[PAYANT] Ces liens d’argent entre Zemmour et la caste mondialisée qui nous embarrassent

Nous continuons notre tour d’horizon des états-majors électoraux. Après le passage en revue du staff d’Emmanuel Macron, nous examinons celui d’Eric Zemmour. Et, d’emblée, il existe un hiatus évident entre les discours souverainistes du candidat et la réalité très mondialisée de son équipe… et l’origine probablement mondialisée des fonds qui servent à le financer. Faut-il y voir une injonction paradoxale d’un candidat qui joue le sursaut souverainiste, mais qui roulerait pour la caste ?

Zemmour est officiellement le candidat du sursaut souverainiste, et c’est sous cet angle qu’il “se vend” à l’opinion publique. Ce positionnement s’inscrit dans la continuité de ses ouvrages et de ses prestations télévisées.

Mais la réalité de son équipe de campagne, et de son financement, conduisent à introduire de (très) fortes nuances quant à la sincérité de cette posture. Partout, en effet, l’équipe actuelle de campagne est truffée de personnalités qui appartiennent au monde de la mondialisation. Cette présence se double d’un financement qui tape dans le haut de gamme d’une élite pas tellement conforme à l’image réfractaire du candidat.

Zemmour et son entourage très mondialisé

Donc, loin des discours patriotiques, Zemmour s’est entouré ces dernières semaines d’une équipe de campagne qui ressemble beaucoup plus à celle d’Emmanuel Macron version 2017 qu’à celle d’un Viktor Orban ou de n’importe quel autre leader souverainiste ou nationaliste.

Nous éviterons ici le sujet Sarah Knafo, conseillère à la Cour des Comptes après sa scolarité à l’ENA, et dont la proximité avec Eric Zemmour a fait couler beaucoup d’encre. Mais, en soi, Sarah Knafo a un parcours beaucoup plus macroniste que “souverainiste”, même si (nous en sommes bien d’accord) on ne peut réduire les gens à des petites boîtes. La lecture de sa fiche Wikipedia montre en tout cas avec évidence que Sarah Knafo n’appartient pas exactement au biotope du paysan du Cantal ou du marin-pêcheur de Boulogne.

Nous passons en revue ici les autres membres de sa garde rapprochée, comme nous l’avons fait pour l’équipe de Macron.

Jonathan Nadler, la banquier américain qui fait le programme économique

Bien sûr, il y a les grandes déclamations souverainistes, sur la France, sa grandeur, son passé, etc. Mais l’enjeu, c’est le programme économique, tout de même. Et, sur ce point, Eric Zemmour ne prend pas de risque : il en a confié la coordination à un certain Jonathan Nadler, ancien de chez Rothschild et actuel salarié de JP Morgan. Au train où vont les choses, il y a peu de chances que la campagne permette d’aborder ces questions économiques qui fâchent. Mais on peut penser qu’un salarié de JP Morgan (en pause pour 6 mois seulement, le temps de la campagne) ne prendra pas le risque de se mettre en délicatesse avec la caste mondialisée en diffusant des idées trop saugrenues.

Interroger le programme économique de Zemmour et mesurer sa distance avec les grands principes de la caste mondialisée, tel est le point essentiel qui devrait tarauder ses futurs électeurs…

Olivier Ubéda, le moins mondialiste du lot

Pour l’organisation des meetings, Zemmour a choisi Olivier Ubéda, qui a récemment défrayé la chronique pour des accusations de moeurs. C’est jouer de malchance, car, dans l’équipe, Ubéda est peut-être celui qui se rapproche le plus du portrait-type du souverainiste. Il a commencé sa carrière dans la politique franco-française, à l’UDF, au cabinet Léotard, puis au cabinet Raffarin, avant de rejoindre l’état-major de l’UMP.

En 2010, Ubéda a bu le sirop de l’entreprise en créant son propre cabinet de conseil en communication. S’il donne fréquemment des conférences à l’étranger, il ne répond pas au profil Rothschild – cabinet de conseil de la caste mondialisée qui entoure Zemmour. Mais son avenir au sein de l’équipe pourrait être compromis à cause des accusations proférées à son encontre.

Julien Madar, le financier qui trouve l’argent

Beaucoup plus proche de la mondialisation outrancière est le profil de l’argentier de Zemmour, Julien Madar, entrepreneur dans l’âme qui a tout de même fait un passage de 7 mois chez Rothschild, comme analyste en fusions avant d’intégrer la prestigieuse université de Columbia, au début des années 2010. Madar est un homme discret qui oeuvre aujourd’hui dans la “tech” immobilière.

Nous reviendrons un peu plus loin sur les révélations fracassantes que Madar a faites sur le financement de la campagne.

Bertrand de la Chesnais, le général de campagne mondialisé

Il n’a échappé à personne que, courant octobre, Zemmour a débarqué Sarah Knafo de son poste de directrice de campagne et l’a remplacée par un général de corps d’armée (ce qui n’est pas rien) : Bertrand de la Chesnais. Ce héros de la nation est sorti de Saint-Cyr en 1980 pour servir dans les parachutistes. Voilà qui sonne bien. Mais, quand Zemmour le recrute pour sa campagne, La Chesnais n’est plus dans l’armée… il est “senior advisor” du cabinet de conseil international Roland Berger, l’un des quatre grands mondiaux, rival de Mc Kinsey et d’Accenture.

On doit peut-être signaler ici qu’à une certaine époque, le général de la Chesnais s’est occupé de la “transformation” du ministère de la Défense. Est-ce pour cette raison qu’il a empilé les contrats de consultants après son départ de l’armée en 2018 ? Car, tout en oeuvrant pour Roland Berger, le même général a effectué des missions de visibilité pour différentes sociétés informatiques.

On peut s’interroger sur la transparence de cette fin de carrière où, chez Roland Berger, La Chesnais s’occupait officiellement de “conseils en stratégie et déploiement, dans les domaines de la défense, des industries de défense et de la conduite du changement”, qui ressemblent furieusement aux missions qu’il a exercées au sein de son ministère.

Du strict point de vue de la moralisation de la vie politique, ce vieux serpent de mer dont parlent tous les nouveaux arrivants à l’Elysée comme un parfait rideau de fumée pour dissimuler le pire, on peut en tout cas fortement douter que le directeur de campagne d’Eric Zemmour puissent incarner une rupture avec le système de connivence entre intérêts privés et intérêts publics qui a tant prospéré avec Macron, mais qui pourrait la République depuis pas mal de temps.

Embarrassantes questions d’argent et de financement

Ces questions de personnes ne seraient au fond pas grand chose si elles ne s’accompagnaient pas de doutes manifestes quand à l’indépendance du candidat Zemmour vis-à-vis de la caste mondialisée.

L’intervention des amis de Rothschild dans la campagne

Nous avons déjà eu l’occasion de dire comment Eric Zemmour, à l’automne, avait pu décrocher un prêt bancaire. C’est grâce à l’assurance de prêt accordée par Pierre Donnersberg, patron de SIACI Saint-Honoré, entreprise de courtage en assurance dont Rothschild et Axa sont les actionnaires historiques (même si Rothschild a quitté le navire il y a cinq ans). Au passage, c’est aussi Donnersberg qui avait assuré le prêt d’Emmanuel Macron, dans sa dernière ligne droite de 2017.

En soi, assurer un prêt n’est pas vraiment un acte politique, mais les similitudes entre la campagne de Macron en 2017 et celle de Zemmour en 2022 sont quand même troublantes.

Les carabistouilles de Julien Madar

Plus gênantes sont les confidences de l’argentier Madar sur le trésor de guerre accumulé par Zemmour. Selon un article de Capital publié il y a un mois, en effet, on apprend ceci :

Dans le détail, les adhésions payantes (au prix de base de 30 euros) des 75.000 nouveaux militants du mouvement politique d’Eric Zemmour ont rapporté 3 millions d’euros, tandis que les donations pour la campagne, dont les montants peuvent varier de quelques dizaines d’euros à 4.600 euros (le plafond fixé par la loi pour les particuliers) ont permis d’encaisser 6 millions d’euros depuis septembre. Selon Julien Madar, responsable de la levée de fonds que Capital a contacté, 20.000 sympathisants ont déjà financé la campagne d’Eric Zemmour. Parmi eux, un tiers de gros donateurs ont versé des chèques de 1.000 euros et plus.

Donc, on récapitule :

  • 3 millions € viennent des adhésions “populaires” au parti Reconquête, apportées par 75.000 adhérents (on parle un mois plus tard de 90.000 adhérents), soit une moyenne de 40€ de cotisations
  • 6 millions € (au 1er janvier) viennent de dons, apportés par 20.000 sympathisants. Mais les chiffres précis que donne Nadar sont qu’1/3 des donateurs ont versé 1.000€ et plus.

Cette dernière information pose un vrai problème de compréhension car, en admettant que tous ces “gros donateurs” n’aient donné chacun que 1.000 €, puisqu’ils représentent un tiers de 20.000 personnes, cela signifie qu’ils sont, à grosses mailles, au moins 6.000 à avoir donné 1.000€. Soit 6 millions €. Or 14.000 personnes supplémentaires ont donné de l’argent….

Les comptes sont un peu opaques, mais on retiendra que l’argentier de Zemmour revendique (imprudemment) plus de 5.000 gros donateurs. Dans l’hypothèse où ceux-ci satureraient le plafond de 4.600€ de dons, Zemmour pourrait se trouver à la tête d’un trésor de guerre de 20 millions €, sans compter le produit des cotisations du parti et les autres petits donc…

Une technique de levée très mondialisée

Comble de malchance pour Zemmour, Mediapart est parvenu à mettre la main sur la liste de 35 grands donateurs de sa campagne, dont Chantal Bolloré. Personne n’est vraiment surpris par le fait que l’employeur de Zemmour, ou l’entourage direct de son employeur, finance l’effort du salarié qui veut devenir Président. Cette intervention pose toutefois la question de l’indépendance possible d’un Président de la République, si Zemmour était élu, vis-à-vis de l’une des plus grosses fortunes françaises, à la tête d’activité très internationales (notamment en Afrique).

Mais ce sont surtout les révélations de Mediapart, approfondies par Consultor, sur les liens financiers entre le candidat Zemmour et la caste mondialisée qui mettent mal à l’aise.

Ainsi, Mediapart a révélé que Zemmour avait, l’an dernier, fait une conférence au domicile d’Olivier de Panafieu, neveu de l’ancienne ministre Françoise… et cadre éminent de Roland Berger France. Ce dîner-conférence dans les beaux quartiers, avec une trentaine de personnes triées sur le volet, aurait permis de lever des fonds.

Selon les initiés, la technique pratiquée est assez simple : les participants au dîner sont discrètement mandatés par leur employeur pour financer grassement la campagne… à charge pour l’employeur de verser à son mandataire donateur une prime pour compenser la perte.

Rien ne dit que cette technique a été utilisée lors de la soirée Roland Berger. Mais c’est une possibilité qui permet de lever rapidement des fonds. Il semblerait qu’elle ait été utilisée par Emmanuel Macron en 2017.

Zemmour et Roland Berger

Dans tous les cas, on ne peut qu’être troublé par l’influence de Roland Berger dans la campagne de Zemmour.

D’une certaine façon, que le mondialiste Macron se laisse porter par cet écosystème est une marque de cohérence idéologique. Qu’en revanche, celui qui en prétend être le pourfendeur utilise les mêmes techniques pose un vrai problème de sincérité et de compréhension de sa candidature.

Quand on s’appuie sur un directeur de campagne issu d’un cabinet de conseil mondial, quand des cadres de ce cabinet organise des conférences avec le candidat dont il est probable qu’elles servent à financer la campagne, on ne peut que s’interroger sur la liberté dont ce candidat dispose vis-à-vis de ces soutiens à l’orthogonal avec ses positions doctrinales.

Pour Zemmour, le risque est évident : celui de s’entendre accuser d’être un fake, ou un poisson piloté par la caste mondialisée pour faire perdre Marine Le Pen et pour neutraliser la tentation “populiste” en France. Avec ou pas le soutien, la malice, le calcul d’un Bolloré comme employeur et soutien financier.

Moi aussi, j'objecte conscience

Rejoignez le rang des objecteurs de conscience. Agissez concrètement pour la résistance. Montez de la mine, descendez des collines ! Le moment est venu.
609 Shares:
28 commentaires
  1. Zemmour, c’est Macron bis joué à l’envers.
    Les Français n’apprendront jamais.

    P.S.: Et pourtant son discours me plaît à bien des niveaux, HORMIS la guerre de religion qu’il veut déclencher pour mieux évacuer les responsabilités au plus haut niveau depuis 50 ans au moins….

    1. Macron à l’opposé, signons tout de suite ! De toute façon tel que c’est parti nous n’avons pas le choix, il faut stopper ce système de pass et de restrictions des libertés, d’invasion migratoire, d’inversion des valeurs, de destruction de notre France.

  2. Excellent article ! Qui dit tout en peu de mots.
    Parfaitement d’accord avec Pol : beaucoup d’excellentes choses chez Zemmour mais quel intérêt pour mener une politique souverainiste (monnaie, économie, immigration) d’agresser inutilement les français d’origine étrangère (histoire des prénoms,…) ?
    Deux manières de voir :
    1/ Zemmour est un faux souverainiste en mission pour récupérer l’électorat de droite, souverainiste et d’extrême-droite pour le compte de l’oligarchie. Possible mais peut-être manichéen…
    OU
    2/ Il faut 20 millions d’euros pour faire une campagne présidentielle et 8% des français sont des moutons soumis aux medias mainstream, donc pour avoir une chance, sans sponsors riches et passages TV, AUCUN candidat souverainiste n’a aucune chance de gagner. Si Zemmour a la capacité à obtenir des financements, n’est ce pas la meilleure option ? Il faut être naïf pour croire qu’on peut gagner et exister en politique sans le soutien de (certains) plus riches. N’oublions pas que le Brexit de Nigel Farage a été soutenu par la partie souverainiste du patronat anglais et très toléré (voire voulu contrairement au discours tenu dans nos médias) par la corporation de la City de Londres (qui a voté au 2/3 pour ne pas s’opposer au Brexit en cours)…
    Sacré dilemme…

  3. Merci pour cette belle étude des tenants et aboutissants. On sait qu’aucun politique ne peut être élu en France s’il n’est tenu sauf quelques exceptions provinciales. J’aime l’image de Zemmour qui descend de la montagne Atlas et vient, tel un prophète, prévenir les français des dangers. Ce qui est remarquable est la similitude entre le programme Zemmour et le programme LR. Ces programmes montrent par contraste l’inaction et les défauts du quinquenat de Macron. McKinsey soutient-il encore Macron?

  4. Je pense qu’il faut désormais militer en France pour un paysan catholique/protestant de la Creuse qui aurait trouvé son financement en faisant, pendant 20 à 30 ans, la quête à la sortie des églises/temples vides, spa ! Avec la chance nulle d’être élu avant son enterrement… Non, la vraie raison occultée de cet article est de savoir pour qui roule le CDS, car on ne pond pas un tel article sans arrières pensées… Puis on se demande bien quel est le plaisir masochiste de celui-ci à vouloir reconduire l’immonde caste oligarchique au pouvoir – essentiellement ancrée dans le capitalisme de connivence si cher à la gauche – en dénonçant quelques « arrangements » ou modes de financement somme toute assez communs aux candidats à la magistrature suprême en France. Les sommes mentionnées par l’article sont par ailleurs ridiculement dérisoires… Quand le plus Haut Fonctionnaire français (Trésor, BDF) peut toucher près d’un million d’€ annuels avec primes et paiements en nature. Je ne parle pas des grands patrons du CAC40 issus des Grands Corps de l’Etat, qui là, eux… Se souvient-on qu’aux USA, Hillary a levé plus d’un milliard de $ pour sa campagne ratée de 2016 ? En France, la location d’une salle et de ses à côtés pour une soirée, c’est tout de suite 50/100.000 €. Le moindre événement d’ampleur est facturé en France par des agences événementielles 500.000 €… A quoi bon tirer contre son camp ? Car Macron c’est la gauche et ses éternelles turpitudes. Enfin dénoncer les pailles dans les yeux d’autrui quand on voudrait un État « pur » aux mains de « fonctionnaires exemplaires »… qui ne sont que des humains habitués quant à eux aux carabistouilles quotidiennes… mais limpides comme l’eau de source, elles ! Non, on jalouse seulement le talent et la réussite de Zemmour, ça agace la réussite des autres, hein ! On se marre bien en lisant certains articles ici, c’est Blanche Neige qui découvre la méchanceté du monde… Meuuuh… Vaudrait peut-être mieux se cantonner aux débats d’idées et aux dénonciations des vraies turpitudes actuelles du pouvoir en place, qui tapent, quand même excusez du peu, dans le registre des Crimes contre l’Humanité, sinon on va tendre ici rapidement vers le tabloïd… Bon, ou alors on roule ici pour Val et sa casserole Alstomique !

    1. Bravo, pas une virgule à changer. On a une chance incroyable qu’un type comme Zemmour accepte d’aller au charbon, je trouve ridicule de faire les chochottes pour des broutilles. Cet article est dispensable.

  5. Je pense au contraire que face aux mondialistes et “le deep state” Zemmour a rejoint les “patriotes” , les républicains USA et tout le mouvement qui s’oppose aux démocrates .
    Cela peut expliquer qu’il bénéficie d’appuis mondiaux …..car il existe bien une guerre mondiale de l’information au plus haut niveau.
    Trump en est une illustration et Boris Johnson joue un rôle plus qu’ambigu !
    C’est depuis le début mon interprétation, car sans une telle assistance il a peu de chance face à Davos……
    ….je suis même certain que Trump va revenir plus vite que prévu.

    1. C’est aussi mon interprétation globale. La présence à la Convention de la Droite d’une envoyée spéciale de Trump ne fait à cet égard aucun doute sur votre interprétation. Depuis, des contacts on été évidemment pris et entretenus (stratégie électorale, méthodologie dialectique, etc.), sinon c’est une faute professionnelle de campagne électorale. D’ailleurs, on voit, pour un débutant, la capacité de Zemmour à s’extraire de tous les pièges tendus en travers de son chemin, quotidiens. Il est évidemment très très bien conseillé, j’en suis réellement et positivement surpris pour un candidat français ! Il est très pro, très américain dans ses postures, présentation et répliques, augures d’une hauteur de vue historique très bénéfique pour ses futurs G20 dans lesquels il va se couler comme un vieux briscard. Et puis, on oublie de mentionner le niveau international de ses conseillers diplomatiques et géopolitiques, du très haut de gamme issu des cabinets ministériels depuis 30 ans – je tairai leurs noms, ils ne veulent pas apparaitre pour l’instant dans l’organigramme. Même MLP commence à se comporter à la télé comme Z, de manière détachée et compassée… Z, un vrai pro qui ne laisse rien au hasard. A côté en comparaison, la campagne du gamin psychopathe en 2017 fait vraiment rire, un débutant excité qui lui avait la caste et ses médias comme supporters exclusifs et temps de parole non comptés – d’ailleurs depuis 2017, le temps de parole du gamin a explosé comme jamais à la télé… Quand Z est seul contre tous.

      Z fera un Grand Président. Pourchassé par la meute mais il n’en a que faire !

      Et puis qui, à part Trump, peut faire campagne sur ses fonds propres ?

      1. Vous faites l’ impasse sur l’ essentiel. L’ essentiel est que Z est installé par l’ oligarchie mondialiste que décrit très bien EV pour débuter sur ordre une guerre civile contre le monde arabe, guerre attendue voulue par le judaïsme politique auquel appartient Zemmour, le “tribaliste radical, endogame ” dixit Y Hindi. Et permettre enfin au sionisme de s’ emparer définitivement de la droite française puisque la gauche se délite et ne fait plus recette.. Visionnez Youssef Hindi.. https://www.youtube.com/watch?v=6a7AoweehHw

          1. Mais pas que, je vous invite à aller ..mesurer la profondeur des analyses de Hindi et Plaquevent sur Strategika.fr, vous ferez un solide pas vers la compréhension du sujet mondialisme qui semble vous échapper. Votre gnome veut rester dans l’ UE qui tire SEULE les ficelles politiques et planifie TOUTE la politique de TOUS les pays européens, celle-là même qui est conjointement tenue par les néos cons US/UE et la reine des super Loges ur, Van der Layen, vidéo de Pierre Hillard d’ il y a 48 H ; celle-ci vous ferait-elle plaisir?. Pour l’ heure, votre méconnaissance du mondialisme se révèle tt simplement patente ou votre ..prestation est excellemment imitée..

        1. Certes le communautarisme juif et ses lobbies ne sont pas des rêves d’enfants du coeur, pas plus d’ailleurs que le communautarisme islamique et tous les autres… mais votre propos à caractère obsessionnel et étroit dégage une forte odeur nauséabonde d’anti-sémitisme militant et obtus qui ne peut qu’indisposer pour le moins l’être humain libre et sain.

  6. Pourquoi faudrait-il être contre la mondialisation, l’Europe ou même l’Internationale tant qu’elles sont conservatrices et libérales ? Par exemple, on pouvait être favorable à l’euro tant que Mario Draghi n’était pas à la tête de la BCE, du moment que l’euro était géré comme le DM, ce qui privait les gauchistes français de la planche à billet du franc croupion. Las, c’est l’euro qui est désormais croupion car les socialistes saccagent tout ce qu’ils touchent. Autre exemple, les universités : on ne va pas fermer les écoles et les universités parce qu’elles sont noyautées par les gauchistes, quand il suffit de dénoyauter les gauchistes avec constance et fermeté.

    Bref, l’important n’est pas l’infrastructure nationale ou internationale mais qui y accède légitimement. Encore heureux qu’il existe un réseau international conservateur et libéral pour s’opposer aux diablotins pervers de type Soros ou Gates et qui, peut-être ou pas, soutiendrait le Z.

    1. Par ce que la mondialisation sans frontières est par définition l’abolition de la démocratie . Les démocraties ont besoin de frontières pour que les peuples puissent s’exprimer . Ce qui se passe en ce moment avec l’UE et Davos ressemble à des prises de pouvoir par des systèmes totalitaires qui n’ont plus rien de démocrate et qui font tout pour ne pas se montrer de manière permettre à la Gouvernance mondiale de se mettre en place .
      Tout ce qui se passe actuellement sur l’identité numérique , que ce soit en France ou en UE fait très exactement partie de la stratégie .

  7. “Qu’en revanche, celui qui en prétend être le pourfendeur utilise les mêmes techniques pose un vrai problème de sincérité”. Il n’y a pas 36 000 manières de lever des fonds. Et pour faire une campagne il faut beaucoup d’argent. Je trouve qu’il y a de la naïveté avec quelques morceaux de complotisme dans cet article. Vous voulez quoi, un mixte de Blanche Neige et de Causette, une entité virginale pure de toute compromission ? Ça n’est pas réaliste. Atterrissez.

  8. ce qui me gène dans la candidature de Zemmour c’est l’impression d’un culte de la personnalité autour de lui : on ne vote pas pour son programme mais bien pour sa personne qui apparaît comme l’homme providentiel et contre lequel aucune critique n’est admise. Ce candidat qui se présente comme conservateur et comme candidat des valeurs judéo-chrétiennes, dit quand même que sa collaboratrice de 30 ans de moins que lui est sa compagne, pourtant il s’affiche partout avec son alliance et reste marié ; il dit qu’il ne pense qu’à sauver la France et nous joue la partition de celui qui donne de sa personne, et pourtant il a un enfant à naître avec sa compagne au moment de l’élection : comme candidat des valeurs ça fait un peu hypocrite… mais surtout : quand on pose ces questions face aux zemmouriens on se fait rembarrer vertement : on n’a pas le droit de questionner. et je constate ici dans les commentaires qu’il n’est pas très bien pris par les lecteurs que l’on questionne l’entourage et les financements de zemmour. pourtant il me semble que le questionnement est légitime. peut-être que le vote zemmour est le plus utile ou le moins pire, mais il faut voter en connaissance de cause et en se permettant la critique. parce que le dernier candidat incriticable qui a fondé sa campagne sur le culte de sa personnalité, c’était Macron, et on voit ce que ça a donné. alors j’espère que l’entourage de zemmour prend soin de le critiquer et qu’on n’est pas en train de créer un nouveau roitelet mégalomane entouré d’une cour qui le gonfle.

      1. Vous remarquerez quand même que Z est le seul candidat parmi tous ses opposants directs à qui l’on cherche autant de poux… Cela en devient comique tellement il fait peur aux autres véritables écuries présidentielles en course – évitons de mentionner les hors course ! – qui sont à la ramasse dure et creusent leur tombe à chaque sortie médiatique. D’où ce tir de barrage incessant ! On ne tire pas sur une ambulance…

    1. Bonjour Madame, moi aussi je trouve vos remarques pertinentes, j’en ajouterai une, pendant ses déplacements Z utilise une berline allemande, comme défense de l’industrie française, peut mieux faire.
      Mais bon, j’irai mettre un bulletin pour lui quand-même, les autres bien placés sont pires.

    2. Au nom du ciel, foutez nous la paix sur ses histoires de famille, et de fesses aussi, alors qu’il s’agit de remettre la France sur ses pieds et dans sa tête. On remarquera qu’il y a du pognon pour soutenir la désislamisation de la France voulue par Z, donc une dynamique qui pourrait bien intéresser d’autres nations UE.

  9. Bien sûr, Eric Zemmour c’est pas bien et l’argent de Macron, il vient d’où ?
    Donc, il faut revoter pour lui. En fait, ce genre d’articles est classique pour
    faire échouer un candidat qui affiche clairement de vrais changements …

  10. De par son endettement la France a perdu son indépendance. Elle est sous la coupe réglée de la caste mondialisée. Macron premier de classe de l’école républicaine, sorti de la plus haute administration française fut l’image culte de l’homme élite providentiel qui allait libérer la France. Que nenni! Et le peuple sage en a très vite pris conscience et l’a montré à partir du 17/11/2018. Mais Macron a pu continuer la guerre sociale pour toute sorte de prétextes administratifs et a pu siphonner financièrement la France au profit de la bureaucratie française selon le business model des raiders de Bain Capital Corp qui ont fait tant de mal à l’économie américaine.
    Nécessairement le futur président devra être adoubé par la caste mondialisé qui n’a pas intérêt à ce que la France s’effondre économiquement. Peut-elle compter sur l’émule de Chirac bien supérieur à Macron, ou préfère-t-elle un homme impertinent qui a pratiqué la classe politique et l’administration publique pendant des dizaines d’années d’enquête approfondie, capable de reconquérir l’administration et la mettre au service du peuple.
    C’est par l’écoute, la duplicité intelligente d’accords gagnant-gagnants, de vraies négociations, que cela peut advenir. Non par ordonnance au nom de la doxa du bien commun assénée par l’administration.

  11. Cet article entretient une confusion entre mondialisation et mondialisme. Les soutiens financiers de Zemmour font partie de la mondialisation, comme tout le monde à son niveau, car tout le monde a un compte en banque et regarde internet. Inutile de chercher qui échappe à la mondialisation : personne hormis peut-être sur une île déserte. En revanche, tous ces soutiens financiers de Zemmour appartenant à la mondialisation ne sont pas forcément mondialistes, c’est-à-dire pour l’immigration, l’islamisation, le LGBT, le wokisme, la dictature sanitaire, le crédit social à la chinoise, etc. Bref, cette fraction du capitalisme qui soutient Zemmour n’est pas pour le Great Reset, elle est même plutôt contre (cf. dans le même registre Trump ou Bolsonaro).

  12. Bonjour,
    Vous écrivez “Olivier de Panafieu, neveu de l’ancienne ministre Françoise… et cadre éminent de Roland Berger France…”
    — Soyez rassuré (!) : O de Panafieu semble avoir été écarté, dans un admirable exercice de liberté d’expression et respect du droit privé…

    La théorie de l’article est donc mise à mal.

    D’autre part, la contradiction ou le “hiatus entre les discours souverainistes du candidat et la réalité très mondialisée de son équipe… et l’origine probablement mondialisée des fonds qui servent à le financer” existerait – SI – Zemmour était d’abord souverainiste, ce qu’il n’est pas comme il l’a dit et répété en débat face à d’authentiques souverainistes (Sapir, Asselineau, …).

    Vous ne pouvez donc pas mettre en contradiction les finances mondialisés du candidat Zemmour avec les symboles extrêmes du souverainisme (le paysan du Cantal ?).

    Sans aller à fouiller (médiapart ? libé ?) les arrières cours des candidats, la simple évaluation sur le conformisme des réactions des prétendants montrent amplement vers quoi tendrait leur exercice du pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer