Le Canada est-il devenu une dictature ?

J’entends pousser les cris d’orfraie d’ici, mais à un moment il va bien falloir la poser cette question. A quoi reconnait-on une dictature ? Ce week-end au Canada on a pu voir un déferlement de violence verbale et physique à l’encontre des manifestants d’Ottawa. Personne ne s’accordera sur la nature de cet épisode empli de brutalité, mais l’on peut au moins tous tomber d’accord sur la poussée autoritaire dans les rues de la capitale, venant d’un pays à la réputation si lisse et bienveillante. Mais que se passe-t-il au pays des castors ?

Canadian Truckers Test Government's Crypto Powers - Blockworks

Après 24 jours d’occupation, les policiers ont chassé du centre d’Ottawa les manifestants venus protester contre la vaccination obligatoire et les mesures sanitaires. En tout ce sont 191 arrestations et  79 véhicules remorqués. 

Le concept de dictature selon Arendt et le droit

Le terme dictature vient du latin « dictatura » qui signifie « ce qui parle ». Et la dictature en Occident, ça ne parle plus, c’est un régime réservé aux autres sauvages d’Amérique du sud, d’Afrique, de Corée du Nord ou de Russie.

La dictature moderne se définit comme « un régime de concentration des pouvoirs aux mains d’un homme, d’une assemblée, d’un parti qui l’exerce alors sans limite (soit qu’elles n’existent pas, soit qu’il ne les respecte pas) et qui pallie sa faible légitimité par l’exercice abusif de la force. »

Ses critères sont les suivants : L’illégitimité du pouvoir ; La concentration des pouvoirs ; Un exercice arbitraire du pouvoir et un usage démesuré de la violence.

The genius of Hannah Arendt - Exberliner

Hannah Arendt, grande spécialiste de l’étude du totalitarisme, prenait grand soin à ne pas mélanger dictature et tyrannie.

« La dictature dans le sens original du concept et du mot n’est pas une tyrannie – c’est une suspension temporaire des lois en cas d’urgence, généralement pendant une guerre ou une guerre civile » (pendant une crise donc).

Toute ressemblance avec quelconque évènement est purement fortuite.

Debunker les debunkers de la légalité

Là, je franchis le Rubicon de la pensée autorisée, oser faire un article un article à ce sujet ? n’ai-je pas honte ?

Denise Bombardier s’offusquait déjà dans une tribune publiée le 12 novembre 2021 que des Canadiens puissent estimer ne serait-ce que quelques secondes vivre dans une dictature, ces demeurés qui ne s’informent « que sur les réseaux sociaux aux relents nauséabonds et fourbes ».

Qu’est ce qu’ils n’ont pas compris ceux-là à la fin ! « Nous sommes depuis près de deux ans en état de guerre contre la Covid-19 » et cette fin justifie les moyens.

« Les accusations de régime autoritaire sont irresponsables » (ah, on a déjà entendu ça quelque part nous les français) – « regardez ce qu’il se passe ailleurs » (il vaut mieux vu ce qui est en train de se passer au Canada) – « le gouvernement ne fait qu’exercer son autorité, pas son autoritarisme » (je crois que quelqu’un qui ferait preuve d’autoritarisme ne dirait pas mieux).

Certes il y a une gouvernance par décrets depuis 2 ans mais « le gouvernement n’utilise que des mesures légales ». On y vient, c’est légal.

Est-ce que tout ce qui est légal est juste ? proportionné ? Ne pas laisser les noirs s’asseoir avec les blancs dans un bus, c’était légal – lors de mon premier cours de droit, j’ai entendu ces mots « le droit n’est pas juste, si vous êtes venus pour ça vous allez être déçus ».

Et le meilleur pour la fin « qu’ils aillent vivre dans ces régimes dirigés par un dictateur ou un tyran pour refroidir ce qu’il leur reste d’esprit ». 

Toujours ce même raccourci sur la Corée du Nord, qui néglige le détail le plus fondamental : le temps. 

Une dictature, ça s’installe.

Un épisode autoritaire s’est installé ce weekend au Canada

Que cela plaise ou non à la bien-pensance, l’autoritarisme s’est installé dans les rues d’Ottawa ce week-end. Ces mêmes images auraient créé un tollé si elles décrivaient des scènes se déroulant en Russie. Que dit maintenant Denise Bombardier quelques mois après avoir écrit cette tribune ? (et tous ceux qui sont d’accord avec elle ?).

Reprenons ensemble les critères de la définition de la dictature :

L’illégitimité du pouvoir : les canadiens ont-ils voté en pleine conscience de l’allégeance que porte Trudeau à Klaus Schwab ?

 La concentration des pouvoirs : Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a affirmé, samedi 19 février, que les pouvoirs octroyés par la loi ont permis le gel de 76 comptes bancaires représentant 3,2 millions $ – tout ce la sans passer par un juge !

Un exercice arbitraire du pouvoir : des truckers affirment avoir été menottés et jetés dans un fourgon avant d’être relâchés 15 minutes plus tard – oui, un manifestant pacifique ne peut être inculpé dans un lieu public

(nous vous donnons également d’autres exemples de mesures arbitraires dans notre article de ce matin)

  • un usage démesuré de la violence
Celle-ci se passera de commentaire.

Comme si tout cela n’était déjà pas assez inquiétant, Justin Trudeau a avoué récemment que certaines mesures « temporaires » prises à l’encontre des manifestants ne seraient pas si temporaires que cela finalement …

D’après Hannah Arendt, la dictature est temporaire, pas la tyrannie, mais « une tyrannie est toujours née lorsque la majorité des pays européens étaient déjà soumis à une dictature ».  Toujours selon le même auteur, idéologie et terreur sont le terreau de la tyrannie. Idéologie et terreur, c’est bien le programme que nous réserve les mondialistes.

Toujours pas convaincus ?

Réactions mitigées au décès de Fidel Castro


Moi aussi, j'objecte conscience

Rejoignez le rang des objecteurs de conscience. Agissez concrètement pour la résistance. Montez de la mine, descendez des collines ! Le moment est venu.
180 Shares:
13 commentaires
  1. Cette analyse me semble transposable , des circonstances analogues se ” rencontrent” dans certains Etats Démocratiques aux nombreux personnages dûment élus. Que dire par exemple: Arborer une Colombe de la Paix sur un Drapeau ( Blanc qui plus est ) ne fait pas bon ménage avec les forces de l’Ordre, reconnaissons que dans ce cas précis il ne s’ agirait que d’ un prémice…..

  2. Trudeau n’ayant pas de petite moustache, nos médias subventionnés ne pourront concevoir qu’il est un dictateur. Idem pour Macron.
    Quand les croyances et les images remplacent la réflexion, malmener le droit devient très facile. Ce qui se passe aujourd’hui n’aurait pas pu avoir lieu sans l’abrutissement des populations occidentales. Et ceci a été patiemment opéré par le soft power conjoint des médias, de la culture et de l’Education. Certains cahiers de l’OCDE des années 80 indiquaient comment il fallait “réformer” les systèmes éducatifs…

    1. Oui mais le système n’est pas idiot, il connaît la force des images et dés symboles. Toute personne faisant de la politique ou s’intéressant à la société doit savoir plus que tout autre chose, bien avant tout discours, ces derniers étant toujours formatés pour ne pas apparaître inquiétant quand un Zemmour dit « brutal » be fait que d’écrire un réel « brutal », quel est le poids des symboles et savoir les décrypter. La barbe a été un indicateur de sagesse antique, mais aujourd’hui depuis Marx et sa prolongation islamique elle est devenu un symbole d’idéologie et d’extrémisme, surtout qu’agnelle est taillée avec soin comme chez les Frères. Chez les Young, le modèle sera celui impersonnel du col bleu par nature obéissant et moutonnier dans la grande usine de normalisation étatiste. Puis on prendra quelques symboles faussement borderline comme Greta pour ajouter une teinte de rebellitude. Pour qui ne maîtrise nikés symboles ni les masques perpétuellement changeant de la bête, il y a évidemment de quoi y perdre son latin, ses plumes et sa liberté. Je conseille la lecture de l’extraordinaire « Dictionnaire des Symboles » d’Alain Gheerbrant. Et « Ces gestes qui vous trahissent » de Joseph Messinger. Des musts en la matière. À usage modéré en sortie de lecture, pour ne pas psychoser excessivement…

  3. Le matin, chacun va à ses intérêts particuliers et de fait enrichit l’intérêt collectif.
    Montesquieu

    La grève de la consommation, silencieuse, fait beaucoup plus de dégâts que des manifs qui
    finissent par être brutalement réprimées.

  4. Le Canada est-il devenu une dictature ? Non évidemment ! J’ai beaucoup d’amis canadiens, un peuple libre et très grand dans sa tête, à la mesure de la taille de leur territoire, le 2ème du globe en terme de surface. Par contre, ce qui est certain, comme ici avec le gamin cinglé du 55, c’est que Trou d’eau est un « sale con d’enfant gâté sur un siège éjectable ».

  5. bonjour,
    à l’argument “allez donc voir en Corée du nord !” (sous-entendu: ne vous plaignez pas c’est pire ailleurs), j’oppose maintenant le fait que c’était déjà sûrement ce que devaient entendre les grévistes du début du 20e siècle qui réclamaient de meilleures conditions de travail, notamment ceux de 1936, et 1968, qui n’ont pas capitulé face à cet argument, et qui ont permis toutes les avancées sociales que l’on connaît, congés payés, salaire minimum, représentation syndicale (même si elle est en perte de vitesse), etc etc … tous ces avantages étant par ailleurs largement utilisés et plébiscités par ceux la même qui nient la lente évolution de nos sociétés vers de nouvelles formes de dictatures car, bien sûr, on ne verra plus de petit homme à moustache avec le bras levé pour mener le peuple vers de soit disant jours meilleurs (quoique …)

  6. Je suis né et j’ai grandi dans une dictature qui était aussi une tyrannie dans un pays d’Afrique. Et je suis de plus en plus frappé par le parallèle entre mon adolescente et la situation actuelle : nous avons des dirigeants qui sont polis, souriants qui utilisent des termes modèles avec du franglais. Nous avons des institutions de contrôle : un Conseil d’Etat, un Conseil constitutionnel, nous avons une constitution. Mais un petit groupe d’individus peut imposer sa volonté à tous et toutes: leurs arguments ne survivent pas au bon sens : c’est pas grave car tous les contre-pouvoirs se taisent.
    Je crains que pour avoir une idée futur des français il faut regarder du côté de la situation actuelle des anciennes colonies françaises.

    1. Tout à fait d’accord SOKO !!!
      C’est d’ailleurs de là que vient le danger…la dictature s’installe lentement…la grenouille qu’on fait cuire et commençant par de l’eau froide…Nous sommes des grenouilles !!!

  7. Tous les pays occidentaux sont dans la même logique, donc c’est bien un plan. Après l’Australie, la NZ, l’Autriche, la France, le Canada monte un barreau supplémentaire de l’échelle. Cependant, l’inflation, les pénuries (organisées ou pas) de produits, les dysfonctionnements de toutes les chaines logistiques et le petit merdier s’installant en Europe de l’Est devraient finir par éveiller les foules. Car ce qui sépare la civilisation du chaos, c’est 9 repas. Et dans le chaos, toutes les fractions jouent leur jeu, en bordel. Fudeau, comme Monarc sont des morts en sursis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer