Maître Marian : “l’AP-HP a appliqué la vaccination obligatoire avec brutalité”

L'AP-HP (les hôpitaux de Paris, dirigés par Martin Hirsch, ancien Haut-Commissaire sous Nicolas Sarkozy mais issu de la coterie des "Kouchner boys") vient de connaître un nouveau drame : un salarié a tenté de s'immoler par le feu dans les bureaux de l'hôpital Saint-Louis. Nous avons interrogé, à cette occasion, Maud Marian, avocate qui s'est beaucoup investie dans la défense des soignants suspendus. Elle nous donne son point de vue sur le comportement de l'AP-HP vis-à-vis de ses salariés à l'occasion de la mise en oeuvre de l'obligation vaccinale.

Il est vrai (nous pouvons en témoigner après avoir lu les centaines de mails que nous avons reçus cet été) que l’AP-HP n’a pas donné dans la dentelle dès lors qu’il s’est agi d’appliquer la loi du 5 août 2021. Forte des prescriptions illégales de la FHF, présidée par le maire de Fontainebleau Frédéric Valletoux (proche d’Edouard Philippe), l’AP-HP, elle-même dirigée par une personnalité indissociable de l’appareil de santé publique en France, Martin Hirsch, s’est livrée à une véritable inquisition contre les soignants non-vaccinés cet été.

La brutalité de l’AP-HP laissera des traces

Il faut écouter le témoignage sur le déferlement de violence patronale, très symptomatique, dont l’AP-HP a été le théâtre cet été pour comprendre l’état de tension des personnels. Maud Marian en donne, dans son interview, de nombreuses illustrations. Nous-mêmes avons reçu de nombreux témoignages détaillant des scènes hallucinantes. 

Avant l’entrée en vigueur de l’obligation vaccinale, l’encadrement moyen des hôpitaux, probablement sous la férule des directeurs, s’est dans de nombreux endroits livré à un véritable travail de harcèlement moral pour pousser le plus grand nombre possible de soignants à se vacciner. Parfois lors des réunions d’équipe, les non-vaccinés étaient sommés de s’expliquer devant leurs collègues que l’encadrement exhortait à prendre les non-vaccinés en grippe. 

Ailleurs, les non-vaccinés recevaient une cascade de mails, de messages, de coups de téléphone, leur assénant la propagande officielle sur le vaccin, et cherchant à les culpabiliser de ne pas y céder. 

Une fois l’obligation vaccinale mise en place, les suspensions ont régulièrement été appliquées en dehors du cadre légal. Comme l’indique Maud Marian, des fonctionnaires hospitaliers accidentés depuis plusieurs mois sur leur lieu de travail ont vu leurs indemnités journalières illégalement suspendues sans explication, alors même qu’ils étaient en arrêt maladie. L’entretien prévu trois jous après la suspension se tient rarement. Les non-vaccinés font l’objet d’un véritable acharnement totalement inhumain de la part d’une hiérarchie supposée défendre l’intérêt général, le soin, et le bien public. 

L’AP-HP se comporte-t-elle de façon illégale ?

Ce déchaînement de violence patronale, qui vise des personnels dont les congés ont été suspendus en mars 2020 pour faire face au COVID, affronté sans masque et sans protection à l’époque, et qui ont brutalement basculé dans la relégation sociale sans un remerciement, pose de vrais problèmes juridiques. L’AP-HP semble en effet jouer le pot de fer contre le pot de terre, refusant de répondre aux recours, et refusant toute explication aux personnels victimes d’agissements patronaux qui violent la loi. 

C’est notamment le cas dans le refus de continuer le versement des indemnités maladie aux personnels non-vaccinés en arrêt de travail. Une fois de plus, rappelons que la sécurité sociale est ici utilisée par le gouvernement comme une arme de répression et d’oppression

Cette violation de la loi par l’institution, dans une indifférence générale, soulève une vraie question sur la légitimité de l’ordre en vigueur en France. Cette légitimité est d’autant plus mise à mal que la justice, et tout particulièrement la justice administrative, ne joue plus son rôle d’autorité indépendante protectrice des libertés. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

439 Shares:
7 commentaires
  1. Vu de l’ex RDA, Martin Hirsch est un parfait petit commissaire politique, « l’un des meilleurs d’entre nous » pourrait déclarer emphatiquement les gourous sommitaux de LaREM…

    Du point de vue de la hiérarchie des normes de la Vème République qui place en préambule de la Constitution française de 1958 la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (ONU, 1948), il devrait être derrière les barreaux de la CPI de La Haye pour Crimes contre l’Humanité, comme toutes les engeances communistes lyssenkiennes de son espèce. On pourrait lui susurrer à l’oreille qu’il s’est trompé d’époque, mais l’Himmler de la saison Covid-19 semble être sourd à la raison.

    Son délirant surmoi socialiste manipulateur narcissique s’est affranchi du domaine des humains…
    Pour un hospitalier, c’est non seulement grave professionnellement, mais il fait partie de ces responsables de la majorité tyrannique actuelle à écarter d’urgence des fonctions éminemment sociales par une prochaine législature, si le droit électoral (socialiste) nous autorise encore cette faculté d’opposition et de choix en avril 2022.

  2. Tout ça a peu d’importance, d’abord parce que “les systèmes” vont être balayés et finir à leur place, dans la poubelle de l’Histoire, ensuite, parce que les gens auront cette fois-ci de la mémoire et je doute qu’il accordent quelque crédit que ce soit à tous ceux qui leur ont volontairement fait du mal, mais qui ont “le tort” d’avoir pignon sur rue (pas de clients, plus de boîte).
     
    Quant’aux grandes entreprises, instigatrices et moteurs de toute cette daube, il suffit de refuser de travailler pour elles et en tout état de cause, de ne pas engager un seul kopeck dans les merdes qu’elles essayent de nous fourguer, car comme le disait si justement Coluche : “Si on ne l’achetait pas, ça ne se vendrait plus”.
     
    Fort heureusement, même si ça n’est aujourd’hui pas si évident que ça, toutes les misères qu’ils nous font ouvrent de plus en plus de nœils qui en arrivent alors rapidement à cette conclusion.

  3. C’est émouvant et ça remonte l’estime en l’être humain de savoir que des personnes se dévouent malgré l’absurdité des difficultés, à faire respecter les droits fondamentaux de ses concitoyens.

  4. Présumé altruiste et désintéressé lorsqu’il était (pour quel salaire ?) président de l’Agence du service civique, d’Emmaüs France et de l’Agence nouvelle des solidarités actives, puis de 2007 à 2010 haut-commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté, au sein du deuxième gouvernement Fillon, qu’est-ce qui a bien pu changer Martin Hirsch et en faire le complice de la plandémie gato-schwabienne ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer