Explosion de la surmortalité hors Covid-19 en Europe !

Par Patrice Gibertie. - Entre la fin mai et la fin aout partout en Europe une surmortalité sans covid mais au maximum des injections et pour les classes d’âge en cours d’injection . Amusant on observe le phénomène en Autriche cet été avec 20% de surmortalité en pleines injections. Puis la surmortalité disparait quand arrive la nouvelle vague de Covid…

DEUX EXPLICATIONS SONT POSSIBLES: les injections ou des soins différés.

Il y a quelques semaines je mettais en évidence l’étrange surmortalité estivale, une scientifique au pseudo de Felicittina fournit de magnifique graphes.

Dans l’hémisphère sud c’est l’été, la covid fait dodo sauf là où ils injectent la troisième dose…

Au ROYAUME UNI ils reconnaissent la vague de surmortalité et cherchent des explications (fin de cet article).

ENTRE LA FIN MAI ET LA FIN AOUT SURMORTALITE EN PLEINE INJECTION

Regardez bien la surmortalité comparée aux cinq années avant covid … Repérez en bas les décès covid (aucun entre fin mai et fin aout); la vague d’injection …

En haut la surmortalité par classe d’âge

En Espagne : surmortalité de 25% en plein été au moment où l’Espagne vaccine les jeunes et booste les vieux.

En Italie, il n’y a plus de covid depuis mai mais une surmortalité de 20%.

En Autriche, c’est plus amusant: surmortalité entre fin mai et fin août en pleine vague d’injections puis fin de la surmortalité quand arrive la nouvelle vague de covid.

Même observation en France ci dessous:

Près de 10 000 personnes de plus que d’habitude sont décédées au cours des quatre derniers mois pour des raisons non liées à Covid, alors que les experts ont appelé à une enquête gouvernementale urgente pour savoir si les décès étaient évitables.

Les derniers chiffres de l’Office for National Statistics ont montré que l’Angleterre et le Pays de Galles ont enregistré 20 823 décès de plus que la moyenne quinquennale au cours des 18 dernières semaines. Seuls 11 531 décès concernaient le Covid.

Illustrator Embed (telegraph.co.uk)

Cela signifie que 9 292 décès – 45 % – n’étaient pas liés à la pandémie . 

« Nous devons de toute urgence comprendre ce qui ne va pas »

Le professeur Carl Heneghan, directeur du Center for Evidence-Based Medicine de l’Université d’Oxford, a déclaré:

Je demande une enquête urgente. (...) Si vous regardez où se produit l’excès, c’est dans des conditions comme la cardiopathie ischémique, la cirrhose du foie et le diabète, qui sont toutes potentiellement réversibles. (...) Cela va au-delà de la simple observation des chiffres bruts et des certificats de décès. Nous devons revenir en arrière et voir si ces décès ont des causes évitables. (...) Cela pourrait être les retombées du manque de soins évitables pendant la pandémie, et ce qui se passe en aval de cela. (...) Nous devons de toute urgence comprendre ce qui ne va pas et une enquête sur les causes profondes pour déterminer les actions qui peuvent empêcher d’autres décès inutiles. (...)

Les chiffres hebdomadaires pour la semaine se terminant le 5 novembre ont montré qu’il y avait eu 1 659 décès de plus que prévu à cette période de l’année. Parmi ceux-ci, 700 n’ont pas été causés par le Covid.  

L’excédent est susceptible de croître à mesure que davantage de décès sont enregistrés dans les semaines à venir. 

Les données de la UK Health Security Agency montrent qu’il y a eu des milliers de décès de plus que la moyenne quinquennale dans les cas d’insuffisance cardiaque, de maladie cardiaque , de troubles circulatoires et de diabète depuis l’été. 

Le nombre de décès dans les maisons privées est également supérieur de 40,9% à la moyenne quinquennale, avec 964 décès supplémentaires enregistrés au cours de la semaine la plus récente, qui s’étend jusqu’au 5 novembre. 

Kevin McConway, professeur émérite de statistiques appliquées à l’Open University, a déclaré:

Le nombre de décès toutes causes confondues augmente généralement à cette période de l’année, mais le nombre total reste supérieur à la moyenne de la semaine correspondante au cours des cinq années 2015 à 2019 . (...) Donc, sur cette définition, nous avons toujours des décès en excès, comme nous en avons depuis 18 semaines consécutives maintenant, et tous ces décès en excès ne sont pas dus à Covid-19. (...) Et nous assistons toujours à un excès considérable de décès dans les maisons des personnes, par rapport à la moyenne de 2015-19, la plupart de ces décès n’impliquant pas Covid-19. (...) Au cours de la semaine la plus récente, il y a eu 891 décès supplémentaires à la maison qui n’impliquaient pas Covid-19 – soit environ 127 par jour. (...)

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

531 Shares:
2 commentaires
  1. Heu non, les 2. Injections (dont on cache les DCD) et le manque de soins par blocage des services pour le covid, les obligations de confinement et l’approvisionnement défaillant des médocs autres que ces “vaccins”.

  2. Bonjour

    On va voir à avec les autres doses ça risque d’être une hécatombe. Dans ce cas ça sera bien une entreprise de dépopulation qui est en œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer