Le projet d’adhésion de l’Ukraine à l’UE cache-t-il le déclenchement d’un jeu d’alliance militaire ?

Ce lundi 28 février, Volodymyr Zelensky signait dans la journée une demande officielle d’adhésion en urgence à l’union européenne, et a réitéré son appel aux eurodéputés aujourd’hui par visioconférence. La Présidente de la Commission européenne semble favorable sur le principe, mais la procédure d’urgence réclamée par le président ukrainien n’existe pas en l’état actuel des traités. Ce n’est pas pour autant qu’une intégration de l’Ukraine moins rapide que demandée n’est pas au programme de l’UE, avec des menaces de jeux d’alliance militaire entre l’Union, l’OTAN et la Russie qui pourraient être irréversibles. 

Cette initiative reçoit un fort soutien des pays de l’Europe de l’Est, mais le  le président du Conseil européen, Charles Michel, a d’ores et déjà admis qu’il existait « différentes opinions et sensibilités au sein de l’UE sur l’élargissement ».

Point technique sur la procédure d’adhésion

Le droit européen n’est pas chose facile mais il faut malheureusement en passer par quelques digressions techniques pour éviter de tomber dans le piège du « scoop ». Car oui, l’immédiateté n’est pas une caractéristique première du droit de l’UE …

La procédure d’adhésion à l’UE est fixée à l’article 49 du traité sur l’union européenne, elle est ouverte à tout état :

  • proche géographiquement du continent européen
  • qui respecte les valeurs de l’UE
  • qui s’engage à les promouvoir

Une fois le pays devenu candidat, une stratégie de pré-adhésion est enclenchée pour accompagner le pays à « arriver au niveau » des “critères de Copenhague” qui établissent un certain nombre de conditions d’ordre démocratique, économique et politique, qui doivent être remplies par les pays qui souhaitent adhérer à l’UE (il faut mettre en place des réformes quoi) :

  • Le respect de l’État de droit et la garantie d’une démocratie « stable »
  • Une économie de marché capable de s’intégrer dans la concurrence européenne
  • L’acquis communautaire : l’État en question doit accepter de transposer le droit européen dans son droit national.
  • Un quatrième critère dégagé en 2006 : L’UE doit également avoir la capacité d’intégrer de nouveaux membres.

Ca fait beaucoup d’objectifs à remplir en très peu de temps …

La procédure d’adhésion en urgence réclamée par le président Ukrainien n’existe pas

A l’heure actuelle, la seule démarche existante d’adhésion prévue par les traités est celle de l’article 49 décrite ci-dessus, et c’est une procédure longue.

L’état dépose sa candidature, le Conseil doit voter à l’unanimité et recevoir un avis conforme du parlement européen, puis s’engage les négociations entre les états-membres et l’état candidat.  

La très bureautique Union européenne n’est pas célèbre pour la rapidité de ses procédures ! par exemple, la Croatie, dernier pas à avoir rejoint l’UE, a déposé sa candidature en 2003, est devenue officiellement candidate en 2004, les négociations ont débuté en 2005, se sont finies en 2011 et l’adhésion a eu effectivement lieu en 2013.

Cinq pays sont actuellement candidats à l’adhésion — la Turquie, la Serbie, la Macédoine du Nord, le Monténégro et l’Albanie — mais leurs candidatures sont bloquées depuis des années.

 A moins de changer les traités, on a peu de chance de voir l’Ukraine adhérer à l’UE demain matin, mais il est certain que le sujet est sur la table des négociations à moyen terme.

Si l’OTAN n’entre pas par la porte, peut-elle passer par la fenêtre ?

L’article 42 § 7 du traité sur l’Union européenne est une clause d’assistance mutuelle entre pays de l’UE, instituée par le traité de Lisbonne, dans le cas où un État membre subirait une agression armée.

” 7. Au cas où un État membre serait l’objet d’une agression armée sur son territoire, les autres États membres lui doivent aide et assistance par tous les moyens en leur pouvoir, conformément à l’article 51 de la charte des Nations unies. Cela n’affecte pas le caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains États membres.”

L’adhésion de l’Ukraine nous entrainerait-elle donc potentiellement dans un jeu d’alliance militaire ?

Assassinat en Turquie : pourquoi la comparaison avec François-Ferdinand ne tient pas

Et quel serait le rôle de l’OTAN dans cette réaction en chaîne ? 

21 Etats de l’UE sont actuellement membres de l’OTAN

le §2 de 42 du traité sur l’Union européenne tient compte du fait qu’un certain nombre de pays sur ces 21  s’en remettent à l’OTAN en priorité pour assurer sa sécurité. 

Comment l’UE et l’OTAN se coordonneraient-elles dans le cas d’un déclenchement d’alliance sur le sol européen ? 

 

Ce qui est certain c’est que la volonté des institutions européennes – et d’une partie importante de la population (dont nous ne remettons absolument pas en cause la sincérité) – de vouloir apporter son soutien à l’Ukraine en l’intégrant le plus rapidement possible à l’union se cache des conséquences militaires dont il faut bien prendre la mesure, ce qui est tout l’enjeu de cet article. L’enfer est parfois (souvent) pavé de bonnes intentions. 

 

Moi aussi, j'objecte conscience

Rejoignez le rang des objecteurs de conscience. Agissez concrètement pour la résistance. Montez de la mine, descendez des collines ! Le moment est venu.
39 Shares:
10 commentaires
  1. Si cela devait se produire, ce serait, une nouvelle fois, une entaille quant aux règles de l’UE. Mais Ursula nous a bien habitué au coup avec l’épisode Covid. Ou les débilités de notre bon BLM qui suivent les débilités de Macron. On a quand même un bon paquet de timbrés.
    Maintenant, à leur place, je la jouerais nettement plus cool. Le robinet de gaz peut s’arrêter immédiatement si ce type de conflit se prépare. Ou celui du blé, ou du titane, ou… Et je serais les pays baltes et la Pologne, je commencerais à serrer les fesses. Première ligne, premières victimes.

  2. mais c’est formidable tout ça, intégrons donc à l’union européenne un régime qui bombarde sa propre population, comme a réussi à le dire la journaliste anne-laure bonnel sur Cnews (https://lemediaen442.fr/anne-laure-bonnel-lukraine-bombarde-sa-propre-population-depuis-huit-ans-et-il-y-a-eu-13-000-morts/). ce genre d’infos risquant d’être rapidement censurée il vaut mieux visionner maintenant son documentaire sur le donbass tourné en 2015 : https://www.youtube.com/watch?v=6Oh-IE2zmJc&t=2s

    si l’union européenne intègre cette ukraine-là sans honte….

  3. “l’État en question doit accepter de transposer le droit européen dans son droit national.” … Donc les droits de l’homme blanc LBGTise, wokise, diversifié, remplacé …

  4. Le projet d’extension de pays à l’Europe n’est pas extensible à l’infini, sinon la Mongolie extérieure réclamera un jour d’y rentrer. Il faut rester dans les normes géographiques, culturelles et cultuelles européennes. Déjà le Bosphore est une limite géographique qu’on n’aurait jamais dû franchir. La présence de la Roumanie se justifie comme berceau d’une langue romanisée. Les langues slaves et germaniques aussi. Mais au-delà, cela devient quasiment impossible. L’islam est trop loin culturellement du projet européen. À cet aulne, l’entrée de l’Ukraine est plus justifiable que celle de la Turquie, de l’Albanie. Et la Serbie, vu son opposition au nazisme devrait en être membre de droit. Mais l’UE entretient encore, par ses Kouchner boys, l’illusion que le Kosovo fait partie du camp des « gentils »…

  5. Et pendant qu’on débat de tout cela, on oublie le véritable sujet.

    Nous sommes, ici, soumis à un état d’urgence et à une restriction de toutes nos libertés, selon un dispositif qui n’existe pas dans la Constitution, mais qui provient d’une puissance étrange…. la fameuse “loi d’urgence sanitaire”.

    Alors, chaque fois que l’on parlera de l’Ukraine, replaçons, encore et encore, le sujet sur la table, que ce soit dans les articles ou dans les commentaires.
    Parce que sinon, c’est faire exactement le jeu qu’ils ont préparé : créer une autre panique destinée à nous faire oublier que sommes dans régime quasi dictatorial.

    Donc, quelles que soient les inventions de l’oligarchie (guerre, arrivée des extraterrestres, comètes qui nous tombent dessus- eh oui, c’est la suite du programme si celui de la guerre ne fonctionne pas) , réclamons partout nos libertés !
    Nous voulons l’abrogation de l’état d’urgence sanitaire et le retour à toutes nos libertés !

  6. Vu qu’il semble bien que les bruits de couloir disant que Volodamort a détourné $41 M pour les mettre à gauche sur un compte aux îles Vierges soient vrais, il est donc tout à fait qualifié pour entrer de plain-pied dans l’ue, même si cette somme montre qu’il n’est qu’un petit joueur par rapport aux non-élus du politburo de la kommandantur ue de la grosse commission…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer