Comment l’armée américaine traite d’une meilleure façon ses non vaccinés que l’armée française

La Marine peut désormais commencer à se séparer des marins en service actif qui refusent de se faire vacciner contre le COVID-19, tout en laissant la porte ouverte à ceux qui changent d'avis. Ce sujet est hautement sensible, l’opposition Républicaine demeure très critique et compte faire annuler cette obligation vaccinale imposée à son armée. En France, à contrario, aucune complaisance n’est admise pour les militaires, la grande muette doit se vacciner sans discussion.

Application de l’obligation vaccinale aux militaires, mais …

La Marine a donné des conseils aux commandants pour qu’ils progressent dans les départs des militaires qui continuent de refuser la vaccination COVID-19, tout en laissant la porte ouverte à ceux qui changent d’avis

Le contre-amiral James Waters, directeur des plans et de la politique du personnel militaire de la Marine, a déclaré que le service souhaitait “garder chaque marin en uniforme”, mais maintenant plus de deux semaines après l’expiration de la date limite de vaccination du service et qu’il est temps d’exiger le départ des militaires refusant de vaccins.

“Il y a des marins qui, malgré tous nos efforts, continuent de refuser obstinément“, a déclaré Waters aux journalistes mardi lors d’une téléconférence. 

“Personnellement, cela me décourage de voir des marins partir parce qu’ils refusent le vaccin.”

 Cependant, les marins qui ont raté la date limite du 28 novembre 2021 pour recevoir le vaccin mais qui changent d’avis peuvent informer leur chaîne de commandement et mettre fin à leur départs ‘ils se font vacciner. 

L’annonce de la Marine intervient quelques jours après que l’Air Force a annoncé lundi qu’elle avait renvoyé 27 militaires pour avoir refusé le vaccin. La date limite du service du 2 novembre était la première de toutes les branches de services.

Environ 5 731 marins ne sont toujours pas vaccinés, dont environ la moitié attendaient des décisions sur les demandes d’accommodement religieux.

En cas de départs, ils recevront toujours une « qualification honorable » de leur service militaire, ce qui signifie qu’ils pourront conserver leurs avantages du ministère des Anciens Combattants, tels que l’aide à l’éducation et aux soins de santé.

La Marine continue de traiter les demandes d’exemption de vaccin pour des raisons médicales, administratives ou religieuses. Ceux qui font des demandes peuvent rester dans la Marine jusqu’à ce qu’ils reçoivent l’approbation ou le refus, auquel cas ils auront cinq jours pour obtenir leur premier tir ou commencer le processus de séparation.

Les marins non vaccinés bénéficiant d’exemptions valides ou en attente de décisions d’exemption doivent se soumettre à des tests réguliers de coronavirus, porter des masques et respecter la distanciation sociale pour réduire le risque de transmission, a déclaré Waters.

En Résumé, la Marine affirme vouloir mettre en place l’obligation vaccinale, mais reste très prudente et mesurée quant à sa réelle mise en place.

Les Républicains s’opposent à la vaccination obligatoire des militaires

Les législateurs républicains se sont indignés face au mandat du ministère de la Défense sur le vaccin Covid-19 à la suite des licenciements de l’Air Force.

Le sénateur Roger Wicker (R-Miss.) a déclaré que le président Joe Biden avait “peu de considération pour l’impact que son mandat aurait sur l’état de préparation de nos militaires”.

Le sénateur Jim Inhofe (R-Okla.) est le plus haut républicain de la commission sénatoriale des forces armées

Il invite Pentagone à «suspendre le mandat des vaccins jusqu’à ce que le ministère de la Défense puisse répondre aux questions de base sur l’impact que le mandat aura sur la force totale »

Dans une déclaration mardi, Inhofe a également invoqué la décision d’un juge fédéral la semaine dernière qui a empêché l’administration Biden d’appliquer un mandat de vaccin Covid-19 pour les employés des sous-traitants fédéraux.

À la suite de cette décision, le Pentagone a suspendu la semaine dernière l’application du décret de Biden, qui exige la vaccination comme condition pour travailler avec le gouvernement.

« En attendant je suis heureux que la [Loi sur l’autorisation de la défense nationale] empêche les militaires d’être renvoyés de manière déshonorante en raison de ce mandat, et je suis impatient de voir ce projet de loi promulgué dès que le Sénat votera de l’envoyer au président. » a ajouté Inhofe.

Inhofe faisait référence à un amendement proposé à la version du Sénat du projet de loi sur la politique de défense, qui interdirait au Pentagone de donner aux militaires qui refusent le vaccin Covid-19 une décharge déshonorante.

Le sénateur Roger Marshall (R-Kan.), un ancien médecin de l’armée à l’origine de la mesure, a déclaré que les militaires qui décident de ne pas se faire vacciner “ne méritent pas une décharge déshonorante pour avoir choisi contre le vaccin”.

« Une décharge déshonorante traite nos héros comme des criminels et nos héros américains méritent mieux. J’attends avec impatience que la NDAA soit soumise à un vote au Sénat, qui inclut mon amendement visant à fournir à ces [membres du service] une protection rétroactive s’ils étaient licenciés de manière déshonorante. »

“Il est honteux que le président Biden veuille punir les membres de notre armée simplement parce qu’ils sont mal à l’aise de prendre un vaccin”, a ajouté le sénateur Rick Scott.

En France, aucune complaisance pour les militaires

En France, la vaccination obligatoire répond aux objectifs politiques du gouvernement, et permet ainsi à la hiérarchie militaire d’être bien vue par le Président de la République, mais on peut douter qu’elle serve les intérêts de la troupe, ni qu’elle prenne en compte les “préoccupations personnelles des subordonnés”.

Ainsi, un militaire soumis à l’obligation vaccinale contre la covid-19 qui refuserait de se soumettre à cette obligation pourrait être poursuivi pénalement du chef de « refus d’obéissance ».

Rappelons, qu’aux termes de l’article L. 323-6 du code de justice militaire , tout militaire qui refuse d’obéir est puni d’un emprisonnement de deux ans.
En outre, le fait, pour un militaire, de refuser de se soumettre à l’obligation vaccinale contre la covid-19 pourrait être qualifié de faute ou de manquement à la discipline militaire pour laquelle les militaires pourraient se voir infliger une sanction disciplinaire.

Et que dire de l’inégalité de traitement vis-à-vis de leurs collègues policiers, qui eux ne sont pas soumis à l’obligation vaccinale mais seulement fortement incités à le faire.

Vous l’aurez compris, dans l’armée Française, soit on se vaccine soit on « dégage » et ceci avec la bénédiction de l’ensemble de la classe politique, qui, dans son immense majorité, n’a jamais contesté cette obligation brutale.

Aux Etats-Unis malgré les discours de façade, l’administration Biden cumule les défaites juridiques et politique sur l’obligation vaccinale.

La question divise le peuple comme le pouvoir politique, on le voit bien dans la manière dont les autorités cherchent à appliquer leur mandat vaccinal sans blâmer et déshonorer ses militaires qui refusent. Situation d’autant plus sensible, que les soldats sont très respectés et aimés par les américains.

En France, l’exécutif, dans sa folie vaccinale, semble prêt à  affaiblir son armée, tout comme il a démantelé l’hôpital public.

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

57 Shares:
4 commentaires
  1. Officie de marine en retraite, je suis avec beaucoup d’intérêt ces questions, tout en regrettant le peu de matière disponible sur le net. Il semble bien que l’intimidation de la hiérarchie joue à fond…
    Pour ce qui est de la comparaison entre l’US Navy et la Marine nationale, je relève que si l’obligation concerne tous les marins américains (sauf dispense médicale ou religieuse), dans la marine nationale elle ne concerne que les emplois à caractère opérationnel (donc tous les emplois embarqués), les écoles et les nouvelles recrues. En sont donc dispensés tous les marins servant au titre du soutien (de mémoire cela représente environ 25% des effectifs). Muter les réfractaires dans des unités de soutien n’est réalisable que s’ils en sont pas trop nombreux. C’est ce qu’a fait la gendarmerie pour un officier de valeur qu’elle “mis de côté” dans un état-major en attendant des jours meilleurs, mais c’est à ma connaissance une exception.
    https://www.lci.fr/societe/covid-19-un-officier-de-gendarmerie-releve-de-ses-fonctions-pour-refus-de-vaccination-a-langon-en-gironde-2203675.html

  2. Tweet de Martin Blachier qui a tout compris :
    “Pour être sans ambiguïté :
    1. Vaccination obligatoire des personnes vulnérables incluant les rappels
    2. Vaccination facultative des autres de tous âges
    3. Fin du passe sanitaire
    4. Libérer les enfants”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer