[PAYANT] Le “Grand Collapse” commencera-t-il en Italie ?

L'Italie pourrait bien être l'un des lieux où commence le "Grand Collapse". Y gouverne actuellement l'un des personnages les plus influents de la gouvernance mondiale au service du "Grand Reset", Mario Draghi, ancien président de la BCE. Il met en place une politique sans concessions de mise au pas sanitaire et de "réformes structurelles". Mais la société italienne est rétive. L'agitation sociale augmente. Les entreprises ont peur que la fragile reprise soit cassée. Et le Président du Conseil italien, aussi doué soit-il, n'est pas à l'abri d'un de ces renversements dont le sytème politique italien a le secret.

L’Italie est indéniablement le lieu d’une agitation sociale de moyenne intensité, suscitée par l’introduction du pass sanitaire sur le lieu de travail vendredi 15 octobre. Un appel à la grève générale a été lancé par certains syndicats. Une sorte de répétition générale a eu lieu lundi 11 octobre. Plusieurs ports ont été bloqués; des manifestations ont eu lieu dans une bonne quarantaine de villes; des dizaines de milliers de personnes ne sont pas allées travailler soit pour accompagner l’appel à la grève, soit parce que les transports en commun ne fonctionnaient pas normalement. L’intensité du mouvement a été suffisante pour alerter le gouvernement de Mario Draghi mais non pour l’ébranler quant à l’introduction du pass sanitaire demain vendredi. 

En fait, l’Italie montre en plein combien la complaisance des médias établis est utile au pouvoir en place. La couverture des manifestations par la plupart des médias reste limitée. Lorsqu’elle a lieu, c’est pour dénoncer une prétendue attaque de l’extrême droite contre la République et la violence des manifestants: en dehors des réseaux sociaux, on a peu parlé de l’immense manifestation qui a eu lieu à Rome samedi 9 octobre, rassemblant environ 100 000 personnes, sauf pour braquer le projecteur sur les incidents de fin de manifestation. de même, Depuis plusieurs semaines,  un mouvement de ralentissements sporadiques des chauffeurs routiers a lieu. Son efficacité est restée limitée non seulement par absence de coordination mais parce que les médias le taisent complètement. 

Mario Draghi, acteur clé du Great Reset

Au coeur de la situation italienne, il y a Mario Draghi, président du Conseil. On ne se trompe pas en disant que l’homme est l’un des personnages essentiels de la gouvernance mondiale qui met en place le Great Reset. En fait, l’homme est fascinant à observer depuis la France car il est tout ce qu’Emmanuel Macron rêverait d’être mais  ne sera jamais. Mario Draghi a été un banquier très influent, en particulier lorsqu’il est passé chez Goldman Sachs.  Il a été l’homme clé du sauvetage de l’euro, à partir de 2012 et il est, à ma connaissance, le seul acteur public qui ait su faire plier l’Allemagne et Madame Merkel quand il s’est agi d’imposer le quantitative easing pour garantir l’avenir de la monnaie européenne. Ajoutons que Mario Draghi est à l’origine un universitaire brillant, doté d’une solide culture, pas seulement dans le domaine économique. Le président du Conseil italien est aussi avare de ses paroles qu’Emmanuel Macron est bavard. Il est aussi discret sur ses interventions que le président français est démonstratif. C’est un homme qui exerce un vrai pouvoir. 

Son arrivée à la tête du gouvernement italien a été soigneusement préparée, pendant de longs mois. Et la question de la réussite ou de l’échec de cet homme au visage énigmatique, qu’on engagerait immédiatement pour jouer le rôle de Méphisto dans Faust, est essentiel pour la réussite ou l’échec du “Grand Reset”. Nous vous avons déjà expliqué dans ces colonnes combien le passage à l’euro numérique est essentiel dans la mise en place, à l’échéance de quelques années, d’un système de contrôle de la population. Et qui, mieux que l’ancien président de la BCE, serait en mesure de garantir le succès de cette opération? 

Le grand Collapse au lieu du Grand Reset?

Cependant Mario Draghi ne présume-t-il pas de ses forces? Aussi rusé et efficace soit l’homme, réussira-t-il à faire entrer dans ses schémas une société italienne rétive? Plusieurs scénarions sont possibles, qui peuvent faire dérailler le mécanisme bien huilé du Président du Conseil italien. 

  1. Le scénario le moins probable est celui d’un effondrement direct, en quelques semaines, du gouvernement Draghi sous l’effet d’une grève générale réussie. Il va falloir demain 15 octobre regarder de près ce qui se passe, en particulier, à Trieste, où les employés du port sont en majorité non vaccinés et ont promis de bloquer l’activité complètement. Lundi, c’est à Gênes, que le port était bloqué. Pour un pays aussi dépendant de sa capacité d’exportation, la paralysie, pendant quelques semaines de certains des grands ports du pays, pourrait de fait compliquer sérieusement la vie de Monsieur Draghi. Combinée à des arrêts du travail sporadiques ou réguliers, on imagine bien l’effet sur un pays dont la reprise économique est fragile. 
  2. Il existe d’ailleurs un deuxième scénario, déjà en cours. C’est celui d’une intervention des entreprises, des gouvernements régionaux et de la Confindustria pour modérer l’esprit de système du gouvernement et mettre en place des mesures de compromis. On considère que 600 000 Italiens actifs ne se feront jamais vacciner: les entreprises et les régions demandent au gouvernement d’aider à la mise en place de centres de tests dans toutes les entreprises pour ne pas désorganiser une reprise fragile. Evidemment, cela veut dire que les entreprises sont défrayées de cette activité – Mario Draghi sera-t-il prêt à cette dépense? Dans quelle mesure une telle sortie de crise “pragmatique” signifierait un échec pour une politique sanitaire qu’il a voulue plus radicale encore que celle meise en place par Emmanuel Macron? 
  3. Le troisième scénario est celui d’une crise politique. Le Président du Conseil se met beaucoup sur le dos: en même temps qu’il essaie d’imposer l’ordre sanitaire de Venise à Palerme, il annonce mettre en place des “réformes structurelles” trop longtemps repoussées, selon la feuille de route de la Commission Européenne. Mais les économies budgétaires, la réduction du nombre de fonctionnaires, la sortie progressive du soutien à l’économie en phase COVID, la lutte contre la corruption seront-ils encore possibles dans une situation de renchérissement international des prix de l’énergie et d’inflation. Mario Draghi a beau être respecté des marchés, il ne pourrait pas plus que d’autres s’opposer à un mouvement généralisé de remontée des taux. Matteo Salvini, qui se sent prisonnier dans cette majorité qu’il a lui-même aidé à constituer pour porter Draghi au pouvoir, a commencé à poser des exigences. Le Président du Conseil l’a reçu pendant une heure mercredi soir, pour le calmer. Cela augure mal des mois à venir. La politique italienne est connue pour de soudains basculements et Mario Draghi pourrait bien être renversé dans quelques mois. 

Au fond, n’essayons pas de trancher absolument entre ces trois scénarios. La possibilité d’une agitation sociale plus dure, les scénarios de survie du système entrepreneurial et de gouvernement local italien, le retour à l’instabilité politique, tout cela peut se combiner dans les semaines et les mois qui viennent. Et quel que soit le talent de Mario Draghi, il existe une possibilité réelle que l’Italie devienne l’un des premiers pays où se produise le “Grand Collapse”. Une crise de défiance italienne secouerait très fort la zone euro. Et il serait difficile pour Draghi de traiter l’Italie avec la dureté dont il a fait preuve face à la Grèce en 2015 (contrepartie du ralliement allemand au quantitative easing à l’échelle de la zone euro). 

Nous recommandons donc à nos lecteurs d’observer de près la situation italienne. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

72 Shares:
1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer