Phytothérapie : comment utiliser l’aubépine correctement ?

Depuis la nuit des temps, certaines plantes apaisent ou soignent diverses maladies. Parmi celles-ci, il y a l’aubépine, connue pour ses effets sur la circulation sanguine et sur les troubles cardiovasculaires. Comment l’utiliser et quelles sont les précautions à prendre ?

Les principes actifs de l’aubépine

L’aubépine est avant tout une plante arbustive épineuse aux fleurs blanches ou roses. Elle se décline en plus de 400 espèces, dont certaines poussent à l’état sauvage, tandis que d’autres sont plantées pour servir de protection aux jardins ou aux champs en friche. Elle est dotée de fruits rouges comestibles, appelés cenelles, qui se récoltent en automne.

Toute la plante, de ses feuilles en passant par ses fleurs et ses fruits, possède des vertus médicinales très couramment utilisées en phytothérapie. Parmi les centaines d’espèces existantes, seules deux d’entre elles sont d’usage thérapeutique à savoir :

  • La Crataegus laevigata, dont la floraison a lieu au mois de mai ;
  • La Crataegus monogyna.

Les bienfaits apportés par l’aubépine proviennent des principes actifs qu’elle contient. En effet, les flavonoïdes sont présents dans toutes les parties de la plante et ont plusieurs particularités :

  • Ce sont eux qui donnent leurs teintes bleue, rouge ou orange aux baies et à certains légumes ;
  • Ils sont aussi connus sous l’appellation de vitamine P, qui appartient au groupe des flavonoïdes et l’ancien nom de la vitamine C2 ;
  • Ils ont des propriétés antioxydantes pour lutter contre le stress oxydatif provoqué par les aliments et par la pollution environnementale, entre autres.

Pourquoi utiliser l’aubépine comme traitement naturel ?

Réguler les activités cardiaques

Selon une étude publiée en 2010, l’aubépine agit avantageusement sur l’activité cardiaque : elle contribue à en stabiliser le rythme, car elle influe sur l’état des vaisseaux sanguins, en particulier l’artère coronaire. Elle permet ainsi de mieux véhiculer l’oxygène vers le cœur et d’en améliorer le fonctionnement.

Cela permet de réduire la tension artérielle et les problèmes de dyspnée quand des efforts physiques importants sont fournis. Ces difficultés à respirer seront donc amoindries. L’OMS en reconnaît d’ailleurs l’usage dans ce contexte comme cliniquement établi dans le traitement des « insuffisances légères des capacités cardiaques ».

Lutter contre l’état dépressif

Les problèmes de cœur, nous le savons, peuvent influer sur l’état psychique des personnes qui en sont victimes. Celles-ci peuvent alors tomber dans la dépression et être victimes de tous les maux qui s’y rattachent. Pour y faire face, l’aubépine a des propriétés calmantes et relaxantes. Comme le ferait un massage ou une séance au spa, l’aubépine permet aux muscles de se détendre et, par la même occasion, elle pousse l’état émotionnel des personnes concernées à revenir progressivement à la normale.

Pour l’utiliser, il suffit d’ajouter quelques gouttes de teinture d’aubépine dans un verre d’eau ou d’utiliser la place en infusion.

Lutter contre l’insomnie

L’un des maux majeurs que l’on rencontre à l’heure actuelle est l’insomnie, car plusieurs facteurs contribuent à perturber le sommeil. La plupart du temps, il s’agit d’une trop forte sollicitation extérieure, comme le stress, le bruit, une lumière crue, du sport intensif juste avant de dormir, une alimentation excessivement riche en matière grasse, en sel ou encore la consommation de produits excitants (cigarettes, alcool…).

L’aubépine n’est pas à proprement parler une plante hypnotique. Elle est surtout destinée à faire baisser l’état de stress et à favoriser ainsi un endormissement plus rapide. Mais pour en optimiser les effets, une association avec d’autres plantes s’avère nécessaire. Comme le rapporte l’herboriste Michel Pierre dans son  livre « Les secrets de mon herboristerie » (Interéditions), seules quelques-unes ont de réels effets sur le sommeil, comme la valériane ou la passiflore. Celle-ci est à la fois hypnotique et sédative et peut donc être additionnée à l’aubépine.

Traiter les maux de gorge

Les baies de l’aubépine sont astringentes, resserrant ainsi les tissus vivants et asséchant les tissus pour notamment faciliter leur cicatrisation. Elles peuvent également aider à soulager des maux de gorge. Il suffit pour cela d’en faire infuser 10 g dans un litre d’eau et de service de cette infusion pour se gargariser la gorge. En tant qu’anti-inflammatoire naturel, Celle-ci diminuera petit à petit les douleurs dues à l’inflammation.

Quelles précautions prendre avant tout traitement ?

L’aubépine peut être consommée de différentes manières, sous forme de gélules ou sous forme de teinture. Il est également possible de faire sécher ses feuilles et ses fleurs pour en faire des infusions maison.

Mais avant de suivre un traitement homéopathique ou d’effectuer une cure de phytothérapie, il est important de s’adresser à son médecin traitant. Il est le seul à même de prescrire les traitements adéquats.

N’oubliez pas non plus que l’aubépine est à éviter chez les personnes souffrant de pathologies cardiaques de classe III et IV. Comme tout traitement homéopathique et sans avis médical, elle est également contre-indiquée chez les femmes enceintes et chez les enfants en bas âge.

Des interactions sont également susceptibles de se produire. La digoxine, par exemple, qui est obtenue par extraction de la feuille de la digitale laineuse, permet de traiter différentes maladies cardiaques comme l’aubépine. Cependant, la première risque d’augmenter les effets de la seconde, imposant un réajustement de leur dose en cas de traitement.

11 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer