Médecine par les plantes : fabriquez votre propre teinture-mère

PUBLIE PAR COSMICO – Au cœur du métier des herboristes, homéopathes et phytothérapeutes, la teinture-mère est le remède naturel par excellence. Vous pouvez en fabriquer vous-mêmes.

Cette solution hydro-alcoolique vendue en pharmacie et boutiques spécialisées constitue la base de la médecine par les plantes. Elle renferme en effet le principe actif d’une partie ou de la totalité de la matière végétale médicinale. Quelques étapes et une poignée de patience suffisent pour fabriquer cet élixir qui permettra de soigner les maux du quotidien et de prévenir, voire, guérir certaines maladies.

La teinture-mère en quelques lignes

Une teinture-mère est un concentré en liquide d’une plante généralement médicinale qui est utilisée dans la plupart des médicaments homéopathiques, dans la phytothérapie et l’herboristerie. Elle est obtenue par macération des plantes dans de l’alcool. Elle offre l’avantage de ne garder que le principe actif du végétal, écartant ainsi les composants subtils et éventuellement nocifs.

On peut extraire la teinture-mère d’une plante fraîche ou séchée, toute entière ou bien seulement celle de sa racine ou de sa résine, tout dépend des objectifs thérapeutiques. Cet extrait sous une forme soluble permet de mieux conserver les principes actifs, même les plus volatils. Toutefois, les ingrédients volatils sont généralement supprimés et les éléments actifs sont à moindre quantité quand il s’agit d’une plante séchée. Préparer soi-même cette solution permet de faire beaucoup d’économies comparé à l’achat en pharmacie ou en boutique spécialisée.

Comment utiliser une teinture-mère ?

L’usage de chaque extrait de plante dépend de ses vertus médicinales et de l’objectif thérapeutique. La prescription par un professionnel est toujours recommandée, mais de plus en plus de Français se basent maintenant sur des livres de phytothérapie ou d’herboristerie. La préparation suit de toute façon des étapes bien claires avec des outils et appareils de mesure bien précis.

Pour ingérer la teinture-mère, il suffit de la diluer dans de l’eau, une tisane ou bien, un jus de fruit pour celles qui ont un goût amer par exemple. Elle peut également être utilisée pour traiter une plaie à l’aide d’une compresse ou bien en gargarisme. La posologie dépend des caractéristiques de la plante et des maux à traiter. Cela correspond généralement à 30 à 50 gouttes par verre d’eau, à consommer 3 fois par jour.

L’idéal est toujours de suivre la prescription de la recette ou bien demander l’avis d’un professionnel : homéopathe, naturopathe, phytothérapeute, pharmacien, etc. Voici quelques exemples d’usage de la  teinture-mère de quelques plantes :

  • viscum album pour prévenir l’hypertension ;
  • propolis pour traiter les maladies infectieuses ;
  • valériane (Valeriana officinalis) contre l’insomnie ;
  • camomille sauvage (Matricaria chamomilla) en cas de règles douloureuses ;
  • pissenlit (Taraxacum officinale) contre la constipation et les troubles digestifs…

Préparation de la teinture-mère en quelques étapes

Pour fabriquer une teinture-mère à la traditionnelle, vous avez besoin de plantes fraîches ou séchées et de l’alcool blanc fort (40 à 50°). Une vodka fait bien l’affaire, mais certains préfèrent aussi l’alcool de qualité pharmaceutique, du vinaigre ou de la glycérine végétale. Il vous faut ensuite un bocal en verre et un flacon en verre teintée stérilisés, une passoire, un entonnoir, une balance… bref, quelques ustensiles de cuisine. Voici les étapes à suivre :

  • Lavez soigneusement les plantes, puis, laissez-les reposer un peu pour enlever les restes d’humidité ;
  • Pesez-les en comptant 100g pour une dilution dans 500ml d’alcool (50g pour 500ml pour les plantes séchées) ;
  • Ciselez les plantes et écrasez les parties les plus dures dans un mortier ;
  • Mettez le tout dans un bocal en verre, versez l’alcool, puis, remuez vigoureusement ;
  • Fermez le contenant de façon bien hermétique et laissez reposer votre préparation pendant 3 semaines dans un endroit à l’abri de la lumière et de l’humidité ;
  • Après cette période de macération, récupérez la teinture-mère en utilisant une passoire et un bout de mousseline pour extraire le liquide. Veillez à bien presser les plantes et à essorer la mousseline pour extraire le maximum de liquide ;
  • Versez enfin la teinture-mère dans un flacon et étiquetez-le avant de le conserver, toujours dans un endroit sec et à l’abri de la lumière.

Vous pouvez le conserver plusieurs années si vous avez utilisé de l’alcool, 3 ans environ si vous avez opté pour la glycérine et au moins un an pour un extrait à base de vinaigre.

Source : Cosmico

37 Shares:
2 commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer