Crédit social à la chinoise : le danger est réel

Par Jean-Frédéric Poisson, Président de VIA | la voie du peuple – Pour une grande partie des médias classiques, l’idée que le passe vaccinal puisse se transformer en système de crédit à points en fonction du comportement des citoyens est considérée comme une théorie complotiste. Pourtant, cette possibilité de dérive inquiète un grand nombre de Français. En témoigne d’ailleurs la question essentielle proposée aux visiteurs sur le site du parti VIA | la voie du peuple à propos de cette question .


Loin d’être une simple théorie « complotiste », le crédit social a été mis en place en Chine avec le concours de géants de l’e-commerce et du paiement mobile, notamment Ant Financial Services Group, filiale du groupe chinois Alibaba, associé du gouvernement chinois. Il s’agit d’un système de notation qui attribue un certain nombre de points et de droits aux citoyens en fonction de leur conformité à l’idéologie de Pékin et à la conception que le parti communiste se fait de la bonne citoyenneté.

La mise en place d’un crédit social à la chinoise présente un véritable risque pour notre culture occidentale. En effet, dans des sociétés où les foules se multiplient au cœur de nos métropoles, l’émergence de technologies de surveillance et de maîtrise de l’information par les GAFAM a donné aux États la possibilité de mettre en place des systèmes de contrôle de masses à l’instar de la Chine. Nos sociétés occidentales ont été, pour le moment, relativement épargné grâce aux digues que plusieurs siècles de protection des libertés ont imposées à nos lois depuis l’époque de Périclès. Désormais, par la conjonction de plusieurs facteurs, cet héritage est mis en péril et nos libertés sont progressivement bafouées, nous menant lentement vers ce fameux « crédit social » à la chinoise. La maîtrise des technologies de surveillance et des réseaux sociaux par des structures étatiques ou supra-étatiques constamment en quête de contrôle, menace notre art de vivre à la française. Notre histoire, nos mœurs, nos arts en témoignent : nous n’avons jamais été une société prônant la restriction des libertés fondamentales, car nos ancêtres savaient consciemment ou inconsciemment que de trop fortes contraintes bafouaient la dignité, étouffaient les initiatives, contrariaient la créativité et l’épanouissement de notre civilisation. La mise en place d’un système du crédit social en Europe serait donc une véritable rupture de civilisation ; rupture rendue possible, en France, par l’abdication progressive de tous les contre-pouvoirs de l’État : Assemblée nationale, Sénat, Conseil Constitutionnel …

Certains prétendent que ce système de crédit social n’est pas possible. Que ce n’est qu’une « utopie » irréalisable. Pourtant nombreux sont les politiques à croire ces « utopies » viables et bénéfiques pour nos sociétés. Déjà, le créateur du crédit social, Lin Junyue, aimerait exporter ce modèle « à des pays capitalistes », estimant que la France n’aurait jamais eu à affronter la révolte des Gilets jaunes si ce système avait été institué à l’époque[1]. Le passe vaccinal ayant par ailleurs créé un précédent, il sera désormais possible de l’étendre à d’autres champs que la santé pour catégoriser les citoyens en fonction de leur comportement à l’égard du pouvoir politique, du climat, de ses opinions religieuses, politiques ou syndicales. Enfin, de nombreuses dispositions mises en place progressivement en France ces dernières années[2] (contrôle des réseaux sociaux, reconnaissance faciale, expérimentations sur des cobayes consentants) indiquent la direction menaçante que prennent nos sociétés modernes. À cet égard, souvenons-nous de ce qu’écrivait le philosophe Nicolas Berdiaev à propos du Meilleur des mondes d’Aldous Huxley : « Les utopies apparaissent comme bien plus réalisables qu’on ne le croyait autrefois. Et nous nous trouvons actuellement devant une question bien autrement angoissante : comment éviter leur réalisation définitive ? Les utopies sont réalisables. La vie marche vers les utopies. Et peut-être un siècle nouveau commence-t-il, un siècle où les intellectuels et la classe cultivée rêveront aux moyens d’éviter les utopies et de retourner à une société non utopique moins « parfaite » et plus libre. »


[1] « La Chine veut noter tous ses habitants et installe 600 millions de caméras », Radio Télévision Suisse, le 18/11/2021.

[2] « Le système de ‘crédit social’ testé en Chine ‘existe déjà en France’, selon ce chercheur en intelligence artificielle », France Info, le 10/10/2019.

302 Shares:
5 commentaires
  1. L’impôt progressif sur le revenu est un crédit social : il s’agit de punir celui qui gagne “trop” aux yeux de ceux qui veulent les spolier.

    Les lois pornomémorielles sont aussi un crédit social.

    En fait, l’eugénisme social est un crédit social.

  2. J’aime bien le :” nous menant lentement vers un crédit social… ” on doit pas avoir la même notion et perception du temps l’auteur et moi!…il y en a qui vont prendre ça au pied de la lettre:” ooooh ben ça va on a encore le temps d’ici là que ça arrive…” limite irresponsable le propos…

  3. Le mot “progressivement” revient plusieurs fois dans ce texte.
    Je trouve que la progression est extrêmement rapide depuis deux ans, et cette rapidité ajoutée à l’homogénéité mondiale (au moins occidentale et asiatique) ne peut découler que d’une planification.
    Planification dont il est relativement facile de trouver les traces.
    Ce sont les comploteurs qui traitent ceux qui les démasquent de complotistes!
    Nous sommes dans la mise en place d’une utopie, vieille comme le monde: la tour de Babel. On sait comment ça se termine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer