[PAYANT] Olaf Scholz gèle Norstream2 et l’Union Européenne est la grande perdante du chaos géopolitique mondial

Géopolitique du Chaos n°2 - (1) Brève synthèse de la situation en Ukraine - (2) Olaf Scholz chancelier fragile et facile à faire chanter - L'Union Européenne devient la variable d'ajustement du chaos géopolitique mondial

Brève synthèse de la situation en Ukraine

Pour comprendre ce qui se passe en Ukraine, je propose dix points de repères: 

+ Depuis les années 1990, les Etats-Unis ont résolu de faire basculer l’Ukraine dans le camp occidental. Ils ont d’abord essayé en 2004 par la Révolution Orange. Puis en 2013-14 par le coup de Maïdan. Enfin, depuis plusieurs mois, poussant le gouvernement de Kiev à “en finir” avec les sécessionnistes du Donbass. 

+ Le résultat a été de plonger l’Ukraine, toujours plus, dans la corruption et la misère; et, surtout d’arriver à diviser irrémédiablement cette mosaïque de confessions religieuses et d’histoires locales. Aujourd’hui, on peut dire que l’Ukraine comme nation souveraine née en 1991 sur les décombres de l’URSS appartient irrémédiablement au passé. 

+ La seule manière de préserver l’Ukraine aurait été de garantir sa neutralité. Mais les USA n’en voulaient pas. Bill Clinton, les Bush père et fils, Barack Obama, Joe Biden ont voulu exploiter à fond le retrait géopolitique de la Russie de l’Europe centrale et orientale.  

+ Ce que les USA ne prévoyaient pas, c’est le surgissement de Vladimir Poutine. Ce dernier, au pouvoir comme président ou premier ministre en Russie depuis 1999, a progressivement reconstruit la puissance militaire russe et il se révèle un maître de la contre-attaque ciblée (Guerre de Géorgie de 2008, repirse de la Crimée en 2014, reconnaissance des républiques sécessionnistes du Donbass hier 21 février 2022)

+ Avec les années, ce que les stratèges du Pentagone voyaient comme une ambition géopolitique – s’emparer de l’Ukraine pour ébranler la puissance russe – est devenu un projet idéologique: renverser Vladimir Poutine car face à l’individualisme radical des dirigeants américains (hors Trump) la Russie incarne le conservatisme et le souci de la souveraineté des Etats dans un monde qui devrait être fondé sur l’équilibre des puissances. 

++ Les dirigeants américains sont partie de l’idée que Poutine allaient tomber dans leur piège et envahir toute l’Ukraine. Mais le Président russe a esquivé toutes les provocations. 

++ Enragés de constater que Vladimir Poutine ne réagit pas comme attendu, les dirigeants américains ont encouragé l’armée ukrainienne et les milices fascistes venues de Galicie orientale à reprendre la guerre contre les républiques sécessionnistes du Donbass. 

++ La France et l’Allemagne ont été incapables, depuis 2014 – ou n’ont pas voulu dans le cas de Madame Merkel, faire respecter les Accords de Minsk qui avaient mis fin à la première guerre du Donbass. 

++ A partir du moment où les populations russophones du Donbass commençaient à se réfugier en Russie, signe d’une reprise des hostilités, le président russe n’avait plus de raison de retarder la reconnaissance et la protection militaire accordées aux républiques sécessionnistes du Donbass. Les populations russes ou russophones vivant hors du territoire de la Russie doivent savoir qu’elles seront protégées par la Russie en cas d’agression. 

++ Vladimir Poutine a l’intention d’attendre la prochaine provocation occidentale, sur laquelle il s’appuiera  pour verrouiller encore un peu plus un dispositif d’intervention indirecte (le plus souvent) qui lui permet d’empêcher que l’Ukraine bascule dans l’OTAN. 

Le Chancelier Olaf Scholz fragile et facile à "faire chanter": l'Allemagne et l'UE grandes perdantes de la crise ukrainiennes

Le Chancelier Scholz a donc décidé de suspendre les procédures d’homologation du pipeline Nordstream2. Un énorme danger pèse désormais sur l’économie allemande: celui de voir les prix de l’énergie considérablement augmenter dans une économie qui a renoncé à l’énergie nucléaire depuis 2011. 

Les médias – et la Chancellerie allemande – vont vous donner l’impression que l’Allemagne est puissante et forte et fait cela de son plein gré. En réalité, c’est elle qui est la plus touchée. La livraison de gaz russe au tiers du prix du gaz que vont lui livrer les Américains est une perspective dévastatrice pour l’économie allemande. 

En réalité, le Chancelier Scholz n’a pas eu le choix. Il est éminemment vulnérable. Dès avant son élection, la rumeur courait selon laquelle l’ancien maire de Hambourg serait impliqué dans le scandale CumEx, du nom du mécanisme par lequel des banques et des entreprises de différents pays européens ont construit un système de prêts d’action entre elle pour pouvoir déclarer deux fois les mêmes actions et donc doubler les déductions fiscales liées. 

Bien entendu, rien n’a été encore définitivement prouvé concernant l’ancien maire de Hambourg, ministre des Finances du gouvernement Merkel, qui aurait eu connaissance de tels agissements et ne les aurait pas dénoncé ni fait investiguer quand il était ministre, vu qu’il aurait fallu enquêter sur des soutiens politiques locaux, bailleurs de fond de ses campagnes. 

Angela Merkel pouvait ignorer les pressions de Donald Trump pour renoncer au gazoduc de la mer Baltique.  Olaf Scholz, lui, est éminemment vulnérable. Est-il totalement le fruit du hasard que l’enquête sur son rôle éventuel dans le pacte de corruption auquel aurait participé la Banque Warburg, installée à Hambourg se soit accélérée ces dernières semaines et que les médias aient commencé à parler plus du sujet? 

En réalité, le Chancelier allemand a capitulé rapidement. Nous avions fait état ces dernières semaines de ses velléités de résister aux pressions américaines. ainsi que des pressions classiques qu’il subissait de la part des réseaux transatlantiques. Comme cela ne suffisait pas, la machine à chantage s’est déclenchée. Et elle sera entretenue à petit feu dans les prochains mois. 

Car les Etats-Unis savent qu’ils ne pourront pas gagner face à la Russie – au mieux neutraliser sa puissance; en revanche il s’agit de gagner quelque chose dans l’affaire en brisant la puissance européenne. Certes les Etats-Unis constatent le renforcement constant des liens entre la Russie et la Chine. Et l’Inde – qui est membre du QUAD (le quadrilatère de discussion stratégique et de coopération antichinoise entre les Etats-Unis, l’Australie, le Japon et l’Inde) – ne veut en aucun cas s’engager à leurs côtés dnas la crise ukrainienne – ses relations avec la Russie sont trop importantes. 

Dans le jeu stratégique,  diplomatique et économique mondiale, l’Union Européenne devient de plus en plus la variable d’ajustement qui permet aux Etats-Unis d’éviter une défaite stratégique. Au fur et à mesure que s’éloigne le vieux rêve de Brzezinski de voir les Etats-Unis dominer l’Eurasie. Au fur et à mesure de l’abandon de la diplomatie à la Kissinger qui avait comme double objectif de (1) toujours permettre aux Etats-Unis d’être alliés soit à la Russie soit à la Chine pour éviter la coalition des deux puissances contre elle; et (2) d’éloigner l’Inde de la Russie, il ne reste plus qu’une chose à faire pour les Américains: briser définitivement la puissance européenne, à commencer par la puissance allemande. 

Le vieux slogan fondateur de l’OTAN – “Garder les Etats-Unis dedans, l’Allemagne tout en bas et la Russie dehors” (to keep the Americans in, Germany down and Russia out”) prend désormais un sens sinistre pour l’Europe, qui devient la seconde “Amérique latine”. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

About Post Author

40 Shares:
3 commentaires
  1. Comment est-ce possible qu’un responsable allemand déserve son pays d’une telle façon ? Le Nord Stream 2 offre à l’Allemagne une indépendance énergétique; le train de la route de la soie vers la Chine offre une indépendance pour la vente des produits en Asie sans devoir passer par la mer dominée par les américains. C’est l’occasion unique de s’affranchir de la soumission au dollar américain et …même de l’Euro. La seule explication que j’y vois est qu’il n’est plus au service de son pays.

  2. Tout ce cirque avec la Russie ne sert qu’à une seule chose ,faire en sorte qu’aux USA la population regarde ailleurs car il y a les élections de mi mandat qui arrivent ,il faut faire oublier les morts et décès liés au vaccins directement et indirectement. Par la même occasion continuer de faire peur aux européens pour mieux les soumettre .Ils tirent dans tous les sens ,ils savent que le délais imparti est dépassé , comme dit Bill Gates dans la video ,la prochaine fois il faudra aller plus vite ,au lieu de 2 ans il faudra mettre 6 mois.https://francais.rt.com/international/95948-vaccination-bill-gates-appelle-gouvernements-a-aller-plus-vite-pour-procbaine-pandemie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer