Israël, vendu à Pfizer ?

Par Avi Morris - La presse française et internationale s’est faite l’écho de l’annonce d’hier par le premier ministre israélien : Israël autorise l’injection de la quatrième dose du vaccin Pfizer. Seul problème : les journaux ne tiennent pas compte du contexte dans lequel cette décision a été prise. Or, ce contexte est loin d’être anodin.

En Israël, bien évidemment, les contrats que le gouvernement a passé avec Pfizer n’ont pas été publiés. Il n’est donc pas possible de connaître exactement ce qui a été stipulé. Nous rappellerons seulement que la vente aux autres pays du vaccin Pfizer a été considérablement aidée par le fait qu’une grande majorité de la population israélienne a adhéré aux consignes vaccinales et que le pays pendant 2-3 mois a connu une période durant laquelle il n’y avait quasiment plus de cas de Covid. Ainsi, le professeur Cyrille Cohen bien connu des médias français avait pu affirmer qu’Israël avait atteint l’immunité collective.

La fin de l’exemple israëlien

Pas de chance, dès que le pays a ouvert ses frontières en juin 2021 après quasiment 9 mois d’interdiction d’entrée des touristes, il les a 3 semaines plus tard refermées. Nous rappellerons que l’exemple israélien ne fonctionne qu’en économie fermée au grand dam des opérateurs touristiques. Plus personne n’ose parler en Israël d’immunité collective.

Et donc pour lutter contre la quatrième vague, Israël a été le premier pays à autoriser l’injection d’une 3ème dose, 3ème dose qualifiée de booster. Pour montrer aux yeux du monde que cette politique vaccinale fonctionnait, le ministère de la santé israélien n’a pas hésité à trafiquer les chiffres tant sur les effets secondaires que sur l’efficacité de cette nouvelle injection.

A la suite de cela, le pays a réouvert ses frontières en novembre 2021 uniquement aux personnes ayant également pris 3 doses Pfizer ou aux personnes ayant subi un parcours vaccinal complet mais avec des conditions plus strictes. Là encore, l’histoire s’est répétée avec une nuance importante : 3 semaines plus tard, le pays a de nouveau fermé ses frontières aux étrangers même vaccinés et a soumis quasiment aux mêmes règles d’isolement les vaccinés et les non-vaccinés israéliens s’ils reviennent de l’étranger. Bref, pas étonnant que les gens doutent sérieusement de l’efficacité du vaccin.

Pour pallier cela, le gouvernement israélien a décidé de lancer une campagne de vaccination des enfants de 5-11 ans après avoir été le premier à autoriser l’injection de 3 doses au 12-18 ans. Cette campagne est un échec :

  • les parents dans leur grande majorité n’amènent pas leurs enfants se faire vacciner ;
  • la télévision israélienne a rapporté que 30 % des parents qui avaient entamé le parcours vaccinal de leur enfant l’ont interrompu après la première dose en raison des effets secondaires constatés.

Et pourtant, le gouvernement continue à prôner ad nauseum la vaccination des enfants. Un membre du gouvernement a proposé que les parents reçoivent 1000 shekels par enfant – soit 320 euros – s’ils amènent leurs enfants se faire vacciner. Le premier ministre a souhaité que les instituteurs et institutrices amènent les enfants dans les centres de vaccination pendant les heures de cours. Des centres de vaccination vont ouvrir dans les centres commerciaux avec à la clé des bons d’achat pour les parents. Cela est profondément malsain alors même que de nombreux professeurs de médecine en Israël dénoncent cette politique et estiment, comme beaucoup en France, que la vaccination des enfants contre le Covid est une hérésie.

C’est dans ce contexte qu’est intervenue la décision du premier ministre israélien d’autoriser la 4ème dose. Or, lors des discussions qui ont été rapportées, il a bien été précisé qu’il n’y avait eu aucune expérimentation sur les effets de cette 4ème dose ! Pratiquement, le groupe d’experts dont se prévaut le premier ministre israélien n’a disposé d’aucune donnée !!! Même chez Pfizer, la presse a rapporté que les dirigeants avaient des doutes sur l’efficacité de la multiplication des présentes doses sur le nouveau variant.

Il est dommage que les médias français comme les scientifiques qui hantent les plateaux télé français ignorent singulièrement et peut-être même volontairement les méandres de la politique israélienne. Le conseil scientifique en France a également parlé de 4ème dose indépendamment de toute donnée sur le sujet !!!

Pour le moment, le gouvernement ne parle que d’une ouverture de cette campagne de vaccination aux personnes de plus de 60 ans. Il n’a pas encore précisé si le refus de prendre cette 4ème dose suspendrait le passeport vert. Bref, de là à en déduire qu’il faut continuer à tout prix l’expérience pour Pfizer envers et contre tout, il n’y a qu’un pas que beaucoup d’Israéliens franchissent aisément.

Quelques lueurs d’espoir dans ce contexte :

  • près de 2 millions de personnes n’ont toujours pas été se faire injecter la 3ème dose ;
  • le prix Nobel de physique Michael Levitt vient de rejoindre l’équipe scientifique d’opposants à la politique de vaccination israélienne – cela devient de plus en plus difficile d’accuser les opposants à la politique actuelle d’être des complotistes ou de leur dénier des compétences scientifiques lorsqu’ils critiquent les données du ministère de la santé israélien ;
  • les discussions violentes qui ont eu lieu après la décision du premier ministre israélien montrent que nous assistons peut-être à la fin du passeport sanitaire.
569 Shares:
5 commentaires
  1. La résistance des Israéliens à la 3ème dose et surtout à la vaccination des enfants est une lueur d’espoir dans les ténèbres qui nous entourent
    Mais qu’est-ce qui a été signé avec Pfizer ? Quelles sont les clauses qui rendent nos dirigeants si obéissants à ses dictats ? Qu’ont ils obtenu et que risquent ils si les peuples retrouvent leur liberté ?

    1. Nos “dirigeants” sont des ordures, pour paraphraser le titre de la pièce de théâtre et le film “Le Père Noël est une ordure”.
      Une fois qu’on admis ce point, tout s’explique !
      En fait ils ne sont pas “vendus” au sens payer pour dire cela, mais font partie intégrante de la mafia au pouvoir.
      J’utilise de terme volontairement car cela fonctionne comme une mafia :
      1) Les personnes recrutées ne savent pas exactement à quoi ils adhèrent, pensant juste entrer dans un cercle de gens “biens” qui pourront l’aider dans leur carrière.
      2) Ils sont effectivement aidés, en ayant des bons postes alors qu’ils ne sont pas ou peu compétents, mais ils ne s’en aperçoivent pas toujours.
      3) Ils sont, d’une manière ou d’une autre, mouillés dans des affaires pas claires, histoire de pouvoir les menacer s’ils avaient des envies de se rebeller.
      4) Lorsqu’ils ont les postes à haut niveau, on leur demande de renvoyer l’ascenseur, par exemple en nommant les copains.
      5) S’ils rechignent, on leur rappelle qu’ils ont eu leurs postes grâce aux copains et qu’ils ont des casseroles qui pourraient ressortir.
      6) Du coup, ils préfèrent fermer les yeux et s’auto-convaincre que tout ce qu’ils font est bien, et ils obéissent aux ordres.
      En conclusion, oui ils profitent du système, mais ce n’est pas de l’argent directement aujourd’hui, c’est toute une histoire depuis des années.
      J’en parle en connaissance de cause parce qu’ils ont essayé de me recruter, ayant le “bon profil” étant jeune : diplômé d’une grande école, jeune cadre dans une grande entreprise, etc.
      Mais, j’avais déjà compris en observant le comportement des “anciens”, donc je leur ai ri au nez !
      Cela m’a coûté cher pour ma carrière, mais je m’en fichais complètement : j’étais heureux et je pouvais me dire chaque jour que je n’avais pas à faire des saloperies sur ordre !!

      1. C’est un résumé réaliste du système en place, finalement pas très différent de celui mis en œuvre autrefois dans certains secteurs annexes – par exemple les églises – par les régimes communistes.

  2. Il y a toujours un espoir car, comme vous le dites souvent, leur système ne fonctionne pas, donc cela se voit tôt ou tard, même si les médias essayent de cacher la réalité.
    Malheureusement, il y a et aura encore des dégâts dans la population.
    En particulier, les analyses britanniques concluant que ces vaccins détruisent le système immunitaire, y compris vis-à-vis d’autres pathologies, est très inquiétant.
    Espérons qu’on puisse trouver une méthode pour le rétablir a minima, sinon c’est la catastrophe sanitaire pour les années à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer