[PAYANT] Congrès LR: le jeu de la fidélité et du hasard

30.05.1968, manifestation de soutien au général de Gaulle.

Cette semaine dans Les Droites de Husson n°27: (1) LR : l'impossible pronostic? - (2) Forces et faiblesses du scénario Barnier - (3) Pendant ce temps, la campagne d'Eric Zemmour s'enlise

LR: l'impossible pronostic ?

Bien malin qui peut faire un pronostic sur le Congrès des Républicains. Actuellement, Eric Ciotti et Valérie Pécresse ont la cote….des médias; le premier, dit-on, pourrait créer une surprise au premier tour. La seconde pourrait l’emporter en bénéficiant de bons reports de voix. 

J’ai tendance à croire au premier pronostic. Mais je suis incapable de vous dire si Eric Ciotti fera 10 ou 25%. Certains de mes interlocuteurs chez LR le voient au second tour; d’autres en “faiseur” de candidat, ce qui serait déjà beaucoup. 

Je ne ferai aucun pari concernant le possible vainqueur. Dans un Congrès à 110 000 inscrits je vous avais expliqué pourquoi Michel Barnier serait le vainqueur. A 150 000, je ne sais plus. Personne ne sait. Pas même la direction du parti. En fait, espérant convaincre Xavier Bertrand de participer à la primaire, Christian Jacob a imposé le droit d’adhérer pour voter au Congrès jusqu’à la mi-novembre. Objectif atteint. En revanche, le président de LR continue à espérer que Xavier Bertrand sortira vainqueur.  C’est beaucoup moins sûr, même si le fait que le candidat soit en tête de tous les prétendants LR dans les sondages nationaux peut jouer un rôle; cependant  il n’est qu’à un petit 13% quand  Valérie Pécresse et Michel Barnier sont plutôt à 10/11%. Rien de décisif. 

Valérie Pécresse a le vent en poupe. Il y a six semaines, elle ne croyait plus à la victoire. Elle y croit maintenant dur comme fer. Son entourage ne cesse de vanter son dynamisme lorsqu’ils ont l’oreille des médias. Elle a fait ressortir le manque de dynamisme de Michel Barnier, un “has been”, ajoutent-ils. En réalité, les choses sont plus complexes. Tout le monde n’a pas oublié que Valérie Pécresse a quitté le parti à un moment où il aurait au contraire fallu le renforcer et marquer de la cohésion. La meilleure chance de Pécresse se trouve dans des reports de voix favorables au second tour. Mais bien malin qui peut assurer qu’elle sera dans les deux premiers. Il se peut que le premier tour du Congrès se joue dans un mouchoir de poche. 

Le scénario Barnier: forces et faiblesses

Si j’en crois beaucoup de mes interlocuteurs, Michel Barnier, lui serait “dans les choux”. C’est l’impression des premiers débats qui reste. Le troisième, où il a été bien meilleur, n’aurait pas “imprimé” – comme aime à dire une époque qui lit les médias sur écran.  De sa prestation devant le Conseil national, on a retenu que les questions deux agressives de la salle. 

J’ai pour ma part pronostiqué depuis le mois de mai dernier la possibilité d’une élection de Michel Barnier à la présidence de la République. Peut-être le résultat du 4 décembre me démentira-t-il. C’est intéressant de repérer les failles de mon anticipation, tout d’abord: 

+ j’avais supposé que le CAC 40 exprimerait son rejet d’Emmanuel Macron et choisirait Barnier comme un candidat alternatif. Je me suis trompé sur ce point: Les grands patrons français n’ont pas de stratégie. A part Vincent Bolloré, qui travaille à ce que l’espace médiatique de la droite s’élargisse. J’ai sans doute confondu les patrons français avec leurs homologues allemands, britanniques ou américains, qui sont capables de prendre des positions. Un des effets de la mondialisation sur nos grands patrons est de renforcer leur individualisme. Ils subiront, par passivité, la réélection d’Emmanuel Macron. Ou ils se rallieront à Michel Barnier, s’il perce. Certains ont joué la carte Bertrand puis se sont détournés quand Bertrand a produit un programme économique jugé trop étatiste. 

++ Cela n’empêche pas Michel Barnier d’avoir balisé le terrain et réseauté, depuis dix-huit mois, en France et à l’étranger. C’est ce qui explique l’engouement des médias en septembre pour le candidat. Cependant le candidat fait encore une campagne à l’ancienne; il n’a pas suffisamment utilisé le levier des réseaux sociaux; son staff de campagne n’a pas suffisamment travaillé à faire de “l’anti-charisme” du candidat un atout après cinq ans de présidence jupitérienne. Michel Barnier est un homme sérieux, qui aime travailler en équipe. Il ne parle jamais à mauvais escient. Il agit. Tout cela aurait dû être transformer en storytelling pour désamorcer d’emblée les trucs de communicante de Valérie Pécresse.  Et surtout, nous inventons rarement une histoire par nous-mêmes. Nous aimons reprendre une histoire qui nous plaît. Il a manqué, jusqu’à maintenant, un ou deux meneurs d’opinion pour faire adhérer à l’histoire de Michel Barnier comme anti-Macron. 

+++Le candidat a intelligemment – et sincèrement, à la différence d’un Xavier Bertrand ou d’une Valérie Pécresse – mis l’immigration au cœur de la première phase de sa campagne. Mais il n’est pas allé parler directement à la droite de la droite. Il était invité sur Livre Noir; mais son entourage a préféré garder cela pour “après le 4 décembre”.  Ce faisant, le candidat Barnier s’est privé d’un dialogue avec des “zemmouriens”. Eric Ciotti a naturellement occupé le terrain qui n’était pas investi. 

++++ Enfin, il y a bien sûr le manque de vision et de stratégie chez LR. Quand on y réfléchit bien, il est anormal que ce ne soit pas le même collège électoral qui ait voté le principe du Congrès et qui élise le candidat. Pourtant, la direction de LR a laissé pratiquement doublé le nombre des électeurs (passé de 80 000 à 150 000).

Ce n’est pas seulement une question d’organisation. Le comportement de Laurent Wauquiez est très emblématique de l’aveuglement d’un parti qui ne sent pas à quel point il est déphasé de l’opinion. Notre Machiavel de province préféré ne s’est jamais engagé franchement auprès de Michel Barnier même s’il a semblé le soutenir. Wauquiez joue la défaite de LR afin d’être le candidat en 2027. Le problème, c’est qu’il a déjà fait le même calcul en 2012 et en 2017. Et il sous-estime totalement l’impact d’une troisième défaite présidentielle d’affilée pour sa famille politique. 

Une fois que l’on a recensé ces différents points de faiblesse de la candidature Barnier, cependant tout reste ouvert.  Le candidat se bat pour gagner. Et l’on ne doit pas sous-estimer le fait (1) qu’il avait commencé avant les autres à labourer le terrain des fédérations; (2) qu’il n’est pas du tout certain que votants du Congrès aient tous regardé les débats. Attention à ne pas se faire influencer outre-mesure par le microcosme médiatique ! 

La semaine dernière courait une rumeur folle chez LREM: des “marcheurs” auraient adhéré à LR….pour faire passer Barnier. Rumeur pour discréditer le candidat? Erreur d’appréciation d’Emmanuel Macron qui croit qu’il aurait moins de mal à vaincre Barnier que les autres?  Ou intoxication, tout simplement? En tout cas, Michel Barnier continue à être celui autour de qui les  décisions se prennent. 

Pendant ce temps la campagne d'Eric Zemmour s'enlise

Pendant que chez LR on se prend les pieds dans le tapis du Congrès, la campagne Zemmour, elle, est en train de s’enliser. C’est moins le recul dans les sondages qui est en question – en soi, un candidat Zemmour à 12/13%, c’est ce à quoi on pouvait s’attendre. La poussée au-dessus de 15 était plus surprenante. Ce n’est pas non plus le volontarisme du candidat et de son équipe qui diminuerait. Non, on peut dire plutôt que l’automne est venu et la voiture s’est embourbée dans les chemins de traverse qu’elle avait voulu emprunter comme des raccourcis. Il aurait mieux valu suivre une route goudronnée pour commencer, quitte à sortir des sentiers battus en fin de campagne. 

J’ai sous les yeux une note assez longue envoyée directement à Eric Zemmour par un bénévole du début de sa campagne, Pierre Meurin, Le candidat l’a reçue vendredi 26 novembre mais a eu, selon ce que m’a raconté l’auteur, pour tout commentaire: “Où étiez-vous pendant tous ces mois pour éviter que la campagne ne se crashe?” Ce commentaire nous dit juste que Zemmour vit dans un monde parallèle. Pierre Meurin avait rejoint la campagne avec une promesse d’embauche; il a travaillé de longues semaines sans rien voir venir puis a dû partir pour trouver de quoi faire vivre sa famille

Pierre Meurin vient, à l’origine, de la mouvance de Philippe de Villiers. Il a été directeur de cabinet d’un maire de la région lyonnaise. Il a ensuite travaillé comme directeur des études à l’ISSEP, l’école de Marion Maréchal. Un profil donc pour travailler à la campagne de Zemmour. Et c’est avec un grand enthousiasme qu’il a aidé la campagne  avant l’été. On regardera par exemple la vidéo dans laquelle Pierre Meurin racontait, le 30 juin 2021, la campagne déployée à travers la France, avec 1200 militants, pour coller 10 000 affiches appelant à la candiature d’Eric Zemmour. 

Qu’est-ce qui peut bien amener un soutien enthousiaste, doté d’une solide expérience de militants politiques et dont le profil était idéal pour compenser le parisianisme du premier cercle du candidat, à lui écrire  moins de six mois plus tard, pour l’avertir d’un possible “crash” de sa campagne?  Laissons de côté l’hypothèse de la déception personnelle. Lisons plutôt l’un des passages les plus significatifs de la note: 

Voulez-vous être un lanceur d’alertes ou gagner l’élection présidentielle ? Les deux combats se défendent.

Qu’êtes-vous ? Le voyant orange de la campagne. Votre ascension dans les sondages force LR et le RN à prendre en compte vos thèmes, à l’instar de ce qui s’est passé lors de la Manif Pour Tous. Le Zemmourisme accèdera au second tour de cette élection, pas Eric Zemmour. L’effet ciseau se précise :

  • LR est en train d’accaparer vos thèmes. Le vainqueur du congrès fera de M. Ciotti son porte flingue zemmouriste (la séquence Xavier Bertrand / Renaud Muselier est en ce sens éclairante). Conséquence ? Chers supporters de M. Zemmour, nous portons vos thèmes mais avons la crédibilité d’une machine politique et de l’exercice du pouvoir, contrairement à M. Zemmour qui n’a pas d’équipe. Les électeurs préfèreront la copie à l’original, je le prédis ;
  • Marine Le Pen recentrera ses thèmes sur du classique migratoire et identitaire, se calmera sur ses marqueurs de gauche, et bénéficiera par miroir d’une image de compétence grâce à l’incompétence de votre équipe ;
  • Bilan ? Le zemmourisme sera absorbé par cers deux mouvements politiques, et vous subirez un effet ciseau qui vous abaissera aux alentours de 6-8%”.

L’auteur de la note pointe à juste titre la vidéo consacrée par Eric Zemmour il y a quelques jours aus Gilets Jaunes

Sans rentrer dans les détails de votre terrible vidéo sur les gilets jaunes (vous leur parlez en étant dans un appartement à 12.000 euros le mètre carré et vous utilisez le mot SMICARDS !!!), vous parlez de la suppression du permis à point. Mais les Français sont POUR le permis à points ! Vous reparlez d’immigration pour évoquer une baisse de la CSG. C’est inintelligible, il faut parler de la baisse des taxes sur l’essence ! Vous avez raté le tournant médiatique de la hausse du coût de l’énergie (gaz, essence, fioul, électricité). Je ne sais comment vous êtes conseillé sur votre communication politique, mais je peux vous annoncer que vous faites rigoler beaucoup de vos adversaires.

Eric Zemmour a encore quelques jours pour tenir compte des avis qu’on lui donne. Quand il aura déclaré sa candidature, ce sont ses adversaires qui s’en chargeront. Il sera trop tard. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Shares:
3 commentaires
  1. On fait beaucoup parler les Français, je ne suis pas sûr qu’ils soient pour le permis à points.

    En revanche, Zemmour rate beaucoup de virages (énergie, les DOM-TOM).

    Mais je pense que sa campagne va surtout finir empoisonnée par son esquive du délire covidiste et qu’il est déjà trop tard : il aurait du commencer une authentique pédagogie quand il était encore à CNEWS. Aujourd’hui, il manque de temps.

  2. S’agissant du congrès de la louze je suis sûr d’une chose, ce ne sera pas Pécresse et probablement pas Plastic bertrand. Les 2 visent des postes chez maqueron. En toute logique ce devrait être Ciotti et que celui ci rejoigne Zemmour dans la foulée. Pour cette même raison —Zemmour— sachant qu’effectivement larem &son Sarko veillent au grain, s’infiltreront pour biaiser le vote, ça pourrait finalement être le Grand barnier qui sorte du chapeau. Pas sur son mérite soyons bien clairs. Quoi qu’il arrive LR La Ratatouille est réduite à une force d’appoint. Les suffrages des vieilles dames retraitées, ce qui n’est pas négligeable. Les militants sont déjà ailleurs, chez Zemmour. Je ne connais pas ce monsieur, qu’il me pardonne, Pierre Meurin fait pitié à quémander un plaçou comme du temps de chichi super voleur. Je pense qu’il l’aura compris, Zemmour ne mange pas de ce pain là; la place de Monsieur Meurin si elle existe serait plutôt côté larem, comme assistant socialo.

    Le plus prometteur demeure le ticket Zemmour Marine Le Pen Ciotti, et j’ajoute Florian Philippot. Magnifique discours ce 27 novembre 2021 Place Pierre Laroque. Juste après la sono envoyait ceci:

    https://www.youtube.com/watch?v=xGGLX2sT1S4&ab_channel=OneHourVersion 🔊🔊🔊🔊🔊🔊

    Never Going Home… putain ça vaut tous les Pierre Meurin du monde, non?? (mais je m’enflamme).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer