Bientôt une 3e dose pour les adolescents américains

Dans une interview à CNN, la directrice des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) a annoncé mercredi que l’administration d’une troisième dose du vaccin Covid-19 pour les enfants américains de 12 à 15 ans pourrait être approuvée bientôt.

En attente de la décision de la FDA

Début mai 2021, l’Agence américaine du médicament, la FDA, a autorisé la vaccination chez les adolescents de 12 à 15 ans. Récemment, sur CNN, la directrice des CDC, Rochelle Walenksy a évoqué l’approbation d’une troisième dose du vaccin pour les enfants de 12 à 15 ans. Elle a indiqué que ce booster pourrait avoir lieu dans les jours ou les semaines à venir.

Elle a aussi annoncé que la FDA (Food and Drug Administration) est en train d’étudier cette éventualité. En revanche, elle n’a pas apporté de précision concernant le type de vaccin à administrer aux enfants de cette classe d’âge.

A priori, le seul fabricant à avoir déposé une demande d’approbation pour une injection de rappel chez les enfants de 12 à 15 ans est l’alliance Pfizer/BioNTech. Cependant, on ignore encore si l’alliance a officiellement demandé l’approbation de la FDA pour un rappel chez les adolescents. Ni les représentants du laboratoire pharmaceutique ni la  FDA ne se sont exprimés sur le sujet.

Omicron prétexte à la dose de rappel

Selon les autorités américaines, la vaccination est le seul moyen de défense face aux maladies graves et décès liés au nouveau variant Omicron. L’approbation de cette nouvelle dose de rappel pour les enfants de 12 à 15 ans serait donc nécessaire

Notons que les autorités sanitaires américaines ont autorisé la vaccination des enfants de 5 à 12 ans. La troisième dose de rappel pour les enfants de 16 et 17 ans et les adultes est aussi approuvée. Quant aux enfants de moins de 5 ans, aucun vaccin n’est encore approuvé pour eux selon Mme Walensky.

D’après un article du site CNBC, les cas d’inflammation cardiaque chez les 16-24 ans sont «plus élevés que prévu» après la deuxième injection de Pfizer ou de Moderna. La revue médicale de référence,  New England Journal of Medicine a publié une analyse rapportant un taux conséquent d’apparitions de myocardite chez les hommes de 16 à 29 ans suite à la vaccination en Israël.

Début décembre, le ministère japonais de la Santé mettait en garde sur les effets secondaires des vaccins Pfizer et Moderna chez les adolescents et les jeunes individus de sexe masculin. Certains d’entre eux ont en effet développé de sérieux troubles cardiaques.

Malgré ces différentes études et ces risques d’effets secondaires, l’administration Biden s’entête à maintenir le schéma initial. Celui d’une vaccination équoi qu’il en coûte” à la santé des vaccinés.

About Post Author

38 Shares:
2 commentaires
  1. L’Espagne et Israël préfèrent à contrario laisser passer la vague omicron non tueuse et suspendent la dose de rappel’ : ils ont découvert l’immunité de groupe! Dommage qu’une grande proportion de leur population respective ait une immunité probablement au sol après les injections 1,2,…3 !

    1. Et ils ont raison, car les constatations de terrain comme les dernières études, notamment l’anglaise, indiquent que si le mutant O’Micron a plus a voir avec un gros rhume, il offre par contre une immunité qui semble bien plus étendue que les autres, d’où la panique à bord du Titanique français des poliotiques 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer