l’intégration européenne quasi obligatoire est une copie presque conforme. Selon mon point de vue, nous vivons le même modèle d’écroulement systémique, et peu importe que la bête ait encore des velléités agressives alors qu’elle est condamnée.

    Toute bête agressive / dominante et mourante veut encore faire valoir sa prééminence sur le biotope.

  6. L’Europe elle-mëme, inféodée aux pays anglo-saxons, ne possède plus de souveraineté.
    Nous serons donc privés de toute souveraineté, celle-ci revenant aux grands consortium étatsuniens ou chinois.

  7. ça va nous faire un joyeux bordel tout ça en plus d’aggraver la corruption !
    Quand je vois que l’agence européenne du médicament n’est même pas capable de savoir si les 4 labos piquouzeurs ont bien re-demandé leur autorisation temporaire de mise sur le marché de leurs injections expérimentales qu’ils appellent pompeusement des vaxxins, je me demande si la commission européenne est plus transparente face aux lobbies des chimistes ! ? Et c’est pourtant une question importante puisque si cette demande n’a pas été faite à la fin du printemps dernier toutes les vaxxinations sont illégales depuis ces dates qui s’étalent de fin juin à cet automne !!! RIEN QUE çA !

  8. L’Agence du Médicament Européenne deviendra officiellement l’European Dolder Club.
    C’est juste une régularisation. Nous serons des cobayes permanents et nous paierons la facture dans nos chairs en plus de siphonner nos finances . Sauf que nous savons et que le ministère de la Vérité ne pourra pas nous baratiner. Mais que faire pour lutter contre cette prise illégale d’intérêts ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer