En voulant exclure les non-vaccinés de ses rangs, le commandement militaire américain ne se prépare pas vraiment à la guerre en Ukraine

Voulez-vous savoir pourquoi la guerre en Ukraine est peu probable, sauf dérapage du "Deep State" qui obligerait la Russie à riposter? L'Etat-major américain est furieux de voir la résistance à la vaccination dans les rangs. Et on aurait commencer à limoger les récalcitrants. Quand bien même il ne s'agirait que de rumeurs,, on imagine l'énergie perdue à tenter mettre en oeuvre les ordres du commandant en chef (le président). Plus l'Etat-major américain s'entêtera, plus elle rendra l'armée inapte à se mobiliser rapidement en cas de conflit. La Russie mais aussi la Chine ont peu de souci à se faire.

Les soldats américains qui refusent de se faire vacciner contre le COVID-19 seront immédiatement renvoyés, a déclaré, selon Reuters,  mercredi l’armée américaine, affirmant que cette mesure était essentielle pour maintenir la préparation au combat.

L’ordre de l’armée s’applique aux soldats de l’armée régulière, aux réservistes de l’armée en service actif et aux cadets, à moins qu’ils ne bénéficient d’exemptions approuvées ou en cours, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

L’ordre de renvoi est le dernier en date d’une branche de l’armée américaine à renvoyer des membres non vaccinés dans le cadre de la pandémie, après que le Pentagone a rendu le vaccin obligatoire pour tous les membres du service en août 2021.

Poutine et Xi Jinping peuvent dormir tranquilles

Tout ceci se passe dans un contexte international tendu. Il y a non seulement la crise ukrainienne mais les tensions en mer de Chine. 

En tout cas, le message envoyé par la Maison Blanche et par l’Etat-Major américain est univoque: une armée divisée devient incapable de faire la guerre. Surtout quand il s’agit d’un conflit entre le commandement et la troupe. 

Nous avons fait état dans ces colonnes (1) des résistances d’une partie de la troupe à se faire vacciner mais aussi (2) des dégâts physiques causés par les effets secondaires de la vaccination dans l’armée américaine. 

La crise du COVID-19 agit comme un révélateur. Elle nous dit que l’Occident préfère la guerre civile à la défense de sa civilisation vis-à-vis d’éventuels ennemis extérieurs. Elle nous dit aussi que soit les Occidentaux pratiquent le double langage et ne croient pas à une agression russe en Ukraine (ou chinoise sur Taïwan); soit l’idéologie l’emporte sur le réel. Dans tous les cas, on peut imaginer d’une part que la Russie ou la Chine profitent de la faiblesse occidentale; d’autre part nous avons un indice que le “Grand Collapse” n’est pas loin. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

32 Shares:
3 commentaires
  1. En toute amitié, je trouve votre analyse assez superficielle. La tendance totalitaire vaccinale et l’exclusion des soldats non vaccinés sont deux sujets qui me semblent totalement decorrelés.
    D’une part parce que par essence le totalitarisme veut s’imposer à tout le monde. D’autre part parce qu’il y a très certainement assez de soldats vaccinés pour declencher une nouvelle guerre. Avec ce que nous avons vus aujourd’hui, que les vaccins puissent nuire à la santé des soldats est très certainement un sujet secondaire pour les hauts gradés

    1. En tout cas il est certain que l’obsession vaccinale du président conduit à fragiliser l’adhésion des militaires à leurs chefs. Ancien officier moi-même, je sais parfaitement que “à la guerre on utilise toutes ses armes”. Dès lors la décision incompréhensible d’interdire les traitements précoces prise dès le début de la pandémie m’a paru très louche. Ensuite ayant servi quelques années en Afrique, je connaissais les traitements anti-paludéens et je n’ai pas compris l’interdiction de l’hydroxychloroquine. Le gouvernement a ainsi perdu ma confiance et il ne l’a toujours pas regagnée depuis. J’imagine que nombre de militaires américains ont réagi de la sorte.
      Pour illustrer cela, il est intéressant de lire les interviews de militaires français hostiles au vaxxin publiés par Gallia dayly.
      https://lecourrierdesstrateges.fr//2021/12/02/temoignages-je-suis-un-soldat-et-mon-pays-ne-veut-plus-de-moi-car-je-refuse-le-vaccin/
      On y relève qu’une proportion importante de militaires français s’entraident pour trouver les filières délivrant de faux vaxxins. Dans un milieu où le sens de l’honneur et le respect de la parole est toujours présent, j’imagine le peu d’estime qu’ont tous ces militaires pour des chefs qui les obligent à mentir pour pouvoir continuer à exercer leur métier qui est aussi leur passion.
      Quelle est la valeur d’une armée dont les soldats ne respectent plus leurs chefs ?

  2. Il est clair que Biden, qui est l’exécuteur des tâches décidées par le NOM, cherche à détruire l’armée américaine. Quelques preuves :
    1. l’obsession Woke impulsée par les chefs d’état-major de chaque armée, alors que cette institution est sans doute la moins raciste des Etats-Unis ;
    2. la débâcle afghane. Dans une armée qui a l’obsession de la planification, cette déroute est tout simplement impensable, à moins que des ordres très précis aient été donnés d’en-haut, dans le but de casser la fierté et le patriotisme des soldats ;
    3. l’obligation vaxxinale.
    Pourquoi ? Je pense que l’armée américaine, par les valeurs qu’elle entretient et par le professionnalisme de ses membres, est vue par le NOM comme un obstacle à ses plans. A ce stade il est temps de la détruire, en commençant par casser son moral.
    Si un jour le NOM a besoin d’une force militaire organisée, il fera appel à l’APL chinoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer