Diane Protat : “Juridiquement, l’Etat ne doit pas porter atteinte au droit à la vie”

Diane Protat, avocate engagée contre le passe sanitaire et la violation des libertés, nous a accordé tout à fait passionnante où elle remet quelques pendules juridiques et professionnelles à l'heure. Une question se pose à l'issue de cet entretien : comment tant d'avocats et de juges peuvent-ils docilement appliquer un ordre autoritaire, quand le sens de leur métier est de défendre les libertés.

Diane Protat s’engage depuis de nombreux mois dans la défense des libertés, notamment avec l’association Bon Sens (mais pas que). Elle a accepté de dresser pour nous le tableau de son action, et en a tiré quelques leçons dont les auditeurs feront leur beurre. 

Diane Protat et la défense des libertés

Comme Diane Protat le rappelle utilement, la vocation première d’un avocat est de défendre l’Etat de droit et les libertés publiques. Ce principe élémentaire, qui devrait être au fondement de notre démocratie libérale, est décidément passé de mode. Comme nous le rappelait Maud Marian avec Diane Protat elle-même, en dehors d’un petit collectif d’avocats dont nous pouvons être fiers, tout une profession a bel et bien déserté le champ de nos droits naturels.

Mais la démission des avocats n’est pas isolée. Le service public lui-même, constitué de tant d’âmes bien-pensantes et bienveillantes, s’est rapidement rangé sous l’étiquette de l’autorité et de la violation du droit. La gestion de l’Assistance Publique à Paris, sous l’égide de Martin Hirsch, en a démontré l’étendue. 

Reste qu’effectivement, ceux dont le métier est de défendre la liberté ont renoncé à cette mission première, et défendent aujourd’hui massivement l’oppression de la minorité des non-vaccinés par la tyrannie majoritaire. Tout le monde a d’ailleurs entendu des avocats trahir gravement leur métier en expliquant que la loi n’était pas contestable et qu’il fallait l’appliquer sans sourciller. Même si elle était liberticide. 

Il faudra un jour faire le procès de ce que Julien Benda avait appelé en son temps la “trahison des clercs”. 

Le droit sacré à la vie passé à la trappe

Il n’en reste pas moins que, dans cette affaire, une valeur fondamentale passe à la trappe, qui pourtant ne devrait jamais y passer : le droit à la vie est aujourd’hui contesté par l’Etat et par l’énarchie. Nous avons beaucoup souligné que l’analyse bénéfice-risque de la vaccination est défavorable pour les personnes de moins de 50 ans. Pourquoi, dans ces conditions, leur conseiller de se vacciner, alors que les effets secondaires du vaccin les menacent plus que le virus ?

Il y a là une faute de l’Etat qui nie les principes de la démocratie libérale. Il est aujourd’hui, sous le feu de la propagande officielle, impossible de le faire entendre. Mais tôt ou tard ce principe sacré de la culture européenne remontera à la surface. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

377 Shares:
8 commentaires
  1. Tous ces débordements sont causés par la constitution de la Vème république, parce que taillée sur-mesure pour CDG, qui avait une très haute opinion de la france, la stature d’un vrai chef d’état et qui jamais n’aurait abusé des pouvoirs qu’elle lui conférait – pause-caca disparaît sous cet habit bien trop grand pour lui, mais s’en sert malgré tout pour exercer un autoritarisme sans partage au même titre que le font tous les tyrans, ce qui n’est pas conforme à nos institutions (la sienne, d’institution, étant plutôt d’ordre psychiatrique).
     
    Nul doute que lui et sa clique nous appliqueraient avec délices les mêmes méthodes que celles de Singapour à l’heure actuelle, mais ça ne poserait pas beaucoup de problèmes, parce qu’il commencerait alors à pleuvoir des parpaings un peu partout.
     
    De toutes façons, elle sera bientôt remplacée par une autre, d’origine citoyenne celle-là, qui ne reproduira pas les mêmes erreurs et égalisera les pouvoirs au même niveau tout en introduisant une direction par collège tournant, seule solution satisfaisante pour sortir de cette période marchant sur la tête.

  2. Autre chose beaucoup plus simple, ces piqûres sont des “essais” jusqu’en 2023. Qui dit essai dit protocole d’essai très stricte, dont des groupes témoins répertoriés (dates, âge, co-morbidités, placébo, espacement des injections, numéros de lots….etc….) !
    Où sont-ils ?
    Rien de tout cela bien sur puisqu’on mélange même les potions, un coup Pfizer, un coup Astra ! Si cela fait partie des essais on décuple les groupes, d’autant que les conditions thermiques de conservation des produits ne sont respectées qu’en fonction du vent !
    – Mais beaucoup plus simple encore, la question de base qui a été posée au gouvernement Espagnol par une cour de justice et à laquelle il a été incapable de répondre par l’affirmative : avez vous en votre possession un prélèvement du dit virus ? ( ….sur un des nombreux malades afin que des laboratoires privés puissent en confirmer le séquençage et la toxicité, par exemple ) !
    La même démarche avait été faite auparavant au Canada, en Alberta, avec le même résultat !
    – Donc ce virus n’existe pas dans la nature, ce n’est qu’une simulation informatique, et tout tombe immédiatement, la distanciation, les injections, le pass, les restrictions en tous genres…..et le masque qui dévoilera les vraies intentions de nos dirigeants.

    1. On va bientôt comprendre que les tests PCR n’ont détecté qu’un Coronavirus ou un Influenza mutants de saison, certainement inventé à Pasteur, Wuhan, Fort Detrick ou chez Pfizer, ou un consortium des quatre, tel qu’il en pleut chaque année comme à Gravelotte, et que tout ce barnum n’avait qu’un objectif, changer dans le chaos organisé d’époque et de normes : illusionnisme des désirs de Gaïa incarnés chez Thunberg mais nécessité évidente d’annuler les Pyramides mondiales de dettes à la Ponzi par la mise en avant des sempiternels boucs émissaires (aujourd’hui les Non Vaccinés qui remplacent les Juifs sur l’échelle de l’horreur)… Tout en sauvegardant les intérêts des puissants qui ont fait “tapis” en cette conjoncture, car leur poker menteur est enfin éventé par les Peuples ! Il y a de la guillotine et de la chasse à l’homme dans l’air, comme après 1945…

      Une certitude, on a retrouvé et exterminé jusqu’au dernier nazi. Grace aux listes. Notre époque fait de même, avec honnêteté et justice, car il ne faut jamais que le crime paie. Chaque petite main du système paiera pour ses crimes.

  3. J’admire le courage de Maître Diane Prota et de ses associés dans cette lutte légaliste pour l’Humanité pour confondre un Crime commis contre celle-ci. Mais je ne suis pas d’accord avec une partie de cette analyse dans la vidéo précédente diffusée ici par le Courrier des Stratèges.

    Le passe sanitaire fracture autant que l’affaire Dreyfus : https://www.youtube.com/watch?v=f-2JdzYZBdk

    En effet, pour ne pas froisser les tenants des thèses officielles massues, elles se refusent à mentionner la similarité du régime politique actuel avec le Régime de Vichy, et on constate bien que celui-ci fait régner la peur, la délation et menace de sanction les contrevenants. Alors que tout concorde, idéologiquement, politiquement, symboliquement, elles font l’erreur fondamentale d’assimiler notre crise nationale contemporaine avec celle de l’Affaire Dreyfus. Aucun rapport sinon dans l’ambiance de guerre civile… Sommes-nous devenus à ce point aveugles alors que tous les signaux forts et faibles nous ramènent à la Collaboration (avec des puissances étrangères GAFAMs et Dolder Club), au nazisme et au Vichysme : Rivotril pour exterminer les vieux en Ephad, interdiction de soin des malades par des prophylaxies éprouvées mondialement, stigmatisation des non vaccinés dans une liste d’interdiction identique au mot près à celle de la 9ème Ordonnance du 8 juillet 1942 contre les Juifs, autocratisme assassin augmenté par un délire de vaccination générale engendrant objectivement des dizaines de milliers de morts et millions d’effets secondaires, interdiction d’exercice des professions de santé pour des professionnels refusant une thérapie génique dont les processus d’AMM n’ont pas été aboutis légalement et scientifiquement parlant, projet institutionnel d’enfermement dans des camps des non vaccinés, etc.

    Malheureusement, même si la division du Peuple en deux camps rappelle de toute évidence le schisme de l’Affaire Dreyfus, c’est bien le seul détail qui nous rapproche de cette affaire… Car le reste de notre contemporanéité trouve bien tous ses ressorts dans la sociologie pré et post Accords de Munich, avec un accent immédiat mis sur la Ligne Maginot de la vaccination obligatoire, et l’Étrange Défaite de l’écroulement (dette, économie, industrie, moral, idéologie, forces régaliennes et militaires) de la Maison France.

    Je comprends bien entendu que le choix de cette thèse dreyfusarde soit pour vous, les collectifs d’avocats si valeureux et si efficaces, un moyen de protection dans un Paris laminé par le progressisme centralisateur aux relents nazis, mais, las, « mal nommer les choses »… Quand bien même, bravo pour votre courage immense, votre clarté de ton, votre légalisme constitutionnel chevillé au corps, ne lâchez rien, comme nous ici, jamais, jamais, jamais !

    ____________________________________________
    « Je n’ai rien d’autre à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur. » in Discours d’investiture du 13 mai 1940 devant la Chambre des Communes
    « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre. »
    « Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre. »
    « Ne cédez jamais, ne cédez jamais, jamais, jamais, jamais. En rien, grand ou petit, important ou insignifiant. Ne cédez jamais, sauf aux convictions d’honneur et de bon sens. »
    « La tolérance consiste à nourrir un crocodile en espérant être le dernier mangé. »
    Winston Churchill (1874-1965), homme d’État britannique

    « L’URSS est le pays du mensonge intégral. Staline et ses sujets mentent toujours, à tout instant, en toutes circonstances, et à force de mentir ne savent même plus s’ils mentent. Ils baignent dans une atmosphère saturée de mensonge. Et quand chacun ment, personne ne ment plus en mentant. Là où tout ment, rien ne ment (…) Unique réalité : la terreur qui décompose les esprits et empoisonne les consciences. »
    en 1938 in La vie Intellectuelle
    Boris Souvarine (1895-1984), militant politique, journaliste, historien et essayiste russe naturalisé français
    ____________________________________________

    LE CRIME NE PAIE JAMAIS (l’inspiration du matin)

    L’espoir renaît partout, on est fin 1943, bientôt début 1944…

    Il y a encore beaucoup de soumission à Pétain et à Vichy, mais la Résistance s’organise et s’affermit de jours en jours, le néo nazisme de cour et des médias est moins arrogant, il sent le souffle de la faucheuse sur son cou, l’avènement des règlements de comptes et la Justice aveugle qui tournera casaque instantanément avec la Libération puis le changement de régime. Les murs du pouvoir inique se lézardent inexorablement… C’est la fatalité inhérente au totalitarisme, qui finit toujours par perdre de sa totalité et de sa cohérence, avec l’érosion incessante des vagues et des marées. Humains assauts, la fourmilière n’arrêtera jamais son œuvre…

    Mais comment un peuple peut-il accepter sans broncher qu’on ait réactivé contre les non vaccinés, le 12 juillet 2021, la liste exacte des interdictions de la 9ème Ordonnance du 8 juillet 1942 contre les juifs, prémices 8 jour plus tard de la Rafle du Vel’d’Hiv’ ? Comment peut-on laisser repasser sur notre Histoire de France l’écho sans complexe de cette ignominie horrible, une tache noire du même ordre que l’Inquisition ou les massacres de Turreau et des Vendéens – 300.000 morts ? Les forces de « progrès » à la baguette, comme toujours, comment ce pouvoir usurpatoire n’a-t-il pas compris qu’il mettait instantanément – le pire chez cette engeance sommitale est que les symboles utilisés l’ont été cyniquement à dessein – ses pas dans cette honte nationale pour des siècles ? Par des décisions enracinées dans un volontarisme anti constitutionnel, ce pouvoir n’est plus légitime d’autant qu’il foule aux pieds la hiérarchie des normes nationales et internationales, remplacée par l’humeur du moment d’un Prince émule de Machiavel dont la seule place est dans un hôpital psychiatrique sous camisole de force.

    Paranoïa, schizophrènie, manipulation perverse narcissique, autoritarisme adolescent sans autorité légitime, abolition des lois par écrasement des institutions et des contre pouvoirs… La liste est trop longue, on se croirait chez Disney et Marvel où les méchants sont caricaturaux… Là, non, pas de caricature, tout est réuni pour le pire en un seul cerveau dont l’enflure mégalomaniaque ira jusqu’au bout de l’enfermement et du massacre des récalcitrants par haine de son pays et de son peuple, le scindant en deux pour régner dans l’abomination la plus vile… Institutionnalisant la haine contre une partie du Peuple par une discrimination illégale punie au Pénal dans la loi (Article 225). La situation mentale est caractérisée dans le DSM5. Il serait un quidam, le psychiatre diagnostiquerait un délire psychotique avec enfermement requis. Mais celui-là a tous les pouvoirs et tous les leviers de nuisance.

    Ne nous faisons aucune illusion, sa volonté égo maniaque n’a qu’un but, rentrer dans l’Histoire aux côtés des plus grands dictateurs (sanguinaires ?), Jupiter doit faire attention à son orbite, un concurrent sérieux est sur les rangs olympiens. Les preuves abondent, allant jusqu’au bout de sa folie narcissique, il est prêt à détourner une fois de plus le processus électoral. Ne nous laissons donc pas abuser à nouveau en 2022, un manipulateur ne s’arrête jamais de lui-même.

    L’espoir renaît partout, on est fin 1943, bientôt début 1944… N’occultons pas pour autant que le projet du Great Reset, dont nous voyons la manifestation évidente dans cette plandemie de peur (le virus n’étant qu’un aide de camp pas plus offensif que l’Influenza annuelle), était (j’en parle volontairement au passé car c’est son unique destinée) celui de gérontocrates illuminés, malthusiens, eugénistes, qui espéraient, en prenant les populations du monde comme cobayes, démarrer une phase de transhumanisme qui devait en priorité apporter un supplément de temps à leurs carcasses délabrées en fin de vie. Le boomerang revenant à son point de départ et le naturel chassé revenant au galop, la fin naturelle de ces authentiques complotistes universels sonnera, comme pour l’URSS, la fin de nos malheurs. Chez Orwell, les dits « complotistes » sont les victimes évidentes du système, les pourfendeurs et dénonciateurs légitimes de ses actes abominables. A l’image des dystopies de 1984, Fahrenheit 451, Soleil Vert et Terminator dans sa première phase, notre époque a adopté sans réfléchir cette inversion accusatoire infâme, car il est assurément plus plaisant d’être du côté de la meute que du côté du chassé.

    Mais quand le système va s’écrouler sur ses bases fragiles, très bientôt, la joie, les fêtes et les embrassades pourront revenir comme auparavant. En effet, comment vivre dans cette ambiance de haine et de suspicion insérée dans tous les pores de notre vie sociale décomposée par le mensonge, la folie généralisée, la cinglerie pathologique des quelques derniers adeptes cocaïnomanes du IIIème Reich encore en vie, Schwab, Soros, Princes de Galles, GAFAMs et leurs disciples technocrates et chefs d’États, un cancer social qui ronge toutes les cellules individuelles, amicales, associatives et familiales ?

    Tout délire à une fin. Les Peuples ont faim d’ordre, de calme, de bonheur et de volupté. On ne chasse pas le naturel sans en payer le juste prix un jour. Le crime ne paie jamais.

  4. C’est la guerre. votre corps ne vous appartient plus, votre vie appartient à l’État.
    Vous n’êtes plus un citoyen en armes, mais un sujet, un troufion, de la chair à vaxxin.
    Si vous devez en mourir sur le coup ou prématurément, ou en rester diminué pour longtemps, ce sera pour le plus grand bien de la nation, du collectif.
    Si vous tentez d’échapper à la conscription vaxinale, vous perdrez tous vos droits à travailler et donc à vivre, vous êtes condamné à mort par contumace, ou banni du cercle des vivants..
    Seule exception, les retraités réfractaires, ils auront le droit de survivre confinés, en portant la faute morale des malheurs qui s’abattent sur les actifs et les jeunes.

  5. Vu que tout l’exécutif s’assoit sur la Constitution, les protocoles internationaux, que tous les contre-pouvoirs ne font pas d’effet et que l’on poursuit les opposants jusqu’à les mettre en prison ou en HP, je ne vois pas bien comment un collectif d’avocats pourrait obtenir à juste raison la moindre oreille attentive judiciaire. Tout au plus faire acte de la démarche en vue d’une éventuelle remise à plat ultérieure. Si d’ici là les stades et les hélicoptères, méthode chilienne, ne sont pas devenus la norme. Alors attendre les manifs des mères de la place de mai, un jour, peut-être, c’est un poil utopique. Reste le conflit, sanglant, pour faire entendre les mal entendants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer