[PAYANT] Pourquoi l’explosion des prix agricoles à la production doit nous inquiéter

En un an, les prix agricoles à la production ont littéralement explosé, avec une hausse de 13,6% qui annonce le retour à l'hyper-inflation. Cette hausse concerne tout particulièrement les céréales qui dépassent les 35% d'augmentation sur l'année. Durablement, le monde industrialisé est donc exposé à une crise agricole qui pourrait enrichir les spéculateurs, et fortement précariser les consommateurs. Il est donc temps de stocker gentiment les produits agricoles à base de céréales, voire de cultiver celles-ci soi-même.

L’explosion des prix agricoles à la production en un an est parfaitement illustrée par le graphique ci-dessus. Pour les céréales, pour un indice 120 début 2021 (indice 100 début 2019), les prix ont désormais grimpé en octobre à un indice proche de 150. En deux ans, les prix ont donc augmenté de 50%. Rappelons que l’indice 120 n’a été atteint qu’une seule fois à l’automne 2018. 

Autrement dit, le prix des céréales à la production bat actuellement des records historiques, très au-delà des scénarios connus ces dernières années. On y verra le signe d’une crise profonde. 

Les prix agricoles à la production, indices d’une crise systémique

Il faut faire très attention à cet indicateur qui renseigne sur l’imminence d’une crise systémique. Les prix agricoles à la production sont en effet dépendants du prix des entrants dans la production. Et le prix des intrants est aujourd’hui fortement perturbé par la crise énergétique qui sévit un peu partout, et tout spécialement en Chine

Dans la pratique, la raréfaction de l’électricité oblige à limiter la production de biens et d’intrants en tous genres, depuis les composants électroniques jusqu’aux produits chimiques. C’est le cas des engrais azotés et des ammonitrates, qui subissent une véritable pénurie après la flambée des cours du gaz nécessaire à leur production.

La crise de l’énergie menace notre approvisionnement alimentaire

Autrement dit, les prix agricoles subissent l’impact direct de la crise énergétique. Le développement de produits transformés suppose en effet une utilisation importante d’énergies… de plus en plus coûteuses. Sauf à changer notre alimentation, notamment en désindustrialisant les produits, on imagine donc mal que les prix baissent dans les années à venir, du fait même des restrictions à la production introduites par les normes environnementales. 

La tendance fortement haussière sur les prix agricoles devrait donc être durable. Pour l’instant, elle ne se ressent pas encore dans les ventes au détail, mais ce n’est qu’une question de temps. Contrairement aux affirmations officielles sur l’inflation qui serait purement provisoire, tout indique que cette tendance haussière devrait être durablement nourrie par les normes environnementales. 

À long terme, notre suffisance alimentaire devrait donc souffrir en profondeur de la “transition écologique”. 

Stocker et investir

En tant que consommateur votre intérêt consiste donc à préparer des stocks de denrées non-périssables, principalement du riz, mais aussi des pâtes alimentaires dont les prix vont augmenter, et de la farine. L’acquisition d’une machine à pain peut vous soulager d’une fluctuation très prévisible des prix. 

Le mieux consiste évidemment à imiter Bill Gates en achetant des terrains pour votre propre production. Mais il s’agit peut-être d’une reconversion professionnelle un peu audacieuse et exigeante. En attendant, vous pouvez aussi réfléchir à installer un petit potager dans un coin de votre jardin. 

Comme vous pouvez le constater, les prix à la production des fruits et légumes sont moins “enflammés” que les céréales, mais ils se situent quand même sur une tendance haussière qui peut rendre rentable l’investissement dans une ligne de haricots et dans des plants de tomates. 

Surtout, si vous disposez d’une épargne, vous comprenez ici que les sociétés cotées qui se préoccupent d’agriculture, particulièrement en circuit court, peuvent présenter un intérêt certain et disposer, dans la durée, d’un véritable potentiel de hausse à ne pas négliger. Pour ceux qui se positionnent sur le marché des matières premières, les céréales peuvent constituer un placement intéressant, à condition de bien approfondir le marché. 

Dans tous les cas, il faut tabler sur une hausse sensible des prix alimentaires dans les mois et même les années à venir. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne perdez pas un instant

Recevez gratuitement chaque samedi matin la semaine de l'entrepreneur, l'indispensable synthèse d'actualité pour tous ceux qui entreprennent

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

7 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer