Cette dette imprescriptible que la résistance a envers les soignants suspendus

Les soignants suspendus sont les grands oubliés de la résistance contre le passe vaccinal. Beaucoup vivent des moments difficiles, faute de pouvoir mener une reconversion satisfaisante. Personne ne s'intéresse à leur sort, à commencer par les syndicats dont c'était pourtant la vocation. La gauche les ignore et les méprise. Et pourtant, s'ils restent encore un zeste de liberté dans ce pays, nous le leur devons. Je ne suis pas sûr que tous les bien-nés qui pérorent aujourd'hui sur la fin du passe vaccinal se souviennent clairement de la dette que nous avons contractée ce jour-là vis-à-vis de ces premiers de corvée passés à la trappe.

Ci-dessus, j’ai posté la photo de Gabriel Attal, qui me semble la parfaite tête à claque du système : élevé au grain à l’Ecole Alsacienne, l’une des écoles les plus bourgeoises de Paris, le porte-parole du gouvernement, qui ne cache pas son concubinage avec un proche de Macron, semble ne reculer devant rien pour défendre sa caste et son portefeuille.

Il est pour moi un symbole de la violence en col blanc que la caste mondialisée exerce sur nous, la société civile, pour nous enrégimenter et pour nous faire les poches au nom de notre protection. 

 “Obéissez et vous serez heureux”, qu’ils nous disent tous. 

Et si tu n’obéis pas, tu rétrogrades dans la catégorie bannie, damnée, des complotistes qui ne méritent plus de vivre. 

Moi qui suis fils d’ouvrier, qui ai vu mon père, maçon, mourir après un accident de chantier quand je n’avais pas trois ans (mais je revois encore les murs blancs de la salle d’attente où l’angoisse m’a étranglé à jamais avant de voir son corps rétréci de vingt centimètres), quand je vois ce gamin bien né de trente ans, propre sur lui, m’expliquer que je suis un irresponsable parce que je ne me suis pas vacciné, je n’ai même pas envie de vomir. J’ai presque envie de le remercier : quand on a seulement connu les beaux quartiers de Paris, on rend un fier service au peuple, on lui ouvre les yeux, en tenant de tels discours grotesques. 

Le pouvoir macronien est une caricature qui se prend au sérieux. 

Attal en est une sorte de champion, si doué qu’il ne s’en rend même pas compte. 

Les soignants suspendus, ceux qui nous ont sauvés

Bref, si vous voulez ma conviction profonde, je ne sais pas exactement combien de membres du gouvernement ont osé se vacciner. Attal, par exemple, j’en suis pas bien sûr. Mais au fond, ce n’est pas le problème. 

Le problème, c’est que des blancs becs comme Attal sont venus nous donner des leçons de morale et de responsabilité collective, nous qui avons payé le prix de l’effort durant toute notre vie, simplement parce que quelqu’un leur a dit qu’ils seraient récompensés s’ils obéissaient à des ordres infames et infamants (c’est-dire qu’Attal sera toute sa vie celui qui s’est illustré par son obéissance aveugle à un ordre inacceptable, et que sa carrière politique est, tu peux me croire Gabriel, finie). 

Et l’autre problème, c’est que ces petits cons qui sont nés avec une cuillère d’argent dans la bouche ont causé un dommage irréparable à nos libertés à cause de leur arrivisme cupide. 

Si les soignants les avaient laissés faire, nous serions aujourd’hui tous vaccinés. 

Heureusement, il y a des (plus ou moins) grandes gueules qui ont dit non. 

Je pense tout particulièrement à ceux qui, à partir du 12 juillet à 20h30, lorsque le nabot qui se croit un Grand Timonier, a rendu public son projet d’instaurer la vaccination obligatoire dans les hôpitaux, ont dit non en leur âme et conscience. Beaucoup de soignants non-vaccinés étaient fatigués de leur année passée au front. Ils rêvaient de prendre des vacances, et patatras, la machine à broyer leur a dit qu’ils ne pourraient les prendre sereinement que s’ils acceptaient la piqûre dont ils ne voulaient pas. 

J’ai reçu tant de mails de gens angoissés, qui tiraient le diable par la queue et qui ne voulaient pas être injectés. Il y avait énormément de femmes, des infirmières, des aides-soignantes, des agents hospitaliers, mais aussi tout une armée de fonctionnaires territoriaux en tous genres, des mères de famille avec un crédit sur le dos et des fins de mois difficiles, des précaires, des incertains.

Dans le mois d’août morose et apeuré que j’ai vécu, je garde intact le souvenir de ces paroles parfois malhabiles, de ces voix qui se sont élevées dans la nuit de notre démocratie, et qui ont déchiré l’obscurantisme macronien d’un cri simple, limpide : ils ne voulaient pas obéir. 

Je ne sais pas vous, mais moi, ça m’a fait chaud au coeur de me dire que, dans le peuple français, il y avait une myriade de gens inconnus, d’anonymes, qui étaient des héros. 

J’aurais été un soignant, une sage-femme, un aide-soignant, une infirmière, à compter le sou à la fin du mois pour acheter un oeuf, je ne sais pas bien ce que j’aurais fait à leur place. 

En fait, je suis à peu près sûr que j’aurais craqué. Je me connais, je n’aurais pas accepté d’être piqué (parce que ça, c’est vraiment aussi violent qu’une consultation chez mon généraliste quand j’ai une crise hémorroïdaire). Mais j’aurais triché, et j’aurais peut-être payé 400 ou 500 euros pour faire vacciner le coussin. 

Je suis convaincu que plein de ministres ont d’ailleurs fait ça, mais c’est une autre histoire. 

Bref, quand l’obligation vaccinale est arrivée, c’est l’Apocalypse, le grand dévoilement métaphysique qui est survenu. 

Des gens qu’on croit preux comme Attal se sont révélés de gros lâches sans honneur. Et des gens sortis de nulle part, des “rien” comme dit Macron quand il traverse une gare, sont devenus les sauveurs de la nation, de la liberté, des gens debout qu’on respect.

Et je sais que je n’en aurais probablement pas fait partie, mais eux oui. Et quand ils m’écrivaient, ils ne demandaient rien d’autre que leurs droits. 

Je sais bien qu’au même moment, les petits cons qui colonisent les cabinets ministériels de la macronie ont exsudé leur mépris pour ceux qui les nourrissent, en répétant en boucle que les Français étaient des veaux prêts à vendre père et mère pour prendre des verres en terrasse. 

Le constat n’est pas faux si l’on parle de tous les bourgeois que les macroniens fréquentent (mais j’en connais aussi à la rédaction du Figaro), qui sont autant de vendus sans foi ni loi. Mais moi, j’atteste qu’il existe une autre France, où se mélangent allègrement des gauchistes, des fachos, des Arabes, des blacks, des cathos, des musulmans, qui ont dit non. 

Et je leur tire mon chapeau. Que la Nation leur rende grâce pour les siècles des siècles. 

Ce que le sacrifice des premiers de corvée nous a donné

Sans la résistance méprisée, traînée dans la boue par les médias subventionnés qui se découvrent jour après jour une âme de résistants, je sais pertinemment ce qui serait arrivé. 

Dès le 1er octobre ou le 1er novembre, l’obligation vaccinale aurait été étendue à toute la population. Il suffit de voir avec quel empressement le groupe socialiste au Sénat a déposé une proposition de loi en ce sens pour le comprendre. 

L’arsenal était prêt, et n’attendait que la passivité des Français pour agir. 

Dans les Français, je le répète, je ne mets pas l’étrange tri ethnico-religieux d’un Damien Rieu qui n’a pas eu un mot de compassion sur le sujet. Ce gars qui a commencé sa carrière avec Marine Le Pen et qui compte la poursuivre avec Eric Zemmour est, de mon point de vue, le parangon du mensonge. Il nous donne des leçons de France, mais je suis absolument certain qu’Icham, Sonia, Mehdi, qui ont refusé d’un bloc d’obéir à la vaccination décidée par la caste mondialiste sont infinement plus français que lui, qui n’a pas eu un geste pour résister, pas un clignement d’oeil, pas un mouvement de sourcil. 

Je vous le répète : être Français, c’est-à-dire amoureux réel des libertés, ça ne se proclame pas sur les réseaux sociaux, ça ne se chante pas dans les couloirs des partis politiques, ça se gagne sur le terrain. Et, en la matière, un Damien Rieu est un looser, comme tant d’autres prétendus souverainistes !

Bref, puisque nous parlons de souveraineté française, il faut dire les choses qui dérangent : combien de souverainistes ont réellement payé le prix du refus de cet ordre international, Great Reseté, qui voulait que tout le monde reçût la potion magique par voie orale ?

On pourrait ici égrener la longue liste des lâches qui ont obéi sans broncher après avoir passé toute une vie à annoncer la Révolution contre le grand capital. 

Je pense ici aux gros trous du cul trotskystes de Lutte Ouvière, à ces bourgeois gauchistes bien nés qui m’expliquent depuis des décennies que je suis un traître de classe, et qui ont tous chié dans leur froc commes des mauviettes lorsque Macron a donné le canon pour faire obéir le peuple. Terrez-vous dans votre trou, les gauchos, vous êtes des menteurs et des lâches. 

Je pense aux Antifas qui m’ont écrit que le combat contre les profits de Pfizer sentait le moisi de l’extrême-droite. Tous ces collabos sont des imposteurs, la plupart infiltrés par les services pour condamner par avance toute émancipation sociale. 

Si nous avions dû confier notre avenir à ces diseux, nous serions tous déjà vaccinés et empétrés dans les thromboses, les myorcadites, les AVC et autres drames d’effets secondaires massifs. 

Mais heureusement, il y a, en France, des vraies gens, des vrais résistants. Et eux, je les respecte. 

C’est grâce à eux que le gouvernement n’a pas remporté sa victoire complète avant l’hiver. 

La dette que nous devrons payer

Dans mon enfance d’orphelin, parfois, remplir l’assiette, c’était compliqué. Ceux qui me connaissent savent ce que j’en ai gardé : un appétit pantagruélique, une soif inextinguible, et une difficulté  à comprendre la cupidité. Gagner bien sa vie, oui, mais devenir immensément riche, quel intérêt ?

Quand, cet été, j’ai reçu les mails éplorés de soignants qui ne voulaient pas être vaccinés, dans le silence de leurs phrases, j’ai entendu le petit gargouillement que j’avais, adolescent, quand l’assiette était chiche. Leur peur du lendemain, leur angoisse de ne pas y arriver n’avait pas besoin d’être dite pour que je l’entende. Elle était, elle est encore en moi, ces réveils brutaux dans la nuit, ces spectres de la misère qui hantent les cauchemars, mes amis, vous les avez connus et je ne vous les souhaitais vraiment pas. 

Mais comme tant d’autres, j’en ai profité pour ne pas être vacciné, et je voudrais vous dire merci. 

Je voudrais aussi vous dire que je pense à vous tous les jours. 

Quand je regarde un journal télévisé et que j’y lis la détresse des hôpitaux aujourd’hui, faute de main-d’oeuvre, je voudrais vous dire que votre sacrifice n’est tragiquement pas vain. 

Le système vous a banni sans comprendre qu’il avait besoin de vous pour fonctionner. Il vous a traité comme des chiens. Au fond, vous n’avez rien dit, vous avez pratiqué une belle et silencieuse sécession. Vous êtes partis sans rien dire, vous les avez abandonnés à leur mépris de caste, mais en résistant jusqu’au bout. 

De tout cela, bien entendu, les beaux parleurs de Pascal Praud, de Sonia Mabrouk et de quelques autres ne parlent jamais. 

Je vous tire mon chapeau, parce que votre sacrifice silencieux met aujourd’hui le système à genoux. 

Cette détresse d’un régime honni que nous devons balayer, on ne la doit ni aux manifestations du samedi, ni aux déclamations des éditorialistes. On les doit à vos nuits blanches, à votre ténacité, à vos assiettes moins garnies, à vos macaroni avec moins de beurre, mais à ces mains propres, cette tête haute, cette posture debout de Français dignes que je reçois comme une immense leçon de morale, d’humilité personnelle de courage. 

Peu de gens vous le diront, mais vous avez bien mérité de la patrie. 

Vous méritez réparation, et le moment venu, nous y penserons, croyez-moi.

D’ici là, je reçois humblement les leçons de votre héroïsme, je vous remercie, et je vous admire. 

Moi aussi, j'objecte conscience

Rejoignez le rang des objecteurs de conscience. Agissez concrètement pour la résistance. Montez de la mine, descendez des collines ! Le moment est venu.
393 Shares:
72 commentaires
  1. Bonjour Éric
    Merci pour vos mots rempli d’amour,
    Merci pour votre lucidité,
    Merci pour votre votre engagement,
    Merci pour votre soutien,
    Merci de penser au suspendu et de l’écrire.
    Un jour j’espère vous serez la main..

  2. Merci pour ces mots ça réconforte et ça motive pour continuer le combat.
    C’est dur mais on y arrive.
    Heureusement que j’ai l’Espagne à côté ou je peux partir et me sentir libre dans mon pays d’origine ou peut être un jour je partirai finir mes jours.

  3. Merci pour ce texte, merci pour eux.
    Comment pouvons-nous nous organiser pour les aider matériellement et concrètement ? Pouvons-nous créer une caissd de solidarité, un réseau d’entraide ?

  4. Magnifique ! moi même suspendue depuis septembre, sans ressource, aucune, j’ai raclé les “fonds de tiroirs” mais aujourd’hui je n’ai plus rien ! Je pense qu’ILS vont me prendre ma maison. Famille et belle-famille ont comme par enchantement disparu ! personne ne se soucie de savoir comment l’on vit ! ils ont peur qu’on leur fasse l’aumône sûrement ! Nous sommes donc mon mari et moi, seuls dans notre misère financière et sociale. C’est épouvantablement dur, très dur ! Mais je ne me ferai pas injecter ce poison !
    Ceci étant dit, je vous remercie pour ce texte très réaliste, j’en ai les larmes aux yeux ! Merci.

    1. je vous souhaite beaucoup de courage et de force. navrée de ne pouvoir vous aider. peut-être la cagnotte évoquée dans le message précédent le vôtre pourrait vous aider.
      comme le dit l’article garder les mains propres et la tête haute c’est l’essentiel et vous gardez cet essentiel, vous sauvez votre âme, mais je ne peux que comprendre tout ce que cela vous coûte, d’angoisses et de misères. tenez-bon. j’espère que des amis, des vrais, se manifesteront pour vous soutenir. bravo à vous, vous avez toute mon admiration

  5. Juste merci…ça fait chaud au cœur et humidifie les yeux! Ils n’auront jamais le sourire de nos enfants ces salopards malgré les épreuves.
    Et si on a permis à d’autres de rester debout et de résister à cette folie, alors ça sera pour moi le dernier mais le plus beau de soins que j’aurais administré en 12 ans de carrière….
    Merci encore, et merci de porter notre voix si peu audible.

      1. Je confirme. Cependant il est possible de générer dès à présent une clé qui permette de s’opposer à la création de cet espace immédiatement. Une anticipation massive constituerait alors un message politique. Sans compter que la transmission du code par les caisses d’assurance maladie peut connaître des aléas…

  6. Merci pour cet hommage aux soignants résistants qui ont dit non, ont été fidèles à leurs justes convictions éclairées en dépit des représailles de la suspension d’exercice et de l’abandon des syndicats, ont dépourvu le système officiel de santé par leur sécession subie, ont finalement arrêté par leur opposition le train lancé en juillet de l’obligation pour tous d’être injecté. Mieux que des cheminots mais presque oubliés par la masse, sur ordonnance.

  7. Merci 1000 fois pour ces mots qui font l’effet d’un baume appliqué sur une blessure profonde encore vive d’une suspendue dans l’indifférence générale. Il faut assumer mais besoin d’une réparation ou d’une reconnaissance comme toute victime d’injustice j’attendrai le temps qu’il faut pour taire ma colère.
    Merci encore pour toutes vos actions.

  8. Bonjour Eric,
    Merci pour ce texte salvateur dans l’environnement démagogique actuel. On voit bien comment la caste actuelle empêtrée dans la crise COVID qu’elle a elle-même créée essaie de faire diversion avec la campagne présidentielle et la crise ukrainienne (Vous reprendrez bien une petite guerre !).

    Le prérequis à toute réconciliation nationale et à tout retour à un sentiment d’appartenance devra, pour moi, passer par les étapes suivantes :
    1. La suppression du Pass vaccinal et de toutes les restrictions liberticides,
    2. La réintégration de tous les non vaccinés dans leur fonction ou poste avec indemnisation pour leur préjudice et une reconnaissance nationale à leur combat silencieux,
    3. L’instauration d’une commission d’enquête et de procès publics pour tous les acteurs de la crise (labo, politiques, médecins de plateaux, etc..),
    4. L’interdiction du financement public et de subventions à la presse
    5. La sortie de l’Europe, de l’OTAN et de tous les machins mondialistes pour le retour à une souveraineté réelle.

    Merci pour votre humanité
    Bien amicalement
    David Guggenbuhl

  9. Vous avez l art de décrire
    l outrecuisance de la caste au pouvoir avec humour et parallèlement de parler des “sacrifies” avec beaucoup de justesse et de sensibilité….Merci pour cet hommage historique à nos oublies !

  10. Vous avez l art de décrire
    l outrecuisance de la caste au pouvoir avec humour et parallèlement de parler des “sacrifies” avec beaucoup de justesse et de sensibilité….Merci pour cet hommage historique à nos oublies !

  11. MERCI!!! j’en ai eu les larmes aux yeux, merci de parler de nous. J’étais infirmière, j’ai été suspendue le 16 septembre 21, tout ça s’est fait dans une indifférence générale nous sommes passé de “héros” (mdr) à parias, responsable de l’épidémie, même plus digne d’être citoyenne de mon propre pays. C’est d’une violence….. Aprés 15 ans de pompiers volontaire ces troufions me parlent de citoyenneté mdr… Il faut que les gens sachent que nous n’avons pas droit au chômage puisque “seulement” suspendue sans salaire, que selon les départements certains ont pu toucher le RSA, dans l’Orne toujours rien pour moi aprés 4,5 mois, c’est au bon vouloir du président du conseil départemental , que trouver du travail est compliqué quand sur ton CV tu as des dizaines d’années d’infirmière et que tu postule a l’usine… ça bloque… Personnellement et nous sommes plusieurs dans ce cas nous survivons grâce aux dons de personnes révoltées par notre sort, ce qui m’à permis jusque là de garder mon logement. J’ai engagé un référé aux prud’hommes dont j’attend le verdict. Il croit nous “emmerder”… quel connard…. il nous à rendu service… ça fait des mois que j’allais “chercher ma paye” travaillant à l’encontre de mes valeurs à cause de la déchéance de ce systéme, alors c’est un mal pour un bien, nous sommes plusieurs à quitter le navire et entamer une reconversion. Perso je suis triste pour mes petites personnes âgées (je travaillais en ehpad), à qui je n’ai même pas pu dire au revoir…. J’ai pu aussi grâce à lui rencontrer de tellement belles personnes… Difficile de faire son deuil de son ancien travail mais une nouvelle vie nous attend! Par contre au nombre des soignants en reconversion…… va pas falloir être malade dans les mois à venir…… Encore MERCI Mr Verhaeghe!!

  12. Bonjour,
    Magnifique très beau texte merci à tous ceux qui ont dit NON et merci à Eric et son équipe pour toutes ces précieuses informations.
    Concernant la mise en place du carnet de santé numérique:
    1 Allez sur monespacesante.fr
    2 Demandez un nouveau code provisoire
    3 Laissez-vous guider.. ( il faut la carte vitale)
    4 Surtout n’oubliez pas de télécharger le justificatif PDF qui prouve que vous vous opposer à la création de cet espace santé.

    1. Pourquoi le point 4?
      La lutte contre le “bio-pouvoir” et plus globalement le “corporate socialisme (i.e “Great reset”) implique en partie de lutter à visage découvert.
      La clandestinité n’est pas toujours le bon moyen pour dénoncer un système fondé sur le culte d’Amodée*.

      Asmodée* : Alain-René Lesage (auteur français 1668 -1747) a fait d’Asmodée un bon petit diable, trop curieux peut-être: “le Diable boiteux” qui fut un grand succès de librairie du XVIIIe siècle.
      Dans cette étrange aventure, un étudiant qui, ayant délivré un diable enfermé dans une fiole, se retrouve entraîné à sa suite à regarder tout ce qui se passe sous les toits de Madrid.

  13. Merci merci pour ces mots.
    Je suis psychologue du travail et je suis suspendue depuis le 15/09.
    J’ai vu les dégâts psychologiques de la crise sanitaire sur les personnes durant plus de 18 mois. Puis d’un coup on a pu se passer de moi et de mes collègues soignants … en pleine crise oui ! Tous les jours je me dis mais enfin rien n’existe pour nous ? Aucune aide , rien .
    Alors je patiente en espérant que cela va payer un jour . Et je ne me suis jamais sentie aussi alignée à mes valeurs depuis que je suis suspendue.

    Encore merci pour vos mots qui me réchauffent le cœur .

  14. Un simple merci pour votre texte.
    Moi meme suspendu depuis mi septembre. Animé d’une colere sourde que je ne peux faire taire.
    Un petit pincement dans la poitrine en lisant et un peu de baume au coeur .
    Encore merci pour Nous !

  15. pour analyse je donne un extrait d’un discours prophétique donné par Lamartine à l’issue d’un banquet républicain en 1847 quelques mois donc avant la révolution de février 1848:

    “J’ai dit, il y a quelques années, à la tribune, un mot qui a fait le tour du monde, et qui m’a été mille fois rapporté depuis par tous les échos de la presse. J’ai dit un jour : « La France s’ennuie ! » Je dis aujourd’hui : « La France s’attriste ! » Qui de nous ne sent en lui-même la vérité de ce mot.
    Qui de nous ne porte sa part de la tristesse générale ? Un malaise sourd couve dans le fond des esprits les plus sereins, on s’entretient à voix basse depuis quelque temps, chaque citoyen aborde l’autre avec inquiétude, tout le monde a un nuage sur le front. ”

    En fait je pense que l’on peut en effet faire l’analyse que la période Hollande et la période Macron qui ne font qu’une (voir, à titre emblématique, les troupes française enlisées au sahel depuis 9 ans) sont le parfait équivalent dans notre temps actuel de ce que fut la Monarchie de juillet (dite la monarchie bourgeoise) au XIX° siècle. Ne sentons nous pas tous, même les vaccinés, un nuage sur notre front. Et, mais cette fois pour donner un peu d’espoir, je vous donne aussi la conclusion de ce même discours de Lamartine:

    “Prenez-y garde, c’est de ces nuages que sortent les éclairs pour les hommes d’État, et quelquefois aussi les tempêtes”.

  16. J’aime vous lire, ce texte là est brillant, avec une pensée si juste
    si sincère et que je partage, votre franc -parler est superbe aussi
    et quelle générosité de parler des soignants qui méritent qu’on parle d’eux et aussi qu’on les aide ( lien ré infocovid)
    Espère qu’ils seront réhabilités et avec salaires non perçus remboursés Car nous devons nourrir cette pensée là que tout ce cauchemar finira et que les coupables paieront .. Vous remerciant d’écrire ces mots qui font du bien à nous tous.

  17. N’oubliez pas les travailleurs sociaux (éducateur, assistant social , psychologue…) travaillant dans le médico-social et bannis aussi pour refus de vaccination. Nous subissons et souffrons aussi du mépris du gouvernement et des médias. Ne nous oubliez pas dans vos articles et vos coeurs !!!!

  18. Merci pour cet hommage qui fait chaud au cœur.
    Je suis aide-soignante dans un service de soins infirmiers à domicile et suspendue depuis le 15 septembre. Refus d’un pseudo vaccin et refus du chantage exercé sur nos professions par un gouvernement totalement déconnecté de la réalité…
    Mes 4 enfants sont majeurs, les seuls qui comprennent ma prise de position, et je suis fière de leur montrer qu’on ne doit pas céder devant de telles mesures liberticides et incohérentes. Même si le sommeil est souvent difficile, l’avenir incertain… Je vis grâce à des économies faites en vue de travaux, tant pis pour les travaux. Mais je suis en accord avec moi-même.
    Il y a toujours de la lumière au bout du tunnel..
    J’espère qu’un jour tous les responsables de ce naufrage paieront pour leurs décisions…

  19. Vibrant et magnifique. J’ai une admiration sans borne pour les soignants résistants ainsi que pour ceux qui sont allés se faire injecter en pleurant parce-qu’ils voulaient protéger leur famille et leurs enfants. Et un message en parfait écho à cette colère qui m’habite depuis le début de cette mascarade et que je ne parviens pas à apaiser …

  20. Macron peut se réjouir : quand je lis Verhaeghe – dont je respecte et le plus souvent partage l’opinion – je réalise à quel point la haine monte entre vaccinés et non vaccinés.

    Je le déplore profondément. C’est une division parfaitement programmée pour permettre à nos « gérants » (que sont-ils d’autre ???) d’assurer leur pouvoir.

  21. Cher Eric Verhaeghe,
    Votre Voix résonne dans tous les coeurs sensibles ,
    et fait écho à celles de François et Mathilde les Insoumis
    que dire de celle, si dérangeante … , du courageux Juan Branco
    son petit précis de la Macronie vient de sortir en Librairie
    intitulé ” TREIZE PILLARDS” (ed AU Diable Vauvert )
    Courage ! A VOS TRACTS CITOYENS !!!
    MC

  22. La vie m’a fait naître en 1961,
    Médecin généraliste de 1986 à 2015 à temps plein,j’ai fait le choix de lever le pied en 2015 et suis devenue remplaçante de la consœur qui a repris ma patiente le,
    J’ai effectué ma dernière journée de remplacement fin Juillet 2021
    Je n’ai pas laissé à nos «  instances » le plaisir de me suspendre,
    J’ai mis un terme à mon activité dès l’instant où pour la continuer ON m’imposait cette injection génique,
    Cette ignominie de suspension m’est « tombée dessus » alors que j’etais à quelques années de la retraite,
    Qu’aurai-je fait si j’avais eu 40 ans??je ne peux en être sure mais je n’ai jamais eu aucun talent pour courber l’echine
    Mon mari,soignant également,exemple de la méritocratie française puisqu’ orphelin de père également et dont la maman était ouvrière,est devenu chirurgien,
    Plus âgé que moi de 10 ans,en 2022,pour lui,ne s’est pas posée la question de la suspension,
    Mais n’ayant lui non plus aucun talent pour courber l’echine,que serait-il advenu si tout ce cirque nous était tombé dessus alors que nous avions encore nos 4 enfants à charge?,,
    Une ignominie,je le répète,
    Nous n’avons pas cède à leur « concours de fléchettes »
    Je n’oublierai rien de tout ce que ces blanc becs et autres «  décideurs » ou «  experts » nous ont infligé collectivement
    Je pense à tous les soignants qui sont dans la m…..
    A la question qu’une ancienne consœur dentiste me posait hier: «  si l’obligation tombe,tu reviens travailler »
    Ma réponse,triviale,a fusé: »Ah non,ils m’ont ch… dans les bottes et comptent que je les renfile, certainement pas »
    Mais j’ai 60 ans,c’est plus simple qu’a 40 ans,j’en suis consciente,
    Et ne parlons pas des années de cotisations pour la retraite sur lesquelles nous sommes priés de nous asseoir…..
    Une honte absolue ce qui est infligé aux soignantsPRUDENTS

  23. Merci à ce texte qui reflète ce que je pensais hier en me couchant. Vous êtes les vrais héros vous les soignants qui avez eu des putins de corones pr dire NON les premiers et je pense à vous et à la violence de ce que vs subissez chaque jour. J’espère qu’il y aura une justice et la vérité sur tte cette abomination ! Courage à vous et un immense MERCI !!!

  24. aide soignant depuis 15 ans j’ai du arreter du jour au lendemain ! au dela de l’aspect financier qui est très dur, il y a l’impression d’etre d’un coup inutile et victime d’une énorme injustice sans avoir aucun recours alors que seuls ceux qui ne s’informent qu’avec bfm ou france info croient encore à ces injections ! Mais bon, c’est ainsi… je préfère encore ca plutot que de m’être couché devant tous ces cons ou laches ou incompétents ou sûrement tout ca à la fois !

  25. Tous nos remerciements pour ce beau message de soutien, si réconfortant dans cette période où l’on est des boucs émissaires.
    Pensons également aux employés des ERP et du médico-social qui sont suspendus en refusant le pass sanitaire ou la 3ème dose : ils sont restés en accord avec leurs valeurs de liberté et d’égalité, malgré le chantage, les pressions et les conséquences à venir sur leurs vies.
    Nous ne savons pas combien nous sommes … les chiffres semblent secrets… mais nous savons que nous ne sommes nombreux et que nous ne sommes pas seuls.
    Merci.
    Un couple “d’emmerdés”.

  26. C’est la première fois depuis le 15 septembre 2021 que je lis un texte qui parle vraiment de moi et ça m’a bouleversé. Je suis plein de gratitude pour vous Eric V. que je ne connaissais pas encore il y a seulement quelques heures. J’ai sauvegardé votre texte, il est précieux à mes yeux et me prouve à moi-même ce que j’ai vécu depuis bientôt 5 mois : un demi traitement en septembre puis plus rien… J’attends avec impatience mon premier versement RSA ce 4 février 2022… Un fonctionnaire en arrêt maladie qui fait une demande de RSA… Chercher l’erreur ! Mon bas de laine est épuisé et ne suis pas actuellement en état de reprendre une activité. Je ne veux pas pour autant sombré dans un témoignage misérabiliste mais nos situations de “suspendu” sont ubuesques.
    Il est important pour moi de mener un combat juridique. N’ayant pas droit à l’aide juridictionnelle des amis ont lancé pour moi une collecte et grâce à elle mes frais d’avocat sont couverts.
    Je ne suis plus en état, ni physique ni psychique, de retourner un jour dans les soins et je suis proche d’une retraite ridicule en juin 2022… ce qui mettra fin à mon statut de suspension.
    Je n’oublierai jamais ce délit de haute trahison de la part du gouvernement.
    Le paradoxe est que les choses se sont clarifiées pour moi et que je me sens plus fort qu’avant. Je ne me suis jamais autant senti en discordance avec un gouvernement et en retrait de toute vie citoyenne. Et pourtant là encore, sourd en moi un désir de souveraineté individuelle, citoyenne, voir nationale. Il me semble que les aspects positifs de la culture française ont encore un message à faire passer au Monde. De part mes relations familiales et amicales je suis proche de la Chine, de l’Italie, du Bénin… Il y a des attentes de défense des libertés individuelles : liberté de penser, de se déplacer, liberté du libre choix de sa médecine…Merci encore Eric, vous avez parlé de nous comme si vous en étiez

  27. Bravo Eric !
    Votre émotion palpable et votre juste colère contre le sort fait à nos soignants suspendus par nos dirigeants scélérats et corrompus vous ont inspiré un texte absolument magnifique.
    Merci pour tout ce que vous faites.

  28. Bonjour,
    La nouvelle règle européenne mise en œuvre le 31 janvier 2022 pourrait remettre en cause la légalité de l’obligation vaccinale pour les soignants.
    En effet, les vaccins étant toujours en phase d’essai le consentement libre et éclairé s’impose.
    https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/P-9-2021-005425-ASW_FR.html
    Le règlement
    https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:32014R0536&from=GA
    Voir : (27) (30) (31) (32)
    Le courrier ne peut-il pas proposer un mémoire complémentaire pour des éventuels recours ?

  29. Le coeur battant de vous lire, oui merci a ces vrais résistants qui sauvent notre honneur comme ceux qui ont pris les armes durant l’occupation, je transmet votre diatribe fort utile pour réveiller les soumis qui certainement applaudissaient a leur balcon, et se sont précipités pour se faire piquer encore et encore. depuis la 1ere vidéo de Raoult j’ai compris l’arnaque conforté par Alexandra Henrion Caude , et le prix Nobel Luc Montagnier ridiculisés par les medias mainstream , j’espère qu’un sang impur viendra remettre les pendules à l’heure, que Sénèque reste seul en bas de la falaise
    Merci pour votre style

  30. Mille mercis pour ces paroles qui réchauffent le cœur car oui, nous les soignants, souffrons de mépris de nos institutions après tous ces services rendus. Être traités de la sorte dans l’indifférence la plus total de la population qui malgré elle n’est pas informée de ce qui se passe pr ceux qui n’ont pas voulu se soumettre. Ils ont perdus les plus courageux, tant pis pour eux.
    Je tiens bon car je me dis que nous sommes un rempart pr l’obligation vaccinale pr tous. Que nos recours en justice, même si vains pr l’instant, doivent tt de même les emmerder. Belle revanche : l’emmerdeur emmerdé !!!
    Leur mépris n’a d’égal que leur cupidité, je les plains au final,ils ne savent rien des vraies valeurs de la vie. Que diront-ils à leurs enfants ? Moi j’aurai la fierté, la tête haute, d’avoir lutter et d’avoir retrouvé tant d’humanité.

  31. Merci ! Je voulais malgré tout préciser que la profession de soignant concerne AUSSI ceux qui exercent en cabinet libéral de ville.. Certes, ils sont sans nul doute moins nombreux à ne pas être injectés, mais des résistants tout de même, dont je suis !.. Remerciement tout particulier aux commentaire et proposition de Monsieur David Guggenbuhl, force et courage à mes confrères et consoeurs, il serait bien que nous ayons la possibilité d’échanger nos coordonnées afin de nous soutenir mutuellement de façon plus concrète et soutenante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer