Exclu : Macron a-t-il favorisé Pfizer au détriment de l’industrie française ? Un ex-sénateur se met à table

Macron a-t-il favorisé (de façon très douteuse) le laboratoire Pfizer au détriment de l'industrie française, notamment au détriment de l'entreprise Valneva ? C'est ce que suggère (très fortement) l'ancien sénateur centriste de Paris Yves Pozzo di Borgo, qui raconte une anecdote croustillante recueillie dans un dîner parisien... Et, progressivement, la vérité se déroule sous nos yeux. Plus le temps passe, plus les éléments se rassemblent pour montrer que la gestion de la crise sanitaire en Europe est d'abord dictée par l'intérêt des laboratoires pharmaceutiques.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

L’ancien sénateur centriste de Paris, Yves Pozzo di Borgo, a bien voulu nous accorder une interview dans la foulée de deux tweets explosifs qu’il a publié sur les liens entre Emmanuel Macron et l’industrie pharmaceutique. Selon lui, un patron de laboratoire a été convoqué à l’Elysée pour s’entendre dire qu’il n’aurait pas l’utilisation de produire le vaccin russe, mais qu’il pourrait produire le vaccin Pfizer. 

Faut-il en conclure qu’Emmanuel Macron a personnellement favorisé un opérateur mondialisé comme Pfizer au détriment d’une entreprise française ?

La question est posée et, bien entendu, nos colonnes sont ouvertes à un droit de réponse du Président de la République. 

Les questions non résolues de l’affaire Pfizer

Quelle est la marge de manoeuvre dont chaque ministre de la Santé dispose en matière de vaccination ? Personne ne le sait au juste, mais les langues commencent à se délier. Des acteurs du “système” posent désormais ouvertement la question. Lorsqu’Yves Pozzo di Borgo, connu pour sa modération, explique qu’un patron de laboratoire a été reçu à l’Elysée pour s’entendre interdire de produire des vaccins russes mais recommander de produiree des vaccins Pfizer, on ne peut que s’interroger sur les influences occultes en matière de stratégie vaccinale. 

Pour l’instant, nous ne savons pas tout, mais l’avenir devrait progressivement éclaircir les circonstances dans lesquelles les choix vaccinaux ont été opérés. Nous avons déjà détaillé dans nos colonnes les doutes statistiques que la stratégie publique soulève.  

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

993 Shares:
17 commentaires
  1. Bon, je ne remet pas en cause l’écriture d’articles documentés, ce dont je vous remercie, sans quoi nous serions dans l’ignorance. Mais enfin, ça crève les yeux. Pourriture et corruption à tous les étages ! Cahuzac avait révélé lors de son procès, que Pfizer donnait de l’argent au parti socialiste. Et c’est le parti socialiste qui propose au sénat, l’injection obligatoire. Pendant ce temps, les injections qui reçoivent mauvaise presse, sont les compétiteurs de pfizer (astrazeneca, moderna) ! Puis micron qui en son temps a négocié cet énorme contrat entre nestlé et… pfizer. Et quoi encore ?

    1. PFIZER est habitué aux escroqueries pour avoir été condamné aux EU à plus de 4 Milliards de $.
      Une armée d’avocats, est aussi utile que nombreux chercheurs et scientifiques pour poursuivre son business En Europe nous n’avons pas la même approche qu’outre atlantique concernant la santé. La mal bouffe et maintenant l’exploitation du corps humain à des fins mercantiles viennent tout droit des E.U. Macron, après avoir vendu nos meilleures entreprises, marchande notre population.

    2. Absolument , tous les socialistes européens sont pour la “vaccination Pfizer à outrance.Voir le nouveau chancelier allemand social démocrate.
      D’ici à ce que l’on se rende compte que Pfizer les tiens tous “par les c..” , vu l’argent qu’il a déversé sur eux.
      On peut légitimement le suspecter

  2. Il est officiel que l’UE a centralisé les achats de vaccinss.
    Au mois de juin, les commandes, payables ferme et sans dédit, se montaient à 4,6 milliards de doses, dont plus de 50% chez Pfizer.QSP 10 injections pour 100% des européens.
    Après l’élimination en douceur d’Astra Zeneca et de Janssen, Pfizer a obtenu l’autorisation d’ouvrir deux sites de production en Italie.
    Moderna, depuis, a été prohibé pour les moins de 30 ans, et le rappel (n°3) devra se faire en demi-dose.
    Les apparence sont sauvées, Pfizer n’a qu’un quasi monopole, grâce à Moderna en sparring partner.

  3. Vue la hausse à trois chiffres de la valeur des actions de Pfizer et de Moderna depuis deux ans (multipliée par 3 pour Pfizer et par 6 pour Moderna selon la presse), la question se pose de savoir si ceux ont un pouvoir décisionnaire dans la politique sanitaire et vaccinale sur la Covid détiennent ou non un portefeuille d’actions de ces firmes.

  4. PAS BESOIN DE FOUILLER, excuser moi la conclusion expéditive et pourquoi nous nous en generions puisque c’est la correspondante à la méthodologie du gouvernement de ce personnage, C’EST CLAIR QUE OUI ! Par ailleurs ça cadre avec toute son action économique comme membre du gouvernement du Capiraine de pédalo F Hollande. En pratique est-ce que ça changera quelque chose, je ne pense pas alors qu’il a un matelas de suiveurs bien bornés ou trop compromis et 98% des médias comme écuyers blindés d’armures en inox.

  5. En France, les soignants vaccinés sont aussi contagieux que les soignants non-vaccinés. Une étude Suisse du laboratoire de recherches de Genève affirme que les vaccinés sont 10 fois plus contagieux (que les non-vaccinés). Il y a donc une décision malveillante , ségrégative et non solidaire de l’Etat Français qui suspend et ne paie plus les soignants non -vaccinés. L’interdiction ministérielle de travailler ne se justifie pas! C’est donc bien l’Etat qui supprime inutilement les postes de soignants (médecins, infirmières, aide-soignants), comme il a supprimé en 2 ans 5700 lits dans les CHR français. On dit “merci qui ?” pour le désordre et le bazar dans nos hôpitaux…

  6. Honte à la France et à l’Union Européenne qui a sacrifié l’entreprise VALNEVA, pourtant la seule entreprise française ayant été en mesure de proposer un vaccin véritablement, après avoir passé les différents phases d’essais et de tests avec succès, même si l’Angleterre a annulé sa grosse commande à la dernière minute sans raison valable. Preuve en est qu’il s’agit d’une affaire de gros sous avec les labos américains qui ont dû arroser la plupart des pays européens de gros pots de vins, après les profits juteux à 3 chiffres dont Pfizer et Moderna ont pu réaliser, grâce à Micron, qui au lieu de favoriser les sociétés françaises, a profité largement de ces pots de vin, en commandant d’office les vaccins Pfizer et Moderna dont on connait les effets secondaires désastreux à ce jour. En fin si l’UE a fait allusion d’uine commande de 60 milions de doses du vaccin VALNEVA, pourquoi fait-elle trainer les choses en omettant de faire en sorte d’accélérer la livraison de cette commande, et de stopper les commandes des vaccins américains qui ont été commandés et mis sur le marché dès le début ???
    En tout cas, vivement que Micron et son complice de la santé Véran aient à répondre de leurs actes devant la Haute Cour Européenne de Justice, une fois les élections présidentielles passées…

    1. Oui et rappelons que ce ne sont pas des vaccins mais des thérapies géniques…
      La boucle est bouclée quand on se rappelle que Macron est celui qui a fait le deal, quand il était chez Rothschild de la vente de la division nutrition de Pfizer à Nestlé… A cette occasion il a logiquement dû toucher une commission de success fee de l’ordre de 10 millions d’euros qui bizarrement n’apparait nulle part dans sa déclaration de patrimoine…

  7. Attention, le pouvoir de Macron n’est pas absolu en cette affaire. La France est tenue par les autorisations de mise sur le marché délivrées par l’EMA (Agence européenne du médicament) qui ne l’a accordée qu’aux quatre sociétés Pfizer, Moderna, Astra-Zeneca et Janssen.
    J’ai une autre lecture de l’affaire :
    Macro savait depuis le début que seuls ces quatre-là seraient autorisés et il a prévenu amicalement Valneva que ce n’était pas la peine de perdre son temps et son énergie sur une fausse piste.

    Par ailleurs, on peut se demander pourquoi L’EMA n’a autorisé que ces quatre vaccins , vu que l’OMS en a validé une quinzaine, dont le Sinovac à virus atténué ???

  8. http://www.revuedlf.com/droit-administratif/sur-la-liceite-dune-obligation-vaccinale-anti-covid/

    “Est-il juridiquement possible de rendre la vaccination anti-covid obligatoire ? En considérant les autorisations de mise sur le marché délivrées pour les vaccins et le droit positif applicable, la réponse paraît négative. En effet, la question de l’obligation vaccinale, bien que souvent évoquée, l’est rarement sous l’angle qui devrait être le sien : celui de l’expérimentation médicale à propos de laquelle les règles du droit de l’Union européenne comme celles du droit français sont clairement établies.
    Par Philippe Ségur, Professeur de droit public à l’Université de Perpignan Via Domitia”
    Son exposé est explicite… A partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer