Pilule anti-covid Pfizer : Comme avec les vaccins, Biden passe commande et fait fi de la dangerosité du traitement

Joe Biden somnolant à la COP26

Alors que la pilule antivirale du laboratoire pharmaceutique Pfizer n’a pas encore obtenu l’approbation des autorités sanitaires, l'administration Biden a déjà fait commander des traitements pour 10 millions d’Américains estimés à 5.29 milliards de dollars.

Une commande anticipée des pilules anti-Covid de Pfizer

Le 17 novembre dernier, l’alliance Pfizer/BioNTech a déposé auprès de l’agence américaine des médicaments (FDA) une demande d’autorisation en urgence de sa pilule antivirale. Autrement dit, on attend encore le feu vert de l’agence. Voilà que le président américain Joe Biden a déjà commandé des traitements pour 10 millions d’Américains, qui vont coûter 5.29 milliards de dollars.

Pour rappel, le Département américain de la Santé s’est déjà engagé à acheter pour 1,2 milliard de dollars du produit soit 1.7 million de doses de Molnupiravir de Merck, s’il recevait de la part de la FDA une autorisation de mise sur le marché en procédure accélérée.

Selon le locataire de la Maison-Blanche, les données sur l’efficacité du médicament fournies par Pfizer sont très encourageantes. Il a ajouté que cette pilule anti-Covid constitue un outil puissant pour lutter contre coronavirus, y compris le nouveau variant émanant de l’Afrique australe, l’Omicron.

Un traitement oral pour éviter les formes graves

Joe Biden a mentionné dans un communiqué que l’approbation du médicament antiviral de Pfizer ne pourra avoir lieu qu’après un long processus. Sa production demande aussi du temps. Mais si ce traitement est approuvé et devient accessible à tous, ce sera un pas en avant vers la fin de cette pandémie, entend-on dans son administration.

La pilule anti-Covid de Pfizer porte le nom de Paxlovid et les données publiées par le fabricant américain affirment qu’elle peut réduire le risque d’hospitalisation et de décès. Il serait efficace contre le variant Omicron. Son taux d’efficacité serait de 89% s’il est pris trois jours après l’apparition des premiers symptômes. 

Dans son communiqué, le président américain a aussi souligné que pour le moment, la vaccination et l’administration de la dose de rappel sont les seuls moyens de protection contre le Covid-19 disponibles et elles peuvent sauver des vies.

Depuis le début de cette pandémie, on s’aperçoit que les bénéfices de la crise sanitaire vont d’abord aux grands laboratoires pharmaceutiques, qui profitent grassement de l’argent public  Comme avec les vaccins, le marché des pilules anti-covid cherche à s’établir après avoir fait écarter des médicaments existants comme l’hydroxychloroquine ou l’ivermectine. Malgré les nombreux revers de Biden  concernant l’application du mandat de vaccin COVID-19, le président s’entête et perd tout lien avec le bon sens. Il souhaite bourrer les Américains de traitements anti-COVID différents et présentés comme innovants avec des promesses d’efficacité exceptionnelle.

Pour autant, ni les autorités sanitaires ni les laboratoires pharmaceutiques ne répondent aux questions que de plus en plus de personnes commencent à se poser sur les effets secondaires ou la durée d’efficacité de ces traitements

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

45 Shares:
2 commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer