La HAS veut vacciner tous azimuts

La Haute Autorité de Santé (HAS) a été saisie par la direction générale de la santé (DGS) le 17 décembre 2021, afin d’évaluer la pertinence de différentes mesures. La dose de rappel de vaccin anti-Covid-19 pourra être réalisée en France à partir de trois mois après la primo-vaccination, estime dans un avis publié vendredi 24 décembre la Haute Autorité de santé. La HAS recommande, également, l'administration d'une dose de rappel chez les 12-17 ans souffrant d'immunodéficience ou d'une comorbidité. Alors que les effets secondaires des vaccins, notamment Pfizer, sont de plus en plus nombreux, les autorités françaises veulent passer à une injection trimestrielle même sur les adolescents.

La 3e dose partir de trois mois

La HAS a évalué et préconise de réduire l’espacement entre la fin de la primovaccination et l’administration de la dose de rappel.

Elle recommande que l’administration la 3e dose puisse désormais être réalisée à partir de 3 mois après la primovaccination dans la population éligible à ce rappel, en cohérence avec l’avis de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Elle justifie cette recommandation par le fait que, selon les dernières études publiées, les vaccins sont efficaces à 80 % pendant un à deux mois contre les formes symptomatiques non graves du variant Omicron, mais perdent plus rapidement leur efficacité qu’avec les variants précédents : 34 % à 4 mois après une primovaccination avec le vaccin de Pfizer.

Cette décision repose principalement (voir uniquement) sur :

  • les travaux de modélisation mathématique du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) quant à l’administration très rapide d’une dose de rappel à la majorité de la population adulte qui suggèrent que cette stratégie permettrait de réduire de 15 % la mortalité associée à la Covid-19 liée au variant Omicron.
  • les travaux de modélisation conduits par l’Institut Pasteur qui suggère que l’accélération de l’administration des doses de rappel (1,2 millions par jour vs 800 000) pourrait réduire la taille du pic d’hospitalisations de 9 à 17 %.

La HAS autorise la dose de rappel chez les 12-17 ans « fragiles »

Afin de protéger les personnes à risque de forme sévère de la maladie, la HAS recommande de faire un rappel aux adolescents fragiles âgés de 12 à 17 ans.

Là encore c’est sur la base d’un avis rendu par l’ANSM, dans lequel elle considère que l’administration d’une dose de rappel chez les adolescents fragiles peut être envisagée, que la HAS recommande dès à présent l’administration d’une dose de rappel chez les adolescents de 12 à17 ans souffrant d’immunodéficience (pathologique et induite par les médicaments) ou d’une comorbidité à risque de forme grave, selon les mêmes modalités que les adultes.

La HAS se prononcera ultérieurement sur l’administration de ce rappel à l’ensemble des adolescents de 12 à 17 ans. En effet, l’essai clinique conduit par le laboratoire Pfizer visant à évaluer l’efficacité et la tolérance d’une dose de rappel chez les adolescents est en cours. Par ailleurs, le schéma posologique (pleine dose ou dose pédiatrique) n’est pas encore déterminé.

 Non vous ne rêvez pas,  à ce jour, les données d’efficacité et de sécurité des industriels concernant le rappel pour l’ensemble de la classe d’âge 12 – 17 ans ne sont pas disponibles au niveau de l’EMA et de l’ANSM.

Malgré les effets secondaires, vacciner tous azimuts

Voici une liste, non exhaustive, d’effets secondaires graves relevés au mois de décembre 2021.

Le 4 décembre dernier, le ministère japonais de la santé a réuni un groupe d’experts pour étudier le sujet. Il a proposé à ces derniers de lancer une mise en garde en apposant la mention « effets secondaires graves » sur les documents joints aux vaccins.

A Taïwan, par mesure de précaution, le ministère de la Santé et des Affaires sociales via son Comité consultatif pour les pratiques de vaccination ou ACIP a décidé de suspendre l’administration de la seconde dose de vaccin pour les 12- 17 ans pour un délai de deux semaines.

L’administration des vaccins Pfizer contre le Covid-19 a été interrompue à Hanoi, au Vietnam, suite à une série de décès et l’apparition de différents troubles indésirables

Les autorités néo-zélandaises ont déclaré lundi 20 décembre  qu’elles avaient établi un lien entre le décès d’un homme de 26 ans et le vaccin COVID-19 de Pfizer.

A l’instar des autorités sanitaires des pays occidentaux, les autorités françaises préconisent, tous les jours un peu plus, la vaccination tous azimuts sans se préoccuper du risque encouru par sa population.

Pire encore concernant les adolescents, à qui le ces autorités préconisent une dose de rappel alors que l’essai clinique conduit par le laboratoire Pfizer est toujours en cours !

Enfin, malgré cette vaccination ad vitam æternam, la HAS rappelle que la forte adhésion au respect des gestes barrière (port du masque, distanciation sociale, aération des lieux de vie, hygiène des mains, …) doit être maintenue.

 “Plus le mensonge est gros, plus il passe.”

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

34 Shares:
11 commentaires
  1. Qu’attend la HAS pour établir un barème d’indemnités pour les victimes d’effets secondaires invalidants suite à la campagne massive d’injections? Car être pro-vaxx soi disant pour le bien public, est une mission militante dangereuse, même si elle se révèle inefficace. Le gouvernement solidaire a le devoir d’indemniser les victimes et de créer une ligne budgétaire pour ce faire.

  2. il y a un problème lié aux rappels dont personne ne parle : dans les vaccins ARNm, l’ARNm est encapsulé dans des nanoparticules lipidiques, or celles-ci sont difficilement éliminées par le corps et elles fragilisent les reins et le foie, d’ailleurs les personnes ayant des pathologies hépatiques ne devraient pas recevoir de médicaments utilisant des nanoparticules lipidiques. dans les essais que Moderna a fait pendant des années dans sa recherche de sérum utilisant l’ARNm dans le cadre du cancer, la question de l’élimination des nanoparticules lipidiques et de leur toxicité a toujours été un problème. et là on administre à quelques semaines d’écart des injections pleines de ces nanoparticules lipidiques, qui s’accumulent donc tranquillement.

    1. C’est le moindre des problèmes, cherchez : chimiste mort andreas, et vous tomberez sur divers articles comportant tous la même vidéo de cet ingénieur chimiste allemand (en allemand sous-titré français), le seul expert européen de l’oxyde de graphène, assassiné pour avoir dit la vérité sur le web (on vire les enfants de la pièce).

  3. Très bien, je dirais même excellent, parce que quand ces gamins vont commencer à tomber comme des mouches, les yeux vont _vraiment_ s’ouvrir et la colère des familles monter plus vite que la lumière. Je serai un politocard (de tout bord, hein, parce que pas plus qu’une toute petite poignée d’entre-eux nous a défendu, je pense même qu’on peut allègrement les compter sur les doigts des deux mains), je commencerai à raser les murs, histoire de m’habituer…

    1. Vous plaisantez ? Quand des enfants ou plus âgés vont tomber “comme des mouches,” mais… ce sera la faute des non vaccinés ! Bon, aux USA apparemment, les médecins sont dans le déni que toutes ces morts suspectes pourraient être liées aux vaccins. C’est la carotte (pots-de-vins) ou le bâton (perte de sa licence d’exercer). Donc ici aussi, les morts seront mystérieuses et attribuée à une explication mensongère.

      1. Vous négligez un facteur d’importance, mêmes les plus obtus commencent à s’apercevoir de l’escroquerie dont ils sont victimes (et des escroqueries gouvernementales en général) – pensez aux 400,000 qui, après deux injections, ont dit non à la troisième (et encore, parce ça, c’est le chiffre officiel…), et pensez que si la propagande vous serine à longueur de journée que 90 % des citoyens ont été piqués, c’est que la réalité est plus certainement aux alentours de 65-70 % – or il n’y a rien de plus dangereux que des gens qui s’aperçoivent qu’ils se sont fait manœuvrer et qui en sus perdent un proche à cause des mêmes criminels.

          1. Je sais que pour l’instant ça vous paraît beaucoup trop graduel, mais c’est surtout dû à votre impatience, car comme toujours, le temps ne respectera que les choses pour lesquelles on a pris le temps – mais il n’y a pas que ça…
             
            Réfléchissez, les fachoclowns nous serinent à longueur de journée que 90 % de la population est piquée, mais les fuites nous apprennent que ~36.5 % ne le sont nullement, ils nous martèlent également les oreilles avec les 400,000 piqués leur ayant fait un bras d’honneur pour la troisième injection, pensez-vous réellement que ce chiffre soit le bon ou bien ne serait-il pas plutôt 3, voire 4 fois plus élevé, sinon pourquoi tant de précipitation !?
             
            Ce dont vous devez également vous rendre compte, c’est qu’en plus de la (faible) dimension physique de tout ce cirque, il y a également une (énorme) dimension spirituelle, or il serait impossible de changer le paradigme terrien dans le bon sens si la majeure partie des gens n’ouvrait pas les nœnœils pour y adhérer, et le temps pressant (pour notre évolution), rien de mieux que la souffrance qui, une fois ses sources comprises mais non-acceptées, engendre le rejet, qui engendre le “plus jamais ça”, qui engendrera une nouvelle société dans laquelle nous serons définitivement débarrassés des politocards, du moins sous leur forme actuelle.

  4. Ben oui forcément ça panique la haut! surtout qu’il y a une forte présomption que les vaccinés soient tracés! en effet beaucoup de vaccinés (pas tous il y aurait une petite proportion qui y échapperait) émettent un code alphanumérique (ADRESSE MAC) qui s’affiche sur les smartphones!
    donc, vite, vite il faut urgemment suivre, tracer surveiller tous les mougeons et les subversifs pour les empêcher de les nuire à ces zélites/parasites!
    SOURCES:
    https://changera2.blogspot.com/2021/12/les-vaxxins-agrees-contiennent-une-puce.html
    https://www.jeuxvideo.com/forums/42-51-68258975-12-0-1-0-testons-ensemble-notre-emetteur-bluetooth.htm

    1. Relions cela à d’autres faits afin d’en faire un début de synthèse :
       
      * il y a ce que vous dites, vérifié par Me C.Brusa, qui missionné un huissier pour que les constatations en soient indéniables,
       
      * il y a les politocards Canados, qui ont illégalement traqué tous les mouvements de leurs citoyens par le biais de leurs mobiles, évidemment “toujours pour leur bien”,
       
      * il y a le fait que les applis de QR code servent aussi à enregistrer les rencontres (toujours pour votre bien), afin de pouvoir vous prévenir si vous-avez rencontré un cas contact ou un contaminé, et qui le font grâce au Bluetooth,
       
      mettez le tout dans le shaker, secouez bien, et vous voyez que tout s’emboîte farpaitement :
       
      * le Bluetooth permet de savoir qui vous-avez rencontré (si c’est plus de 5′, alors il y a 95 % de chances que ça soit une connaissance ou plus),
       
      * les applis vous jurent leurs grands dieux que ça n’est pas exploité directement, sauf en cas de contamination, mais elles ne vous disent strictement rien de la communication qui, tant qu’elle ne sort pas du mobile, n’est pas chiffrée,
       
      * le Bluetooth est très facilement couplable avec la section radio des mobiles,
       
      * les antennes des balises ne sont pas que des antennes, car il y a de plus en plus de hardware derrière (et pas que pour gérer des communications les lus rapides possibles par la fibre)…
       
      Vous commencez à voir le rapport !? ;-p)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer