Denis Payre: “Ma candidature a été bloquée pendant un mois et demi sans raison valable par la direction des Républicains.”

Denis Payre est le petit poucet de la course à l'investiture chez Les Républicains. Un petit poucet qui pèse des milliards en termes de richesse créée depuis des années, comme un entrepreneur qui s'est acquis le respect des meilleurs. Il revient dans le débat français pour libérer les énergies, convaincu que la France a des atouts qu'elle ne sait pas mettre en valeur; ou qu'elle ne peut pas mettre en valeur du fait d'un Etat à la fois obèse et inefficace. Pour l'instant, Denis Payre ne sait pas s'il pourra concourir début décembre avec Barnier, Bertrand, Ciotti, Juvin et Pécresse car la direction du parti n'a accepté que très tardivement qu'il se lance dans la course. Denis Payre a jusqu'à mardi pour rassembler les parrainages nécessaires. Le Courrier des Stratèges a voulu l'interviewer car ce candidat fait entendre la voix trop souvent étouffée d'une droite libérale et entrepreneuriale.

"En constatant que la programme de François Fillon ne serait pas repris cette année, j’ai décidé d’y aller pour porter un programme similaire".

Le Courrier des Stratèges: Vous êtes candidat à l’investiture du parti les Républicains pour l’élection présidentielle. Pouvez-vous rappeler à nos lecteurs votre parcours? Qu’est-ce qui vous a motivé à vous présenter? 

Denis Payre: Je suis un entrepreneur et un citoyen engagé. J’ai fondé en partant de rien deux sociétés devenues des leaders mondiaux dans des domaines dans lesquels les français ne sont que très peu présents. J’ai fondé d’abord l’éditeur de logiciels Business Objects que j’ai implanté dans 50 pays en 7 ans avec comme les clients les plus grandes entreprises et administrations mondiales. Nous avons coté la société au Nasdaq à New York moins de 5 ans après sa création. Cela m’a valu d’être nommé Meilleur Entrepreneur dans la revue Business Week aux Etats-Unis à l’âge de 33 ans aux côtés de Steve Jobs. Elle fait désormais partie de SAP. J’ai ensuite fondé Kiala, un opérateur de points relais qui a déployé un réseau de 7.000 relais de Rotterdam à Malaga en 10 ans avec une croissance annuelle de 50% par an. La société avait comme clients tous les grands acteurs de l’e-commerce et des télécoms et est devenue une division mondiale de UPS en 2012 qui l’a déployé dans le reste du monde sous la marque UPS Access Point. J’ai aussi fondé l’association Croissance Plus en 1997 pour aider à créer un environnement propice aux entreprises innovantes et ai amené la création de BSPCE, un outil utilisé par la plupart des entreprises de la French tech. Enfin, j’ai fondé Nous Citoyens en 2013 pour permettre un engagement plus fort de la société civile en politique et pour faire qu’un programme de réformes ambitieux de l’Etat figure dans au moins un programme en 2017. Ce fut le cas avec le programme de François Fillon qui a malheureusement été battu. Entretemps, je suis redevenu entrepreneur dans la transition énergétique en France et aux Etats-Unis. Avec mes partenaires de Méridiam, je suis en train de finaliser un premier site en Martinique, j’étais donc disponible pour me lancer dans le Congrès des Républicains. En constatant que la programme de François Fillon ne serait pas repris cette année, j’ai décidé d’y aller pour porter un programme similaire.

"Nous avons les services publics les plus coûteux au monde, et pour autant l’Etat n’est plus capable de fournir le plus élémentaire"

Courrier des Stratèges : Vous insistez beaucoup, dans votre campagne, sur l’omniprésence de l’Etat, écrasante pour l’économie et la liberté d’entreprendre. Aussi évident soit-il, jugez-vous possible de faire entendre ce constat dans une campagne électorale? Comment faire reculer l’Etat après dix-huit mois de crise sanitaire? 

Denis Payre: Je pense que faire reculer l’Etat est une absolue nécessité, une urgence vitale même pour le pays. Nous assistons à l’effondrement du mode de gouvernement français avec un Etat tellement coûteux qu’il écrase le pouvoir d’achat des Français comme jamais. Le gouvernement doit faire dans l’urgence un chèque de 100 Euros à 38 millions de personnes suite à une hausse du prix de l’essence pour éviter une crise sociale majeure. Notre pays est devenu un pays extrêmement pauvre. Nous étions le 5° pays au monde en création de richesse par habitant en 1975, nous avons dégringolé à la 26° place. Et entretemps, la population de fonctionnaires a augmenté deux fois plus vite que la population. Avec un salaire de 2.000 Euro net par mois, l’entreprise paye 1.500 Euro de charge. Si le salarié vivait en Espagne, aux Pays-Bas ou en Allemagne, il toucherait entre 500 et 1.000 Euro de plus en net par mois. Nous avons les services publics les plus coûteux au monde, et pour autant l’Etat n’est plus capable de fournir le plus élémentaire, un service régalien de qualité avec une justice et une lutte contre l’islam radical peu efficaces, et une politique migratoire largement hors de contrôle, malgré la qualité incontestable de nos fonctionnaires. Notre système éducatif est dans un état avancé de délabrement avec un système parmi les derniers de tous les classements internationaux et terriblement inégalitaire. La question légitime est de savoir où va l’argent ?

La réponse est qu’il y a de très nombreux gaspillages, dans la fraude sociale en particulier où on assiste à des situations invraisemblables de manque de rigueur et de professionnalisme, avec ce que l’on peut qualifier de culture du gaspillage de l’argent public. La Cour des Comptes a montré que nous avons 75 millions de cartes vitales actives pour 66 millions d’habitants. Nous avons des cartes vitales encore active pour des gens de plus de 120 ans…Ces gaspillages se monteraient selon un rapport parlementaire à 45 Milliards d’Euros…à comparer aux 55 milliards de budget de l’Education Nationale. Il y a aussi de très nombreux gaspillages dans les structures administratives centrales des grandes administrations. Dans le système hospitalier, il y a 35% des personnels qui ne voient jamais un patient contre 24% en moyenne en Europe, des surcoûts de l’ordre de 20 milliards uniquement pour cette administration. Or, elles sont toutes concernées. Il faut créer une véritable culture du résultat dans nos administrations pour inciter à offrir le meilleur service au meilleur coût. Nous pensons pouvoir trouver 145 milliards d’Euro d’économie en 5 ans pour pouvoir baisser les prélèvements de 80 milliards d’Euro afin de revenir à un niveau de prélèvement normal. Nous baisserons l’IR de 30% dans toutes les tranches, la CSG de 20%, les impôts de production de moitié ou avoir une franchise d’impôt sur les successions de 250.000 Euro et concernant les cessions d’entreprises à conditions de s’engager à détenir les titres 10 ans. Nous voulons réallouer 52 milliards d’Euros à des dépenses indispensables comme l’augmentation du salaire des enseignants, mais avec une prime au mérite en fonction de leur capacité à faire progresser les élèves, ou des incitations à la réindustrialisation et à l’innovation, la création de fonds de pensions, le renforcement de la justice, ou les nécessaires investissements dans la transition énergétique.

Grâce à cela nous parviendrons à refonder la France pour tous, nos enfants, mais aussi les plus modestes qui sont les premières victimes du modèle actuel de gouvernement français. Nous parviendrons aussi à réduire les nombreuses fractures, territoriales, éducative, de l’innovation. Nous proposons aussi une politique beaucoup plus exigeante sur le régalien avec la fin de laxisme et comme objectif la fin du sentiment d’impunité des délinquants, une lutte efficace contre l’Islam radical, une reprise en main de la politique migratoire. Toutes nos propositions sont disponibles sur le site denispayre.fr. Enfin, nous formulons des propositions concernant la transition énergétique pour la rendre plus acceptable socialement et économiquement. J’ai publié un livre, le Contrat Mondial en Janvier qui évoque le risque d’assister à un rejet de la transition énergétique dans les pays développés si l’essentiel des sacrifices qu’elle demande se traduisent par des bénéfices économiques en Chine et non pas en Occident. J’ai proposé la prise en compte des normes sociales et environnementales pour les industries stratégiques et en particulier celles de la transition énergétique, dans les accords de commerce internationaux. J’ai eu l’occasion de publier une tribune dans la revue américaine Fortune Magazine sur le sujet en Juillet dernier.    

"Comment feront ceux qui ne connaissent que le Tout Etat bureaucratique pour inventer un Etat agile, moderne, efficace qui pousse les fonctionnaires à donner le meilleur d’eux-mêmes ?"

Courrier des Stratèges: Votre ambition est-elle de faire de LR le “parti des entrepreneurs”? 

Denis Payre: Je souhaite surtout apporter mon expertise managériale et organisationnelle dans un contexte où le fonctionnement des services publics doit être entièrement repensé pour aller vers plus d’efficacité comme évoqué plus haut. Comment feront ceux qui ne connaissent que le Tout Etat bureaucratique pour inventer un Etat agile, moderne, efficace qui pousse les fonctionnaires à donner le meilleur d’eux-mêmes ? Comment feront ceux qui n’ont jamais travaillé dans une entreprise de leur vie ou il y a très longtemps pour inventer l’économie de demain et créer la richesse qui nous manque tant ? Je connais les deux segments d’avenir clefs du digital et de la transition énergétique. Je connais aussi le monde pour défendre une union des démocraties libérales qui ont en commun le respect de l’homme et de la nature.

"La direction de LR faisait passer élégamment des messages à la presse indiquant que je n’avais aucune chance d’avoir les parrainages..."

.

Courrier des Stratèges: Où en êtes-vous dans votre campagne? Avancez-vous dans l’obtention des parrainages ?

Denis Payre: J’ai été candidat fin Aout quand j’ai vu que le programme de liberté économique de François Fillon ne serait pas porté cette année. Ma candidature a alors été bloquée pendant un mois et demi sans raison valable par la direction des Républicains. Je n’ai pu faire campagne que pendant deux semaines sur deux mois de campagne. Et pendant ces deux semaines, la direction de LR faisait passer élégamment des messages à la presse indiquant que je n’ avais aucune chance d’avoir les parrainages » comme cela a été repris dans le Parisien, sur Europe 1 ou sur France Info. Dans ces conditions la collecte des parrainages est très compliquée. Nous avons jusqu’à Mardi 2 à 15 :00 pour collecter des parrainages d’élus LR ou divers droite, principalement maires ou conseillers généraux, départementaux, sénateurs, députés. Les parrainages sont confidentiels, ils ne sont pas rendus publics, et ne sont valables que pour le congrès LR du 4 décembre. Les élus restent libres de leurs parrainages à la présidentielle. Le formulaire de parrainage peut être téléchargé sur denispayre.fr et retourné scanné à [email protected]

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

59 Shares:
7 commentaires
  1. Un type qui veut servir et non se servir, peu étonnant que sa candidature ait été bloquée par l’umps, sans doute a-t-il commencé à se faire entendre un peu fort sur les réseaux sociaux pour que ça finisse par changer – et sans doute aussi, se fera-t-il bouler, voire pire, par le shallow government français… Dommage, parce qu’il a très bien posé le diagnostic du cancer de ce pays.

  2. Bien sur que ce monsieur a raison.
    Je crois , quand mème qu’il ressemble un peu à une vache, où une chèvre, dans une stabulation, nourri au fourrage et aux granulés toute l’année, et qui voudrait convaincre ses congénères qu’aller brouter la bonne herbe dehors malgré le froid , le chaud, le vent et la pluie, sera bénéfique pour elles. ( cette image me semble plus appropriée pour notre temps, que celle de la fable “Le loup et le chien” de Monsieur De La Fontaine )
    Nous en sommes là ! Parqués à l’abri de la vie, nourri de produits eux aussi dévitalisés, nous ne sommes plus que des sacs de cellules, trouillardes de tous virus libertaire.

  3. Évidemment que les socialo de LR feront tout pour empêcher Denis Payre de s’esprimer. Or des gens comme lui peuvent être utile si les socialo quittent les palais en 2022. Au pays des socialo cela représente une chance sur trois pas plus, mais sait on jamais.

  4. En 2009, Monsieur RSI (organisme de SS des indépendants sans existence légale qui a poussé au suicide des centaines de chefs d’entreporises et mis au chômage des milliers de salariés) Xavier Bertrand a signé un pacte avec le parti communiste chinois, ce parti qui pratique la peine de mort de manière industrielle et le crédit social pour surveiller la population et en éliminer physiquement les plus mauvais éléments. On comprend mieux pourquoi un candidat qui défend la liberté et la dignité de l’homme est ostracisé par la direction du parti

  5. Le fait que le Parti des Républicains adopte ce genre d’attitude vis à vis de nouveau candidat le discrédite ( le parti). Ceci démontre qu’il est “has been”. Le pays a absolument besoin d’autre chose. M. Payre ne peut il pas se présenter sans banière politique?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer