Pfizer : la bombe de la Chambre des Lords

Un article de Patrice GIBERTIE(pgibertie.com) - ESSAI PFIZER/ SEULS 7% DES PATIENTS ONT été suivis pendant les 6 mois annoncés ! La Chambre des Lords hostile à la vaccination obligatoire des soignants, l’argumentation de prestigieux medecins et la bombe américaine sur les effets secondaires cachés du Pfizer…LA PREUVE EST FAITE DE L’ESCROQUERIE D’UN ESSAI BACLE

Dans une lettre au British Medical Journal plusieurs prestigieux médecins s’appuient sur la décision du comité de la Chambre des Lords  qui s’est déclarée hostile à l’obligation vaccinale et fusillent les essais : il existe une incertitude considérable quant à l’efficacité des vaccins contre le covid, certaines complications graves à court terme et un manque de données sur les méfaits à long terme. 

En effet, la chambre des lords a émit un rapport pour expliquer qu’elle était contre l’obligation vaccinale de l’intégralité des soignants du NHS (information relayé par le BMJ).

"Le DHSC n’a fourni aucune déclaration cohérente pour expliquer et justifier sa politique envisagée"

1.Belle leçon de démocratie et de droit donnée par les magistrats de la Chambre au Sénat et au Conseil d’Etat français.

Le Royaume Uni, fidèle à son histoire est le premier pays au Monde à avoir reconnu l’Habeas corpus.

Les soignants étaient les victimes désignées par cette vaccination obligatoire. La décision de la Chambre s’inscrit dans le droit fil de la justice américaine qui a obligé la FDA a fournir le rapport caché de PFIZER SUR LES EFFETS SECONDAIRES GRAVES MIS EN EVIDENCE DES LES PREMIERES SEMAINES.

Personne ne demande au Sénat ou au Conseil d’Etat de se comporter en spécialistes de la médecine , les Lords anglais eux, ont fait le job en rappelant les principes du droit, en soulignant l’insuffisance de l’argumentation, en rendant le débat scientifique possible .

Les lecteurs de ce blog se souviennent de ma détermination à contester la durée réelle des fameux essais Pfizer sur lesquels tout s’est joué. Je ne croyais pas aux durées annoncées ?  Le comité de la Chambre des Lords Britanniques  confirme mes inquiétudes : seuls 7%  des patients ont été suivis pendant les six mois annoncés et n’ont apporté aucune preuve.

Vous retrouverez les articles concernés à la fin. Voici l’extrait du BMJ:

En tant que médecins et professionnels de la santé, dont beaucoup travaillent dans le NHS, nous tenons à exprimer notre opposition à ce que la vaccination anti-SRAS-CoV-2 soit obligatoire pour tout groupe de personnes, y compris les travailleurs de la santé et les soignants. Nous convenons avec le comité de la Chambre des Lords que les preuves sont insuffisantes pour justifier cette mesure, mais le gouvernement et le Parlement ne semblent pas être à l’écoute et les vaccins obligatoires pour le personnel du NHS devraient être promulgués cette semaine.

Nous ne contestons pas que le covid-19 peut être et a été une infection dangereuse, et nous convenons que les vaccins sont efficaces dans de nombreuses situations. Cependant, il existe une incertitude considérable quant à l’efficacité des vaccins contre le covid, certaines complications graves à court terme et un manque de données sur les méfaits à long terme. Dans cette situation, il est impératif que les gens soient en mesure de faire un choix en toute connaissance de cause quant à l’opportunité de se faire vacciner ou non.

Il est largement admis que les essais contrôlés randomisés sont le seul moyen de fournir des données solides sur l’efficacité des interventions médicales, car les données d’observation sont sujettes à des biais non contrôlés. Pourtant, les essais randomisés des vaccins contre le covid ont duré très peu de temps et n’ont été conçus que pour fournir des preuves statistiques définitives sur la prévention des «infections symptomatiques», et non sur la prévention de l’infection en soi, de l’hospitalisation ou du décès. Les essais n’ont également fourni aucune donnée permettant de savoir si les vaccins réduisent ou non la transmission – des choses que nous avons dû apprendre à la dure, grâce à des preuves du monde réel comme la propagation rapide des variantes Delta et maintenant Omicron.

Les résultats des essais de vaccins randomisés publiés jusqu’à présent suggèrent que les vaccins sont efficaces pour réduire les infections symptomatiques pendant quelques semaines. La durée moyenne de suivi pour les personnes dans le premier rapport de l’essai Pfizer, sur lequel l’autorisation était basée, n’était que de 46 jours, par exemple. Le récent rapport sur les données de personnes ayant participé à l’essai pendant jusqu’à 6 mois a révélé que la durée totale moyenne de suivi pour le critère de jugement principal de l’essai en double aveugle était de 3,6 mois pour celles qui ont reçu le vaccin. et 3,5 mois pour ceux affectés au placebo. [2] De plus, seulement 7 % des participants sont restés dans l’essai en double aveugle pendant 6 mois. Les données du monde réel ne sont pas cohérentes avec les résultats de l’essai, avec un nombre élevé de cas chez des individus doublement vaccinés signalés au Royaume-Uni et en Israël , par exemple. Cela suggère soit que les effets des vaccins s’estompent rapidement, et/ou que certains biais se sont glissés dans les procédures d’essai originales, probablement en raison de la levée de l’aveugle causée par les réactions au vaccin ou d’autres irrégularités de procédure.  Les mêmes données d’observation suggèrent que les vaccins peuvent réduire les hospitalisations et les décès dus à une infection par le covid, mais, en l’absence de données provenant d’essais randomisés, il est difficile d’en être certain, car des facteurs inconnus peuvent biaiser les données dans les deux sens.

Plus alarmant encore, les troisième et quatrième injections de « rappel » n’ont été testées dans aucun essai randomisé, et les autres données sur l’efficacité et la sécurité de l’administration de doses supplémentaires sont rares.

En d’autres termes, les données sur le seul résultat correctement testé dans les essais randomisés, la prévention des cas par deux vaccinations, semblent peu fiables, peut-être en raison de la diminution rapide des effets ou d’autres facteurs, et d’autres résultats et procédures n’ont pas été étudiés dans les essais randomisés, ce qui signifie il n’y a aucune preuve sûre de toute façon.

En ce qui concerne la sécurité des vaccins, il est clair que des effets indésirables rares mais graves et potentiellement mortels surviennent, tels que la thrombose et la myocardite, et qu’il a fallu des mois pour les identifier. Les dommages à long terme seront difficiles à détecter en raison de la courte durée des essais randomisés et ne deviendront apparents que dans les années à venir.

Il n’y a pas non plus de données sur les groupes qui pourraient être particulièrement affectés par le vaccin, tels que ceux atteints ou à risque de troubles auto-immuns, et il existe peu de données sur les effets indésirables des injections de rappel, ce qui est important car il existe depuis longtemps une sécurité. préoccupations concernant l’exposition répétée à la technologie de l’ARNm.  Les vaccins de rappel répétés représentent donc un risque cumulé pour un bénéfice non testé.

Pour les groupes d’âge jeunes, chez qui la morbidité et la mortalité liées à la covid sont faibles, et pour ceux qui ont déjà eu une infection à covid 19 et semblent avoir une mémoire immunologique de longue date, les méfaits de la prise d’un vaccin l’emportent presque certainement sur les avantages pour l’individu, et l’objectif de réduire la transmission à d’autres personnes à risque plus élevé n’a pas été démontré de manière sûre. 

Le respect de l’autonomie et de l’intégrité corporelle des personnes est au cœur des droits humains et de l’éthique médicale et les données actuellement disponibles sur les vaccins ne justifient en aucun cas de passer outre ces principes importants. Des recherches de bonne qualité et un accès aux données existantes des essais de vaccins sont nécessaires pour que les gens prennent des décisions en toute connaissance de cause quant à l’opportunité de prendre ces vaccins ou non.  Contraindre les gens à se faire vacciner contre le covid, soit par la menace de sanctions juridiques, soit, dans le cas des mandats pour les groupes professionnels, en privant les gens de leurs moyens de subsistance et de leur carrière, n’est pas justifié en raison de l’incertitude qui règne sur les avantages globaux des vaccins, le rapport risque-bénéfice défavorable pour de nombreux groupes et, surtout, le manque de données sur les méfaits à long terme.

Evidence does not justify mandatory vaccines – everyone should have the right to informed choice | The BMJ

Joanna Moncrieff Professor of Critical and Social,  Psychiatry Professor Peter C. Gøtzsche, Dr Rufus May, Dr Giovanni Dalla-Valle, Dr Rachel Brown, Dr Lili Dawson, Dr Andrew Docherty, Professor Gabor Keleman, Dr Brian Martindale, Dr John Mason, Dr Gad Meyer, Dr. Livia Hronska, Dr Tomasz Pierscionek, Dr Pino Pini, Dr Jessica Robinson, Dr Clive Sherlock, Dr Marianne Siapera, Dr Federico Soldani, Dr Maria Tsvetkova, Dr Cathy Wield, Dr Sami Timimi, Dr Kasha Siubka-Wood.

2.Le rapport des effets secondaires.

Professionnels de la santé publique et de la médecine pour la transparence est une organisation à but non lucratif, composée de professionnels de la santé publique, de professionnels de la santé, de scientifiques et de journalistes, existe uniquement pour obtenir et diffuser les données sur lesquelles la FDA s’appuie pour autoriser les vaccins COVID-19. 

Quatre jours après l’approbation du vaccin Pfizer pour les 16 ans et plus, nous avons soumis à la FDA une demande en vertu de la loi sur la liberté d’information pour toutes les données contenues dans le fichier de produit biologique du vaccin COVID-19 de Pfizer. Nous avons maintenant poursuivi la FDA pour ne pas avoir divulgué les données.

La justice américaine a obligé la FDA à dévoiler un rapport du géant pharmaceutique jusqu’ici voulu confidentiel. La liste des effets indésirables observés passe d’une vingtaine à plus d’une centaine. . Il a fallu trois mois à la FDA pour publier les 91 premières pages expurgées, le 20 novembre. Par la suite, l’agence gouvernementale a eu l’audace de pousser la date remonte encore plus loin à 2096. Cela était dû à leur récente divulgation de l’existence de milliers de pages supplémentaires, totalisant 451 000 par rapport aux 320 000 pages initialement indiquées. Cependant, le rythme auquel la FDA est disposée à publier la documentation n’a pas changé et reste à 500 pages par mois.

L’objectif de ce rapport d’enquête est centré sur le document de 38 pages , intitulé « Analyse cumulative des rapports d’événements indésirables post-autorisation de PF-07302048 (BNT162B2) reçus jusqu’au 28 février 2021 ». Le rapport a été préparé par Pfizer, entre le 1er décembre 2020 et le 28 février 2021.

La liste des effets indésirables observés passe d’une vingtaine à plus d’une centaine.

  • insuffisance rénale
  • accident vasculaire cérébral
  • événements cardiaques
  • complications de la grossesse
  • inflammation
  • maladie neurologique
  • défaillance auto-immune
  • paralysie
  • insuffisance hépatique
  • troubles sanguins
  • maladies de la peau
  • problèmes musculo-squelettiques
  • arthrite
  • maladie respiratoire
  • thrombose veineuse profonde
  • caillots sanguins
  • maladie vasculaire
  • hémorragie
  • perte de la vue
  • paralysie de Bell
  • épilepsie

Les femmes étaient 3 fois plus touchées par les effets indésirables du vaccin. Pourtant, nulle part dans l’analyse de Pfizer, l’entreprise ne commente ces données, mais réaffirme plutôt avec confiance, « l’examen cumulatif des cas ne soulève aucun nouveau problème de sécurité ».

La latence d’apparition de l’événement pertinent variait de moins de 24 heures à 21 jours. Cela signifie que les événements pertinents se sont produits à tout moment moins de 24 heures jusqu’à 21 jours après la réception du vaccin, avec une médiane de moins de 24 heures. 136 événements pertinents ont été fatals. Par conséquent, 50 % de ces résultats pertinents (y compris les décès) sont survenus moins de 24 heures après avoir reçu le vaccin. Cela indique à nouveau la causalité des décès par vaccin.

Article original paru sur le blog de Patrice GIBERTIE accessible en cliquant sur l'image.
1K Shares:
7 commentaires
  1. Qu’attendre d’autre d’une entreprise multirécidiviste de la fraude?
    J’espère que la dé ouverte des actions mafieuses de la grosse industrie pharmaceutique conduiront à se pencher sur leur histoire et leur influence sur la médecine occidentale, et en particulier sur les études médicales, depuis un siècle, d’abord aux Etats-Unis, puis en Europe.
    Lire par exemple “remèdes mortels et crime organisé” de Peter Gotzsche ou “meurtre par injection” d’Eustace Mullins

  2. Bonjour,
    Cet événement me remplit d’espoir, et quand je le mets en perspective avec les révélations des échanges entre Zauci et Fuckerberg je trouve effarant c’est de voir à quel point ces “élites” n’ont pas compris qu’ils ne peuvent nous prendre pour des buses impunément indéfiniment. Avec le nombre croissant de par le monde de personnes capables de dénicher ce genre de preuve accablante, leurs mensonges les rattraperont toujours. Ils n’ont pas compris que le monde d’après avec sa “perspirance numérique” les obligent à une éthique irréprochable et que ça les mettra à bas de façon tonitruante.
    Ce n’est qu’un début, continuons le combat.

  3. Le problème c’est que les labos sont une véritable mafia qui achète tout et notament les gouvernants…
    Si vous ajoutez Bill Gat.., Mark Zu……. et tous les autres qui financent l’OMS et également les médias, ça ne va pas être simple de sortir de cette nasse !!!
    Pour mémoire, Le Monde reçoit près de 4 millions d’euros de Bill Ga… ainsi que d’autres journaux bien connus…
    BFM fait partie du même groupe financier que Gilead (célèbre labo pharma !)
    Ect…Etc…

    1. Le véritable problème est que les collabos corrompus, nous entraînent vers le précipice, ils ne se remettent pas en question détruisent tout raisonnement sensé et condamnent les honnêtes gens.

  4. Merci pour cet article qui prouve, une fois n’est pas coutume, que nous vivons l’époque des plus grands mensonges jamais exprimés. Petite remarque : Il me semble que les journalistes de la presse “parallèle des réseaux” devraient arrêter d’utiliser souvent ce mot “bombe” dans les titres , il finit par n’avoir aucun impact puisque la presse main-stream ne reprend pas les articles et les politiques pro-vaccination s’en contrefichent…. les autres sont convaincus et attendent un revirement qui met trop de temps à venir.

  5. La traduction que vous publiez dans votre article ne correspond en rien au lien que vous avez mis.
    https://www.bmj.com/content/375/bmj.n2957

    Il n’est pas une fois fait mention d’effets secondaires dans l’article.

    En résumé son propos c’est ça :

    Le personnel médical non vaccinés du NHS, représente 208000 personnes.
    126000 d’entre elles menacent de démissionner si la vaccination devient obligatoire.

    La chambre des lords considère que la vaccination obligatoire du personnel soignant va fragiliser le système de santé par le fait qu’il y aura 126000 personnes en moins pour soigner.

    Bref, votre article est malhonnête.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer