Discrètement, le coup d’Etat de l’UE contre notre souveraineté sanitaire continue

Pendant que les écrans de fumée se multiplient dans une France en campagne présidentielle... et qui préside l'Union pour six mois, la souveraineté sanitaire des Etats membres continue à être transféré discrètement vers une Union Européenne désormais motrice et garante du Great Reset sur le continent. Jamais la rupture n'a été aussi large entre la construction multilatérale qui se présente comme la plateforme des libertés et les aspirations quotidiennes des peuples qui la composent.

Et pendant les délires macroniens sur le passe vaccinal, le coup d’Etat de l’UE continue ! Notre souveraineté sanitaire se réduit chaque jour comme peau de chagrin, à mesure que le bidule bruxellois grignote des prérogatives nouvelles sans qu’une révision des traités n’ait autorisé ce glissement progressif vers le cauchemar.

La Commission réserve le tourisme aux vaccinés

Personne ne l’a vraiment relevé en France, mais le Conseil européen a pris une position cette semaine qui change considérablement la face du marché unique auquel nous appartenons. 

On se souvient que, jusqu’ici, le marché unique était fondé sur la libre circulation des personnes. C’est même le principe de l’espace Schengen.

Depuis cette semaine, une exception de taille est introduite dans ce principe, sans qu’aucune autorité n’en ait référé aux citoyens : seuls les vaccinés pourront voyager au sein de l’Union.

C’est le sens de la “recommandation” adoptée par le Conseil européen, recommandation sur le statut juridique de laquelle nous nous interrogeons. 

On retiendra ces informations publiques données par un Conseil qui n’a reçu aucun écho en France :

En vertu de la nouvelle recommandation, les mesures liées à la COVID-19 devraient être appliquées en fonction du statut sanitaire de la personne plutôt que de la situation épidémiologique au niveau régional, à l’exception des zones où le virus circule à des niveaux très élevés (zones rouges foncées). Cela signifie que le facteur déterminant devrait être le certificat COVID numérique de l’UE du voyageur.

Autrement dit, les restrictions à la liberté de circuler ne tiendront (ou ne devraient) plus (tenir) compte du risque que le voyageur soit ou non infecté, mais du fait qu’il soit vacciné ou non. 

C’est le même délire qu’en France : un vacciné contagieux est moins dangereux qu’un non-vacciné non contagieux. 

Le discret renforcement du pouvoir de l’Agence Européenne du Médicament

Le même jour, tout aussi discrètement, le Conseil adoptait une autre mesure d’importance : le renforcement des pouvoirs de l’Agence Européenne du Médicament (EMA) au détriment des compétences nationales, c’est-à-dire de notre souveraineté. 

Les nouvelles règles permettront à l’Agence d’atténuer et de surveiller de près les pénuries de médicaments et de dispositifs médicaux lors d’événements majeurs ou d’urgences de santé publique et de faciliter l’approbation plus rapide des médicaments susceptibles de traiter ou de prévenir une maladie provoquant une crise de santé publique. L’adoption d’un mandat renforcé pour l’EMA fait partie du train de mesures relatif à l’union européenne de la santé proposé par la Commission en novembre 2020.

Accélérer l’approbation de nouveaux médicaments… ou de nouveaux vaccins, bien entendu, voilà qui paraît indispensable… pour continuer à faire tourner la machine à cash qui a permis à BlackRock, Vanguard, et quelques autres, de rémunérer leurs clients grâce à l’argent public, au nom de la santé et de la protection, bien entendu. 

Personne n’a jugé utile de donner le moindre écho à ce nouveau règlement, qui est donc d’application directe. 

Concrètement, il signifie qu’aucun Etat-membre n’aura la faculté de s’opposer à une décision de l’Agence prise à la va-vite. 

Le président Michel fait-il pression sur l’Autriche pour rétablir la vaccination obligatoire ?

Hier soir, Charles Michel, le fils d’un ancien commissaire européen (Louis Michel), a rendu une petite visite au chancelier autrichien Karl Nehammer, dont nous avons raconté la curieuse ascension au pouvoir

On sait que Nehammer, dès son arrivée au pouvoir, a pris une position très Great Reset compatible en annonçant la mise en place de la vaccination obligatoire et des mesures très dures contre les non-vaccinés. Mais on sait aussi que l’Autriche vient d’abandonner le confinement des non-vaccinés

L’Autriche s’apprête-t-elle à renoncer à la vaccination obligatoire ? Nehammer a-t-il l’intention de suivre le mouvement initié par le Danemark, qui renonce au passe vaccinal ?

Toujours est-il que Charles Michel s’est senti obligé de faire cette étrange déclaration devant la presse à l’issue de sa rencontre avec Nehammer :

Premier élément, nous faisons face depuis maintenant près de deux ans à cette crise du COVID qui nous ébranle, qui ébranle le monde. L’Union européenne, quelques semaines après le déclenchement de la crise, a eu la capacité, au travers d’une volonté commune, de coopérer pour mobiliser des moyens sans précédent afin d’investir dans la vaccination et de soutenir toutes les dispositions et tous les dispositifs nous permettant de progressivement faire reculer cette menace. Nous souhaitons continuer à coopérer, à coordonner nos efforts pour réussir progressivement à sortir de cette crise qui a restreint les libertés. Les libertés sont au cœur de ce projet européen et je peux vous dire, pour avoir participé, avec l’ensemble des collègues, à l’ensemble des Conseils européens, que la volonté farouche des leaders européens est bien de restituer au plus vite les libertés fondamentales au peuple européen et aux citoyens européens. C’est dans cet esprit que nous agissons pour faire reculer cette menace du COVID.

En langage diplomatique, Charles Michel vient de dire que la liberté, c’est bien beau, mais la coopération européenne, ça passe avant. Et qu’au titre de la coopération européenne, il n’était pas question que l’Autriche se désolidarise du Great Reset sanitaire piloté par la Commission, fondé sur la vaccination obligatoire. 

Quand l’Union devient autoritaire

Souvent, il a été dit et répété que l’Union Européenne n’avait pas de poids politique et qu’elle était trop faible. 

Dans les relations internationales, il est un fait qu’elle l’est, du fait de sa satellisation par les Etats-Unis. 

Dans ses relations avec ses membres, en revanche, elle réalise sa mue, jour après jour. Elle s’affirme sans complexe comme une instance technocratique qui ligote et bâillonne ses composantes. 

La crise du COVID est un tournant dans l’histoire de l’Union, car elle est le moment où cette instance supranationale dévoile son intention de grand-remplacer les Etats-nations

Moi aussi, j'objecte conscience

Rejoignez le rang des objecteurs de conscience. Agissez concrètement pour la résistance. Montez de la mine, descendez des collines ! Le moment est venu.
1K Shares:
13 commentaires
  1. Il y a 2 ans je pensais que l’intérêt de sortir de l’U.E. était difficilement défendable tant cela aurait provoqué des situations tellement catastrophiques que le jeu n’en valait pas la chandelle . La crise covid et son instrumentalisation qui a mis en lumière la corruption endémique de ce bousin mal ficelé, les déclarations récentes de VdL et cette agression des peuples qui ne veulent plus des salopards de la C.E. et le grignotage incessant des prérogatives nationales, la destruction des économies locales par l’instauration des brimades injustifiées pour un virus relativement peu dangereux, les déséquilibres économiques dus à la planche à billets sans contrepartie de création de richesses, les taux d’intérêts totalement déconnectés de la réalité créant des niches de richesse fictives et toutes les autres joyeusetés qui accompagnent ces manipulations de la monnaies m’obligent aujourd’hui à revoir ma copie . Cette Europe là ne peut pas avoir d’avenir acceptable pour les peuples, nous devons absolument en sortir et faire le ménage avant que cela devienne impossible et que la situation dégénère réellement . Le progressisme n’est que le nouveau faux nez du socialisme et des dérives qui ne peuvent que l’accompagner . De toute évidence la balance bénéfice/risque est en train de s’inverser et le choix devient parfaitement clair, sortir et en baver pendant quelques années avec l’espoir de reconstruire un avenir pour les générations futures ou ne pas sortir et attendre l’effondrement qui sera suivi par une situation ingérable menant à la violence de chacun contre tous . Pour ma part le choix est vite fait et ne laisse plus aucune place au doute .

    1. Et ben comme quoi si il faut avoir le nez dans la merde pour commencer à sentir les odeurs! tout n’est pas perdu! …
      Perso l’ue ça fait plus de 15 ans que je me suis rendu compte que c’était une impasse, un foutage de gueule ..et encore à l’époque j’avais trouvé avoir mis du temps à m’en rendre compte.. c’est dire!

      1. Si vous avez du mal à comprendre ce que l’on écrit, essayez de suivre avec le doigt, ça aide quand on manque un peu de neurone et ça évite de se ridiculiser . A aucun moment je n’ai exprimé d’opinion sur l’UE, j’ai simplement dis qu’en sortir n’était pas viable et aurait pu avoir des conséquences grave (à cause de l’euro et de notre surendettement provoqué par 50 ans de socialisme) . Aujourd’hui la situation est totalement différente et le problème ne se pose plus, les coûts se sont inversés .

  2. J’en peux plus de tant de conneries infames et criminelles ! C’est quoi cette Union Européenne ? Union : de qui ? Un beau projet quand il a été proposé puis crée, et maintenant, un délabrement des consciences et de l’humanité.
    Je ne veux plus faire partie de cette union européenne, je veux seulement etre un habitant du monde

    1. L’UE est le lieu de l’enfumage, autrement nommé “en même temps”: on c’est chante la liberté sur tous les tond, tout en la détruisant.
      Ce qui est certain, c’est que les prédateurs, eux, sont parfaitement libres.

  3. Je suis allé sur le site UE et ma lecture a failli me rendre aveugle! Figurez vous que l’agence européenne du médicament parle de médicaments et de traitements sûrs et efficaces en plus… des vaccins!
    Du coup je leur ai écrit:
    Bonjour,
    Sur le document suivant: https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/ip_22_543

    j’ai eu la surprise de lire les deux citations suivantes, l’une de Margaritis Schinas: “Au cours des deux dernières années, l’Agence européenne des médicaments a joué un rôle clé dans la réaction de l’UE à la pandémie de COVID-19, notamment en conseillant, en évaluant et en autorisant les vaccins et les médicaments destinés à prévenir et à traiter la COVID-19.”

    et l’autre de Stella Kyriakides “L’Agence européenne des médicaments est un régulateur de renommée mondiale qui a été à l’avant-garde des travaux de l’UE visant à faire en sorte que des vaccins et des traitements sûrs et efficaces puissent atteindre nos citoyens pendant la pandémie de COVID-19.”

    Je vous remercie de bien vouloir m’informer de la liste des médicaments et traitements sûrs et efficaces autorisés par l’Agence européenne des médicaments et ayant atteint les citoyens.

    C’est très urgent car il me faut informer le gouvernement français de ces traitements; en effet notre gouvernement ne semble pas au courant de l’existence de ces produits puisqu’il n’en n’a fait aucune promotion ni utilisation quelconque.

    Vous comprendrez qu’en tant que citoyen du pays recordman du monde 2021 des contaminations covid je puisse insister lourdement sur l’importance de votre réponse la plus brève.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer