Comment Vladimir Poutine pourra(it) entraîner les USA dans une confrontation directe

Pour l'instant, l'hypothèse d'une confrontation directe entre les USA et la Russie est totalement écartée par Joe Biden, alors que Vladimir Poutine a annoncé qu'il était prêt à l'escalade nucléaire (comme nous l'avons pronostiqué dès le premier jour du conflit). Mais les USA auront-ils vraiment le choix ? En décryptant patiemment l'activité militaire sur le terrain, telle que nous pouvons la connaître à distance, on peut penser que, dans les semaines qui viennent, il sera de plus en plus difficile pour l'armée américaine de ne pas être entraînée dans un conflit ouvert et sans intermédiaire européen avec l'armée russe. Nous sommes convaincus que le Pentagone en a parfaitement conscience, et que cette perspective explique l'ensemble de la stratégie suivie par les parties prenantes depuis une semaine.

Dans l’esprit de l’opinion publique occidentale, une confrontation directe avec la Russie ne paraît guère possible. Encore moins une confrontation directe entre les USA et la Russie par armes nucléaires interposées. Biden l’a déjà exclue, et cette annonce suffit à convaincre tous les gogos qu’elle ne peut pas arriver. 

Pourtant, pourtant… les opérations sur le terrain donnent une tout autre sensation, et même un pressentiment contraire. 

L’étrange réception de la menace nucléaire en Europe

Comme nous l’avions pronostiqué, Vladimir Poutine a rapidement fait miroiter l’escalade nucléaire dans le conflit. Son intention était de “dégriser” l’Occident

Mais la société du spectacle fait son oeuvre. L’intervention de Poutine a suscité des sarcasmes et des accusations de folie. 

Je regardais hier, furtivement, l’émission de Pascal Praud sur CNews, où l’ancien commentateur sportif a expliqué qu’un général avec qui il déjeunait lui a soutenu que cette annonce de Poutine était du bull-shit. Donc, c’est du bull-shit. 

Voilà à quoi se résume aujourd’hui le rôle d’information assumé par les medias réglementés : déjeuner en ville avec des généraux à la retraite qui donnent leur avis sur tout. 

Donc, les médias aux mains des milliardaires nous expliquent désormais que Poutine est un fou incompétent, qui dit n’importe quoi, comme ils nous expliquaient il y a deux ans que le COVID était le résultat d’une morsure d’un chinois par un pangolin lui-même mordu par une chauve-souris. Et tout le monde devait y croire sans broncher. 

La stratégie de Poutine mise sur le long terme

Pour l’instant, les opérations militaires en Ukraine font l’objet de commentaires très exacerbés, d’un côté comme de l’autre. 

En réalité, personne (et c’est bien normal), ne connaît véritablement les buts de guerre de Vladimir Poutine. Toutefois, comme le faisait remarquer Edouard Husson dans son dernier bilan des opérations, le renseignement américain est efficace, et semble lucide sur la situation réelle. 

On peut donc faire confiance aux craintes américaines diffusées dans l’OTAN, à propos d’une extension du conflit à la Roumanie, par exemple, ou à l’hypothèse d’une guerre longue. Emmanuel Macron lui-même a annoncé cette guerre longue et déployé de nouvelles troupes en Roumanie, signe qu’il existe une inquiétude significative sur le sujet. 

Ce rappel montre la fragilité des commentaires journalistiques qui se moquent de l’armée russe parce qu’elle n’a pas pris possession, en huit jours, d’un pays plus grand que la France, mais moins bien équipé en autoroutes et en chemins divers. On retrouvera, dans cette réaction, les méfaits propres à la société du spectacle : on confond les images d’Hollywood avec la réalité. 

Mais non, l’invasion de l’Ukraine n’est pas un film de guerre, ni une opération de communication. Elle est le fruit d’une stratégie mûrement réfléchie, préparée, qui se projette sur le long terme.

L’armée russe et la tenaille grandeur nature

Selon les premiers décryptages (fragiles, incertains) que l’on peut déduire des opérations militaires qui se déroulent en Ukraine, on peut retirer quelques lignes directrices, qui confirment cette hypothèse d’une guerre longue. 

Premier constat : l’attaque russe repose très largement sur une tactique d’esquive et de progression lente. L’armée russe n’a pas bombardé massivement les villes ukrainiennes, et les affrontements semblent, pour l’heure, relativement limités. Tout se passe comme si l’armée russe faisait machine arrière lorsqu’elle rencontrait une résistance trop forte. 

Deuxième constat : l’armée russe pratique une sorte de capillarité sur le territoire ukrainien, et avance en crabe dans un mouvement difficile à cerner, mais qui laisse présager une stratégie d’encerclement progressif. Kharkov est assiégée, et une immense tenaille semble se dessiner autour de Kiev. Au sud, Marioupol devrait être rapidement encerclée dans une tenaille entre les troupes venues du Donbass et les troupes venues de Crimée. 

Peu à peu, les forces ukrainiennes se retrouvent donc encerclées dans des poches dont l’accès devrait être de plus en plus difficile, voire impossible.

La tactique du noeud coulant

Progressivement, l’armée ukrainienne devrait se trouver disloquée et enfermée dans une série de forteresses urbaines, en ayant causé des pertes modestes à l’armée russe. 

En fait, le front ukrainien devrait devrait ressembler à une série de noeuds coulants, l’un à Kharkov, l’autre à Kiev, l’autre à Marioupol, que l’armée russe resserrera progressivement en encaissant le moins de pertes possibles. 

On mesure d’emblée le risque de cette bombe à retardement : dans les semaines qui viennent, l’OTAN pourrait devoir réagir à une situation désagréable où des troupes ukrainiennes affamées appellent au secours…

On attend avec impatience de voir comment réagiront tous ceux qui, en Europe, appellent à la guerre à distance avec hargne. 

L’engagement inévitable des troupes de l’OTAN

Si l’hypothèse que nous émettons devait se dérouler comme nous l’indiquons, ce qui paraît très plausible au vu des observations actuelles (mais nous ne sommes pas dans la tête de Poutine), deux solutions se présenteraient alors :

  • soit l’Ukraine capitule et tombe dans les mains de l’armée russe, ce qui obligera l’OTAN à concéder sa défaite, et balaiera la stratégie américaine d’intégration de l’Ukraine à l’alliance menée depuis plus de dix ans
  • soit l’Ukraine résiste et appelle à l’aide pour sauver son armée encerclée par bribes.

Dans cette dernière hypothèse, l’OTAN sera sommée d’établir un pont aérien pour sauver les assiégés. 

C’est là que le problème commence : tôt ou tard, l’OTAN devra se porter au secours de son allié ukrainien, ne serait-ce que par une aide aérienne, qui sera l’occasion rêvée de passer au conflit dur. L’armée russe pourrait en effet considérer tout ravitaillement aérien comme un acte hostile, et en tirer prétexte pour abattre les avions de l’OTAN.

On mesure l’escalade qui serait alors enclenchée. 

Le compte à rebours est commencé

Pour l’instant, la guerre en Ukraine nous paraît un spectacle aussi désincarné que le COVID n’a pu l’être. C’est le propre de l’agenda du chaos que de nous hypnotiser avec des représentations qui guident nos actes, sans que nous n’apercevions la réalité qui se cachent derrière cet écran. 

Mais la guerre en Ukraine devrait rapidement nous rattraper et briser les images. Elle laissera la place à une réalité très brutale : la violence du combat à l’état pur, et probablement la violence nucléaire. 

Il ne nous reste que peu de temps pour continuer à rêver, et pour jouer aux héros dans une guerre qui ressemble pour l’instant à un jeu vidéo. Dans les semaines qui viennent, la probabilité d’un retour à la réalité sera très forte. 

Moi aussi, j'objecte conscience

Rejoignez le rang des objecteurs de conscience. Agissez concrètement pour la résistance. Montez de la mine, descendez des collines ! Le moment est venu.
155 Shares:
43 commentaires
  1. Moi je crois que Poutine est psychologiquement comme Trump, un ours qu’on aura trop chatouillé dans sa tanière et son territoire de chasse, au réveil de son hibernation. Et il fait juste le nécessaire, pas plus, pour qu’on ne l’emmerde plus avant 25 ans. Et que l’UE et l’OTAN arrêtent de l’emmerder chez lui ! Point barre. Il est prêt à casser l’UE et l’OTAN pour bien se faire comprendre, mais pas plus. C’est ce que je ferais à sa place face aux escadrilles de souris en progressions constantes pour installer des terriers autour de son territoire depuis des lustres pour le harceler. On devrait réfléchir en termes éthologiques, pas théoriquement. L’escalade nucléaire n’est pas au programme, sinon une partie de Moscou et de Washington seraient rayées de la carte. Poutine n’a jamais cru à la persistance sur le long terme de l’URSS, il veut juste qu’on lui foute la paix. Le retour de l’expansion communiste ? Mais quelle idée folle !

    1. Pourquoi argumenté-je en termes éthologiques ci-dessus ? Pour avoir travaillé avec des Russes en musique, où l’on ressent une vibration vitale inconnue ailleurs, j’ai constaté que sous le vernis civilisationnel, le peuple avait gardé un fond primitif très prégnant et brutal, quasi animal sous la surface, et qu’à la moindre contrariété c’est ce cerveau limbique qui redevenait dominant. Alors il ne sert à rien d’accuser Poutine d’être « violent ou brutal », il est à l’image du peuple russe qui doit survivre depuis des millénaires dans des conditions climatiques dantesques. Je rigole un peu quand je vois la psyché supérieure et raffinée, quasi méditerranéenne, des plateaux de télévision émettre des jugements de valeur sur la psychologie poutinienne « barbare », comme s’ils se prenaient du haut de la dunette pour Darwin débarquant sur les Galápagos… On sent bien que ces êtres dits supérieurs n’ont pas eu à se battre physiquement pour survivre depuis une ou deux générations ! Nous avons perdu en Occident cette hargne du combattant ; en Russie, elle fait partie du caractère et de la formation. Là-bas, la vie a toujours été un combat de tous les instants. Le modèle occidental a pour projet de détruire la virilité et la masculinité, pour les remplacer par des hommes XY qui risquent de devenir sous peu des XXY, des femmes bis quoi ! et ne défendront plus leurs épouses, qui elles qui se tourneront vers un modèle africain décidément plus costaud moralement et physiquement. Il suffit de regarder les équipes de football occidentales… Sous la conjoncture guerrière, c’est fondamentalement ce que Poutine reproche aux occidentaux de l’UE et des USA de vouloir importer chez lui par l’Ukraine ! Dans une lutte pour la survie, le fond anthropologique parle souvent plus que la culture et la stratégie militaire. Caramba!

      1. Il apparait que la Banque du NWO est derrière l’attaque de l’Ukraine, et voulait en finir depuis longtemps avec Poutine, car il contrevenait aux plans de celui-ci dans lequel l’Ukraine est une pièce essentielle. Dès lors, le régime légitime et souverainiste de Moscou vit actuellement sa survie face aux forces qui veulent anéantir l’humanité et les récalcitrants à ce NWO. Quand on écoute ce matin le Ministre de l’Économie française, Lemaire, que je ne reconnais plus, qii se propose ni plus ni moins d’anéantir l’économie russe, et l’on nous dit que ces gens son censés et mentalement bien portants ! Cette banque c’est celle du Président qui nous sert de dictateur depuis 2017.

        Et alors la Banque de ce NWO, qui tient l’UE et les USA a décidé d’en finir avec Poutine. Le NWO de Davos va le payer cher, et le NWO, qui est un nouveau nazisme planétaire, va périr de sa belle mort. C’est sa fin.

        Le NWO de Davos a vécu son acmé lors de la Crise du Covid, sciemment organisée selon une plandémie (cf. EVENT 201), comme le fait de sa gloire, où tous les individus de la Terre se coucheraient comme des esclaves devant son projet prométhéen transhumaniste… Et des centaines de millions d’aveugles enchainés par l’œil d’Horus et la Pyramide de la Raison dépravée ont cru à la révélation millénariste qu’il fallait suivre sans réfléchir… Complètement anesthésiés par le narratif frauduleux et faussement scientifique ! Le gamin a été jusqu’à dire qu’il fallait maintenant vacciner toute la terre, quasiment de force, comme si c’était une évidence médicale. Le Pr. Christian Perronne et le Dr. Geert Vanden Bossche, deux sommités mondiales des vaccins, nous ont dit et répété que ce projetd e vaccination ARNm Pfizer était une hérésie de la médecine et de Santé Publique… Et comment alors ont réagit les pays souverains et légitimes qui ont soigné leur population par les thérapies efficaces (IVERM, HCQ, etc.), ils l’ont traité pour ce qu’ils est : un fou. Mais savent-ils, ces fous, ce fou, qu’il faudrait qu’ils nous exterminent tous un par un pour arriver à ses fins ?

        Et comment ces fous ont-ils décidé de sortir de leur vaccination mondiale obligatoire pour sembet-il, de leur point de vue, ne pas perdre a face ? Et bien faire la guerre au méchant de service qui ne voulait pas se couler dans le modèle narratif et sanitaire de leur raisonnement non scientifique. Il leur a fait savoir qu’ils étaient fous. Dès lors, il fallait se débarrasser de ce pouvoir opposant de Moscou qui pourrait détruire à terme le NWO et ses mensonges, qui subjuguent désormais les anciens pays du Monde Libre issu de la IIème WW, de Yalta et de Bretton Woods. Dont les normes étaient au bord de l’écroulement financier, telle la Tour de Babel du Berlaymont, à cause de l’empilement forcené des dettes de Ponzi, là aussi pyramidales à un niveau jamais vu dans l’Histoire de l’Humanité.

        Comme le disait ici un commentateur fort avisé, “les Russes ont remplacé le virus”.

        Mais pire, pour sortir de cet effondrement financier, Pfizer a vacciné à milliards & corruption, et la Banque réclame désormais, comme en 1914, une bonne guerre et ses dividendes pour le complexe militaro-industriel. Le système financier du NWO menace d’écroulement, il faut donc le sauver. Il faut sauver le soldat Gamin… qu’est pas un Mozart de la Politique et de la Diplomatie, mais on fait avec c’qu’on a sous la main… Donc une guerre, tiens, rien de mieux !

        Qui allons-nous donc choisir cette fois-ci, après Saddam, Mouammar, Hafez ? Ah, Vlad était le suivant sur la liste parce que l’armée de Ping, c’est trop, beaucoup trop gros. De plus elle a un voisin complètement psychopathe et dégénéré par génétique familiale, qui dort avec le bouton nucléaire sous l’oreiller… Non, trop dangereux la Mer de Chine…

        La guerre contre la Russie est donc bien le dernier acte de folie du NWO dans son espoir cinglé de mettre en esclavage la population entière de la Terre. Ils sont finis, ils sont tombés sur un os, qui ne compte pas se laisser faire. C’est vraiment et extrêmement triste à dire, à se l’avouer, je l’avoue, mais le Dictateur du Kremlin représente désormais la Résistance et le Monde Libre face au NWO tyrannique… Je ne croyais pas que je serais capable, un jour, de dire cela, quand les apparences des médias mainstream mensongers nous font croire à une résurgence de l’URSS et du Nazisme. Je vais me relire et me pincer car je n’y crois pas encore, malgré les évidences ! Car les fous sont désormais à Washington et à Bruxelles… Qui l’eût cru ?

        Un dernier espoir : l’élimination du gamin fou (président de l’Europe…) le 10 avril 2022, et du vieux sénile lors des mid-term en novembre. Sinon ils vont nous envoyer ad patres, ces malades mentaux. C’est ce qu’affirme le Pr. Guy Millière sur Dreuz depuis l’arrivée de l’Alzheimer au 1600.

        Une IIIème WW est possible avec ces tarés.

        1. Entièrement d’accord avec cette analyse, mais quant à : “Le NWO de Davos va le payer cher, et le NWO, qui est un nouveau nazisme planétaire, va périr de sa belle mort. C’est sa fin.” …que Dieu vous entende !

        2. Tout à fait j’en etait rendu à la même conclusion que vous François (et pas FrançoisE 😉 Poutine est en quelque sorte notre seule chance pour enrailler le projet de l’autre “tête d’œuf ” de Schwab avec son great reste…

        3. Il y a peut-être un autre espoir: que lors des négociations entre Zelensky et Poutine, celui-ci se charge d’expliquer au premier que, s’il veut sortir vivant de cette affaire, il ferait mieux de bien choisir son camp. Se rappeler Saddam…

      2. Je dirais que les Russes ont en eux une force profonde héritée de l’adversité non seulement du climat mais de leur Histoire. Mais je rajouterais que, loin d’être une force brute, ils ont une intelligence des situations et des événements, une finesse d’analyse que l’on ne retrouve plus chez nous depuis longtemps. Leur système scolaire y est certainement pour quelque chose. Et, chose très appréciable, ils considèrent tous les êtres humains fondamentalement comme égaux, ce qui exclut le sexisme et le racisme. Je parle de mes expériences d’il y a 30 ans environ, mais les choses ont peut-être changé aujourd’hui avec l’influence occidentale.

    2. Je suis entièrement de votre avis.
      L’escalade nucléaire n’est pas au programme, justement parce que Moscou et Washington seraient rayé de la carte, ainsi qu’une partie de l’Europe et ainsi, il n’y aurait plus de lieu où vivre normalement, puisque le nucléaire ne laisse pas le terrain “propre”

      De plus, je ne pense pas que ce soit une guerre longue : personne y a intérêt.
      Seulement pour les midterm elections, les élections françaises et sans doute quelques autres…
      Pour manipuler les foules et faire voter pour les -faux- sauveurs de l’humanité.

      Au fait avez vous remarqué que les deux camps qui s’affrontent ont des options vaxxinales différentes?
      l’Europe, les EU sont pour l’ARNm, les autres pour un vaccin à virus atténué?

    3. Je suis d’autant plus d’accord avec vous que l’analyse du Courrier des stratèges oublie une troisième alternative : que l’armée russe réalise le “grand nettoyage”, c’est-à-dire détruise les milices néonazies et les islamistes tchétchènes, et peut-être aussi les laboratoires de “recherche médicale” qu’il soupçonne fortement d’être des copies de celui de Wuhan, donc des labos de guerre biologique, et qu’ensuite, le “grand nettoyage” achevé, elle rentre à la maison… Ce serait le scénario le plus profitable pour la Russie et pour nous tous. On peut toujours rêver, non ?

    4. Tout à fait d’accord, je ne pense pas que Poutine ait les intentions que les hystériques va-t-en guerre de l’UE et US lui prêtent, je pense qu’il veut juste rétablir la paix en Ukraine, la nettoyer des ukronazis et mettre en place un gouvernement qui lui serait plus favorable à la place du Young Leader Zelenskyy à la botte du WEF et de l’UE.
      Les intentions d’Emmanuel Macron et d’Ursula Von der Leyen, têtes de file des globalistes européens, sont quand à elles nettement moins pacifiques et tendent à nous mener droit vers une guerre a minima Européenne dont ils semblent avoir besoin pour mener leur plan à terme.

  2. réponse à JL. LENGLEN :
    oui, vous avez raison ; tout le monde ne parle plus que de la guerre en ukraine et comme par hasard, le covid a disparu, plus aucun merdia ni aucun ministre n’en parle ! mais, il faut se méfier, les libertés qui nous ont été volées avec toutes ces restrictions, ne sont pas prêtes de nous être rendues. il faut surveiller ça de près !

    cela dit maintenant, comment l’état français SAIT IL que la guerre d’ukraine SERA LONGUE ????? si MACRON et son gouvernement de chiotte le savent, c’est que cette guerre était prévue et a été provoquée par les occidentaux : PLAN de mise en place du nouvel ordre mondial
    et pas par poutine qui, lui en a eu marre de l’occident, la france, la pologne et l’allemagne qui n’ont pas fait leur boulot, à savoir : surveiller la mise en place des accords de minsk de 2015 en ukraine.

    ces accords de minsk, plus les accords américains/russes de 1991 qui s’étaient engagés à ne pas s’étendre trop loin l’EST, via l’OTAN ; franchement !! poutine n’a pas tous les tords dans cette affaire. Les USA sont provocateurs et, comme d’habitude, quand la merde est bien installée et que les conflits s’engagent, le usa se retirent et laissent les autres se faire casser la gueule.
    autrement dit, les usa font la guerre aux russes par nations interposées qui se font dézinguées et l’europe, cette connerie d’UE gouvernée par une allemande, non élue par les peuples européens (encore les allemandes qui vont foutre la merde de europe) qui se vante de vouloir la paix en europe et qui envoie des armes, voire des armes nucléaires à l’ukraine ; et ce con de macron qui envoie des soldats français en roumanie…………. c’est du TRES GRAND N’IMPORTE QUOI…. j’ai bien peur que la France, gouvernée par un IN CON PETANT, nommé macron ne se retrouve dans ce conflit . Que DIEU nous vienne en aide !

  3. Ce qui est évident c’est que les dirigeants du monde de l’impérialisme numérisé ne sont pas au niveau et réagissent au lieu de repondre avec bon sens et mesure. C’est de l’hystérie et du pavlovisme depuis 3 jours. Enfin, telle la suite covid de mars 2020 maintenant toutes sirènes en route… Faiblesse de caractère ou détournement pour appliquer un autre agenda? Comme celui de diluer dans le temps les conséquences d’une politique sanitaire délurée? D’un autre côté est-ce que Poutine ne perd pas de temps ? Comme lors de son action en Syrie je trouve qu’il fait des tours et des détours comme s’il marchait sur des oeufs au lieu de profiter de l’effet ko de la surprise. Est-il un émule de Napoléon ?

  4. pourquoi l’OTAN irait au secours de l’Ukraine ??? Rien ne l’y oblige et elle n’y a aucun intérêt bien au contraire.
    Par ailleurs, les armées européennes n’ont pas beaucoup plus de moyens que de faire de la gesticulation et je ne suis pas sûr que les américains ont réellement envie de se frotter aux russes (risque élevé de pertes).

    1. Parce qu’au-delàde l’Ukraine, c’est l’avenir du globalisme qui se joue. Poutine le sait parfaitement.
      https://qactus.fr/2022/02/27/grande-bretagne-les-rothschild-en-panique-completent-je-vous-invite-a-deployer-davantage-de-force-contre-la-russie-et-ses-mandataires-a-intensifier-la-guerre-de-linformation-pour-corriger/
      Pensant la crise Covid, les plus lucides ont dit “c’est eux ou nous”. Poutine se dit exactement la même chose.

      1. Israel scrute la moindre faiblesse de la Russie.
        Si celle-ci montre un signe de faiblesse, la Syrie sera rasée, l’Irak remis au pas et l’Iran détruit également. (au passage, je donne pas cher de la peau du Sultan non plus, mais visiblement il a encore du mal à choisir son camp… quelle misère)
        Ces trois pays sont un verrou important au niveau mondial contre les mondialistes, et une Russie seule avec un faux ami comme la Chine (qui ne sera jamais ami avec personne, et qui est au moins aussi pourrie que les USA), cela ne sera pas suffisant.

        Personnellement, mes yeux sont donc toujours braqués vers la Syrie.

  5. On peut faire un parallèle entre l’Ukraine et le COVID (normal, ce sont les mêmes glands) :

    1) Yorarien.

    2) Les rodomontades (« On est prêt, ça va bien se passer »). Aujourd’hui.

    3) Panique totale (dans quelques jours ou quelques semaines).

    4) On arrête de vivre.

  6. Pourquoi l’OTAN devra se porter au secours ?Croyez vous vraiment que les USA vont se lancer dans une guerre nucléaire ?
    Croyez vous vraiment qu’il va y avoir un pays européen assez givré notamment dans les pays frontaliers pour envoyer des avions sachant le risque nucléaire même ciblé,en retour?(Si j’étais à la place des gouvernants de ces pays je commencerais bien vite de dire de ne pas compter sur moi.)
    Si même il y avait un pays pour le faire croyez vous que les autres suivraient ?
    Ecouter les cris des Walkyries et applaudir est une chose ,se faire détruire pour sauver le voisin sans intérêt personnel ,est tout autre chose.
    Quand on a acculé quelqu’un,il est inexorable qu’il réagisse pour rétablir l’équilibre; personnellement je trouve que m.Poutine est un chef d’état de grande envergure,difficile à appréhender dans le pays qu’est devenu la France et je partage les points de vue de mme Serveniere ci dessus.

  7. La question principale est qui n’est jamais engagée :

    Comment organiser une contre société, capable de s’opposer aux décisions aberrantes de nos traitres au pouvoir ? (afin d’éviter par exemple, une entrée en guerre)
    Nous n’avons pas besoin de millions de personnes. 30 à 50k organisés et réactifs par région suffiraient amplement.

    90% de vos efforts devraient être concentrés sur cette question.

    Avec sympathie.

  8. Si l’OTAN cherche à détruire son ennemi, la Russie par destination, alors la Russie cherche à préserver son amie de toujours, l’Ukraine, et à la soustraire à l’emprise de la CIA qui est manifeste depuis 2014.
    Ce n’est donc par une guerre à se casser les dents, mais une opération de détartrage pour leur redonner leur beauté naturelle.
    L’Union Européenne livre des armes et missiles en Ukraine à des destinataires bien incertains comme les régiments et milices armés qui soutiennent le gouvernement, mais aussi les groupes libres et comités divers de défense volontaire. Il est ainsi possible que ces armes permettent aussi de protéger l’espace aérien ukrainien des incursions venant des pays voisins appartenant à l’OTAN, qui risquent de détruire la population et son patrimoine.
    Quant aux bourgeois de Kiev assiégés, ils finiront par se rendre au bout d’un certain temps nécessaire au refroidissement du fût du canon.
    Cela est une simple note d’optimisme dans le dénouement du dernier soubresaut de la malfaisance du NWO : remise à zéro/omicron.

  9. Merci pour cette analyse. ça fait du bien de lire un peu de choses sérieuses. Il est évident que d’une manière ou d’une autre l’armée ukrainienne va finir par appeler l’OTAN à l’aide. La stratégie de Poutine est d’ailleurs d’éviter que cet appel à l’aide ne vienne également de civils affamés.

    La propagande actuelle et la diabolisation de Poutine sans le moindre méa-culpa de la part de l’occident (alors que nous sommes dans une situation équivalente à celle des missiles de Cuba, les rôles étant seulement inversés), ressemble fort à une fabrication de l’ennemi et à une préparation de cette intervention de l’OTAN.

  10. Comment pourrait-il y avoir pont aérien entre les forces de l’Otan et l’Ukraine alors que les aéroports ukrainiens sont détruits ou sous contrôle russe ?
    Il ne pourra pas d’ailleurs y avoir livraisons “par terre” puisque tous les entrants depuis les pays frontière seront massacrés par les forces aériennes russes.
    Par mer, impossible car complétement contrôlée par les russes.
    Je ne vois pas d’autre possibilité qu’une défaite totale de l’Ukraine.

    1. Je ne sais pas.
      Ceci dit, cette nuit (début 22h, fin 24h voire 1h du matin, je n’ai pas regardé l’heure), au dessus de chez nous, (Pays de Loire), sont passés un certain nombre d’avions de guerre, volant bas, avec un bruit énorme. J’en ai compté 6, mais difficile car si les premiers sont passés un par un, la troisième vague était d’au moins trois, mais plus difficile à compter.

  11. Les Etats-Unis et l’OTAN laisseront bien entendu tomber leurs alliés, comme ils en ont l’habitude face à un obstacle, d’autant qu’ils ne sont absolument pas préparés à cette situation. Mais cela ne mettra pas fin à la confrontation militaire car, comme il l’a laissé entendre, l’objectif de Poutine est bien de reprendre le contrôle de la zone d’influence de l’ex-URSS, ce qui implique une prochaine étape dans les pays baltes.

  12. Excellent. La Russie a montré l’ontologique nullité militaire US et elle a derrière elle un fort front anti-occidental (Chine-Inde-Amsud). L’Europe désarmée et déshonorée ira se faire cuire un œuf sans électricité. https://www.bvoltaire.fr/a-la-faveur-de-la-guerre-en-ukraine-vers-le-consolidement-de-laxe-chine-inde-et-russie/. Le général Desportes explique la gueuserie de l’OTAN aussi : https://nicolasbonnal.wordpress.com/2022/03/02/pas-si-betes-les-francais-soulignent-letrange-responsabilite-responsabilite-dirresponsables-de-lotan-et-des-americains-lignoble-attitude-de-biden-and-co-ne-leur-echappe-pas-le-seul-but-d/

  13. Les “spirites” directement ou indirectement branchés, du moins le croient-ils, sur les esprits des dirigeants de ce monde, eux mêmes supposés être dans la constance d’une clarté et d’une cohérence d’esprit parfaite par les mêmes, et les chevauchés lecteurs de leur propre boule de cristal mentale et de ses fantaisies sans fin, sont des “pas vraiment joyeux” tragi-comiques qui cherchent à apaiser leur confusion mentale et leur peur en verrouillant un peu plus l’image égotique illusoire qu’ils ont d’eux-mêmes………..Rigolonzinbin, y compris de nous-mêmes, tout en étant conscient que nous sommes sur cette terre au stade final incontournable de ce monde… avant l’émergence du suivant ! La vie, c’est maintenant…demain est imprévisible.

  14. vue de ma fenêtre sur la Manche, je trouve cette guerre extrêmement “soft”. Rien de plus facile pour les russes étant donnée leur puissance militaire d’écraser l’Ukraine en quelques jours (ce pourrait être déjà fini). La volonté de Poutine est donc d’épargner les personnes, civiles ou militaires, une opération de police en quelque sorte visant à changer le régime. Le risque est immense, faire la guerre sans tuer est une gageure , c’est pourquoi je crois qu’il menace ouvertement toute intervention extérieure afin d’avoir les coudées franches pour y parvenir.
    Le projet de “nouvel ordre mondial” passe (entre autre) par l’ UE et l’OTAN, la réussite de la Russie est donc une des voies de notre salut…

  15. A tous ceux qui parlent de menaces d’escalade nucléaire, ils se trompent. Poutine a été très clair quand il a dit le 24/2 au petit matin “et conduira à des conséquences que vous n’avez encore jamais connues”. Le nuclaire on sait déjà ce que ça donne. Il parle d’autre chose.
    Je le vois plutôt faire des frappes chirurgicales spatiales visant à détruire des satellites de communication de l’OTAN et de l’UE. Le but serait d’éviter des frappes sur des territoires particuliers qui pourraient avoir des dommages dans les populations civiles. Et ça, les missiles ultra-soniques avec leur vitesse et leur précision le permettent.

    1. Bonjour,
      Votre analyse me paraît pertinente.

      Pour revenir à des commentaires plus haut, je ne suis pas certain que la guerre actuelle ait été fomentée par le NWO dont au passage je pense qu’il est largement intellectualisé plutôt qu’en voie de matérialisation (car pour cela il faut d’abord des gens intelligents et de tels gens ne sont plus en occident ou ont été mis à l’écart).

      Je pense plus à l’idée de percer un abcès. On a affaire à un système en cours d’écroulement: un système essentiellement financier et appuyé par des entreprises de services dont la survie peut être vue comme non essentielle (GAFAM). Le problème de l’occident est qu’il a transmis sa technologie à l’Asie et à la Russie, et qu’il n’a plus guère d’intérêt de ce fait pour la Chine et la Russie. Ou disons que l’intérêt qui subsiste (certaines productions alimentaires, des lieux intéressant etc.) semble ne plus contrebalancer les inconvénients du monde financier libéral (sanctions, extraterritorialité même pour l’euro maintenant, menaces, chantage…).

      Je crois plus aujourd’hui à une offensive russo chinoise contre ce système (qu’on peut appeler si vous voulez NWO mais je trouve la portée correspondante du concept abusive) pour établir un monde multipolaire, durable et respectueux. Sur ce plan, les réactions occidentales à la reprise en mains de l’Ukraine sont parfaitement contreproductives. Cela expliquerait la réaction pour le moment fort peu agressive de la Russie face aux stupides sanctions occidentales. S’ajoute à cela la découverte des laboratoires de guerre biologique en Ukraine (plus d’une dizaine!) qui pourrait bien conduire nombre de pays à soutenir le changement mondial devant la folie globaliste.

      Juste un point pour terminer: il ne faut pas confondre le globalisme (c’est la vision davossienne: une élite qui gouverne le monde) et la mondialisation qui a toujours existé et qui pour la Chine par exemple a essentiellement une assise commerciale (le reste elle s’en fout). L’erreur des globalistes a été de faire des populations occidentales des veaux acculturés, incapables de ce fait d’assurer la persistance d’une recherche scientifique comparable à celle des pays asiatiques désormais (principalement la Chine). J’espère que les Russes en ont conscience et ne feront pas l’erreur de suivre les erreurs occidentales sur ce plan. Cet état de fait me fait penser que de toute façon l’occident a perdu. Alors si on ajoute tout le reste (corruption, appât du gain, “sciencesocialisation” systématique des études, au détriment de la recherche en sciences dures), la certitude est facile à appréhender.

      Faites des provisions. Beaucoup.

  16. “un spectacle désincarné” : depuis les médias sous contrôle, certainement. En revanche, depuis les canaux non-censurés, les scènes “incarnées” avec des cadavres en morceaux et/ou calcinés abondent. Et oui cher Eric, un obus ou une roquette anti-char, ça vous éparpille façon puzzle. Voir les gens mourir n’est pas un spectacle.

  17. Très intéressant point de vue que celui de Monsieur Verhaeghe. Je crois également que Vlad joue une partie de Titi & Grosminet —pour user d’un ton badin à propos de choses éminemment graves. Vlad est Titi et il cherche à forcer l’otan Grosminet à faire des bêtises. Dès que l’otan intervient Vlad gagne la guerre de communication. Que ce soit à l’intérieur, chez lui en Russie, ou bien sûr à l’extérieur où vous verrez d’un coup les media & les médiocres —bhL &ses philosophes de studio photo— changer de ton et couiner douloureusement. Surtout si l’otan utilise ses joujoux préférés qui tuent à distance et à l’aveugle.

    L’opinion occidentale surestime l’affection que portent les Ukrainiens à leur fantoche préziflan cocaïnomane. En vérité Zelenski est un 2 Be 3; comme maqueron. Comme sous le Covid, l’opinion française est envappée, sous le choc. Un rien l’épuise. J’ose dire que je ne serais pas étonné que la population d’Ukraine fraternise, modérément, avec ses libérateurs russes. Des consignes en ce sens ont dû être données par l’État Major russe.

  18. “dans les semaines qui viennent, l’OTAN pourrait devoir réagir à une situation”
     
    Sur la foi de QUOI ? L’Ukraine ne fait pas partie de l’otan, que je sache. Il est grand temps de quitter ces bras armés du shadow government des zobèses (otan comme ue), ça ne peut plus durer.

    Évidemment, ça n’est pas avec un pervers narcissique à la tête de la france avec son gang d’abrutis pas finis que ça a la moindre chance d’aboutir – pas plus, d’ailleurs, qu’avec l’un des autres candidats au décrochage de la queue du Mickey, sauf peut-être Asselineau (dont l’Histoire se rappellera sûrement comme d’un lanceur d’alerte à long terme, puisque ça fait 15 ans cette année qu’il prône la sortie de l’ue et de l’otan).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer