[PAYANT] Pourquoi la BCE arrêtera l’inflation en matraquant les épargnants

L'inflation ne cesse de progresser dans l'économie mondiale, et dépasse désormais, en Allemagne, le mandat de la Banque Centrale Européenne. Mais le dernier directoire n'a débouché sur aucune remise en cause du Quantitative Easing tel qu'il est pratiqué depuis de très, trop, nombreux mois. Si les théories économiques habituelles ne permettent pas d'expliquer cette étrange passivité, il existe une théorie économique discrète qui éclaire d'un jour nouveau l'attentisme de Christine Lagarde : la Modern Monetary Theory (MMT), ou théorie monétaire moderne. Celle-ci préconise de ralentir l'inflation par la pression fiscale... Voilà qui tombe bien : les Etats cherchent de l'argent pour rembourser leurs dettes. Voilà qui annonce une méchante taxation des épargnants.

L’inflation prend désormais des proportions inquiétantes. En Allemagne, elle atteint 4,6% sur un an. C’est évidemment très au-dessus du mandat de 2% délivré à la Banque Centrale Européenne par le traité. En toute logique, Christine Lagarde devrait donc annoncer gentiment une remise en cause de la souplesse monétaire et une remontée des taux directeurs pour calmer la surchauffe de l’économie. 

Face à l’inflation, la ruse de Christine Lagarde

Pourtant, Christine Lagarde continue à jouer l’autruche et à soutenir d’évidentes contre-vérités. Selon elle, la poussée inflationniste n’est pas durable et, une fois les approvisionnements revenus dans l’ordre, les prix redeviendront raisonnables. 

“Il faudra plus de temps que prévu auparavant pour que l’inflation reflue mais nous nous attendons à ce que ces facteurs s’atténuent dans le courant de l’an prochain (..) Nous continuons de prévoir une inflation inférieure à notre objectif de 2% à moyen terme”, a-t-elle dit.

Personne n’est persuadé par ces affirmations, mais la banquière centrale n’en démord pas. Instinctivement, il est tentant de placer ce déni de réalité sur le compte des faibles compétences économiques de la présidente de la banque. 

Mais une autre hypothèse pourrait très bien se faire jour, revigorée par la démission surprise du patron de la Banque Fédérale allemande, Jens Weidmann. Progressivement, la BCE s’est convertie à la théorie monétaire moderne, selon laquelle un surcroît d’inflation se combat par la pression fiscale. 

Théorie monétaire moderne et inflation

La théorie monétaire moderne est LA théorie à la mode dans la caste mondialisée, largement citée par le Great Reset de Schwab. C’est une théorie dite “chartaliste”, c’est-à-dire qui considère que la monnaie n’a pas de valeur intrinsèque et n’est qu’une convention décidée par les Etats pour permettre le financement des dépenses publiques. Selon cette théorie, c’est l’Etat qui crée le marché en obligeant les agents économiques à produire et à vendre pour pouvoir payer leurs impôts…

Ce qu’on retiendra surtout, c’est que la théorie monétaire moderne considère que l’Etat doit être tout puissant en matière d’inflation : il doit pouvoir la créer et la réduire à sa guise. Lorsque l’inflation augmente et que l’Etat soit l’apaiser, il lui suffit de lever des impôts pour raréfier la masse monétaire, et donc redonner de la valeur à celle-ci. 

Rien n’exclut donc que, au titre de la “coopération” européenne qui s’est mise en place à l’occasion de la crise du COVID, Christine Lagarde ne se soit ralliée à cette théorie commode et crée aujourd’hui les conditions justifiant une forte pression fiscale pour réduire l’inflation qu’elle laisse artificiellement monter par une politique monétaire souple. 

L’intérêt d’une hausse d’impôt en Europe

Justifier artificiellement une hausse d’impôts en laissant filer l’inflation n’est pas, d’un point de vue politique, un calcul absurde. En effet, le COVID a fait exploser les déficits publics, parfois en enrichissant les ménages. C’est le cas en France où l’on parle de 200 milliards accumulés par les ménages durant le confinement, notamment grâce aux aides versées en tous sens. Créer les conditions d’une taxation accrue de ces épargnants pour récupérer ces sommes tombe assez facilement sous le sens. 

On comprend en tout cas qu’un haut fonctionnaire moyen raisonne spontanément de cette façon. Dans ce type de raisonnement, il ne manque que la bonne occasion pour justifier des hausses toujours très impopulaires d’impôts. 

Et, selon la théorie monétaire moderne, l’inflation constitue la coupable toute désignée pour justifier l’opération. 

Une vaste opération de terreur fiscale en Europe est-elle en préparation ?

Ces différents éléments théoriques ont un mérite : ils éclairent soudain le sens des raisonnements tortueux déployés par la BCE. Tout ceci plaide pour que l’hypothèse d’une opération de terreur fiscale de grande ampleur dans la seconde moitié de 2022 apparaisse comme de plus en plus crédible. Cette période correspondra à une conjonction astrale favorable pour les impôts. D’une part, la nouvelle majorité allemande sera mise en place. D’autre part, la France sera sortie de son cycle électoral et disposera d’une nouvelle majorité pour 5 ans. 

Nous le répétons souvent, mais les épargnants peuvent désormais s’attendre à finir leur pain blanc dans les six mois qui viennent, et à entamer leur pain noir. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne perdez pas un instant

Recevez gratuitement chaque samedi matin la semaine de l'entrepreneur, l'indispensable synthèse d'actualité pour tous ceux qui entreprennent

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

About Post Author

94 Shares:
1 commentaire
  1. Je vous rappelle mon cher Eric que c’est la mère Christine qui a promis un Big reset en 2014 lorsque elle était patronne du FMI , pas Schwab qui sert de paravent. Je pense qu’il serait, pour les informeurs dont vous êtes, bon de s’intéresser plus amplement à la dame . Elle me semble qu’elle est , trés, trés au coeur du systéme impérial.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer